Publié dans Politique

Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !

Publié le mercredi, 08 juillet 2020

Non, le Président Andry Rajoelina n'est pas malade du Covid-19 ! Tel est, en résumé, le contenu d'un communiqué émanant du service communication de la Présidence de la République hier. Un démenti formel destiné à faire taire les mauvaises langues affirmant que le Chef de l'Etat serait atteint de la pandémie. « Le Président Andry Rajoelina est bien portant et n'est pas du tout atteint du Covid-19. Il n'a jamais quitté le territoire depuis le début de la crise sanitaire à ce jour », précise l'équipe de la Présidence.

 

Le même service rassure que le Chef d'Etat poursuit ses missions en tant que numéro un de la magistrature suprême. « Il fait face, avec tous les Malagasy, à la crise sanitaire planétaire qui touche actuellement notre pays et il continue de chercher, avec tous les spécialistes et toutes les entités étatiques, les solutions idoines dans la gestion de cette pandémie. Il dirige les Conseils des ministres et plusieurs réunions par visioconférence pour respecter les règles sanitaires exigées pour faire barrage à l'expansion de ce virus Covid-19 ». Comme dit l'expression « l'exemple vient d'en haut », il est donc clair que le Chef de l'Etat souhaite montrer à la population que les dirigeants font également preuve de prudence par rapport à cette redoutable pandémie tout en étant actif.

A qui profite la rumeur ?

 Ce n'est pas la première fois que l'homme fort du pays fait l'objet de telles rumeurs malveillantes. A se demander à qui profite ce genre de manigances malsaines ? Force est de constater qu'il s'agit, une fois de plus, d'une manœuvre destinée à déstabiliser le régime en cette période de crise sanitaire. Faut - il rappeler qu'il y a une semaine, des informations véhiculées par des membres de l'opposition et relayées par des internautes sur les réseaux sociaux prétendaient déjà que le Président s'est envolé en catimini vers l'étranger pour se faire soigner. Pire, ceux qui avaient lancé les rumeurs s'exprimaient dans l'affirmatif en soutenant avoir des preuves de leurs propos.

Le lendemain pourtant, il a suffi que le Président et son épouse fassent une apparition, lors de l'ouverture officielle du Centre médical COVID-19 jointe au lancement des essais cliniques relatifs au remède injectable élaboré par les chercheurs malagasy, pour que tous les mensonges montés de toutes pièces s'écroulent. « Plus on me souhaite du mal, mieux je me porte. Je suis là et je serais toujours là pour le peuple malagasy », avait alors clamé haut et fort le Président Andry Rajoelina. En tout cas, quel que soit l'objectif, ce genre de manœuvre fort déplorable et non patriotique s'avère exaspérante et risque, à la longue, d'ébranler la morale de la population déjà fragilisée par les dommages collatéraux causés par le virus sur la vie économique et sociale.  

La Rédaction

 

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff