Nos archives web

L'agence des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), en partenariat avec le ministère de l'Agriculture et de l'Elevage (MINAE), a lancé les distributions de semences pour la campagne agricole actuelle, appelée la grande saison, au profit de 50 000 ménages dans les Régions d'Androy et d'Anosy. L'initiative d'un montant de 10 millions de dollars s'inscrit dans le cadre de la relance et du soutien à la production agricole des ménages.

 Avis aux lycéens et lycéennes en classe de première. Par le biais de l’Alliance Française Antananarivo (AFT),  l'association Jeunes Aujourd'hui pour Demain, en partenariat avec les TÉAT - des établissements artistiques - du Département de La Réunion, propose aux lycéennes et lycéens des classes de 1ère à Madagascar de prendre la parole et de participer au concours d'éloquence. Les épreuves auront lieu à l’AFT, situé à Andavamamba. Les inscriptions des candidats à ce concours se clôtureront le 21 janvier prochain. Le thème choisi pour cette édition 2022 est la « Résilience ».

Covid-19, autre maladie ou mort naturelle ? Qu’importe la cause, la République malagasy  perd, suite au décès hier du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison, un de ses grands serviteurs. De son titre de haut gradé de la Gendarmerie, le défunt a déjà rempli le critère d’un illustre fils du pays dans la mesure où ce titre n’est pas octroyé à qui que ce soit. A part, le fait d’avoir servi la Nation en tant que militaire, Herilanto Raveloharison a occupé des postes ministériels et d’autres hautes fonctions. 

En conférence de presse, hier au siège de son département à Faravohitra, Herilaza Imbiki, garde des Sceaux et ministre de la Justice, livre quelques pistes sur l’affaire pour laquelle il a mené une délégation aux Comores la semaine dernière. Une mission à l’issue de laquelle notamment deux ressortissants de nationalité malgache, arrêtés par les autorités de l’île sœur dans le cadre de l’affaire des 49,5 kilos d’or, ont été extradés ou rapatriés dans la Grande île. 

Message d’interpellation. Arrivé au terme de sa mission à Madagascar, l’actuel représentant résident du Fonds monétaire international (FMI), Marc Gérard, a fait ses adieux au cours d’une audience avec le Président Andry Rajoelina, hier, au palais d’Etat d’Iavoloha. A l’issue de 3 années de service passées dans la Grande île, il a, d’emblée, fait part de sa reconnaissance vis-à-vis du peuple malagasy et du Président pour l’hospitalité dont il a bénéficié pendant sa mission. Il n’a pas manqué d’adresser un petit message d’interpellation au Chef de l’Etat malagasy. En marge de la rencontre – qui fut aussi une occasion de mise au point sur l’état de la collaboration entre Madagascar et le FMI – le représentant résident sortant de cette institution financière a évoqué les grands points de leurs discussions.


Fosa Juniors Boeny a encore frappé fort, hier, à l’issue de la 5ème journée du Championnat de Madagascar, Orange Pro League. Une journée marquée par beaucoup de matchs nuls. Néanmoins, Fosa Juniors Boeny a surpris les militaires du Cosfa sur un score large de 4 buts à 2 à Vontovorona. Les Majungais continuent leurs parcours sans faute, et cela à l’issue de ces cinq journées. La formation de Boeny reste invaincue après un parcours sans faute dans la conférence Nord composée de huit équipes. Il s’agit de la seule équipe qui n’a encore encaissé aucune défaite après 5 journées. Fosa Juniors reste en tête de compétition après quatre victoires et un match nul face à l’AS Fanalamanga lors de la quatrième journée. Toujours sur sa lancée, Fosa Juniors Boeny annonce ses couleurs dans la course au titre.
Après deux saisons au ralenti, le club porte-fanion de la Ligue de Boeny annonce ses intentions d’aller reconquérir le titre. Passés en vitesse supérieure, les hommes de Salvatore Nobile alias « Toto » restent sur le bon pied dans leur ambition dans cette compétition.
Dans les autres résultats, son dauphin au classement, l’Ajesaia de Bongolava a arraché la victoire sur 2 buts à 1 face au Five FC. Toujours dans la conférence Nord, l’AS Fanalamanga, Alaotra-Mangoro et « Tia Kitra Toamasina » se sont tenu en échec sur des scores vierges (0-0), tandis que Jet Kintana s’est incliné face à l’Uscafoot (0-2).
Dans la conférence Sud, seule équipe victorieuse de cette cinquième journée, le CFFA Andoharanofotsy prend les commandes en tête du classement après s’être imposé (2-0) face au Zanakala FC à Fianarantsoa. Le JFC et 3FB Toliara se sont neutralisés sur le score nul et vierge (0-0) dans la cité du soleil, au Kianja Maître Kira. Même score pour le match Dato FC vs Disciple FC ainsi que la rencontre Elgeco Plus vs Mama FC.
Elias Fanomezantsoa

La une du 17 janvier 2022

Publié le dimanche, 16 janvier 2022


En péril. Les paysans producteurs subissent de plein fouet les impacts du mauvais état de principales voies routières en période de récolte. « Ici, on vend une caisse de pêche d’environ 25 kg à seulement 1 000 ariary. Les collecteurs se font rares dès qu’ils ont constaté l’état de délabrement avancé de la route. La plupart du temps, nous sommes dans l’obligation de jeter une grande partie de notre production ou de les laisser sur le marché car les ramener chez nous coûterait encore plus en termes de frais de transport » déplore Ernest Randrianaivo, petit producteur fruitier de la Commune d’Antsampandrano- Antanifotsy. Non loin de là, sur la même nationale sept, à Manandona, des milliers de tonnes de pommes de terre s’entassent aussi faute de collecte. « Pour le moment, peu de collecteurs daignent descendre dans notre Région à cause de l’état de la route. On ne sait plus quoi faire des récoltes. Sans parler des pertes considérables que nous enregistrons tant pour le stockage que pour les frais divers » s’attriste Stanislas Rakotonindriana, producteur. Une façon pour cet agriculteur de la Région de Vakinankaratra d’alerter les autorités compétentes quant à la situation à risque des acteurs de cette filière dans le contexte actuel. Ce dernier rajoute que « Rares sont les collecteurs qui arrivent jusque chez nous. Ceux qui viennent imposent des prix d’achat dérisoires. Des prix qui sont loin de nous convenir dans la mesure où ils correspondent à peine aux deux tiers de nos investissements dans la production de ces pommes de terre ». Selon lui, ces collecteurs proposent un prix d’achat de 350 ariary le kilo de pommes de terre alors qu’en temps normal ce prix est fixé à environ 500 ariary pour que les producteurs puissent rentrer dans leur frais. Ce prix de 350 ariary correspond au produit de premier choix que les consommateurs finaux d’Analamanga achètent environ à 1 400 ariary le kilo. Les producteurs qui proposent aussi des produits de second et troisième choix sont ainsi obligés de vendre ces derniers à des prix infimes de moins de 200 ariary le kilo. « Pour ma part, j’investis un peu plus de 300 000 ariary en semence, engrais chimique et produits de traitement, sans compter la main d’œuvre. A raison de 1 500 ariary le kilo de la semence. Avec le prix d’achat qu’on nous impose en ce moment, la totalité de ma production revient à seulement un peu moins de 200 000 ariary alors qu’en temps normal cela me rapporte environ 500 000 ariary pour la récolte », rajoute Stanislas Rakotonindriana. Plus de 20 tonnes de pommes de terre par jour son récoltées à Manandona présentement. Des produits frais qui ne peuvent attendre longtemps avant d’être commercialisés. La production nationale de la pomme de terre est principalement concentrée dans la seule Région de Vakinankaratra. 90 à 95 % de la production nationale. Le rendement moyen de la Région est d’environ six tonnes à l’hectare mais ce rendement varie en fonction de la saison de culture et de la fertilisation. Les débouchés sont généralement Antananarivo dans les grands marchés de la ville, Toamasina, la Région du sud du pays, les marchés de ville d’Antsirabe où les consommateurs et collecteurs achètent directement le produit .Avec la situation des infrastructures routières, les collecteurs se font rares, la production reste pourtant stable.
Hary Rakoto


 
L'émotion était au rendez-vous jeudi dernier à l'EMTH Mangarivotra. L'association Tsiky a  rendu hommage à Gilles Tavernier, soignant référent à l'EPP d’Amborovy pour le compte de l'association depuis sa création il y a 10ans. Gilles Tavernier est un infirmier à la retraite établi à Amborovy et qui, chaque jour, s’engage à veiller à la santé des autres, de son entourage sans distinction de classe sociale, riches ou pauvres, enfants, personnes âgées, mais surtout au sein de l’association Tsiky, dans 6 EPP de Mahajanga, soit plus de 4 000 enfants.
Un  acte de bénévolat et de dévouement apprécié quotidiennement  par la population locale et récompensé à sa juste valeur par l’Etat malagasy jeudi dernier. Gilles Tavernier a été décoré chevalier de l’Ordre national malagasy par Bachir Sojay Adéhame, membre du conseil national et représentant à l’occasion du Président de la République Andry Rajoelina. La cérémonie amicale de jeudi s’est déroulée, Covid-19 oblige, devant une assistance assez réduite et a été honorée par des personnalités locales. Entre autres, le consul honoraire de France, Karim Hiridji, la présidente de l'association des Français de l'étranger, Raharimanana Annick, les présidents de l'association Tsiky de la Réunion et Mahajanga ainsi que des partenaires de l’association Tsiky Mahajanga. Les orateurs, lors de cette cérémonie ont, à l’unanimité, loué l'engagement passionné de Gilles Tavernier durant ces dix années. Le sens critique, l’expérience, l’engagement sans faille  de celui que l’association Tsiky considère comme un « Ray aman-dreny » ont été utiles  pour ajuster au mieux l’intervention à l'égard des enfants.
L’association Tsiky propose un système de santé de proximité gratuit par la prévention, l’éducation sanitaire des parents et des élèves, les soins au quotidien et de première urgence.


Vanessa Zafimahova


Aval du rappel et du « boost ». L’Académie nationale de médecine de Madagascar (ANAMEM) recommande, enfin et à titre officiel,  aux personnes vaccinées une dose additionnelle ou une « dose boost ». Désormais, les personnes affichant un schéma vaccinal complet peuvent recevoir une autre dose de vaccin anti-Covid-19, notamment cinq mois après été inoculées de la première dose. Autrement dit, les personnes qui ont reçu les deux premières doses « d’AstraZeneca » ou « Covishield » pourront se faire vacciner d’une dose « boost » du vaccin « Pfizer ». Pour les individus ayant reçu le « Jensen » en primo vaccination, elles peuvent se faire vacciner avec le « Pfizer » en guise de dose de rappel. Et enfin, pour les primo-vaccinés en double doses de « Pfizer », le même vaccin est recommandé pour une troisième dose additionnelle.
Ces recommandations de l’ANAMEM, datant du 7 janvier dernier et qui ont été clairement validées par le Groupe technique de travail national (GTTN), le 12 janvier tant attendues, vont être appliquées dès cette semaine. Cependant, d’après un responsable auprès du ministère de la Santé, la mise en œuvre de cette nouvelle campagne ne débutera pas le même jour au niveau des Districts, et cela en raison de quelques détails à régler au niveau technique et logistique. « Le statut vaccinal des cibles doit être systématiquement vérifié afin d'identifier les doses de vaccin reçues lors de la primo-vaccination et de déterminer ainsi le vaccin recommandé pour la dose additionnelle », mentionne la Direction du programme élargi de vaccination (DPEV) au sein du ministère de la Santé publique, et ce à travers des directives sur les doses additionnelles.
Pour toutes ces raisons donc, il y aura deux circuits au niveau des vaccinodromes, à savoir le passage des individus qui viennent se faire vacciner pour la première fois et un autre pour la dose additionnelle.
Il faut savoir que depuis quelques temps, plusieurs membres du Corps médical et même des simples citoyens qui n'ont jamais remis en question de la nécessité ou non d’une dose de rappel du vaccin anti-covid-19, ont déjà renforcé leur immunité, entre autres grâce à l’injection d’une troisième dose de ce vaccin.
Recueillis par K.R.


Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Recherche par date

« January 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff