Publié dans Politique

Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants

Publié le lundi, 26 octobre 2020


Près d’un demi-millier de personnes a été verbalisé, rien que durant la première partie de la journée d’hier, pour non-respect du port du masque, infraction sanctionnée par des Travaux d’intérêt général, comme le balayage de rues, selon une source auprès des éléments des Forces de l’ordre. Ces derniers n’ont pas chômé hier. Ils ont été pleinement mobilisés dans la Région Analamanga notamment.
Suite à la levée de l’état d’urgence sanitaire dans le pays, un relâchement généralisé est constaté auprès de la population. Bon nombre de personnes ne portent plus le masque dans les rues et les endroits publics. Le port de ce masque reste pourtant obligatoire dans le pays, nonobstant la fin de l’état d’urgence étant donné que cela réduit la chaîne de transmission de la Covid-19. Pour certains visiblement, la fin de l’état d’urgence signifie la fin de la guerre contre le coronavirus qui continue pourtant de sévir dans le pays. En atteste le dernier bilan hebdomadaire concernant l’évolution de la situation épidémiologique de la Covid-19 dans le pays qui recense 158 nouvelles contaminations et 6 décès durant la semaine du 17 au 23 octobre derniers.
Face au relâchement des tananariviens, le préfet d’Antananarivo a récemment sorti un arrêté portant notamment sur le port obligatoire du masque dans la Région d’Analamanga. « Cette décision a été prise, car si le relâchement constaté actuellement se poursuit, le coronavirus reviendra avec force. Si ce virus revient, ce sera encore pire », a commenté le Général Angelo Ravelonarivo, préfet de Police d’Antananarivo. « La Capitale se distingue par son nombre élevé d’habitants par kilomètre carré. Cette forte densité favorise une transmission rapide du virus. Raison pour laquelle la décision a été prise. L’objectif est de stopper la propagation de l’épidémie et ce, afin d’éviter de nouvelles mesures drastiques comme ce qui est le cas actuellement dans plusieurs pays étrangers », prévient-il.
Les Forces de l’ordre seront ainsi fortement mobilisées cette semaine dans le cadre de la prévention contre la résurgence de la pandémie de Covid-19. La Police nationale appelle la population à la prise de conscience pour éviter les sanctions. Outre le port du masque, les gestes barrières telles que la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains doivent être respectées. Force est pourtant de constater que ces mesures sont de moins en moins suivies, notamment dans les endroits publics et les transports en commun, en particulier, où un certain laxisme est constaté depuis quelques jours.
La Rédaction
 



Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff