Battu par les Egyptiens par une victoire logique de  4 buts à 2, Madagascar jouera sa qualification pour les demi-finales ce jour contre les Lions d’Atlas de Maroc. L’Egypte, hôte de la compétition à Sharm El Sheikh, était  le premier  pays qualifié pour les demi-finales de la CAN de Beach Soccer 2018.
Tout s’est joué dans la première période où le public a eu droit à un festival de buts avec 5 réalisations et une avance pour les Pharaons 3-2. L’Egypte ajoute un quatrième but en seconde période. Les Barea ne reviendront pas. Avec ce second succès (après celui sur le Maroc), l’Egypte valide sont ticket pour le dernier carré. Madagascar, champion d’Afrique 2015, a encore une chance de se qualifier. Ce sera contre les Lions de l’Atlas, tombeurs de la Côte d’Ivoire un peu plus tôt, mardi. Pour sa deuxième sortie, la Côte d’ivoire s’est inclinée 4-5 devant le Maroc et peut déjà dire adieu à son rêve d’accession aux demi-finales.

Publié dans Sport

Ses ravisseurs l’ont libéré le lendemain même de son enlèvement. Il, c’est le patron d’entreprise indo-pakistanais du nom de Malik Karmaly. Selon une information du collectif des Français d’origine indienne de Madagascar ou Cfoim, l’otage  a été libéré  le dimanche soir. La séquestration de l’importateur local de produits de première nécessité fut donc l’une des plus brèves de l’histoire du kidnapping au pays en comparaison avec les cas des autres victimes. Les sources d’information comme le Cfoim, n’ont fourni aucun détail sur les conditions des ravisseurs pour sa libération immédiate. “ Ni le collectif, encore moins la famille de l’otage n’a daigné parler à la police. Disons qu’on nous a complètement mis à l’écart. N’empêche que, la police poursuit toujours ses investigations puisqu’il y avait une saisine d’office depuis l’éclatement de l’affaire samedi dernier”, selon une source au sein de la Police.  La gendarmerie  est aussi du même avis. “Police et gendarmerie  mènent chacune de leur côté l’enquête”,  nous a-t-on expliqué du côté de Toby Ratsimandrava, dimanche dernier.

Publié dans Société

Des mangroves et récifs coralliens en dégradation. Les ressources marines à Madagascar sont en danger à cause des différentes problématiques qui persistent, selon le Plan directeur de la recherche sur les sciences marines (PDRSM). « La déforestation impacte sur l’état des récifs coralliens à cause des diverses sédimentations qui s’y forment. Il en est de même pour les mangroves, notamment dans la côte Ouest de l’île où plus de 10 % d’entre elles sont détruites par la pollution marine. Cette situation s’explique par l’habitude des habitants de jeter leurs déchets dans la mer. Les ordures s’entassent et envahissent les bords de mer, nuisant à la biodiversité marine qui y vit », informe Rasoanarivo, enseignant-chercheur provenant de Mahajanga. Ce spécialiste d’ajouter qu’en dehors de la déforestation et de la pollution marine, la surexploitation des espèces marines comme les crabes et crevettes constitue aussi une menace. A cela s’ajoutent la variabilité climatique et le réchauffement des océans, des problématiques internationales qui ne cessent de gagner de l’ampleur. Dans tous les cas, les habitants devraient être conscientisés sur les avantages tirés de la mer ainsi que des dangers qui guettent la population marine sans des actions de préservation à travers les travaux de recherche.

Publié dans Société

Au lendemain d’un débat présidentiel musclé durant lequel Andry Rajoelina a clairement pris le dessus, le candidat du « Tanora Malagasy Vonona » est d’attaque pour entamer la 2ème semaine de la campagne électorale en vue du 2nd tour. Hier, le candidat n°13 a poursuivi son périple dans la région Vakinankaratra en débutant par Faratsiho. Une foule en liesse a répondu présent au stade KAPJI pour accueillir le couple Rajoelina. D’emblée, l’ancien président de la Transition a réitéré ses remerciements à l’endroit des électeurs qui ont voté en sa faveur tout en sollicitant leur soutien pour le scrutin du 19 décembre.  Il a rappelé son projet de lutte contre l’insécurité, dont le vol de bovidé en l’occurrence, et dans lequel il propose l’installation de puce électronique à l’intérieur des bovidés ainsi que l’achat d’hélicoptères. Il s’est particulièrement adressé aux enseignants FRAM de Faratsiho en vue de leur recrutement en tant que fonctionnaires.

Publié dans Politique

Rétablir la vérité. Au cours de l’émission « Miara Manonja » diffusée sur plus de 70 stations de radio de la Grande île, l’ancien vice-Premier ministre chargé du Développement et de l’Aménagement du territoire durant la Transition Hajo Andrianainarivelo a dénoncé le mensonge de Marc Ravalomanana lors du premier débat présidentiel de l’entre-deux-tours dimanche dernier.  Au cours des débats, l’ex-Président de la République avait en effet affirmé avoir contribué à hauteur de 1 milliard d’ariary pour la construction de l’Hôtel de Ville d’Analakely. Une information démentie vigoureusement par Andry Rajoelina sur le plateau de la TVM dans la foulée même. Premier responsable du ministère de l’Aménagement du territoire et de la Décentralisation de 2009 à 2013, Hajo Andrianainarivelo a apporté de nouveaux éléments qui décrédibilisent encore un peu plus l’affirmation de l’ancien Président Marc Ravalomanana.

Publié dans Politique

Note de la Rédaction. Pour mieux comprendre la reproduction de l’article ci-après, à signaler que l’auteur, Rolly Mercia ou Harry Laurent Rahajason pour l’état civil, est actuellement l’une des têtes pensantes de RLM communication, un groupe de presse soutenant activement Marc Ravalomanana, celui-là même dont il est question dans l’article. Il est le binôme de Mbola Rajaonah, actuel sponsor financier du même Marc Ravalomanana et non moins propriétaire de RLM Communication. Pour information, l’article est sorti le 28 Octobre 2015, du temps où l’auteur écrivait dans le journal que vous tenez entre les mains.

Publié dans Politique
lundi, 10 décembre 2018

Et les indécis ?

La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est le pire ennemi de la démocratie !

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

La Une

Recherche par date

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff