dimanche, 27 janvier 2019

La une du 28 janvier 2019

Publié dans La Une

« Une nouvelle histoire à écrire ». Tels sont les qualificatifs énoncés par le nouveau ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto, vendredi dernier, lors de la passation de pouvoir entre lui et Vonintsalamana Andriambololona, le ministre sortant. Effectivement, une nouvelle vision a été fixée par le nouveau Président de la République afin de développer Madagascar. Ainsi, de nombreux projets découlent de cette vision. En tout cas, d’après le ministre entrant, la loi de Finances initiale 2019 (LFI) sera malgré tout respectée. Pour lui, les budgets fixés seront amplement suffisants pour démarrer. « Les projets envisagés par le Président Andry Rajoelina sont certes très ambitieux. Nous les avons déjà scrutés ensemble. Et nous avons conclu que les sommes prédéfinies suffiront à atteindre les objectifs fixés. En plus, c’est une loi et il faut donc la respecter », développe Richard Randriamandranto. La loi de Finances rectificative attendra surtout la composition de l’Assemblée nationale, sans oublier que les élections législatives auront lieu au mois de mars prochain.

Publié dans Economie

Appel d’une jeune fille malagasy qui a vécu en Suisse avec ses parents adoptifs. Rahantavololona Joséphine, 24 ans, née le 9 novembre 1994 à l'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) d'Antananarivo  recherche actuellement sa mère biologique dénommée Joséphine Telovavy, 46 ans.  Elle veut également savoir si elle a encore des demi-frères et sœurs à Madagascar. En effet, quelque temps  après sa naissance, elle a été adoptée   par un couple marié suivant  l’ordonnance du Tribunal du 14.8.1995. Son acte de naissance délivré dans le premier Arrondissement d’Antananarivo mentionne que cette personne recherchée, aurait dû vivre à Antsahamaina -Andafiavaratra. Les informations qu’elle a à ses  dispositions,  indiquent qu’après la mort de sa grand-mère Marie Jeanne à Ambolomadinika Toamasina, Joséphine Telovavy habitait dans la maison de son grand-père et de sa nouvelle grand-mère, dont l’adresse est inconnue. Pour diverses raisons, elle a déménagé à Antananarivo, dans l'espoir de trouver du travail.

Publié dans Société

Depuis le 8 janvier dernier, Ando Tiana, une jeune étudiante malagasy résidant dans une banlieue parisienne, n’a plus donné aucun signe de vie. Par conséquent, il est difficile de savoir ce qu’elle est devenue. Mais le plus inquiétant dans cette affaire, c’est ce silence des autorités françaises de la Métropole. Ni la Police, ni la Gendarmerie de l’Hexagone,  pourtant réputées pour la rapidité de leurs investigations, n’ont donc daigné à fournir les moindres informations pour que l’opinion malagasy, mais aussi locale puissent au moins avoir une idée de l’évolution de l’enquête sur cette disparition de la jeune malagasy.

Publié dans Société

Aberrante. Tel pourrait – on qualifier la scène qui s’est passée hier du côté  du bâtiment abritant les anciens bureaux des ex – conseillers auprès de la Présidence, durant le régime HVM. Lesdits bureaux, plus précisément au sein de la direction Agence malagasy de développement économique (ADMP) au 2ème et 3ème étage, sont situés à proximité du Palais d’Ambohitsorohitra. Vers 8 heures de la matinée, le départ d’un camion transportant des matériels à son bord a attiré l’attention. Alertés par des témoins, les journalistes ont pu faire le déplacement sur les lieux pour constater de visu la situation. Effectivement, le camion effectuait déjà son 2ème voyage avec des matériels composés de fournitures de bureaux et de matériels informatiques qui ont été transportés vers le domicile d’un ancien conseiller auprès de la Présidence, Hugues Ratsiferana à Ampasanimalo. Pourtant, un inventaire des matériels a déjà été effectué après l’investiture même du Président, Andry Rajoelina le 19 janvier dernier. Ceux qui transportaient les matériels n’avaient en leur possession aucun papier. Pire, l’intendant du Palais d’Ambohitsorohitra n’était pas au courant de cette opération alors qu’il est le premier responsable qui doit être avisé pour ce genre d’opération. Un dénommé Tantely aurait dirigé cette action et n’avait même pas pris la peine d’appeler ledit intendant du Palais.

Publié dans Politique

Le chantier du Rova de Manjakamiadana, suspendu depuis plusieurs années, va enfin reprendre. Le chantier va démarrer incessamment. Andry Rajoelina se donne jusqu’au 26 juin 2020 pour la finition des travaux.  Symbole de l’histoire de l’unité et de la souveraineté de Madagascar et patrimoine national de la Grande-île toute entière, l’édifice partait en flammes le 6 novembre 1995. Un incendie criminel dont les motifs et les auteurs demeurent encore un vrai mystère aujourd’hui, 23 ans après.  Une très grande partie des objets, des tableaux et autres œuvres d’art a aussi été perdue dans l’incendie. Seule une infime partie a pu être sauvée et conservée. 45 tableaux détruits dans l’incendie ont été reproduits et remis par le Gouvernement allemand aux autorités en 2015, grâce à des photos prises en 1988, avant une reconstruction du Palais.  En tout cas, depuis l’incendie, le Rova de Manjakamiadana également appelé l’Anatirova ou le Palais de la Reine n’a été réhabilité qu’en partie. Et ce malgré les promesses des dirigeants successifs dans le pays et des premières levées de fonds.  Cela fait plusieurs années que le chantier du Palais de la Reine est maintenant à l’arrêt.

Publié dans Politique
dimanche, 27 janvier 2019

Irresponsabilité coupable

 Meurtrière. De par sa situation géographique et subissant les aléas climatiques souvent meurtriers, Madagascar  s’expose aux effets pervers du changement climatique. Ces derniers temps, la persistance d’une météo à fortes précipitations déclenche des accidents naturels particulièrement mortels à Antananarivo. A cela s’ajoute l’incurie des responsables publics en particulier les élus de la ville. Le cas du Fokontany de Tsimialonjafy Ambanin’Ampamarinana, victime d’éboulements, nous affecte profondément avec un lourd bilan en pertes de vies humaines et en dégâts matériels. En effet, quinze personnes ont péri et quatre maisons d’habitation détruites. Les hommes du Génie militaire dépêchés par l’Etat –Major d’Andohalo et ceux des pompiers ont pu finalement venir à bout d’extirper les corps des deux dernières victimes. Un bilan, malheureusement, lourd dû en grande partie à l’irresponsabilité meurtrière des élus chargés de la gestion citoyenne de la ville. En principe, les édiles de la cité s’occupent du bien-être de la population de leur circonscription. Une obligation de service à laquelle ils doivent s’attendre ! Le premier magistrat de la ville est tenu responsable des conditions d’existence (habitat, environnement, état des infrastructures, etc.) de la cité. Il appartient au maire de veiller à l’amélioration de la condition de vie des citoyens. Il ou elle a été élue pour ! Pour assurer la sécurité de la vie des concitoyens, il ou elle doit oser prendre des décisions courageuses, fût-ce, impopulaires.  Car il importe de sauver des vies humaines. S’il existe des zones que l’on doit déclarer « inhabitables », à cause des dangers menaçants qu’elles présentent, il faut le faire et agir sans hésiter. Quand il y a mort d’hommes, il y a toujours péril en la demeure ! Sous d’autres cieux, certains maires ayant fait preuve d’incurie qui avait coûté la vie des concitoyens ont été jugés coupables et punis par la Justice en écopant des peines d’emprisonnement.  

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent
  • Pôle anti-corruption d’Antananarivo - 649 dossiers traités en deux ans
  • Projet d’incendie à l’université de Toamasina - Un conseiller de l’ex-Président dans le collimateur de la Justice
  • Code municipal d’hygiène - Réplique du maire Naina Andriantsitohaina
  • Assassinat de Danil Radjan - La théorie d’un règlement de comptes privilégiée
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar, parmi les pionniers dans la médecine traditionnelle
  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé

La Une

Recherche par date

« January 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • Cause toujours !
    Palabre par-ci ! Causerie par-là ! Décidément en face, de l’autre côté de la rive, on n’en finit pas de jacasser, de caqueter ou de papoter. De la cacophonie ! De l’énervement superficiel ! D’un semblant de colère d’un juste ! En réalité, on a la peur bleue d’être fauché à … jamais.Ravalomanana Marc en binôme avec Rivo Rakotovao s’agitent. Si le premier fut un ancien Chef d’Etat plutôt un président déchu, le second un futur ex-président d’institution. Entourés d’une cohorte de rapaces avides de proies faciles, ils font du bruit, du tapage inutile. Le tout donc dans un ensemble factice portant l’étiquette d’opposition. A Madagasikara, il n’existe pas d’opposition à proprement parler. On n’a que des ex de ceci ou d’anciens de cela ou encore des ratés qui gesticulent dans un but inavoué de récupérer, d’une manière ou d’une autre, quelque chose qui a échappé à la prise. Inaptes…

A bout portant

AutoDiff