Publié dans Société

Impacts de la crise sanitaire sur les enfants - Une urgence nutritionnelle à prévoir dans la Grande île

Publié le mardi, 04 août 2020

La malnutrition aiguë risque de s’intensifier dans plusieurs pays. 6,7 millions d’enfants supplémentaires, âgés de moins de 5 ans, pourraient en souffrir au cours de cette première année de la pandémie de Covid-19. Cette situation alarmante au niveau mondial pourrait entraîner environ 10 000 décès supplémentaires d’enfants par mois durant cette période. Un article publié le 27 juillet dernier dans le journal scientifique « The Lancet » par le « Consortium Standing Together for Nutrition » en parle, en évaluant l’impact potentiel de la pandémie sur la malnutrition infantile et le taux de mortalité y associé.

 

Madagascar ne sera pas épargné par les impacts de cette crise sanitaire, entre autres la malnutrition aiguë. Pire, la Grande île pourrait assister à une urgence nutritionnelle dans les mois à venir. Près de 1,9 million d’enfants malagasy de moins de 5 ans souffrent de la malnutrition chronique ou un retard de croissance, soit une prévalence de 42 %, avant que la pandémie ne frappe. Ce taux classe la Grande île au 10ème rang parmi les pays les plus touchés au monde et au 2ème rang dans la région de l'Afrique de l’Est et australe. En outre, environ 170 000 enfants de moins de 5 ans, soit 6 %, sont touchés chaque année par la malnutrition aigüe ou l’émaciation avant la crise sanitaire. Ces chiffres risquent de s’alourdir d’autant plus le tableau de la malnutrition est déjà précaire dans le pays. La malnutrition est, notons-le, associée à au moins 44 % des décès chez les enfants de moins de 5 ans à Madagascar.

Des mesures appropriées et immédiates devraient être prises pour éviter une nouvelle détérioration dramatique de l'état nutritionnel et la surmortalité connexe des groupes les plus vulnérables dans le pays. La protection des producteurs, transformateurs et détaillants alimentaires ainsi que la désignation des marchés alimentaires comme étant des services essentiels font partie des recommandations concrètes avancées par les partenaires, entre autres l’UNICEF, le PAM, l’OMS ou encore la FAO. A cela s’ajoute le maintien de l’accès aux services essentiels de nutrition, dont la supplémentation en vitamine A pour les enfants de moins de 5 ans, la supplémentation en fer et acide folique pour les femmes enceintes, la détection et le traitement précoces de la malnutrition aiguë à travers les centres de réhabilitation et d’éducation nutritionnelle ou encore la promotion de l’alimentation optimale des jeunes enfants, des femmes enceintes et des mères allaitantes. Ces services essentiels se font à travers le système de santé et les sites de nutrition communautaire. Les partenaires recommandent également la fourniture de repas scolaires nutritifs et sûrs aux enfants vulnérables, ainsi que l’élargissement de la protection sociale pour garantir l’accès à une alimentation nutritive chez les ménages les plus pauvres et les plus touchés par la crise liée au coronavirus.

« L’engagement et le soutien du Gouvernement, des bailleurs internationaux, des partenaires techniques et financiers, de la société civile et du secteur privé sont essentiels pour maintenir l’accès aux services sociaux de base, en particulier ceux ayant un impact sur la santé et la nutrition des plus vulnérables », rappelle Jean Benoît Manhes, représentant par intérim de l’UNICEF à Madagascar. Pour leur part, les directeurs des organismes onusiens sus-cités lancent un appel à l’action intitulée « malnutrition infantile et la Covid-19 : il est temps d’agir ». Il s’agit d’un appel à une action concertée dans 5 domaines clés pour protéger la nutrition maternelle et infantile face à la pandémie.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff