Société

Comme convenu, durant la réunion entre l’Agence de transport terrestre (ATT), le ministère des Transports et de la Météorologie ainsi que le comité de direction du stationnement Fasan’ny karana, les tarifs reviendront à la normale, après la fête de Pâques, c’est-à-dire le mardi 19 avril. Pour la liaison Antananarivo- Antsirabe, plusieurs coopératives ont déjà repris le prix normal. Alors que celle Antsirabe- Antananarivo, une longue file d’attente a été encore constatée au stationnement de Vatofotsy, mardi dernier.
Un combat de longue haleine. La plupart des femmes à Madagascar ne jouissent pas pleinement de leurs droits. Celui de disposer de leur corps reste un luxe pour la majorité des femmes, à en croire les activistes. Le blocage de la proposition de loi sur l’interruption thérapeutique de grossesse (ITG) constitue un exemple concret. Pour le cas de la violence basée sur le genre (VBG), la nouvelle loi adoptée en 2019 reste non mise en vigueur faute de décret d’application.
Les membres de la société civile œuvrant dans les droits de l’Homme et la protection de la femme s’allient et unissent leur voix pour une alerte « viol et inceste ». De nombreux cas sont dénoncés ces derniers temps, notamment sur les réseaux sociaux, mais la plupart des auteurs restent impunis. Ces associations, organismes et mouvements lancent un appel de détresse aux autorités étatiques, à la fois pour renforcer les mesures et les sanctions, mais aussi pour s’assurer convenablement de la protection et de la prise en charge des victimes, voire les survivants. Que la loi s’applique !La culture d’impunité…
Certains ne manqueraient pas de noter tristement : “l’eau a tué plus que le deux-roues” pour cette fête de Pâques 2022. Effectivement, les tristes faits liés aux décès par noyade enregistrés durant le récent week-end, et qui ont endeuillé des familles dans quelques villes du pays, le confirment. Sans doute, le drame survenu sur le lac touristique de Tatamarina à Betafo, dans le Vakinankaratra, marque encore les esprits. C’est que le bilan s’y alourdit davantage. Les dépouilles d’un chef de famille ainsi que du commandant du petit navire, tous deux ayant été déclarés portés disparus, ont pu être finalement ramenées…
Avec la résurrection des festivités pascales et la fin du confinement, l’on craignait le pire quant à la recrudescence du nombre des victimes liées aux accidents. Or, contrairement à ce que l’on s’attendait, la situation fut tellement différente sur le terrain.
Lancement en 2008. La formation continue diplômante (FCD) de l'ISCAM est actuellement en sa 25ème promotion. « Environ 600 professionnels issus des secteurs public et privé ainsi que des gérants d'entreprises et des consultants ont pu décrocher leurs diplômes dans la FCD. Cette formation cible notamment les professionnels qui veulent renforcer leurs compétences ou ceux en quête de réorientation.
Jasmine. C’est le nom que porterait la future tempête tropicale si les conditions atmosphériques et météorologiques sont réunies. En effet, la saison cyclonique 2021/2022 du sud-ouest de l’océan indien n’est pas encore terminée. Les prévisionnistes viennent d’identifier un signal de cyclogenèse au nord des Mascareignes, à proximité des terres habitées et avec une probabilité de formation d’une tempête tropicale.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue
Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff