Tout a commencé par le constat de vol d’un zébu le 29 juin dernier à Antanetibe, Commune rurale d’Ampanotokana, District d’Ambohidratrimo. Après avoir tué la bête, les voleurs l’ont dépecée afin de la transformer en quartiers de viande. C’était dans ces circonstances que les gendarmes ont intercepté un véhicule fourgon dans lequel ont été retrouvés les quartiers de viande la nuit du lundi 1er juillet 2019 à Andranotapahana. Selon un renseignement, les voleurs ont envisagé de les revendre au marché de Talatamaty.  Lors de ce coup de filet, les gendarmes ont surpris quatre bouchers  dans le véhicule. Ces derniers ont été aussitôt embarqués vers le bureau de la Gendarmerie pour une enquête. Au fil et à mesure que celle-ci a progressé, les Forces de l’ordre ont également pu remonter la piste des quatre présumés auteurs du vol proprement dit. Ici le commandant de compagnie de gendarmerie d’Ambohidratrimo a adressé sa reconnaissance envers les informateurs au sein de la collectivité locale, et qui lui était d’une aide précieuse. Ce responsable de la Gendarmerie locale n’a pas hésité à parler du démantèlement d’un véritable réseau de vol de bovidés dans la région.

Publié dans Société

A l’approche des huitièmes de finale des Barea à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, la grogne monte du côté des supporters. Non pas sur la présentation de leur équipe mais pour une raison unique, la disparition sur le marché des maillots des Barea. Il s’agit là des maillots authentiques et non les contrefaçons vendues par des commerçants sans scrupules qui font de l’argent sur le dos des joueurs.  « J’ai cherché des maillots pour les membres de ma famille habitant en province mais il paraît que c’est déjà épuisé », raconte un quadragénaire.  Il a, selon ses dires, fait le  tour des magasins censés les vendre et ce depuis la seconde rencontre des Barea  à la CAN.  D’après les informations obtenues, dans le contrat entre le Comité de normalisation et l’équipementier officiel de la sélection nationale, Garman, il serait prévu que la partie malagasy doit acheter auprès du fournisseur officiel 20.000 maillots des supporteurs. On s’interroge ainsi si cette partie du contrat a été respectée par le Comité de normalisation ou non. Si oui, la question est de savoir la destination finale de ces maillots face à cette « pénurie ». Dans le cas contraire, c’est une flagrante défaillance de la part du Comité de normalisation qui peut –être ne s’attendait pas du tout à cet engouement des Malagasy sur les Barea.  Mais quelle que soit la réponse, les faits sont là, les contrefaçons prennent le dessus. Et des Malagasy ou ressortissants étrangers de Madagascar, qui ont évidemment les moyens de se la procurer, ne peuvent pas arborer la tenue officielle de la sélection malagasy.

Publié dans Politique

Une bonne nouvelle pour les Malagasy. Le Palais d'Andafiavaratra est désormais ouvert au grand public. Visitable du mardi au dimanche, sauf le lundi pour cause de nettoyage, ce lieu historique ouvre de nouveau ses portes après les organisations, améliorations et réhabilitations effectuées. En effet, l'ouverture officielle s'est tenue hier au Palais d'Andafiavaratra, en présence de la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, qui a été accompagnée pour l'occasion des élèves de l'EPP SLA Cours Ambavahadimitafo. Un choix qui est important pour cette responsable puisque selon elle, les enfants sont l'avenir de demain.

Publié dans Société

L’inauguration des quartiers - pilotes pour la propreté et l’assainissement de la ville à savoir les Fokontany Tsaramasay, Ankorondrano Andrefana et Ankorondrano Andranomahery s’est tenue hier. Un événement qui a été présidé par le Président de la République, Andry Rajoelina et son épouse en compagnie du président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, qui est actuellement en visite à Madagascar.  3 000 personnes issues de ces Fokontany ont bénéficié de ce projet, qui concerne notamment à rafraîchir et ravaler la façade des maisons, le curage du canal d’Andriantany, la construction des nouveaux marchés pour les commerçants et la création  de jardins le long du canal et de l’ancien  emplacement des gargotiers et épiciers, la mise en place des poubelles distant de quelques mètres. Ainsi, tous les éclairages publics ont été remplacés et renforcés en nombre.  D’après le Président de la République, celui – ci n’est que le commencement du projet, mais  il sera fait aussi dans les autres Fokontany d’Antananarivo et Madagascar. «  Les bas- quartiers de la Capitale seront mis en valeur à partir d’aujourd’hui. C’est pour cette raison que le projet a commencé dans ces Fokontany », avance-t-il durant sa rencontre avec la population de ces localités. Et de poursuivre

Publié dans Politique

Enflammés. La qualification de l'équipe nationale, les Barea, à l'issue du match qui l'opposait au Nigeria à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) en huitième de finale a soulevé  voire raffermi le patriotisme des citoyens malagasy. La sensation de cette première participation en occupant la tête de sa poule fait actuellement l'objet d'une célébration nationale au niveau de toutes les classes sociales. Particulièrement pour cette rencontre entre Madagascar et la République Démocratique de Congo (RDC), les ménages malagasy et les entreprises ainsi que d'autres institutions opérant dans la Grande île s'apprêtent à la passer dans une ambiance festive. « Je prévois de préparer des festins pour la soirée du dimanche.

Publié dans Société
jeudi, 04 juillet 2019

Haro !

« Adieu veau, vache, cochon ! » Décidé à mettre fin à toutes formes de malversations donnant accès à des biens dits mal acquis, le nouveau régime prend le taureau par les cornes et le neutralise pour de bon. Il est grand temps que l'hémorragie s'arrête. Le pays souffre et saigne à flots. Corruptions à grande échelle, détournements de deniers publics, pillages des ressources naturelles à haute valeur ajoutée, trafics des espèces fauniques  et florales souvent endémiques autant de crimes qu'il faut stopper. Mme Sahondra Rabenarivo, la « Dame de fer » de l'IEM, une figure de proue contre toute forme d'indélicatesses, de concert avec BIANCO et SAMIFIN, travaille d'arrache-pied pour mettre en œuvre la « machine ».

Publié dans Editorial

Les 151 députés feront leur rentrée parlementaire le mardi 16 juillet prochain à l'Assemblée nationale, à l'occasion de la première séance publique de cette nouvelle législature. Le décret y afférent a été pris lors du Conseil des ministres qui s'est déroulé avant-hier au Palais d'Etat d'Iavoloha. A l'ouverture de cette session spéciale, les nouveaux élus doivent choisir les membres du bureau permanent à commencer par celui qui siègera au perchoir de l'hémicycle. Plusieurs noms se murmurent sous les chaumières et les salons huppés de la Capitale. La députée élue à Ambatofinandrahana, Christine Razanahamasoa fait office de grand favori pour occuper le perchoir.

 

Publié dans Politique

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

Recherche par date

« July 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff