Publié dans Editorial

Au four et au moulin !

Publié le jeudi, 17 octobre 2019

On bosse là-haut. Nos dirigeants, du moins les deux têtes de l'Exécutif, triment intensément et se donnent le maximum d'eux-mêmes. Des fois, on est tenté de croire qu'ils ont reçu le don divin d'ubiquité. On les voit un peu partout, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays et cela presque au même moment. Rajoelina Andry et Ntsay Christian courent et parcourent à travers monts et vallées, d'une ville à une autre, d'une Région à l'autre, d'un pays à un autre. Ils donnent l'impression de quelqu'un soumis à de très fortes pressions en raison d'une urgence vitale pour une question de vie ou de mort, sauvant la vie d'un tiers ou d'une communauté en danger.

 

En effet, la concrétisation de l'Initiative de l'Emergence de Madagasikara, point focal de la raison d'existence et l'objet fondamental du régime dirigé par Rajoelina, nécessite de façon urgente des actions en profondeur et soutenues entrant dans le cadre de l'amélioration de la qualité de vie des malagasy sur tous les plans. On n'a pas de temps à perdre. Le Chef de l'Etat l'a bien martelé, lors de son discours inaugural et solennel au cours de son investiture en qualité de Président de la République de Madagasikara, à Mahamasina en début d'année, que « tout est urgent ». Homme de parole  et prenant au sérieux les engagements qu'il a tenus à travers le Velirano, Rajoelina ne badine point.

Ntsay Christian, le numéro deux de l'Exécutif, Premier ministre et chef de Gouvernement, n'est pas non plus le genre d'homme à négliger ses responsabilités. Co-pilote assistant fidèlement le Comandant de bord, Ntsay assume à plein les charges que le Chef lui a confiées.  A plusieurs reprises, les détracteurs ou les faux-opposants (les apprentis sorciers de l'opposition) tentent de déstabiliser leur tandem solide mais ces derniers n'ont eu que des revers. Les macabres tentatives échouèrent à tous les coups.

Les membres du Gouvernement, appelés à seconder efficacement et activement les deux Chefs de l'Exécutif, s'efforcent de suivre le rythme. Le traitement des dossiers ne doit en aucun cas souffrir de lenteur. La mise en œuvre des gros chantiers prévus dans l'IEM et confortés par la Politique Générale de l'Etat et le Plan Emergence Madagasikara n'a pas le droit de traîner.  Tout est urgent ! Evidemment, les ennemis de la Nation (fahavalom-pirenena) font des pieds et des mains pour perturber le processus de la réalisation de grands projets notamment la nouvelle ville « Tanamasoandro ». Etant le projet-phare de l'IEM, ce chantier révolutionnaire initié par le Chef de l'Etat et fer de lance de sa campagne électorale, « Tanamasoandro » fait l'objet par les temps qui courent de tirs aveugles de « missile » au ras-du-sol.  Il se trouve au centre de … faux débats dont le seul but consiste à le faire capoter.

Loin de se décourager ni de se détourner de leur mission initiale, Rajoelina Andry et Ntsay Christian ainsi que les membres du Gouvernement poursuivent et exécutent sans relâche leurs tâches. Au même titre que leurs Chefs, le Président de la République et le Premier ministre, au four et au moulin, ils vaquent avec assiduité et ténacité à leurs occupations. Le peuple intransigeant a hâte de voir des résultats tangibles et ne tolère aucune négligence.

Ndrianaivo

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff