Economie

L’arrêt des activités a un prix. La société de négoce japonaise, Sumitomo Corporation, a annoncé la semaine dernière qu’elle rapportera une perte de valeur d’environ 513 millions de dollars pour son projet d’extraction et de raffinage de nickel dans le pays, à travers Ambatovy. « Par exemple, bien avant cette crise, la société Ambatovy avait une valeur d’un milliard de dollars sur le marché international. Une fois frappée par cette crise sanitaire, sa valeur a diminué en conséquence.
Aujourd’hui pourtant, cet avantage compétitif de Madagascar grâce à Telma, avantage qui a pourtant permis de positionner Madagascar comme l’eldorado des nouvelles technologies en Afrique et surtout de créer des dizaines de milliers d’emplois autour du numérique et du digital, fait l’objet d’une opération de « déstabilisation organisée » selon la Direction de Telma. Interview. La Vérité : Les équipements 5G de Telma seraient scellés par l’ARTEC ? La Direction de Telma : « C’est une information totalement incorrecte et nous nous réservons le droit d’attaquer l’ARTEC en justice pour cette communication irresponsable et inexacte ! Aucun équipement Telma n’a…
Focus sur MADAGASCAR -numéro 1- et l’AFRIQUE DU SUD -numéro 3- en 2020… Avec une vitesse Internet « 4 fois plus rapide qu’en Afrique du Sud », Madagascar est depuis 4 ans le moteur du développement numérique en Afrique… Pourquoi ? Voici deux exemples, des deux côtés du canal du Mozambique, qui résument bien la situation : •Tout d’abord, l’opérateur Sud-Africain fixe, Telkom vient d’annoncer en juillet 2020 le remplacement progressif de son réseau Internet fixe cuivre par de la fibre optique : « Le remplacement se fera de manière graduelle. L’objectif stratégique final étant de mettre hors service l'ancienne…

Air Madagascar - Tout est à refaire !

Publié le vendredi, 24 juillet 2020
Retour à la case départ. Mercredi dernier, le divorce entre Air Madagascar et son partenaire Air Austral s’est officialisé. Toutes les parts d’Air Austral ont été reprises par la CNAPS (Caisse nationale de prévoyance sociale). L’heure est maintenant au bilan et à la recherche des solutions car la compagnie aérienne malagasy se trouve actuellement dans un piteux état, encore plus critique qu’avant la signature de ce partenariat « stratégique » au cours du dernier trimestre de l’année 2017.
Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, mercredi dernier à Abidjan (Côte d’Ivoire), le prêt de 42 millions de dollars, soit 30 millions d’Unités de compte, contracté par notre pays. Selon le rapport du ministère de l’Economie et des Finances, il s’agit d’une requête du 7 avril dernier. L’argent sera géré par l’Etat afin de financer le budget général face aux effets de la crise liée à la pandémie.
Des milliers de personnes en grande difficulté. La Région d’Analamanga clôture sa troisième semaine de confinement total. Face à la propagation considérable de la pandémie de coronavirus dans la Capitale, les autorités ont décidé le retour au confinement total de la Région depuis le 06 juillet dernier. Ainsi, plusieurs entreprises issues de secteurs d’activités différentes se sont retrouvées en arrêt du jour au lendemain, parce qu’elles ne figurent pas parmi les secteurs essentiels décrétés par le Gouvernement. Ces dernières se retrouvent ainsi dans une situation critique.
Face à la dégradation des forêts de mangroves dans l’ouest du pays, à Kivalo, les villageois ont décidé de prendre les choses en main afin d’instaurer une gestion durable de ces ressources. Effectivement, ils ont compris que ces forêts leur apportent beaucoup que ce soit en termes de produits de pêche ou encore de protection du littoral. Ils décident ainsi de leur rendre la pareille. Pour ce faire, une association communautaire « Analamaitso tsy ho gnan’olo » a été mise en place pour identifier les opportunités économiques et développer ainsi un business inclusif mais surtout respectueux de la nature.

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff