Société

1 000 camions circulent quotidiennement dans la Région Analamanga. Et au moins 3 000 personnes entrent et sortent chaque jour de cette Région. Cependant, le transport en commun est un moyen de transmission rapide du coronavirus. En effet, si le transport de marchandises a été libéré afin d’assurer le besoin de la population en cette période de crise, une faille dans le contrôle de la santé de ces transporteurs peut être fatale pour la Nation.
Comme nous l’avons annoncé dans l’une de nos précédentes publications, le gendarme stagiaire de la Force d’intervention (FIGN), pointé du doigt d’être à l’origine de graves blessures par tirs d’arme à feu à la fois sur son homologue, son supérieur hiérarchique, et un passant, risque vraiment gros. Les faits sont survenus au cours de la semaine passée à un check point de Gendarmerie à Ambohimangakely. Presque une semaine après, au jour le jour, le concerné était déféré au Parquet à la suite de quoi cette instance judiciaire l’avait ensuite placé sous mandat de dépôt à la maison de force à…
8177. Du 1er au 27 juillet derniers, le Centre de dépistage Covid-19 situé au Village Voara Andohatapenaka a réalisé 8177 prélèvements pour confirmer la contamination au coronavirus. Ce sont des patients présentant de formes symptomatiques qui ont recouru à cette étape importante. Aucun chiffre, se rapportant au taux de positivité après analyses au sein de laboratoires, n'a été communiqué. Mais d'après les statistiques partagées par le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé du ministère de la Santé publique, ce Centre Médical Covid-19 à Andohatapenaka a enregistré 251 visiteurs victimes de problème respiratoire. Et 76 d'entre eux…
Multiplication des gestes de solidarité sur tout le territoire malagasy. Dans son engagement dans la lutte contre la Covid-19, Airtel Madagascar vient de répondre à l'appel à solidarité récemment lancé par le ministère des Postes, de la Télécommunication et du Développement numérique (MPTDN). Ledit opérateur a ainsi remis 10 000 masques lavables et réutilisables à la population dans le besoin, afin d'accompagner l'observance des gestes barrières. D'un autre côté, ladite société leader en matière de télécommunication a remis un kit de connectivité internet au profit d'un centre de traitement, pour faciliter le suivi de l'évolution de la pandémie.
Deuxième semaine d’accueil des patients de la Covid-19. Les personnels de santé œuvrant dans les centres de santé de base niveau 2 (CSB II) travaillent sans répit ces derniers jours, avec plus de tâches. A l’exemple des CSB II d’Ambohipo, Isotry central et Antanimena, ces centres accueillent en moyenne une soixantaine de patients présentant des signes de la Covid-19, en plus de ceux qui y viennent pour d’autres prestations sanitaires. « L’on enregistre des patients avec des cas légers et modérés du coronavirus, hormis quelques cas graves. Si la majorité des patients n’ont pas encore fait de dépistage, d’autres ont…
Malgré la pandémie de Covid-19, le développement et les infrastructures, qui font partie des projets présidentiels, n’ont pas été délaissés dans la Région de l’Amoron’i Mania. C’est ce qui a d’ailleurs poussé l’actuel chef de région, Laza Fanantenana Herinjakatahina, à témoigner sa reconnaissance envers le Chef de l’Etat. Il a souligné qu’en marge de notre combat contre la Covid-19 dans l’Amoron’i Mania, la construction des infrastructures est sur la bonne voie. « Les travaux progressent selon les directives du Président », a-t-il déclaré en substance.
La localité de Bemasoandro à Itaosy a été le théâtre d’une très violente scène de lynchage d’un suspect, dans l’après-midi d’hier. En effet, ils étaient deux à agresser une commerçante. Cependant, la réaction des riverains, ayant assisté au scénario de l’agression, était vive. Après avoir pourchassé les suspects après l’alerte, ils ont réussi à capturer vivant l’un des fugitifs, alors que ces derniers cherchaient à s’échapper à travers une rizière. Sans autre forme de procès, agissant en tant que justiciers, ces riverains ont lynché le suspect, le rouant ainsi de coups, manquant ainsi de lui ôter la vie.

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff