Société

Pour le moment, l'homme pointé du doigt d'avoir assassiné la petite Adriana (7ans) à Ambohimandamina, à Mahajanga, est encore introuvable. Cette affaire risque d'être explosive en cas d'arrestation du suspect, étant donné aussi que c'est la première fois qu'un drame de ce genre s'y produit, confie une source. Sur place, l'atmosphère est déjà électrique du fait que les Majungais sont impatients de voir le fugitif être épinglé. « A Mahajanga, les mots justice populaire sont fréquemment sur les lèvres ».
Abus de pouvoir, népotisme, détournement. Des habitants issus de divers Fokontany d'Antananarivo et périphéries dénoncent ces injustices concernant la distribution de l'aide présidentielle « Sosialim-bahoaka », entre autres le « Vatsy Tsinjo ». Les chefs de Fokontany ainsi que les membres des comités de distribution mis en place sont les principaux auteurs pointés du doigt. « Une enquête a été menée auprès de notre foyer et, normalement, nous aurions dû être inscrits dans la liste des bénéficiaires des aides octroyées par l'Etat au profit des plus vulnérables.

Covid-19 - Les patients guéris se multiplient

Publié le lundi, 03 août 2020
Depuis la semaine dernière, le nombre des cas de guérison dépasse quotidiennement les 300 patients rétablis. En 7 jours, 2 563 patients équivalents au nombre des cas actifs hier ont été déclarés hors du danger. Actuellement, ils sont 8 825 personnes testées positives au coronavirus à avoir rempli les critères de rémission, selon le Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19, sis à Ivato. Rien qu’hier, 381 patients ont recouvré la santé dont 333 vivent dans la Région d’Analamanga. Selon le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle, porte-parole dudit centre, nombreux sont les patients guéris même en ayant suivi le traitement…
Après six mois de la déclaration d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) du coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) continue d’estimer que le risque posé reste très élevé.
Entre les 30 et 31 juillet derniers, une meute de personnes rendues furieuses, a pris d’assaut le Commissariat de police à Ikongo. Les manifestants ont cherché à mettre à sac, puis mis sens dessus dessous le bureau de la Police en question. Motif : un bandit incriminé pour une affaire d’attaque armée meurtrière, et survenue le 7 juillet dernier à Sahalona, et qui était placé en garde à vue à l’endroit après son arrestation, aurait réussi à s’échapper.
Six femmes ministres contre 17 hommes. 24 femmes députées sur 151 parlementaires à l’Assemblée nationale. Aucune femme gouverneur. Madagascar est en régression en matière de représentation des femmes aux postes de décision. Le Conseil national des femmes de Madagascar (CNFM) confirme ce fait, en avançant une tendance à écarter les femmes des postes de responsabilité.
Pratiquée depuis des siècles. Bon nombre de femmes, hommes et enfants ont jusqu’à maintenant l’habitude de couper leurs cheveux, le 1er août. Cette tradition se pérennise si l’on tient compte du nombre de clients dans les salons de coiffure, samedi dernier.

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff