Fosa Juniors FC de Madagascar se qualifie pour  le second tour de la ligue des  champions de la Confédération  africaine de Football (CAF)  malgré son match nul face aux Pamplemousses SC de Maurice. Les deux équipes se sont quittées sur le score de parité d’un but partout (1-1) à l’issue du match retour qui s’est tenu ce dimanche 25 août  au stade Anjalay Belle Vue à Maurice. Les Mauriciens ont ouvert le score à la 11ème minute sur un but de Fabrini Raza. Les « Fosa » ont tenté de riposter mais la finition des attaques reste sans conviction pour Jean Yves et ses camarades. Baggio, Maso et Dah Hery ont toujours créé des occasions de but à partir du milieu du terrain, mais ils échouent face à Kevin, le gardien de but mauricien. Les deux équipes se sont quittées à l’avantage de Pamplemousses SC (1-0) à la pause.  Au retour des vestiaires, les Fosa Juniors continuent d’entamer le match par une nette domination.

Publié dans Sport

Grogne des entreprises. La majorité des étudiants issus des universités et instituts supérieurs privés effectuent des stages d’observation, d’imprégnation ou d’embauche dans des entreprises, à partir de la 1ère année jusqu’en 4è ou 5è année, selon les objectifs fixés. Pourtant, le niveau de ces étudiants stagiaires laisse à désirer, voire au plus faible, si l’on tient compte des feedbacks des responsables. « Une étudiante de 3è année en communication a récemment fait un stage d’imprégnation au sein de notre rédaction. Au début, elle a pu suivre le rythme côté intégration et relations humaines mais côté technique, notamment dans la rédaction, son travail est vraiment décevant. C’est incroyable de constater qu’une étudiante en 3è année, en quête de son Licence, ne sait pas conjuguer les verbes. Sa rédaction est catastrophique, avec des phrases insensées et aucun accord », se désole un responsable auprès d’une entreprise de presse à Antananarivo. Ce cas n’est pas isolé puisque d’autres professionnels se plaignent dès l’entretien des stagiaires. « A part les diverses fautes d’orthographe dans les CV et lettres de motivation, les stagiaires ne savent même pas que faire avant et pendant les entretiens. Ils n’hésitent pas à poser des questions aux responsables, par exemple sur le contenu d’une lettre de motivation, ce qu’est un « portfolio » , nous confie un responsable des ressources humaines auprès d’une grande organisation.

Publié dans Société

« Hier, nous avons dîné au restaurant. Au moment de payer la note, le serveur nous a notifié que l'établissement n'acceptait plus les chèques en indiquant un panneau sur le mur. N'ayant pas assez de cash, on nous a conseillé de payer par carte bancaire. Et c'est à ce moment qu'est venue la surprise, puisque l'établissement appliquait une majoration de 5 % sur la totalité de l'addition pour compenser le coût d'utilisation de la carte Visa ». Face à de tel témoignage publié la semaine dernière sur le réseau social, les personnes utilisant la carte bancaire pour des opérations sont en révolte. Ils affirment que cette application de majoration ne suit pas la règle imposée par Visa elle-même. « C’est aux commerçants de supporter les frais y afférents et ils peuvent fixer un plancher d'addition pouvant être payée par carte si cela leur permet de récupérer la charge sur le volume. Et la commission n'est surtout pas de 5 %. Aucune banque locale ne l'applique. C'est à eux de payer les frais d'utilisation du terminal de paiement électronique (TPE) puisqu'ils proposent ce service, et le client n'a pas à payer de frais supplémentaires en cas de paiement par carte », martèlent les utilisateurs sur Facebook. 

Publié dans Société

Il a fallu aux dirigeants du ballon rond malagasy deux bonnes années  pour élire le successeur d’Ahmad à la tête de la fédération nationale. Les 22 présidents des ligues régionales ont jeté leur dévolu sur un ancien de la maison du football à Isoraka, Raoul Arizaka Rabekoto. Ce dernier qui n’est autre le 2e vice-président du comité exécutif présidé  par Ahmad a été propulsé président de l’association nationale, samedi à Toliary. Ancien Dg de la CNAPS, Raoul Arizaka Rabekoto  a raflé 15  sur les 22 voix exprimées au second  tour et ce face à  Hery Rasoamaromaka. C’est sous l’ère de Raoul  à la CNAPS que la section football de cette dernière renaissait de ses cendres et titillait avec les grands clubs de Madagascar. Une année après sa renaissance, la Cnaps Sport remportait déjà des titres tant au niveau régional que national. Cette appartenance à la Cnaps  sport constituait l’une des grandes raisons de l’échec de sa première tentative de briguer la présidence de la fédération nationale en 2010. Pour certains, le fait de diriger un club n’est pas compatible à une place importante dans la haute sphère dirigeante du football. Aujourd’hui, libéré de son poste de directeur général de la CNAPS et affranchi, en principe, de son statut au sein de la Cnaps sport football, Raoul Arizaka Rabekoto a été choisi par la majorité des ligues pour diriger le football malagasy.

Publié dans Politique

Le constat d’échec total de Lalao Ravalomanana à la tête de la Commune urbaine d’Antananarivo est sans équivoque. Ordures entassées, malgré tout, l’ancienne Première Dame et son équipe continuent dans leur lancée et semblent balayer toute volonté de rectifier leur tir. A près d’un mois avant la fin de son mandat, la magistrate de la ville persiste à utiliser ses dernières cartes pour récolter le maximum d’argent sur le dos de la municipalité. Une manœuvre qui vise, sans nul doute, à préparer la prochaine campagne électorale pour les municipales.
En ce moment, les nouveaux box commerciaux pullulent à chaque coin de rue. Du côté de Besarety, par exemple, sitôt les travaux de réhabilitation de l’axe routier ont été achevés que la CUA commence déjà à tracer des places pour les marchands au bord de la rue. Pas plus tard que la semaine dernière, le traçage d’une ligne jaune faisant office de marquage au sol du côté de Behoririka pour limiter le lieu autorisé aux marchands ambulants sur les trottoirs a suscité la consternation des citoyens sur les réseaux sociaux. Par conséquent, les piétons sont les plus lésés dans l’histoire car ne disposent que d’un petit espace pour traverser. « Les piétons devront donc voler », a commenté ironiquement un internaute sur la page officielle du service communication de la CUA.

Publié dans Politique

La double élimination de suspects en lien avec une tentative de braquage, vendredi matin à Antsahamanitra, alimente encore les conversations. Une vague d’indignations s’élève chez l’opinion après l’allure d’une simple exécution.  Les images montrant les éléments des Forces de l’ordre tirant sur le nommé A.S.Mamy (41 ans) domicilié de son vivant à Anjezika Andavamamba, alors allongé et face contre terre près de la voie ferrée à Ampefiloha, n’ont pas fini d’horrifier les internautes. Lors de sa capture, un cameraman d’une chaine de Tv privée a pu filmer la scène. Entouré par des membres d’une section spéciale de la Police, le présumé en question vivait encore, à preuve il tentait de relever sa tête. Mais sans la moindre hésitation et avec un calme olympien, un des membres de cette section dégaine son arme et tire à bout portant sur la tête de ce soi-disant « braqueur ». Celui-ci fut tué certainement sur le coup. La scène se déroule devant les badauds qui s’intéressaient à l’arrestation. Un geste immature du policier qui a créé une compassion des citoyens envers le présumé à terre et désarmé. « Je comprends le réflexe du policier si et seulement si, il était en légitime de défense ou dans le cas des échanges de  coups de feu. Cependant, l’homme était déjà à terre et apparemment n’a plus l’intention de fuir », rouspète un commentateur. Un autre pour sa part avance qu’en faisant ce geste irréfléchi, les policiers incitent les gens à se faire justice eux-mêmes.

Publié dans Politique
dimanche, 25 août 2019

Attentisme coupable !

 Qui ne dit mot consent ! Face aux dérapages scandaleux d’un citoyen, le Gouvernement fait le sourd et le muet ou encore l’aveugle. Au vu et au su de tous, un candidat recalé de 2013, résident en France jouissant du statut de la bi-nationalité (malagasy-français), fait parler sinistrement de lui en piétinant la loi du pays. On attend quoi ? Fleury Rakotomalala, car il s’agit de lui, dénigre sur la place publique et s’assoit sur la tête de Chef de l’Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina. Un acte délibéré et passible de sanctions qui, apparemment, laisse indifférentes les autorités compétentes.  Nébuleux opérateur économique, résident en France et souvent de passage dans son pays d’origine, ce Malagasy de nationalité française, agit en électron libre ou en inconscient. Homme à scandales, Fleury Rakotomalala met les pieds dans un domaine, la politique, où il ne s’y connait rien. Il patauge et éclabousse. En effet, fervent soutien du candidat Emmanuel Macron, il a créé à Madagascar, en pleine campagne électorale française, une antenne de La république en marche (LRM) « Antananarivo en marche ». Il mobilisait les Français et les binationaux sur place, bien-sûr, pour voter au profit de son « poulain ». En dépit du faible taux de participation, le candidat de LRM gagna la cagnotte à Tanà. Ainsi, c’est la raison qui le pousse à croire qu’il est « inaccessible » ou « intouchable » voire hors de portée à toute attaque même s’il commet des énormités. C’est à voir ! Dans les faits, Fleury Rakotomalala, le « vazaha taratasy », accuse le Président malagasy de tous les mots et de tous les maux entre autres d‘assassin ou d’un vulgaire usurpateur de pouvoir. Des accusations graves portant atteinte à l’honorabilité et à la dignité d’un Chef d’Etat et par ricochet à la souveraineté de toute la Nation et au respect de tout un peuple. Il utilise impunément et impudemment ainsi les réseaux sociaux avec partage publique et de surcroit sans preuves matérielles et tangibles. Si ce n’est pas une diffamation publique, Dieu que ça y ressemble ! Pour la définition, on appelle une diffamation publique, selon le cadre juridique français prévu par la Loi du 29 juillet 1881 « Toute allégation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait imputé est une diffamation ». La législation française, pays où il a proféré ces mots effrontés, condamne vivement la diffamation publique. Et la loi malagasy qui s’était inspirée fondamentalement du droit français dénonce également et véhément de tel acte. Et la nouvelle législation sur la cybercriminalité prévoit aussi des sanctions sévères à l’encontre des auteurs de ces méfaits. Seulement voilà, plus d’un observateur s’indignent de l’inertie des tenants du pouvoir. A eux de s’interroger avec en toile de fond une inquiétude troublante : « pourquoi les autorités compétentes se taisent ? » « Comment peut-on comprendre ce manque de réaction » ? « Est-ce par impuissance ou par complicité tacite ? » En fait, des questions pertinentes et légitimes qui dérangent les esprits. Bref, pourquoi n’applique-t-on pas la loi ?  Il semble quelque part qu’on attende quelque chose ! Ils (les tenants du pouvoir) donnent l’impression d’hésiter. Mais, attention à un attentisme coupable !

Publié dans Editorial
dimanche, 25 août 2019

La une du 26 août 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Recherche par date

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff