Publié dans Politique

Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit

Publié le jeudi, 17 septembre 2020

L’arrestation de l’ex- député de Mahabo Ludovic Adrien Raveloson dit Leva à Analakely Antananarivo dans la journée de mercredi devrait en impliquer une autre. C’est celle de son épouse Yvonne Razafindrazalia, devenue députée de substitution conformément à la décision de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) le 10 février. La dame se trouvait dans un véhicule derrière celui de son mari au moment où les éléments de la Gendarmerie allaient cueillir le criminel en cavale depuis février. La parlementaire de Mahabo pourrait être accusée de complicité et la flagrance de délit annoncée par les alinéas 2 et 3 de l’article 71 de la Constitution pourrait être justifiée en l’espèce. De plus, le fait s’est produit hors session parlementaire.

 

De nouveau arrêté, le multimilliardaire Leva a été renvoyé à la maison centrale d’Andabatoara Morondava dès hier même. Le 19 février, Yvonne Razafindrazalia le suppliait, devant les caméras, de se manifester et de faire confiance au système judiciaire du pays. Son intervention médiatique avait vraisemblablement pour but de rassurer l’opinion que son mari était toujours au pays (cf. La Vérité du 21 février).

Immunité parlementaire

Devenue membre de substitution de l’Assemblée nationale, l’intéressée louait publiquement les décisions d’Ambohidahy et la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa. Les deux entités prêtaient une oreille attentive au cas précis du politicien Leva, qui se trouvait dans l’impossibilité d’exercer son mandat de député à cause des affaires pénales et criminelles le concernant.

Faisant un clin d’œil à l’endroit du couple présidentiel, Yvonne Razafindrazalia prodiguait des éloges à son sujet. Elle se disait disposée à collaborer avec le Président de la République Andry Rajoelina, à soutenir son programme de développement et à coopérer également avec la Première dame Mialy Rajoelina.

La successeure de Leva à Tsimbazaza est protégée par l’immunité parlementaire depuis le 10 février. Deux jours avant la sortie de la décision des juges constitutionnels, elle a été arrêtée et placée en garde à vue à la section de recherche criminelle de la Gendarmerie à Fiadanana, Antananarivo. Elle est poursuivie pour des affaires de corruption qu’elle aurait commises en faveur de la libération de son époux du milieu carcéral de Morondava. Elle était libérée peu de temps plus tard.

Un nouveau mandat d’arrêt

L’arrestation de Leva à Antananarivo signifie qu’il était présent aux côtés de sa femme députée. Les mesures de confinement auraient favorisé le cache-cache. Dans ce cas, sa femme pourrait être considérée comme une complice d’évasion. Elle a d’ailleurs affirmé que son époux bénéficiait d’une liberté provisoire alors qu’il faisait l’objet d’un nouveau mandat d’arrêt.

Le 26 avril 2019, Leva était conduit à la maison centrale d’Andabatoara Morondava pour y être détenu. Son fils appelé Patou et un autre individu l’étaient aussi. Des dossiers chauds inculpant l’ancien parlementaire du Menabe étaient sur la table. Parmi eux le meurtre avec préméditation d’un soi-disant bandit notoire le 21 septembre 2016. Le politicien est aussi vu comme le principal instigateur de la destruction criminelle de l’aire protégée  d’Antimena Menabe.

M.R.

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff