Publié dans Politique

Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !

Publié le mercredi, 03 mars 2021

Réclamer le paiement de bourses d'études par la force, à travers une grève entre autres, est devenu une nouvelle tendance des universitaires à Madagascar. Accordée à tous les étudiants inscrits au niveau des établissements supérieurs publics, cette allocation d'études supérieures constitue désormais un moyen de pression voire un objet de menace des étudiants envers les dirigeants successifs. Ces étudiants usent même de la force pour revendiquer ce qu'ils jugent de plein droit. Avec le système actuel qui ouvre automatiquement l'inscription à une bourse d'études, la mentalité des étudiants les amène à se considérer comme ayant le statut de salariés. D'autant plus que les étudiants boursiers dépassent largement le nombre des inscrits c'est-à-dire il existe ceux qui continuent de percevoir de l'argent sans même assister à un seul cours magistral, le paiement prend du retard.

 

Bourse d'études de droit ?

Sachons que la situation des étudiants des universités publiques n'a pas été toujours ainsi. Dans les années 80, seuls les meilleurs et surtout les nécessiteux qui bénéficient de cette bourse d'enseignement supérieur. A l'époque, l'octroi de la bourse était carrément draconien, nous a témoigné un des inscrits de l'université d'Ambohitsaina de l'époque, hier.  « Il faut répondre à des catégories pour en jouir. Cette aide pécuniaire de l'Etat a été accordée en répondant, en premier lieu, à des critères sociaux. Les étudiants confrontés à des difficultés matérielles et financières, ne leur permettant pas de poursuivre leurs études supérieures, ont été appuyés par l'Etat. Les revenus ainsi que les charges de la famille connus à travers une fiche à remplir au moment de l'inscription ont été pris en compte et ont déterminé cette décision. Aussi, une bonne évaluation des relevés de notes des étudiants a également influencé l'octroi de cette bourse d'études », a détaillé Gabriel R. (Nom d'emprunt), cet ancien étudiant d'Ankatso. Et d'ajouter que la carte d'assiduité sur laquelle les paraphes des professeurs, attestant la présence des étudiants aux divers Travaux dirigés (TD), constituent une des pièces, obligatoires, d'obtention de bourses d'études.  

Paiement irrégulier

Dans son récit, il a rappelé l'existence de trois types de bourses. « Des boursiers perçoivent à 100% le montant prescrit. Par contre, quelques étudiants n'obtiennent que les deux tiers. Et suivent après ceux qui se contentent d'un tiers de la somme initiale sans oublier bien évidemment les non-boursiers. Même si je n'ai jamais perçu cette bourse, je me souviens que le paiement n'a jamais été régulier. Il n'y a pas eu de calendrier de la distribution de bourses affiché. Je me rappelle aussi qu'ils ont été moins nombreux à être des boursiers suivant le même module que moi. Une fois, les responsables ont annoncé la disponibilité de l'argent et seuls quelques étudiants se sont précipités à les récupérer. C'est ainsi que j'ai remarqué que la bourse représente un luxe à notre époque », n'a-t-il pas manqué de préciser.  

Faut-il ajouter que les propos avancés n'insinuent pas non plus que l'organisation autour de cette bourse d'études, vers les années 80, a été irréprochable. « Au contraire, qui n'a pas su que des étudiants, des agents employés par l'Etat bénéficient d'une bourse d'études sans qu'aucune réclamation n'ait été entendue. Parlant aussi de mon cas et celui de mon aîné qui ont fait une demande de bourses mais dont la requête n'a jamais abouti. »

LR.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff