Politique

Entre les grèves des employés de la douane, la grande mobilisation prévue des journalistes membres du Mouvement pour la liberté d’expression ou encore la manifestation du parti Tiako i Madagasikara, la semaine qui s’en vient s’annonce compliquée pour l’Exécutif. 
Le régime attend le bon vouloir des Chinois pour réhabiliter la route nationale 10 à partir d’Ambovombe  jusqu’à  Andranovory, Toliara II, en passant par Tsihombe, Beloha, Ampanihy et Betioky. Autant de districts qui sont touchés par l’insécurité alimentaire chronique due au climat et à l’insécurité physique permanente des résidents et ce, à la merci des dahalo et des trafics de tout acabit. Cette partie de l’île regorge de ressources inestimables.
Les internautes se sont littéralement déchaînés suite à la diffusion sur la toile de l’interview de Hery Rajaonarimampianina sur le plateau du journal Afrique de France 24, lors de son récent séjour dans l’Hexagone. D’une manière générale, les commentaires portaient sur les réponses jugées « à côté de la plaque » ou encore « démagogiques » du Président malgache par rapport à la réalité sur le terrain. Il faut reconnaître que, à plusieurs reprises, l’actuel locataire d’Iavoloha a été littéralement déstabilisé par la journaliste de service, laquelle a fait preuve d’entêtement face aux dérobades de son interlocuteur.
Dernier face-à-face en direct entre les parlementaires et l’équipe gouvernementale hier et aujourd’hui. Nos élus sont indéniablement de peu d’utilité aux yeux des citoyens. Ils jouent à peine leur rôle au profit des particularismes. Ils doivent avoir beaucoup de compte à rendre aux électeurs en matière de décentralisation en particulier. Mais très peu sont certainement disposés à en parler de long en large à la population. La décentralisation est capitale pour le développement durable et harmonieux au niveau des Communes, Régions et Provinces autonomes qui constituent les Collectivités territoriales décentralisées (Ctd) reconnues par la loi en vigueur.
Un enregistrement audio circule depuis quelques jours, dans la sphère médiatique. Il s’agirait d’une conversation téléphonique entre une femme supposée être Claudine Razaimamonjy et un enquêteur au niveau du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco).
Carton  rouge pour le Gouvernement malagasy. Le contenu du Trafficking in Persons Report (TIP Report 2017), publié par le département d’Etat américain, est accablant pour la Grande île et cloue le gouvernement au pilori. « Le Gouvernement de Madagascar ne se conforme pas entièrement aux normes minimum pour l’élimination de la traite de personnes », souligne d’emblée ledit rapport en abordant la situation du pays. A en croire ce même rapport, les efforts accomplis sont significatifs mais insuffisants.
Le syndicat des magistrats de Madagascar a décidé d’accorder un délai de dix jours à l’Etat avant d’observer une grève générale. Telle est la principale décision prise, hier, par ladite organisation syndicale, suite à son assemblée générale, pour prendre des décisions devant l’indifférence des autorités étatiques face à ses revendications.  Le Smm s’est réuni en assemblée générale hier dans les locaux de la Cour suprême Anosy. Préalablement à l’Ag d’hier, des assemblées générales décentralisées se sont tenues  la semaine dernière dans les chefs-lieux de province. 

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

La Une

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff