Publié dans Editorial

Grosse épine

Publié le dimanche, 03 octobre 2021

Dépit ! Tout le monde, entendre par monde tourisme et opérateurs économiques évoluant de près ou de loin avec et touristes et simples citoyens, s’apprêtait à être fixé, finalement, sur la date d’ouverture des frontières au terme du Conseil des ministres du mercredi 29 septembre. Mais, niet ! Grosses déceptions disent les uns. Amers constats murmurent les autres. En tout cas, ce fut une désillusion de plus pour des milliers d’acteurs opérant dans ce secteur indéniablement prometteur qu’est le métier du voyage autrement le tourisme.

 

Le Chef de l’Etat malagasy Rajoelina, assisté du ministre des Affaires étrangères Patrick Rajoelina et du ministre du Tourisme Joël Randriamandranto, laissait entendre que les frontières seraient ouvertes au mois d’octobre si les conditions sanitaires le permettraient. En effet, répondant à une question relative à l’ouverture des frontières, lors de la Rencontre avec les entrepreneurs francophones (REF) à l’hippodrome de Longchamp (Paris-France) la semaine du 24 août, Rajoelina s’engageait à faire le nécessaire sur cette question hautement sensible dès que les conditions soient réunies. Le Président malagasy qui voulait séduire les investisseurs francophones présents à l’assise, notamment français, belges et marocains, à venir investir au pays ne pouvait pas se défiler à la question.

L’Agence américaine de contrôle de la santé publique, dans son rapport classe Madagasikara parmi les 30 pays (Top 30) aux faibles risques à la Covid-19. Un organisme international, reconnu pour son sérieux à travers ses évaluations jugées objectives et habilité à rendre un « verdict », accorde à la « destination Madagasikara » un feu vert. Genre de satisfecit autorisant à l’exploitation.

Les conditions essentielles réunies, du moins selon les observateurs, on ose espérer dans certain milieu, que le régime procédera enfin à desserrer les vannes. On le sait que l’Etat joue la carte de la prudence mais, tout de même, jusqu’à quand ! L’île Maurice, une des îles consœurs, après pratiquement deux ans de confinement, franchit le Rubicon tout en dictant un train de mesures strictes. Bien entendu, pour le cas de la Grande île, les opérateurs touristiques, toutes activités confondues, du pays tirent la sonnette d’alarme, pour la énième fois, à l’intention des tenants du pouvoir, plus précisément auprès du Chef de l’Etat, qu’on fasse le nécessaire. Le secteur touche le bas-fond !

Personne n’est dupe ! La raison qui bloque les décideurs à franchir le cap repose sur le cas désespéré de la Compagnie nationale de transport aérien Air Madagasikara. A vrai dire, il est inconcevable d’ouvrir le ciel en l’absence de notre fleuron national. Une situation inédite ! Cependant, il est également fort regrettable de laisser mourir à petit feu le tourisme national. Un pays comme le nôtre, qui regorge de richesses naturelles endémiques en faune et flore et d’un écosystème unique au monde pour la plupart des cas qui intéressent les voyageurs fortunés, ne peut pas se permettre de fermer … indéfiniment ses portes.

En effet, Air Mad, devenant une grosse épine sous le pied des tenants du pouvoir, exige une mise en route d’un train de mesures efficaces. Le ministère de tutelle doit faire preuve d’ingéniosité afin de pouvoir sortir notre ancienne fierté de sa torpeur. Aucune autre alternative ne se présente à notre portée. Le pays en a assez de cette galère !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff