Jennifer Rahariniaina est la nouvelle championne de Madagascar d’escrime 2019. Celle-ci est la fille de l’ancien gardien de but du temps de Scorpion de Madagascar. Il s’agit de Raharison Jean Chrysostome, plus connu sous le nom de Bota. Ancien joueur de DSA (1998-2006) puis de l’Uscafoot (2007 et le FCA Ilakaka (2008-2009),  avant d’aller évoluer à l’AS Excelsior. Il a mouillé le maillot pour l’équipe nationale avec 36 sélections.  la famille a le sport dans le sang, maintenant c’est au tour de Jennifer de prendre le flambeau. Une athlète prometteuse pour la discipline escrime.  Cela fait seulement 2 mois de pratique, dans ce sport, une première participation, et la voilà déjà sur le sommet national à  seulement 14ans. Elle avait  détrôné à Toamasina la double championne de Madagascar, Solange Razafindrazana. Mais l’aventure ne s’arrête pas là pour Jennifer Raharinaina, elle est dans l’équipe nationale d’escrime aux Jeux Africains de Maroc. 

Publié dans Sport

Pour le premier semestre de cette année, la Douane malagasy a collecté près de 1 335,4 milliards d’ariary de recettes budgétaires, soit 47,8 % de la totalité des recettes fiscales de l’Etat. Selon les informations divulguées par la Direction générale des Douanes (DGD), les premières entreprises contribuables sont surtout les compagnies pétrolières. Effectivement, dans le top 5 des entreprises pourvoyeuses de recettes douanières au cours du premier semestre 2019, les quatre premières places reviennent aux compagnies pétrolières. « A la première place, nous pouvons retrouver Jovena Madagascar, suivie ensuite de Galana Distribution Pétrolière et de la Société malgache des pétroles Vivo Energy (SMPVE), ainsi que Total Madagascar » précise une source auprès de la Douane malagasy. La brasserie Star, industrie agroalimentaire, ferme le classement des cinq grosses entreprises pourvoyeuses de recettes douanières.

Publié dans Economie

Décidément, l’on est tenté de croire que samedi dernier était une journée noire à cause du cortège d’accidents parfois meurtriers survenus sur les routes nationales du pays. L’un de ces accidents, survenu au PK 161 de la RN34, dans une localité située dans la Commune rurale de Dabolava, dans le  district de Miandrivazo, a été particulièrement spectaculaire. Effectivement, samedi dernier vers 20h, 8 personnes ont trouvé la mort et 3 autres grièvement blessées dans des circonstances effroyables car elles se faisaient écraser ou comprimer par le poids de la marchandise lors d’une embardée du camion  qui les a transportées. Le chauffeur figure dans la liste des victimes tuées dans ce drame.  Pour l’heure, l’origine de cet accident n’a pas été encore élucidée. Le seul renseignement qui a filtré, c’est que le mastodonte serait avant tout surchargé.

Publié dans Société

Une vingtaine d’institutions et entreprises labellisées. Le Décret n° 62-162 sorti en 1962 souligne qu’une société employant plus de 25 femmes salariées devrait avoir un « coin allaitement ». Il s’agit d’un espace où ces mères peuvent allaiter leurs bébés. D’ailleurs, elles disposent d’une heure par jour pour le faire jusqu’au 15ème mois du nourrisson, selon toujours le Décret. « Depuis la sortie de la communication verbale en 2016, 4 ministères et 16 entreprises disposent de ce coin allaitement. 4 autres seront labellisés au cours de cette semaine, dédiée à l’allaitement maternel. Le Lycée privé catholique de Miarinarivo en fera partie », avance Nirina Rafarahanta, directrice de la protection sociale des employés auprès du ministère de tutelle. Le nombre de coins allaitement reste insuffisant, voire minime, si l’on tient compte de celui des entreprises employant des femmes. Cette situation pourrait s’expliquer par la faille dans l’application de la loi, la méconnaissance des employeurs ou encore leur négligence. D’ailleurs, certaines sociétés n’hésitent pas à licencier leurs salariées dès qu’elles tombent enceintes ou encore durant leurs congés de maternité. « Je viens d’être renvoyée en étant enceinte. Mon patron m’a dit que je ne suis plus capable d’assurer la production avec ma grossesse. Je ne peux rien faire, sans contrat de travail », nous confie Prisca. Cette jeune femme a travaillé comme opératrice auprès d’un « call center » à Tanjombato.

Publié dans Société

Double avantage. La population malagasy a effectué samedi dernier la 6e édition du « Tagnamaro », la journée de citoyenneté, initiée par le ministère de la Communication et de la culture. « Nous sommes les initiateurs du projet mais non le leader. Chaque groupement, société privée, entité publique ou même les habitants d’un quartier donné peuvent organiser les siens chaque troisième samedi du mois », précise Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, ministre de la Communication et de la Culture. Elle qui explique que le fait de tenir le « Tagnamaro » un samedi n’est pas fortuit. « C’est antiéconomique de le réaliser durant les jours ouvrables. Et comme, il s’agit d’une action citoyenne, ce n’est pas un grand sacrifice d’octroyer une journée par mois à la Nation », martèle la benjamine du Gouvernement actuel lors du lancement du début des travaux de réhabilitation d’une ruelle à Soanierana, dans le cadre de la 6e  édition du « Tagnamaro ». Les travaux y afférents dureront 2 mois mais les riverains, bloqués par la coupure de cette ruelle, se réjouissent de ce choix du ministère. Avec ce concept de « Tagnamaro », le budget de la Commune urbaine d’Antananarivo, à qui incombe en principe la réhabilitation de cette ruelle, ne sera pas amputé. 

Publié dans Politique

La Politique générale de l’Etat (PGE) présentée par le Premier ministre Louis Christian Ntsay à l’Assemblée nationale vendredi est pleine d’ambitions réalistes à la mesure des « velirano » ou promesses électorales du Président Andry Rajoelina. Sa mise en œuvre sera pour le court terme, selon les précisions du locataire de Mahazoarivo. Elle ne couvre pas la période allant jusqu’à la fin du mandat électif du locataire d’Iavoloha. Le budget nécessaire à la mise en œuvre de la PGE est déjà entre les mains du Gouvernement. Celle-ci sera bientôt doublée du Plan Emergence pour Madagascar 2019-2013. En cours d’élaboration, celui-là sera bientôt disponible. Le Plan fournira beaucoup plus de détails sur la politique du développement. Parallèlement, une attention particulière sera portée sur l’élaboration de la loi de Finances 2020. Pour en revenir à la PGE, celle-ci met l’accent sur la décentralisation effective comme moteur du processus de développement véritable. Cette année même, les vingt deux régions de développement de l’île recevront chacune un budget d’un milliard d’ariary pour doper leur fonctionnement. Selon les consignes du Premier ministre, les ressources ainsi octroyées doivent être utilisées à bon escient.

Publié dans Politique
lundi, 19 août 2019

Vivement aux urnes

La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au lundi 25 novembre à minuit, 48 heures avant la date fatidique du scrutin. Le même décret précisa aussi le montant de la caution à payer à tout candidat désirant de se présenter. Désormais, il appartient aux états-majors politiques d’affûter leurs armes. Sur le plan global, les dirigeants politiques auront à confronter  deux épineux écueils, véritables casse-tête pour chacun sinon pour certains, à savoir dénicher la « perle rare » ou l’ «  oiseau rare » à présenter et s’assurer d’une assise solide sur le plan financier. Les candidatures pour les grands centres urbains comme la Capitale et les anciens chefs-lieux de province (six au total) nécessitent la disponibilité d’avoir dans son escarcelle des personnalités ayant la stature d’hommes ou des femmes crédibles, riches en parcours politique et professionnel, capables de maîtriser les soubresauts des aléas liés à la gestion des grandes cités.  Le cas précis de la Capitale de Madagascar mérite une attention spéciale. C’est un enjeu national et capital! D’abord, le pouvoir central ne laissera pas facilement la gestion de la Ville des Mille à la merci des aventuriers ou aventurières. Etant la vitrine du pays, la collaboration étroite entre les tenants du régime et ceux de la Commune (CUA) s’impose de fait. Et ensuite, c’est un probable tremplin pour l’assaut du pouvoir central. D’aucuns constatent la nécessité et l’urgence pour Antananarivo de lui offrir une opportunité nouvelle pour un souffle nouveau à la gestion de la Ville. La gabegie et l’anarchie doivent cesser … incessamment. La cité d’Andrianjaka, la Ville des Mille, ne mérite point de ce bordel. Il s’agit d’un énorme défi à relever qui attend la prestation de tout parti politique digne d’être. Le MAPAR et ses acolytes de lutte ne manqueront pas d’aligner un « soavaly » de marque, un « pur-sang ». Dans les autres Faritany, les états-majors auront également du pain sur la planche. La plate-forme présidentielle s’attelle aux courses depuis belle lurette. Elle est prête à ravir la victoire. Vivement aux scrutins ! Etant une élection de proximité, le scrutin des Communales et Municipales du 27 novembre revêt un caractère vital surtout pour le régime qui doit forcément confirmer et conforter son ancrage auprès du peuple. Elle incarne aussi la volonté directe de la population dans le choix de ses dirigeants sur terrain et cela pour savourer enfin le meilleur.

Publié dans Editorial
lundi, 19 août 2019

La une du 20 août 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Recherche par date

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff