Editorial

Après la mort !

Publié le mardi, 04 juillet 2017
Un terrible attentat, faisant état des dizaines de victimes, frappait le quartier diplomatique, un site hyper sécurisé de Kaboul, la Capitale afghane. Les Talibans démontrent, une fois de plus, par cette énième attaque, qu’en dépit de la présence des forces étrangères et de leurs supposées déroutes, ils n’ont rien perdu de leurs forces de frappe.La population afghane, lasse de vivre dans l’angoisse, manifestait ses profondes inquiétudes et ses mécontentements vis-à-vis des Forces de l’ordre, des principaux responsables politiques dont le Président de la République et son Premier ministre.

Machine arrière

Publié le lundi, 03 juillet 2017
Et le pays recule ! Tel un engin qui ne peut plus avancer ou remonter la pente et se voit condamné à faire machine arrière. C’est la caricature d’un taxi-brousse plein à craquer, sur une pente dangereuse, dont le moteur fait faux bond tandis que le frein lâche et le conducteur, avec tous les passagers à bord, ne sait plus comment faire. Le véhicule fait marche arrière et va finir sa course folle au fond du ravin. Un « atterrissage » dramatique qui coûtera la vie à plusieurs personnes.

Poste vacant

Publié le dimanche, 02 juillet 2017
L’opposition malagasy cherche, désespérément, un chef. Un  introuvable leader ! Un « gisa mainty » probablement  inexistant, du moins, jusqu’à présent ! La Constitution de la Quatrième République  stipule dans son art. 78, alinéa 2 que : « L’opposition a droit à un poste de vice-président et préside au moins l’une des commissions. » Cet article est valable ou applicable pour les deux Chambres du Parlement (Assemblée nationale et Sénat). L’existence officielle de l’opposition est, ainsi, recommandée par la Loi fondamentale.

Peur bleue

Publié le vendredi, 30 juin 2017
« Sentiment de forte inquiétude en présence ou à la pensée d’un danger ou d’une menace… ». Si telle est la définition, selon Larousse, du terme « peur », tandis que la peur bleue est la « peur très vive », selon toujours ce « dico » de référence. 

L’exemplarité

Publié le jeudi, 29 juin 2017
  Emmanuel Macron, dès son accession au pouvoir, prit pour mot d’ordre : l’« exemplarité ». Une empreinte qu’il voudrait coller à son image et un style de gouvernance qu’il entendrait appliquer. Le numéro deux de l’Exécutif, Edouard Philippe, le  Premier ministre, en marge de la victoire écrasante de la République en marche (Rem), aux dernières Législatives, abonda dans ce sens. Ses premiers mots pour aborder l’exploit furent, entre autres, l’exemplarité.

A l’infini !

Publié le mercredi, 28 juin 2017
Le retour sur terre est particulièrement plus rude pour les tenants du pouvoir. Après deux ou trois jours de « voyage » dans les nuages, l’atterrissage s’apparente à un « crash ». Les dirigeants du pays ne sont guère sortis de l’auberge. Pris en tenaille entre l’incapacité dont ils font montre à traiter, comme il se doit, les différents « dossiers » chauds, à caractère à la fois politique  et technique et la détermination ou le « jusqu’au-boutisme » des grévistes à maintenir la pression, les hauts responsables ministériels ne savent plus où mettre les pieds.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff