Publié dans Politique

SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !

Publié le lundi, 18 février 2019

Appel est lancé à l’endroit de la ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, LantosoaRakotomalala, pour qu’elle suive de très près cette affaire brûlante entre la SIRAMA par le biais de ses employés et la Société Agricole et Sucrière de Madagascar (SASM) et de prendre une décision. En effet, cette situation risque de nuire à l’image de Madagascar et ce, à l’aube d’une ère nouvelle où les investisseurs privés, nationaux qu’internationaux  sont fortement sollicités pour créer des emplois directs ou indirects. L’unité sucrière de la SIRAMA à Nosy Be et Brickaville a été cédée par l’Etat à travers un appel à manifestation d’intérêt à la société Vidzar. La meilleure offre sur les trois reçues en 2011, Vidzar  a été notifiée en 2015 de son statut d’adjudicatrice du marché. Une société dénommée Société Agricole et Sucrière de Madagascar (SASM) a été créée par la suite avec comme répartition de l’actionnariat : 70% pour Vidzar et 30% pour la SIRAMA. Cette cession de la SIRAMA a été dictée afin de relancer la filière plombée par l’arrêt des usines de Nosy Be et Brickaville respectivement en 2006 et 2007. Les missions assignées par l’Etat à la SASM sont entre autres la réhabilitation des sites et la relance de la filière. Parmi les fleurons de l’industrie Malagasy, la SIRAMA, regroupant les unités sucrières réparties dans la Grande île, par la force des choses a perdu au fil du temps cette notoriété. Afin de lui donner un second souffle, la privatisation semble ainsi incontournable. D’où l’entrée en lice des opérateurs privés nationaux et étrangers à l’instar des chinois à Ambilobe. Mais contrairement à cette unité d’Ambilobe, encore opérationnelle lors de sa reprise par les chinois, celle de Nosy Be et de Brickaville ne l’étaient plus.

Du pain ainsi sur la planche pour la SASM qui devra tout réhabiliter avant le redémarrage.  Le planning initial établi en 2015 par la SASM, dont fait partie la SIRAMA, mentionne pourtant la reprise des activités de Brickaville à la fin de l’année 2018. Un deadline réalisable et en cours de réalisation sauf que des employés de la SIRAMA se sont mis à travers le chemin en cherchant la noise à l’investisseur malagasy. Et ce depuis le mois de juillet dernier, soit pendant la gestion du Gouvernement de consensus. Il est en effet étonnant que de 2015 à 2018, les employés n’ont pas pipé mot de leurs…maux. Ces derniers jours, ces employés font le tour des médias pour soi-disant alerter les autorités de leur situation notamment le paiement de leur indemnité de chômage. A moins que des gens malintentionnés les induisent en erreur. Il est pourtant spécifié dans la convention que les passifs de la SIRAMA n’incombent pas à la SASM. C’est d’ailleurs la règle commerciale dans ce type de cession ou vente. D’autant plus que le Conseil des ministres  en 2012 a pris la décision de déclassifier 694 HA du terrain de la SIRAMA afin de lui permettre d’honorer les indemnités de chômage de ses employés. En attaquant la SASM et en bloquant les travaux de réhabilitation de cette dernière, les employés grévistes se trompent de cible. C’est plus judicieux pour eux de fixer leurs regards sur les dirigeants de la SIRAMA et de leur demander des comptes concernant la suite de cette « déclassification ». Mais les propos dépassent tout de même l’entendement quand ces grévistes demandent ni plus ni moins l’annulation pure et simple de l’octroi de ces deux unités sucrières à la société Vidzar. Plus d’un s’interrogent sur les vrais raisons de cet acharnement envers cet investisseur malagasy. Pire, des autorités refusent, ou restent les bras croisés,  l’exécution d’une décision de justice en faveur de la société adjudicatrice. Dans ce cas précis, la principale question demeure quid de la sécurisation des investissements  à Madagascar ?

 La Rédaction

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff