La population de la Région Alaotra Mangoro a pu accueillir le président de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar lors de la 3ème journée de la campagne électorale du 2nd tour hier. Andry Rajoelina a visité 7 Communes au niveau du District d’Ambatondrazaka et d’Amparafaravola, dans la Région Alaotra Mangoro, à savoir les Communes rurales de Didy, Manakambahiny ouest, Morarano Kraoma, Ambohitrarivo, Tanambe, Imerimandroso et Ambatondrazaka. La Commune rurale de Didy a été la première localité visitée par Andry Rajoelina. Dès son arrivée, le candidat n°13 a témoigné de sa reconnaissance vis-à-vis des électeurs pour avoir voté pour lui au premier tour. Il a par la suite de ses projets pour cette localité qui constitue un grenier pour Madagascar. « Nous devons nous pencher sur les moyens d’augmenter la production agricole », a – t – il déclaré tout en annonçant la réhabilitation du barrage de Ranomena dans le but d’augmenter les surfaces cultivables. Ce fut l’occasion pour le candidat du TGV de réitérer son contrat social avec le peuple.

Publié dans Politique

Ambiance électrique en Conseil des ministres.  Le ton est monté avant-hier lors de la réunion hebdomadaire entre le Chef de l’Etat et les membres du Gouvernement.  Selon le compte-rendu de la réunion, au cours de sa prise de parole en guise d’ouverture de la séance, le  Chef de l’Etat intérimaire, Rivo Rakotovao a fait une remarque appuyée sur  « les interventions directes et publiques de personnes ressources de nationalité étrangère lors d’une récente conférence sur la sécurité, jugées inopportunes en regard de la souveraineté nationale, et entrant, d’autant plus, dans le cadre d’une période de campagne électorale ». Une référence à peine déguisée pour parler de la Conférence sur la sécurité et défense organisée la semaine dernière par Andry Rajoelina dans le cadre de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar. Un séminaire qui a vu la présence de nombreux experts internationaux en matière de sécurité et défense. D’après le communiqué relatant les décisions prises lors du Conseil des ministres, Rivo Rakotovao a pointé du doigt « la mise en avant de matériels stratégiques de défense, sujets à une réglementation stricte ». « S’en est suivi un lever de boucliers de la part de certains ministres », narre le communiqué de la Présidence qui précise qu’un ministre aurait délibérément choisi de quitter la séance, « estimant avoir été lésé dans le temps imparti aux échanges sur le sujet abordé ».

Publié dans Politique

Une plainte  dirigée, entre autres, contre Marc Ravalomanana a atterri, le 28 novembre dernier sur le bureau du président de l’Assemblée nationale. Elle fait état de graves malversations commises en 2008 dans le cadre de l’acquisition par TIKO AGRI et ALMA d’un terrain sis à Andohatapenaka (Antananarivo). Détournement de 3.654.140.000 ariary pour un projet fictif et spoliation de biens de l’Etat. Tels sont, en résumé, les griefs reprochés au patron de Tiko, lesquels sont susceptibles de le conduire droit devant la Haute Cour de Justice étant donné le titre de Président de la République qu’il portait au moment des faits. La procédure auprès de l’Assemblée nationale est l’une des voies qui y mènent.
A donner le tournis ! La   manière avec laquelle les sociétés TIKO AGRI et ALMA, appartenant à Marc Ravalomanana, auraient acquis en totalité le terrain d’Andohatapenaka en 2008 relève d’un tour de passe-passe digne des plus grands prestidigitateurs, si l’on s’en tient aux faits révélés par la plainte. Non seulement, une partie du  terrain en question a été soustraite à l’Etat malagasy d’une manière scandaleuse, mais il se trouve aussi  que les deux sociétés en question ont bénéficié de viabilisation effectuée aux frais de l’Etat, de surcroît à travers un fonds décaissé d’une manière totalement illégale.

Publié dans Politique
jeudi, 06 décembre 2018

Voir grand !

Andry Nirina Rajoelina (ANR), lors d’une émission spéciale présentée simultanément par Kolo-TV et TV-Plus, tenait à faire savoir qu’il possède un sens particulier de ... voir grand. Un génie inné qui va le propulser loin et ...haut. Dès son jeune âge, ANR pensait et agissait en véritable adulte. Quelqu’un qui raisonne et conçoit l’avenir à la manière des grands. Le jeune-adolescent Andry rêvait déjà d’embrasser des activités normalement dévouées aux ... grands. Il se lançait dans des activités complexes dont la gestion technique exige des compétences et aptitudes naturellement et uniquement réservées aux adultes. Le parcours professionnel couronné de succès que le jeune visionnaire parfois rêveur ANR affectionnait à arborer fièrement, mérite d’être pris en modèle de réussite pour les jeunes. A 32 ans, en 2006, le jeune opérateur économique visait la grande Commune urbaine d’Antananarivo. Réellement, il voyait grand quand il osait cibler la Capitale. L’homme fort du pays, à l’époque, Ravalomanana Marc, le sous-estimait bassement et ne croyait nullement qu’il allait parvenir à aboutir et à gagner son pari. Ayant réussi à occuper le poste de premier magistrat de la Ville des mille, ANR projetait de reconstruire l’historique Hôtel de ville à Analakely.

Publié dans Editorial

La décision était attendue. Suspendu depuis quelques jours suite à l'affaire d'Antanimena impliquant ses deux fils, le directeur de la sécurité à la Primature a été relevé de ses fonctions hier. Le décret abrogeant la nomination de ce Général nommé par l'ancien Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a été pris hier en Conseil des ministres. Il est remplacé par le Général de brigade André Roger Mahaziakely, dont la nomination a été adoptée hier également en Conseil des ministres.

Publié dans Société

La période de pluie est toujours considérée comme un mauvais temps pour les Malagasy. Tout le monde se souvient encore des inondations des années précédentes où beaucoup ne se sont pas encore remis des conséquences des éboulements et de la montée des eaux. Nombreuses personnes y ont laissé leur vie si d’autres ont vu leurs propriétés s’effondrer en un clin d’œil. Ces mauvais souvenirs ont dû interpeller les responsables étatiques et les inciter à prendre des mesures pour mieux se préparer pour la prochaine saison des pluies mais ce n’est pas le cas.

Publié dans Société

Dans l'air de la technologie. Selon les derniers statistiques, l'usage du numérique commence aujourd'hui à surpasser l'infrastructure de la communication à Madagascar. Malheureusement, l'environnement, en général, reste peu propice à son développement. En effet, les différents opérateurs dans le domaine du numérique se plaignent constamment qu'il leur est difficile de créer une entreprise. Entre les démarches administratives et le manque de compétences qualifiées, le monde du numérique peine à évoluer. 

Publié dans Economie
jeudi, 06 décembre 2018

La une du 07 décembre 2018

Publié dans La Une

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Recherche par date

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff