Politique

C'est officiel ! Le Président Andry Rajoelina a confirmé, au cours de son intervention télévisée sur la chaîne nationale samedi que Madagascar entame bel et bien la deuxième vague des contaminations de l'épidémie liée à la Covid-19, un an jour pour jour après l'annonce des premiers cas dans le pays. Une déclaration prévisible qui, néanmoins, a tenu en haleine des millions de Malagasy devant leur poste télévisé puisque le Chef de l'Etat a aussi annoncé la présence du variant sud - africain à Madagascar, selon le résultat d'une quinzaine de tests envoyés à l'institut Pasteur de Paris en France le…
Le Président de la République a choisi son intervention télévisée pour répondre à toutes les critiques récentes de l’opposition et défendre sa politique. Les détracteurs du régime tirent sans discontinuer sur le pouvoir ces dernières semaines, notamment sur le plateau du « Miara-manonja ». Derniers faits d’armes en date, le leader de cette opposition a saisi la communauté internationale pour suspendre les aides voire pour sanctionner Madagascar. « L’attitude actuelle des opposants rappelle les évènements durant la période transitoire dans le pays entre 2009 et 2014 lorsqu’ils ont demandé à la communauté internationale de sanctionner Madagascar, notamment à arrêter l’AGOA.…
Une quarantaine de dossiers de candidature ont été enregistrés au niveau du Conseil supérieur de la magistrature, selon le bilan provisoire communiqué par le CSM, hier dans la matinée. Ce chiffre aura augmenté depuis. Le dépôt des dossiers de candidature au niveau du CSM a été clos hier soir à minuit. Le nombre officiel de prétendants devrait être communiqué par les responsables incessamment. Le constat perceptible ces derniers jours se confirme, les magistrats sont nombreux à souhaiter devenir membre de la Haute Cour constitutionnelle. Le CSM désigne pour rappel deux représentants à Ambohidahy. L’élection est prévue pour le 26 mars.…
Le groupe de la Banque Africaine pour le développement (BAD) représente 14% de la dette extérieure de Madagascar en fin septembre 2020, selon le bulletin statistique de la dette du Trésor Public.
Alors que l’opinion commence à s’alarmer à la suite du kidnapping survenu deux jours plus tôt, puisqu’il s’en est agi d’un petit garçon de 11 mois à Sambaina Manjakandriana, récemment, on assiste à une évolution plutôt encourageante de l’affaire. Le bébé avait été finalement retrouvé, selon son père ; une information confirmée par la Gendarmerie.
Une réunion s’est tenue, ce matin à Analakely, en vue de la reprise des activités de la Brigade d’intervention spéciale et de la plateforme Covdata.
Les Forces de l’ordre reviennent à la charge ! Le Secrétaire d’Etat en charge de la Gendarmerie nationale, le Général Richard Ravalomanana, a annoncé qu’à partir de ce jour, les sanctions s’appliqueront contre toutes les personnes qui ne respectent pas les gestes barrières destinées à limiter la propagation de la Covid-19 notamment le port du masque ou encore le respect de la distanciation sociale.

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff