Nos archives web

La une du 7 mars 2019

Publié le mercredi, 06 mars 2019

Le secteur agricole représente un grand levier pour le développement de l’économie de Madagascar. Pourtant, sa valorisation ne pourrait s’effectuer que par le biais de la sécurisation foncière. En effet, la course à la
« terre » commence à s’intensifier en ce moment. Pourtant, la sécurisation foncière n’est possible qu’à partir du moment où le propriétaire détient un titre foncier. C’est ainsi que la Banque mondiale a octroyé un don de 52 millions de dollars afin de renforcer le programme de certification foncière, mené par le Gouvernement. Ce projet a été approuvé vendredi dernier au sein du Conseil d’administration de la Banque mondiale. « L’agriculture occupe environ 80 % de la population et a le potentiel de sortir des millions de Malagasy de la pauvreté. A moins que les droits fonciers et la propriété ne soient sécurisés, il est peu probable que les agriculteurs investissent à long terme dans les terres qu’ils utilisent. C’est pourquoi la Banque mondiale s’est engagée à soutenir davantage le Gouvernement à mettre en œuvre sa stratégie nationale de certification foncière pour que de nombreuses autres communautés puissent en tirer des avantages », a déclaré Coralie Gevers, représentante de la Banque mondiale à Madagascar.

Projet CASEF

L’Association internationale de développement (IDA) mettra ainsi à l’échelle les acquis du projet de Croissance agricole et de sécurisation foncière (CASEF) et va concevoir des mécanismes de pérennisation des dispositifs communaux. Ce financement additionnel renforcera essentiellement l’appui à la certification foncière ainsi que la production de statistiques agricoles de base, indispensables pour l’analyse et la prise de décision en matière de politique agricole. Ce financement additionnel visera la distribution de 2 millions de certificats fonciers supplémentaires d’ici juin 2022 et appuiera 309 guichets fonciers communaux supplémentaires, ce qui portera le total des guichets fonciers soutenus par le projet de 191 à 500. Avec un total de 2,5 millions de certificats fonciers qui seront distribués, le CASEF soutiendra la plus grande intervention foncière actuelle à Madagascar. Les zones du projet relevant de la composante
« Soutien à la politique foncière et à la certification foncière » seront étendues à quelques Régions supplémentaires, à savoir Diana, Sava, Boeny, Betsiboka, Sofia, Alaotra-Mangoro, Bongolava, Haute-Matsiatra et Amoron’i Mania. L’accent sera mis sur l’amélioration de l’information sur les chaînes de valeur. Un entrepôt de données sera conçu et développé pour soutenir l’intégration et l’harmonisation des données agricoles. A titre d’information, le projet initial CASEF, mis en œuvre depuis septembre 2016, a déjà servi plus de 228 000 ménages agricoles.
Solange Heriniaina

Jamais les kidnappeurs dans ce pays n’ont agi avec autant de cruauté et de barbarie, sauf peut-être aussi lors de la regrettable affaire Annie&Arnaud, que plus récemment et cette fois dans les environs de Maevatanàna. Car sur les  4 enfants qu’ils ont enlevés, dont une fillette de 6 ans, l’un fut exécuté dans des circonstances inhumaines et blâmables. Le malheureux qui a une dizaine d’années fut même torturé peu de temps après son rapt avant que ses ravisseurs ne l’aient finalement tué dans une localité baptisée Vodiriana près d’une mine d’or, située à 2h de route de Maevatanàna. A préciser que l’otage le plus jeune est une fillette de  6 ans seulement. Tous ces pauvres enfants sont issus de modestes familles d’orpailleurs de la région. “Ce qui déroute dans cette sale affaire, c’est que les parents des victimes sont loin d’être des gens aisés. Et pourtant, les ravisseurs cherchent à les rançonner pour des dizaines de millions d’Ar contre la liberté de leurs progénitures”, déplore le commandant de la Gendarmerie nationale.

L’élection législative accapare l’attention des écuries politiques malgaches. La bataille pour l’obtention de la majorité à l’Assemblée nationale de Tsimbazaza s’annonce rude. Des ministres dans l’actuel Gouvernement pourraient être candidats sous la couleur orange du camp présidentiel. C’est l’information qui circule actuellement dans les salons huppés de la Capitale. Pour tenter d’accrocher le maximum de sièges à l’hémicycle de Tsimbazaza, le giron présidentiel pourrait en effet être tenté de miser sur quelques valeurs sûres.  « L’expérience, cela compte », fait valoir un responsable du parti.  Ainsi en va-t-il des membres du Gouvernement.  Une poignée d’entre eux pourraient être en lice à l’occasion du scrutin du 27 mai prochain. Le voile sera levé dans les prochaines heures. La date de clôture de réception des dossiers de candidature pour les élections législatives est prévue pour le début de la semaine prochaine. Et il est entendu que le « Isika rehetra Distrika miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina », plateforme devant présenter les candidats du camp présidentiel, rendra public sa liste de candidats aux prochaines élections législatives incessamment.  En tout cas, ces ministres candidats devraient démissionner de leur poste une fois leur candidature validée.  Andry Rajoelina et Christian Ntsay pourraient être contraints de revoir les contours de leur équipe.

Alors que le Président Andry Rajoelina lance le vaste chantier de reboisement dans tout Madagascar, d’autres font le contraire en voulant faire disparaître les forêts malgaches. C’est le cas notamment sur la côte Est de Madagascar où se trouve la forêt de Vohibola, menacée de disparition face aux actions néfastes des trafiquants qui, en plus, massacrent des espèces de primates. Les trafiquants, selon les informations émanant des témoins, bénéficieraient de la bénédiction et de la protection de certaines autorités locales qui restent les bras croisés. « Et pourtant, cette forêt pillée jour et nuit par les trafiquants en tout genre est classée aire protégée. Sans la moindre inquiétude, des gens coupent les bois  de cette dernière forêt littorale de la côte Est de la Grande île et tuent sans pitié les espèces endémiques qui s’y trouvent. En moins d’une semaine, les trafiquants et les charbonniers ont dévasté plusieurs hectares de forêt. Des centaines de bois, ronds et carrés, débités à la va-vite y prennent petit à petit la place. Des centaines de sacs de charbon quittent le lieu pour être embarqués dans des bateaux. La disparition de la forêt de Vohibola semble si proche. Pire, des animaux comme les « avahilaniger » subissent également la sauvagerie de ces humains.

Entre jeunes ... !

Publié le mercredi, 06 mars 2019

Entre jeunes, le courant passe vite ! Le jeune Président élu, Rajoelina Andry Nirina, manifesta publiquement et officiellement son soutien à l’endroit du jeune, son cadet, président auto-proclamé du Venezuela,  Juan Guaido. Une grande première à Madagascar depuis la chute de la dictature de l’Amiral Didier Ratsiraka.  Le Président malagasy affiche sa position en faveur de la lutte populaire menée par le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne. Disposant d’immenses réserves de pétrole au même titre que l’Arabie Saoudite, Venezuela végète dans la misère. La mauvaise gouvernance dont la principale bénéficiaire est l’Armée aggravée par la chute du prix du baril coince totalement le pays. Les crises alimentaires chroniques atteignent des proportions des plus inquiétantes. L’héritier désigné de Hugo Chavez, Nicolas Maduro, chauffeur de son état, peine à maîtriser la situation qu’il n’arrive pas, non plus, à redresser. La corruption gangrène et règne de façon absolue. L’Armée, principale bénéficiaire du système et principal appui du régime, clame une fidélité sans faille à Maduro. Face à cela, le Président Rajoelina rejette, en son âme et conscience, que des milliers de citoyens vénézuéliens fuient leur pays et de nombreuses victimes payent de leur chair et de leur sang à cause des inepties des barons du régime. Il invite la Communauté internationale à multiplier les pressions sur l’Armée à lâcher ce régime inhumain. Les aides humanitaires doivent être autorisées à entrer au territoire et acheminées immédiatement vers les victimes.

Un « ouf » de soulagement pour les deux jeunes belges, Christophe et Sophie, ainsi que leur famille. Après que l’aîné a quitté le pays le 19 février dernier pour rentrer en Belgique. Sa sœur va le rejoindre bientôt. Actuellement, elle sejourne dans la Capitale et prépare tous les documents nécessaires afin de pouvoir rentrer dans son pays natal.
Les faits remontent le mois dernier. Publiée dans les réseaux sociaux, l’histoire des deux jeunes a suscité une grande discussion et des émotions auprès des lecteurs. Selon les habitants et les vacanciers  de Mahajanga, ils devaient prendre une vacance de 3 mois à Mahajanga avec son père. Pourtant, ce dernier était tombé amoureux d’une femme malagasy. Ils y sont coincés depuis cinq longues années et demie. En arrivant dans son pays d’origine, le jeune garçon a raconté à la presse belge qu’ils devaient séjourner à Madagascar pendant trois mois, puis rentrer chez leur maman qui est sourde-muette. Cependant, leur belle-mère a confisqué leurs passeports. Pour survivre, ils ont été obligés de vendre des amuse-bouches et des gaufres au bord de la plage.

Nicolas Dupuis, ancien staff de l’équipe nationale malagasy, devenu sélectionneur le mois de mars 2017, accusait des mois d’arriérés de salaire. Il a finalement touché la totalité de son dû et a signé son contrat mardi 5 mars après 2 ans de carrière à la tête de l’équipe nationale malagasy. « Forcément, c’est plus facile de travailler sur quelque chose de très saine et tracée. Et je remercie madame la présidente d’avoir réalisé ce contrat », a dit Nicolas Dupuis.

Nicolas Dupuis, ancien staff de l’équipe nationale malagasy, devenu sélectionneur le mois de mars 2017, accusait des mois d’arriérés de salaire. Il a finalement touché la totalité de son dû et a signé son contrat mardi 5 mars après 2 ans de carrière à la tête de l’équipe nationale malagasy. « Forcément, c’est plus facile de travailler sur quelque chose de très saine et tracée. Et je remercie madame la présidente d’avoir réalisé ce contrat », a dit Nicolas Dupuis.

Samedi matin, un jeune chef de famille de 32 ans domicilié à Ampandrana-Ouest mourut à la suite de son agression barbare car ils l’ont émasculé. Des passants l’ont retrouvé en train d’agoniser dans les buissons près de la résidence « Orchidée ». Actuellement, l’affaire connaît un développement. Bien que les enquêteurs n’aient encore donné de version officielle sur celle-ci, des bribes d’information glanées auprès de certaines sources, ont permis de savoir qu’un des amis du trentenaire, un habitant du secteur a pris  une bière avec lui dans une échoppe sise rue Jean Andriamady quelques moments avant le drame, ce samedi 2 mars dernier. Un témoin oculaire affirme les avoir vus ainsi.

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Recherche par date

« January 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff