Publié dans Société

Précipitations dans la Capitale - Les bas-quartiers ne sont pas épargnés

Publié le mercredi, 07 octobre 2020

La saison des pluies en avance que prévu. La première pluie s'est abattue dans la Capitale depuis mardi dernier et a duré jusqu'au petit matin. Par conséquent, bon nombre d'habitants, notamment ceux qui vivent tout au long des canaux d'évacuation d'eau comme à Andranomahery, Ankorondrano, Andraharo, Ambohimanarina, Andavamba, Anjezika, se plaignent déjà de la montée des eaux. Du côté d'Antohomadinika par exemple, l'eau se trouve déjà à quelques centimètres du seuil de la maison.

« Même durant la saison sèche, il y a toujours d'eau stagnante par ici. Et voilà qu'actuellement, ce n'est que la première journée des pluies et les résultats sont dégoûtants », avance Randrianarisoa, habitant du côté de l'arrêt Ambatondrazaka. Côté infrastructures, cette première pluie diluvienne a engendré une dégradation des chaussées et des embouteillages monstres à cause des eaux qui envahissent les rues. D'après les automobilistes, ils doivent rouler très lentement, puisque les nids-de- poule sont cachés sous les flaques d'eau.

Chaque année, la Direction générale de la météorologie (DGM) organise un forum national sur le climat. Pour cet été 2020-2021, il a été annoncé que des précipitations normales ou supérieures à la normale saisonnière seront présentes dans les Régions situées à l'ouest de Madagascar, comme Melaky, Boeny, Betsiboka, la partie ouest des Régions de Sofia, DIANA, Analamanga et les parties Est de Bongolava, Itasy et Vakinankaratra, de même que dans le sud des Régions d'Alaotra-Mangoro et Atsinanana, les Régions du sud-ouest de l'île - à savoir l'Atsimo-andrefana et l'ouest des Régions d'Ihorombe, Anosy et Androy. Par contre, elles seront normales ou inférieures à la normale saisonnière sur le reste de l'île. Quant aux températures, celles-ci seront normales ou plus chaudes sur les Régions d'Anosy, Androy, Atsimo-Andrefana et la partie Est d'Ihorombe. Ailleurs, les températures seront plus chaudes par rapport aux valeurs normales pour la saison.

En rappel, une cellule anticyclonique se trouve dans le canal de Mozambique et provoque un conflit de masse d'air se caractérisant par une dégradation pluvio-orageuse. Ce phénomène engendre une perturbation du climat dans le pays, du moins jusque dans la soirée. La chute de grêles se poursuivra, en particulier sur les hautes-terres et la partie sud-est du pays qui n'en seront donc pas épargnées.

Anatra R.

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff