Publié dans Société

Tirs meurtriers sur un orpailleur - Deux militaires et deux femmes placés en garde à vue

Publié le mardi, 04 août 2020

Dimanche dernier, un homme décrit comme étant orpailleur de son vivant tombait sous les balles qu’un militaire de 2e classe lui tirait à Antanimbary-Maevatanàna. La victime a succombé sur le coup, sous les impacts de quatre projectiles qui lui ont transpercé le corps.  Depuis, l’affaire est entre les mains de la Gendarmerie. Au cours des 48 dernières heures, quatre suspects ont été convoqués puis placés en garde à vue dans les locaux de la Gendarmerie de Maevatanàna où ils sont soumis à un interrogatoire, du moins au moment où nous écrivons ces lignes. Deux sont des militaires dont celui qui a eu la gâchette facile, les deux autres étant  des habitantes de cette localité bordant la RN4.

 

D’après une information, les quatre suspects étaient convoqués à la Gendarmerie, qui tente de mettre la lumière, et déterminer en même temps la responsabilité sur cette affaire. « Ces personnes sont actuellement entre nos mains. Mais nous ne pouvons encore avancer quoi que ce soit, secret de l’enquête oblige », confie une source auprès de la compagnie de Gendarmerie locale, en début d’après-midi hier.  En attendant que les enquêteurs tirent donc au clair cette affaire, gageons que des témoins sur place ont affirmé avoir vu ces deux femmes en cause,  se chamailler, ou du moins entrer en de violents échanges verbaux. C’est là que l’orpailleur, qui était le compagnon de l’une d’elles, se serait mêlé dans la dispute. Cependant, on ignore de quel côté l’homme a penché la balance pendant cette altercation. C’était également dans ces circonstances que l’une des femmes aurait envoyé quelqu’un alerter les militaires, qui ont eu la mission de surveiller un gisement d’or sis non loin de l’endroit. Deux militaires s’étaient ainsi rendus chez les civils, comme pour s’interposer entre les protagonistes. A partir de ce moment, tout devint flou. Car, nul ne savait exactement pourquoi le militaire en cause a été poussé à ouvrir le feu, à plusieurs reprises, sur ce civil. Le seul élément qui a filtré des témoignages avance que le soldat a tiré au moment où la victime l’avait attendu le moins, car en tournant le dos, selon encore l’information.

Quelques moments après le drame, le médecin légiste et les gendarmes, qui étaient informés par le maire local, étaient venus sur les lieux en vue d’un constat d’usage. C’était dans ces circonstances que le médecin a déduit un décès occasionné  par quatre projectiles. Comme à Toamasina ou encore à Sakaraha récemment, cette affaire n’a pas laissé le ministère concerné de marbre. Sitôt informé, il a dépêché le commandant du 4e régiment de Mahajanga à Maevatanàna. Des mesures disciplinaires seront sûrement prises à l’encontre du soldat de 2e classe en cause, qui aurait déjà eu maille à partir avec des habitants à cause d’une autre affaire, ayant également trait à un crime de sang dont on le soupçonnait.

Franck Roland

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff