Historique. La première partie de la délégation malagasy est rentrée au pays, hier, tandis que la deuxième débarquera à l’aéroport d’Ivato, ce jour. Il s’agit de l’équipe de volleyball et celle volet jeunesse.  La famille et les amis des athlètes sont venus les acclamer à l’aéroport avec quelques dirigeants sportifs et les représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports dans le hall de l’aéroport. La 10ème édition des Jeux des Iles à l’Ile Maurice est une nouvelle page qui s’ouvre pour l’histoire du sport malagasy. Une grande première pour Madagascar qui a pu se hisser en deuxième position du classement général des médailles dans des disciplines sportives jouées à l’étranger. La dernière fois que la Grande île a gagné la première place remonte en 2007, durant la 7ème édition et ce, à domicile. Depuis, Madagascar est figé au pied du podium durant deux  éditions, celle en 2011 aux Seychelles et en 2015 à La Réunion. Les athlètes malagasy n’ont pas à rougir devant les autres pays tels que La Réunion et l’Ile Maurice. Ce dernier occupe la première place pour la première fois de l’histoire des Jeux des Iles après l’avoir organisé trois fois. Le sport malagasy a des leçons à retenir à partir de ces Jeux. Les deux îles sœurs étaient, en quelque sorte, de mèche pour empêcher les Malagasy, et ce par tous les moyens, de monter sur le podium mais les héros y ont mis tout leur cœur pour défendre l’honneur de leur pays. En regagnant des titres perdus il y a plus 29 ans comme le 4x100m en
athlétisme et ceux hommes et dames de basketball.

Publié dans Sport

Membre active du Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs enseignants (SECES). Le Professeur Blanche Nirina Richard, nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), figure parmi ceux qui ont lutté pour avoir la validation du fameux « trois décrets » en faveur des enseignants, durant le régime transitoire. « Je suis là pour apporter des résultats et non vous décevoir », s’engage la ministre. Récemment nommée à ce poste, elle a tenu à rencontrer hier le Doyen de la Faculté de l’Economie, de Gestion et de Sociologie (EGS) à l’université d’Antananarivo, les représentants du SECES ainsi que ceux des étudiants et du personnel administratif et technique.Par ailleurs, le numéro Un du MESUPRES s’est rendue hier à la Faculté EGS pour une visite de courtoisie et pour dire au revoir à sa famille académique. « En tant qu’universitaires, nous appartenons à jamais à la même grande famille. Je suis appelée à une autre fonction, mais je serai toujours de votre côté.

Publié dans Société

43,7 millions de dollars. Madagascar bénéficiera de cette somme, octroyée par le Fonds monétaire international (FMI). Le conseil d’administration du FMI a achevé vendredi dernier la cinquième revue de l’accord relatif à la Facilité élargie de crédit (FEC). « Cet examen permet le décaissement d’environ 43,7 millions de dollars au titre de l’accord d’environ 304.5 millions de dollars », souligne le communiqué officiel. Cette somme servira à soutenir les efforts du pays pour renforcer la stabilité macroéconomique et stimuler une croissance soutenue et inclusive.
Un résultat satisfaisant. Les bilans de Madagascar restent positifs. Les autorités ont respecté tous les critères de performance c’est pourquoi le FMI continue à appuyer le pays. Les membres du FMI reconnaissent l’engagement des autorités dans le cadre de la Politique générale de l’Etat. « Les résultats de Madagascar dans le cadre de son programme économique appuyé par le mécanisme de crédit élargi (FEC) sont restés généralement solides. La croissance a été soutenue, l’inflation est modérée et la position vis-à-vis de l’extérieur est restée robuste.

Publié dans Société

Un gang a déclenché un assaut plutôt sanglant contre le domicile d’un maire d’une Commune du District de Befandriana - Nord, hier. Notons que l’édile en question loue un appartement à un opérateur chinois dans la filière pierres précieuses. Perpétrée par six individus armés, l’attaque est survenue vers 2h du matin et à un moment où les locataires dormaient.  Le maire ainsi que le commandant local de la brigade de la gendarmerie, venu  pour encadrer ses éléments, furent grièvement blessés  au cours d’une intervention. Car sitôt alertés, les éléments des Forces de sécurité ont échangé quelques tirs avec les agresseurs. D’ailleurs, c’était dans ces circonstances que l’un de ces derniers fut mortellement touché par les balles des Forces de l’ordre. De son côté, le Chinois est sorti indemne. Malgré toutefois l’intervention de la gendarmerie et la dureté des échanges de tirs, les malfrats ont pu emporter la somme de 63 millions ariary.  La nouvelle est parvenue au commandant de compagnie de gendarmerie de Mandritsara. Aussitôt, il a dépêché des véhicules pour évacuer les victimes mais également pour envoyer des renforts sur place.

Publié dans Politique
lundi, 29 juillet 2019

Bonne performance

C’est acquis ! Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a donné son feu vert pour le décaissement de la 5ème tranche au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Un aboutissement prévisible si l’on tenait compte de l’optimisme affiché par le représentant du FMI à Madagascar, Marc Gérard, le 24 juillet dernier. Ce jour-là même, le CA du Fonds a accordé le décaissement tant attendu avec effet immédiat d’un montant de 43,4 millions de dollars selon le Communiqué officiel de la partie malagasy. Rappelons que lors de la 4ème tranche, la Grande île avait bénéficié d’un décaissement d’un montant de 31,4 millions de Droit de tirages spéciaux (DTS) soit l’équivalent de 43,8 millions USD. Une mission d’évaluation du FMI au titre de la 5ème revue du programme de réforme économique de Madagascar soutenu par la FEC dirigée par Haris Charalambaros Tsongarides  s’était tenue du 29 mai au 11 juin à Antananarivo. Les résultats des travaux de la délégation  du FMI avec les responsables  malagasy du MEF et de la BCRM aboutirent à une conclusion sans appel selon laquelle le Gouvernement malagasy réalisa une bonne performance. Haris Charalambaros et la délégation qu’il dirigeait ont été satisfaits des efforts consentis par les nouveaux tenants du pouvoir. L’évaluation se concentrait autour de trois axes principaux : réformes économiques, amélioration de la gouvernance et intensification de la lutte contre la pauvreté couplée avec celle contre la corruption. Au bout du compte, le FMI félicite les initiatives prises et engagées par les autorités dans le cadre de la Politique générale de l’Etat (PGE). Des initiatives qui s’inscrivent réellement dans le processus d’actions soutenues par la FEC. Certes, des efforts sont encore à fournir notamment en ce qui concerne les subventions touchant les secteurs de l’énergie (JIRAMA) et celui des produits pétroliers. Bref, le service du FMI salue la bonne performance réalisée par les autorités malagasy.

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs
  • Route nationale secondaire 34 - Un pont métallique réhabilité par la direction régionale
  • Aéroport d’Ivato - Arrivée de 14 tonnes d’équipements sanitaires en provenance de Chine
  • Malagasy bloqués à l’étranger - Reste 700 ressortissants à rapatrier
  • Iles Eparses - Le rapport de connexité avec l’État malgache
  • Lutte contre la propagation du coronavirus - Des mesures draconiennes pour Analamanga
  • Manque de transparence - Précision du ministre des Finances
  • Retour au confinement - L’heure de se montrer tous responsables !

La Une

Recherche par date

« July 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Editorial

  • Effets délétères
    Les rafales de balles réelles du Covid-19 frappent de plein fouet le pays. Elles atteignent malheureusement des cibles stratégiques. L’ennemi  gagne du terrain. La Grande île est en guerre ! L’état-major de guerre change de tactique et opte décidément pour la manière forte. Devant la gravité de la situation au front, le chef de guerre donne l’ordre de déployer l’artillerie lourde. La bataille est difficile. En cause, deux mobiles majeurs. Un d’abord, dans le camp adverse, on a affaire à un redoutable ennemi dont la force principale réside sur le fait qu’il est « invisible ». Deux, le commandant en chef des Armées se confronte à un problème quelque peu complexe en raison de l’atmosphère d’indiscipline qui règne dans les rangs des guerriers. Les « simples soldats » vont en ordre dispersé. Leurs chefs sur terrain ont du mal à les mettre au pas. Ainsi, l’ennemi jouit l’avantage dû à son invisibilité mais le bordel du…

A bout portant

AutoDiff