Dans le cadre du développement et de la promotion de l’Education physique et sportive (EPS) et son environnement, plusieurs ateliers seront organisés par La Mention Enseignement- apprentissage et didactique des Activités physiques, sportives et artistiques (EAD/APSA). Le premier atelier d’échange et de partage vise à l’amélioration des capacités de recherche, l’enrichissement des connaissances acquises et le renforcement des compétences des étudiants et des enseignants dans le domaine de l’Education physique et sportive. Ainsi, la Mention EAD/APSA organisera le premier atelier d’échange et de partage qui se tiendra le 03 septembre 2019 de 9h à 13h au petit Amphi de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) à Ampefiloha. Ce premier atelier entre dans le cadre d’un échange et de partage sur le développement et la promotion de l’Education physique et sportive.  L’Ecole Normale Supérieure de l’Université d’Antananarivo est une école de formation des enseignants d’éducation physique et sportive et des encadreurs de toutes activités physiques sportives et artistiques à Madagascar. La présence de cette faculté a pour objectif principal de former et préparer les étudiants aux métiers d’intervention en Education physique et sportive.  « Pourtant chaque niveau d’enseignement est confronté à des problèmes constatés sur trois points : fonctionnel, opérationnel et structurel. Effectivement  en cette période de réalisation du système LMD, la Mention Enseignement- Apprentissage et Didactique des Activités Physiques et Sportives et Artistiques (EAD/APSA) a pris des mesures importantes pour le développement et la promotion de l’Education physique et sportive et son environnement. C’est ce qui nous a motivés à organiser ce premier atelier. »

Publié dans Sport

Enfin, la fameuse voiture du souverain pontife  a été dévoilée ! A une semaine de la venue du Pape François à Madagascar, les organisateurs peaufinent les derniers détails. Hier, la Nonciature ainsi que la Conférence épiscopale de Madagascar (CEM) et l’entreprise Le Relais, constructeur de la gamme « Karenjy » ont donc présenté à Ivandry, la papamobile qui transportera le Pape, lors de ses différents déplacements dans la Capitale. Ce sera alors une « Karenjy » de type Mazana II, mais l’arrière a été modifié pour lui permettre de s’y asseoir confortablement. En tout cas, la papamobile ne sera pas blindée. « C’est une demande exprès du Pape. En effet, un cahier des charges définissant les points à respecter dans la construction de la papamobile nous a été envoyé.  Nous nous sommes donc conformé à ce cahier des charges envoyé par l’équipe de sécurité du Vatican. Mais ce qui est sûr, c’est que le Pape François aime être en contact avec les gens. De ce fait, être confiné dans un espace ne lui convient pas du tout », a soutenu Henri Roussel, responsable commercial au sein de l’entreprise Le Relais, lors de la présentation de la voiture. En dehors du pare-brise, seul le toit sera donc vitré. Tout le monde pourra voir le Pape en direct et non par l’intermédiaire d’une vitre.

Publié dans Société

Fin de l’épisode. Le Conseil d’Etat vient de trancher sur la requête déposée par les nouveaux actionnaires d’AMETIS. Ces derniers ont demandé l’annulation et le sursis à exécution de la décision de résiliation du contrat de Délégation de service public (DSP) sur le projet « e-visa » (délivrance de visas électroniques), en novembre 2018. Le Conseil d’Etat étant la seule entité compétente à annuler une décision gouvernementale. Avec le verdict sorti le 27 août dernier, aucune voie de recours n’est plus possible pour la société AMETIS. Ces conflits internes des sociétés et actionnaires du projet  « e-visa » n’ont toutefois pas impacté la délivrance de visas électroniques. Les activités quotidiennes se sont poursuivies normalement auprès de 8 aéroports malagasy. Ce système permet, rappelons-le, la délivrance de visas électroniques aux étrangers non-immigrants de passage à Madagascar. Ce moyen de contrôle contribue non seulement à augmenter le nombre de touristes venus visiter le pays, mais il contribue également au renforcement de la sécurité et à la traçabilité des recettes de l’Etat.

Publié dans Société

Chaque année, Madagascar perd environ 1 milliard de dollars à cause du pillage de ses ressources halieutiques. En 15 ans, presque 4000 marins de différentes nationalités ont été pris en otage avec des rançons estimées à 385 millions de dollars. Ce sont des constats avancés par le  Président Andry Rajoelina, dans son discours, lors de la Conférence Spéciale sur la promotion de la coopération dans la région  occidentale de l’Océan Indien. Un évènement qui s’inscrit toujours dans le cadre du 7ème sommet  de la TICAD au Japon. En tant qu’orateur principal, le Chef de l’Etat malagasy  a choisi de parler du  problème de la piraterie maritime. Sur cette lancée, il souligne que le coût  économique de la lutte contre la piraterie maritime de 2010 à 2016 s’est élevé  à plus de 25 milliards  de dollars. Un fléau qui, selon lui, nuit aux  échanges économiques et à la sécurité des biens et des personnes.
« Face à ce constat, nous devons réagir ! Nous ne pouvons tolérer qu’autant de ressources qui pourraient contribuer à l’essor économique soient pillées par des actes de criminalité », a insisté le Président de la République. Il met l’accent sur la sécurisation maritime nationale et régionale pour permettre au développement d’une véritable économie bleue. La « Charte Africaine sur la sécurité et la sûreté maritime et le développement en Afrique », dite « Charte de Lomé » ainsi que la « Stratégie Africaine Intégrée pour les Mers et les océans-horizon 2050 » sont les principales initiatives rentrant dans la sécurisation maritime. Des initiatives qui manquent visiblement de concrétisation.

Publié dans Politique

Rivalités. Les employés de la société d’Etat Fanalamanga sont dans l’expectative. Depuis mercredi soir, deux cadres moyens sont placés sous mandat de dépôt à Moramanga à l’issue d’un double déferrement. La principale charge retenue contre eux s’assimile aux faux et usage des faux au sujet de planches de pin chargées dans trois conteneurs. Le procès des prévenus est prévu pour le 6 septembre prochain. Deux autres cadres auraient aussi écopé d’un emprisonnement ferme de 5 ans assorti d’une amende de 300 millions d’ariary pour cause de détournement. En même temps, un des bras droits de l’ancien directeur général (DG) Augustin Rakotonirina, actuellement devenu député élu à Moramanga, serait mouillé dans une affaire de corruption active. Les instances de lutte anti-corruption ont entre les mains le dossier le concernant, selon des sources concordantes.
Deux camps rivaux
Toutes ces intrigues mettent la puce à l’oreille des employés. « Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir percevoir le salaire du mois en cours », s’inquiète une mère de famille à Antsirinala, là où se trouve le siège social de la société Fanalamanga. En effet, les cadres de cette dernière s’engagent dans une guerre fratricide sur fond de conflit d’intérêts.
Une guerre froide a couvé entre eux depuis quelque temps déjà. Deux camps rivaux se sont formés. Les dirigeants d’hier s’érigent en adversaires de ceux en place. Cette semaine, l’une des deux parties belligérantes a saisi la compagnie territoriale de la Gendarmerie de Moramanga. Inversement, celle-ci a adressé une plainte auprès du commissariat de police de la ville contre le camp adverse. La rivalité latente a ainsi empesté le climat. Le traitement de l’affaire a donné des maux de tête aux officiers de police judiciaire. Les deux entités, chacune de son côté, ont transmis les résultats de leur enquête préliminaire respective au tribunal de première instance de la capitale du Mangoro mercredi. Plus d’une trentaine d’individus y ont été entendus. Tous sont des employés de la société mise en cause, y compris le directeur administratif et financier (DAF) qui assure l’intérimaire du DG. Tous les deux ont des liens de parenté, selon plusieurs sources.

Publié dans Politique
vendredi, 30 août 2019

Haro aux abus

Un agent de la police municipale déchire publiquement les papiers de véhicule d’un particulier. Un agent de la police nationale abat froidement, à bout portant, un citoyen au vu et au su de tout le monde. Un commandant de Brigade de la gendarmerie mouille sa barbe à des rapts. Des militaires dépêchés dans le sud pour sécuriser la population tirent sans sommation sur des personnes sans armes, etc. Des cas d’exactions gratuites,  loin d’êtres isolés à l’échelle nationale, sèment la terreur dans le pays. Des abus qui doivent être anéantis un beau jour. A Behoririka, il y a quelques jours, à l’issue d’une banale altercation, un agent de la police municipale émietta les papiers d’un chauffeur pris en flagrant délit d’insubordination au Code de circulation à Tanà, avance-t-on. Les curieux et les témoins de la circonstance ont failli passer à tabac l’agent indélicat. Heureusement pour sa vie, les renforts arrivèrent à temps. Quelques années de cela, les agents de la Commune malmenèrent une femme âgée à Analakely qui succomba de ses blessures. A Ampefiloha, un Inspecteur de Police chargea sans autre forme de procès un citoyen. Sinistre disciple de la gâchette facile, l’agent inconscient de ses actes, tua bêtement un homme. Evidemment, la Justice le reconnut coupable et le jeta en prison à … Tsiafahy. La mémoire des pires exactions commises par les 40 agents de police sur les pauvres habitants  d’Antasakabary, dans le District de Befandriana Avaratra reste encore ancrée dans les souvenirs. Cette terrible affaire qui demeure non élucidée jusqu’à ce jour hante toujours les esprits. A Tsaratanana, des rapts terrorisent les gens. Des chefs de gangs qui restent introuvables firent planer la terreur. Au final,

Publié dans Editorial
vendredi, 30 août 2019

La une du 31 août 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Recherche par date

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff