Politique

La rumeur ne finit pas d’enfler. Depuis quelques semaines, un homme politique hautement placé, dont nous tairons pour l’heure le nom, est l’objet de bruits persistants concernant sa vie personnelle. Le sujet est  devenu ces dernières semaines un véritable sujet d’actualité  à côté des gros dossiers que sont les revendications syndicales, l’insécurité, l’inflation galopante et les accidents meurtriers. 

Etre débiteur d'une banque - Un vrai calvaire

Publié le mercredi, 02 août 2017
Le principe « gagnant-gagnant  » est de mise afin d'instaurer un climat d'apaisement entre les banques et leurs clients. Les opérateurs économiques, tant nationaux qu'internationaux, ont besoin en grande partie de l'appui des banques afin de réaliser leurs projets. Les banques ont également besoin  de leurs clients pour pouvoir rentabiliser leurs investissements en termes d'emprunt. Ce sont les diverses commissions, les taux d'intérêts des prêts accordés aux clients qui leur permettent de faire des résultats à chaque exercice.
« Un  tragique  accident  est  survenu  sur  la  RN4,  Antananarivo-Mahajanga, à une  vingtaine de kilomètres avant Ankazobe, vers minuit, le 31 juillet. En milieu de matinée, le bilan provisoire faisait état d'une trentaine  de  morts  et  des  dizaines  de  blessés », peut - on lire en première ligne d'un communiqué de la Présidence, avant - hier. Le même communiqué a été diffusé dans les médias ainsi que sur le site de la Présidence.
Comme le dit le proverbe espagnol, « La mort ouvre les yeux des vivants » ? Le décès subit de l'ancien Président du Congrès de la Transition et l'accident grave qui a eu lieu à Ankazobe avant-hier ont mis en avant l'hypocrisie des membres de la classe politique malgache…
Depuis le début de l’année, il ne se passe quasiment pas un jour sans qu’un décès dramatique ne soit recensé. Le décompte macabre semble être allé crescendo ces derniers temps. Ces décès n’épargnent aucune catégorie de personnes et aucune région du territoire malgache, du Nord au Sud et d’Est en Ouest, principalement dus à l’insécurité. Les « dahalo » et les coupeurs de route dictent leur loi en semant la terreur et la mort dans les coins reculés ainsi que sur les routes nationales.
Des restrictions aux libertés de réunion et de manifestation. C'est en ces termes que l'Observatoire de la vie publique ou Sefafi a qualifié les récentes interdictions du régime Rajaonarimampianina à travers un nouveau communiqué hier. Le Sefafi ne manque pas de dénoncer les deux poids deux mesures des tenants du pouvoir. D'abord, l'interdiction de toute manifestation à caractère politique sur la voie publique pendant le mois de juin, sous prétexte de la célébration du 57ème anniversaire de l'indépendance.  Cette restriction n'a pourtant pas empêché le parti au pouvoir de tenir les assises nationales à Toliara, le 17 juin.
Hier, l'ancien ministre Tsiandopy Jacky Mahafaly a été retrouvé sans vie sur son lit. La thèse d'une mort naturelle est écartée par les enquêteurs qui vont dans le sens d'un assassinat.

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff