Une solution face aux problèmes d’approvisionnement en électricité dans le pays. L’énergie photovoltaïque, tirée de l’exploitation de l’effet photoélectrique pour produire du courant continu par absorption du rayonnement solaire, est désormais opérationnelle à Antananarivo. Le projet  « Kube », premier système d’autoconsommation photovoltaïque dans le pays, en est la preuve. L’installation y afférente se situe à l’intérieur de la zone Galaxy Andraharo et alimente en énergie photovoltaïque les 4 bâtiments « Kube ». Ces derniers hébergent les bureaux de plusieurs sociétés, notamment les différentes filiales du groupe Axian. « Il s’agit d’une énergie beaucoup moins coûteuse, propre et plus responsable. Outre la préservation de la planète, l’énergie photovoltaïque favorise la création d’emplois et d’industries », avance Stéphane Gilli, président fondateur de Cap Sud Madagascar, l’entreprise pionnière de ce type d’énergie renouvelable dans la Grande île. Ce responsable d’expliquer que pour le projet « Kube » dont l’investissement s’élève à 650 000 euros, les panneaux solaires mis en place pour produire de l’énergie photovoltaïque peuvent à la fois fournir de l’électricité dans la journée, recharger des batteries pour ensuite les utiliser durant les heures de pointe, entre 18 et 22h, afin de pouvoir couvrir la totalité des consommation des 4 bâtiments « Kube ».

Publié dans Société

Un nouveau départ pour la société Kraomita malagasy. Immergée dans la crise depuis des années, cette figure emblématique des entreprises malagasy a cessé ses activités pendant un mois à cause d’un terrible problème financier.  Pourtant, un partenariat entre les investisseurs russes et l’entreprise KRAOMA a permis de sauver l’entreprise de ses difficultés. Une société malgacho-russe, née de la joint-venture entre Kraomita Malagasy (KRAOMA) et l’entreprise russe « Ferrum Mining », est venue à la rescousse. Dénommée « Kraoma Mining S.A »,  elle a entamé ses activités depuis le mois dernier.  Ce partenariat a donné un nouveau souffle pour Madagascar, en général, et la Région de Tsaratanàna, en particulier. Depuis la fin du mois d’octobre dernier, une nouvelle étape est ainsi franchie dans l’histoire de Brieville. Des spécialistes russes dans le domaine de l’extraction des mines y débarquaient, en emmenant dans leurs bagages des solutions concrètes et urgentes aux problèmes vécus par la société, entre autres le manque de carburant et d’énergie ainsi qu’un gap au niveau de la trésorerie.

Publié dans Société

L’ancien Premier ministre, Jean Ravelonarivo, a apporté hier son soutien de poids au candidat Andry Nirina Rajoelina, pour le second tour disputé de l’élection présidentielle du 19 décembre à Madagascar.  « J’appelle à voter pour le candidat numéro 13 Andry Rajoelina », a déclaré le Général Jean Ravelonarivo, au cours d’une conférence de presse à Antsahabe. Le Général Jean Ravelonarivo, ancien Premier ministre du Président sortant Hery Rajaonarimampianina,  a terminé avec plus de 29 224 voix lors du premier tour, le 7 novembre. Le programme d’Andry Rajoelina est plus proche du nôtre, a affirmé Jean Ravelonarivo. L’officier général Jean Ravelonarivo prône la lutte contre l’insécurité, la lutte contre la corruption, qui selon lui est le frein principal au développement, et la mise en avant des femmes et des enfants ainsi que la lutte contre la pauvreté. L’ex-locataire du palais d’Etat de Mahazoarivo, Jean Ravelonarivo, affirme avoir été approché par de nombreux politiciens avant de poser son choix sur le candidat numéro 13.

Publié dans Politique

« Il y a deux candidats. L’un a été rejeté par la population et a fui en Afrique du Sud. Le peuple ne refera plus marche arrière », a affirmé Andry Rajoelina hier devant la foule réunie massivement dans la Commune rurale Marojala, District de Sambava. Dans la lutte à distance qui l’oppose au candidat du TIM, Andry Rajoelina a donné le ton dès la première étape de sa tournée d’hier dans la SAVA. Après des meetings dans la Région Itasy et dans la Région Analamanga pour débuter sa campagne électorale, hier Andry Rajoelina a mis le cap vers la Région SAVA et celle de l’Analanjirofo. Pour des raisons climatiques, les meetings dans les Communes de Sandrakatsy dans le District de Mananara Nord et Vohipeno ont été annulés.  Au cours de ses rencontres avec la population, Andry Rajoelina a tenu à remercier tous ceux qui ont voté pour lui lors du premier tour et dit espérer que nombreux voteront encore pour lui lors du second tour. A cet égard, il lance :  « Aidez-moi pour que je puisse vous aider » et appelle  ceux qui n’ont pas effectué leur devoir à voter pour lui le 19 décembre prochain. Et lui de rajouter : « Le peuple a besoin d’un président dynamique ». « L’objectif est de rester premier pour le 19 décembre », lance-t-il, à Marojala, s’engageant notamment à  remettre des madriers pour construire le pont reliant cette petite Commune à Sambava et à augmenter les subventions pour les maires s’il est élu, à construire une usine de construction de panneaux solaires et de forages pour avoir de l’eau propre. Des engagements réitérés durant les meetings dans la SAVA et l’Analanjirofo. « Je suis aimé par tous les Malgaches du nord au  sud en passant par l’est et  l’ouest », tambourine-t-il. 

Publié dans Politique

A son arrivée à la tête de la Mairie de la Commune urbaine d’Antananarivo, le couple Ravalomanana, Lalao en tant que première magistrate élue et Marc comme conseiller spécial,  a choisi  « Antananarivo madio, milamina sy mandroso » (littéralement : assainie, organisée et développée) comme devise. En jetant son dévolu sur Lalao Ravalomanana, la population de la Capitale croyait qu’en tant que mère de famille, elle aura la capacité de mettre de l’ordre dans la ville d’Antananarivo comme elle l’a promise durant la propagande et d’accomplir l’assainissement tant souhaité. Quelques mois après sa prise de fonction et de l’arrivée de son époux avec ses grosses bottes dans son staff, ceux qui ont voté pour Lalao Ravalomanana espéraient que les choses vont s’améliorer et que les changements tant annoncés  vont se concrétiser.   Et pourtant, deux ans à la tête de la Commune, le couple Ravalomanana n’a rien fait de concret pour redorer le blason d’Antananarivo. Pire, c’est le chaos total qui règne actuellement à Antananarivo. Pas de solution pour les embouteillages monstres, tant en plein centre-ville qu’à la sortie ou à l’entrée de la Commune d’Antananarivo, causant un manque financier aux transporteurs et une perte de temps aux usagers de la route. Point d’initiative pour faire d’Antananarivo une ville propre. Aujourd’hui, elle est classée comme la Capitale la plus sale de la Région indianocéanique. Ajouter à ces « marasmes », les canaux d’évacuation non entretenus entraînant des mini-inondations dès les premières gouttes de pluies. 

Publié dans Politique
mercredi, 05 décembre 2018

Logique honorée

Une nouvelle carte du paysage politique malagasy se dessine. Au rythme actuel des déclarations de soutien, les alliances se précisent tandis que, sur le plan général, la logique des rapprochements est respectée. Comme nous avions eu déjà l’occasion d’évoquer dans nos précédentes éditions, un panier à crabes où des personnalités aux réputations controversées étoffent le camp Ravalomanana. Des anciens  dirigeants dont les parcours politiques en tant que titulaires du pouvoir, à l’époque des faits, brillaient par la médiocratie et le non-sens. Ils excellaient dans la mauvaise gouvernance à tel point que le pays s’agenouille voire rampe dans la misère. Une insécurité d’un niveau de barbarie inhumain l’étrangle et une corruption tentaculaire l’étouffe. Par ailleurs, des candidats « nullards » se bousculent au portail. En fait, la logique des alliances sur fond de trahison se confirme. Dans tous les cas de figure, tout rentre dans l’ordre normal ou anormal des choses. Pour  tenter l’ultime chance, les traîtres et les cancres se donnent la main. A chacun d’en apprécier ! Par ailleurs, dans le camp Rajoelina, les grands esprits se rencontrent. L’appel du candidat n° 13 à une mobilisation générale « pour sauver Madagascar » commence à porter ses fruits. Une certaine conscience nationale s’éveille.

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Recherche par date

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff