Economie

280 passagers ont atterri à l'aéroport d'Ivato, il y a une semaine. Ils ont voyagé au dernier vol de la compagnie aérienne Air France reliant Paris et Antananarivo. La présentation d'un test PCR négatif est exigée avant leur entrée sur le territoire malagasy. De plus, ils doivent obligatoirement passer un second test à leur arrivée. Ceux ayant été déclarés négatifs sont sortis de l'hôtel. Cependant, d'autres sont confirmés positifs.
Le problème d’approvisionnement en eau à Sabotsy-Namehana et ses environs sera bientôt résolu.
Une charge pour l’Etat. L’Institut de gemmologie de Madagascar (IGM) n’a jamais fait preuve d’indépendance ni de profit. Depuis sa création en 1998, ce centre de formation fonctionne grâce à des subventions. D’après les explications de Fidiniavo Ravokatra, ministre des Mines et des Ressources stratégiques (MMRS), l’Etat verse à cet institut près de 500 millions d’ariary par an.
Le contrat de location du Boeing 737-800 immatriculé 5REBA entre la compagnie Air Madagascar et l’entreprise ICBC en Chine a expiré. L’avion a été rendu à son propriétaire cette semaine. Pendant six ans, cet appareil a résolu les problèmes liés à la flotte. Sur le plan national, il a servi les lignes Antanananarivo – Nosy Be et Antananarivo – Mahajanga.
Appauvries, les communautés vont dépendre davantage des ressources naturelles pour assurer leur sécurité alimentaire. La conservation des espèces et la protection de la biodiversité ne sont pas épargnées des conséquences négatives de la pandémie de coronavirus. Outre les problèmes liés à l’économie et le social, la situation des lémuriens n’a jamais été abordée. Alors que ces espèces endémiques se trouvent dans une situation de plus en plus critique à cause de la perte de leur habitat naturel et le braconnage.
La compagnie aérienne Air France a opéré son dernier vol transportant des passagers depuis Paris vers Antananarivo pour le mois d’avril. Le Boeing 777-200 a décollé dimanche dernier vers 22h 30 à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle et a atterri à l’aéroport d’Ivato, hier vers 10h du matin. Cette organisation a suscité énormément d’inquiétude auprès de la population malagasy.
Madagascar ne lâche pas l’affaire. Quatre mois après la saisie des 73,5kg d’or en Afrique du Sud, le Gouvernement se penche toujours sur le dossier. Pour rappel, trois hommes ont été arrêtés à l’aéroport international de Tambo à Johannesburg en janvier dernier avec ce produit minier dans leurs bagages à main. Jusqu’à ce jour, la provenance réelle de l’or n’a pas encore été identifiée mais la probabilité d’une provenance de Madagascar figure dans les pistes de réflexion.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff