Nos archives web




Un agenda chargé pour la semaine prochaine. Dans le cadre de la célébration du 62e anniversaire du retour de l’Indépendance de Madagascar, plusieurs animations seront organisées dans la Capitale, du 19 au 25 juin prochains. Et la traditionnelle parade militaire va clôturer ces animations le 26 juin. Afin d’assurer le bon déroulement des fêtes, des routes seront coupées aux alentours de Mahamasina et Anosy, tout au long de l’évènement.

Dans la journée de demain, de 9h jusqu'à la fin du « concert pour la paix », les rues devant le Stade Barea Mahamasina jusqu’au CEG Antanimbarinandriana, et celle face au Commissariat du 5e Arrondissement seront fermées à la circulation des véhicules comme celle des piétons. A partir du lundi 20 jusqu’au samedi 25 juin où se tiendront un grand podium à Anosy et Mahamasina, la voie sera fermée sur la rue Ranaivo Jules devant l'Hôtel Carlton jusqu'au rond-point Sénat, de 15h jusqu'à la fin de la manifestation. Tous les véhicules sans exception sont concernés par cette organisation, mais pas seulement ceux du transport en commun.
 
 Le vendredi 24 juin, les rues Mahtma Gandhi, devant le Palais des sports, menant vers Ramanankirahina (Sainte Famille), Pascal (CEG Antanimbarinandriana), Rakotobe (Commissariat du 5e Arrondissement), Andriba Mahamasina (Gerbor) jusqu’à la rue Mohamed V (Saint-Michel), seront fermées à tous véhicules et piétons entre 6 et 12 heures.  En effet, les  militaires  effectueront une répétition générale dans le cadre du traditionnel défilé.
Enfin, dans la journée du 26 juin, la circulation aux alentours du Stade Barea Mahamasina jusqu'à Anosy et Antsahamanitra sera totalement fermée jusqu'à la fin de la cérémonie. De même pour la rue Ramboatiana entre Ankaditapaka et Andafiavaratra, et la rue Venance Manifatra reliant le Jardin, Cathédrale Andohalo et Imarivolanitra.

 Outre ces évènements à Mahamasina et Anosy, une grande festivité culturelle sera organisée à Betongolo. Intitulée «  Kermès des Forces de défense et de la sécurité », elle rassemble, pour la première fois, l’Armée, la Police et la Gendarmerie nationale.


Anatra R.





« Les menaces à notre égard s’enchaînent, même après la mort de notre père ». Harry Rakotoarisoa, le fils aîné du défenseur des ressources naturelles qui a été retrouvé assassiné à Andriatsihazo Andramasina, nous l’a confié. « Ma femme qui est enseignante subit presque quotidiennement des intimidations. En fait, nous sommes considérés comme des complices de notre défunt père dans le fait qu’il voulait assainir la gestion et l’exploitation de la zone forestière à Ankazondandy Beparasy, District de Moramanga », ajoute notre source. « Nous vivons dans la peur et ce en permanence. Si les auteurs du meurtre de notre père seraient relaxés par la Justice, la situation risquera de s’empirer. Ils devront être punis, non seulement pour l’assassinat mais aussi pour les exploitations illicites qu’ils ont commises depuis plusieurs années. Notre père a dénoncé à maintes reprise ces actes, au point d’être emprisonné en septembre 2021 puis assassiné, quelques mois après », révèle Andry Rakotoarison, le fils benjamin du défunt. Selon les témoignages de ses fils, Henri Rakotoarisoa a toujours eu des différends avec les trafiquants de bois de la zone forestière d’Ankazondandy à cause des dénonciations. « Mon mari était un homme intègre. Il ne s’est jamais laissé corrompre malgré les tentatives des exploitants. Maintenant qu’il est mort, ces derniers ainsi que les familles des personnes inculpées dans cette affaire nous font subir des pressions », nous confie Esther Rasoarinoro, la veuve du défunt, qui était à la tête du « Vondron’olona ifotony » (VOI) ou communauté de base « MIALO ».
Poursuite des actions
« Nous allons poursuivre les actions entreprises par notre père, malgré les intimidations à notre égard. Il a fait des dénonciations face aux exploitations illicites pour préserver les ressources naturelles, un héritage des générations futures d’après ses dires », avance le fils aîné du défunt. D’après la veuve, des bois précieux de cette zone forestière disparaissent, une fois saisis par les autorités locales, d’où les sonnettes d’alarmes lancées par le militant écologiste âgé de 70 ans. A cela s’ajoutent la coupe abusive d’arbres, entre autres pour la fabrication de charbon ou encore pour l’aménagement de surfaces cultivables. « La situation laisse croire que des trafiquants sont protégés par des autorités, vu que les exploitations illicites s’intensifient. Mais nous n'allons pas rester les bras croisés (…) », confirme l’épouse du défunt.
Après le déferrement des 35 personnes qui se sont rendues aux autorités suite au meurtre du président de la communauté de base « MIALO », le 7 juin dernier à Ambatolampy, 7 d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt, tandis que les 28 autres ont bénéficié d’une liberté provisoire. Pendant que les investigations sont en cours, le procès de ce crime se fera au Tribunal d’Ambatolampy, le 20 juin prochain. Une affaire suivie de près, non seulement dans le pays mais aussi au niveau international. Diverses institutions et organisations, à l’exemple du Système des Nations unies et l’Union européenne, ont déjà manifesté leur condamnation de ce meurtre, en demandant justice…
Patricia Ramavonirina




RN13 - Les travaux démarrent en trombe !

Publié le vendredi, 17 juin 2022


Une nouvelle page d’histoire est désormais ouverte. L’enclavement fera désormais partie du passé pour les régions du Sud. Le coup d’envoi des travaux de réhabilitation de la fameuse RN13 a été donné hier. Une étape qui ouvre la voie vers le développement pour cette zone souvent oubliée. Le Président Andry Rajoelina, en personne, a fait le déplacement à Ambovombe, lieu de démarrage des travaux, avant de rallier Taolagnaro pour cette occasion. « Cela fait longtemps que j’attends ce moment et je pense qu’il en est de même de votre côté », a déclaré, d’emblée, le Président. Au cours d’un meeting avec la population d’Ambovombe, le Chef de l’Etat a rappelé que la réhabilitation de cette route, dont le mauvais état constitue un vrai calvaire pour les usagers, s’inscrit parmi les principaux « Velirano » présidentiels à l’endroit de la population du Sud.
« Avant même d’être élu Président de la République, j’ai fait le déplacement dans le Sud et au lendemain de mon élection, le Sud a été la première région que j’ai visité », a déclaré Andry Rajoelina. Par ses propos, il fait part de son grand attachement à la population du Sud. Le numéro un de l’Exécutif a rappelé ses propos, il y a deux ans de cela à Taolagnaro, et dans lesquels il avait explicitement déclaré que « j’arrêterais la politique si jamais les travaux de réfection de cette route ne débutent ». Un rappel comme pour montrer qu’il honore ses engagements. Le Président a annoncé que cet axe sera baptisé route « Firaisan – kina » car permettra de rétablir les liens entre les Districts.
Changement historique
La société française Colas est en charge de l’exécution des travaux dont une partie est financée par la Banque européenne d’investissement (BEI) tandis que l’autre partie  sera aux frais de l’Etat. Durant la série de discours, les autorités locales n’ont pas caché avoir eu un doute à l’annonce de la réhabilitation effective de cet axe à l’instar du député Milavonjy Philobert. Pour cause, la multitude de promesses faites par les prédécesseurs du Président actuel sont restées des paroles en l’air. Aujourd’hui, ce parlementaire affirme « tirer son chapeau » au Président de la République qui est sur le point de réaliser un véritable exploit. « Nombreux sont les dirigeants qui avaient annoncé leur intention de réhabiliter cet axe, mais c’est vous qui a été élu pour le concrétiser », a déclaré le ministre des Travaux Publics, Jerry Hatrefindrazana à l’attention du Chef de l’Etat.
Le grand Sud qui est souvent associé à divers fléaux comme la famine, la sècheresse ou encore la pauvreté assiste donc à un changement historique. Ces travaux ne profiteront pas uniquement aux habitants d’Ambovombe mais également les autres natifs du grand Sud. D’ailleurs, les membres d’association originaires de cette région ont, d’ores et déjà, témoigné leur reconnaissance en envoyant des messages de remerciement au Président de la République. Les multitudes d’heures voire de jours passés sur la route seront bientôt réduits en une heure et quelques minutes. Outre le lancement des ouvrages sur la RN13, le Président a inauguré plusieurs infrastructures à Ambovombe. Il poursuivra son déplacement à Taolagnaro ce jour.
S. R.

Etre sensibilisés et convaincus par les jeunes. Les enfants ne sont pas considérés comme des cibles, mais des créateurs et des médiateurs en puissance. Ils ont la capacité de bouger des lignes, d'accélérer le changement des mentalités et des comportements et de susciter le passage à l'acte. Leurs idées sont souvent négligées. Cependant, ils sont des acteurs clés du développement. Et d'ailleurs, la vérité sort de leur bouche. Selon Pierre Beccu, initiateur de projets et réalisateur du film « Graines d'espoir », il est grand temps de permettre à la jeunesse de co-construire son propre avenir, en prenant en main d'une façon très active les outils numériques.

48 heures après sa disparition où elle a donné son dernier signe de vie, le corps de Sannie (21 ans) avait été finalement retrouvé enterré dans la cour de la propriété de son ex-petit ami de 24 ans dans le quartier d’Ambohitsimpo à Anjiro, sur la RN2. Lors d’un constat, la victime avait été dénudée et des bleus, sans doute des traces de coups, sont observés sur son visage. C’est ce jeune homme en cause qui a indiqué l’endroit où il a enterré le cadavre, et il est d’ailleurs le suspect principal dans l’affaire. Et pourtant, il a déclaré avoir rompu avec Sannie. Cette première enquête au niveau de la Gendarmerie a découlé d’une plainte de la mère de la victime. Une audition, à l’issue de laquelle, les gendarmes l’ont ensuite relâché.

Ils sont actuellement 9.000 individus à pratiquer officiellement la médecine traditionnelle à Madagascar. Au cours de ces deux années d'épidémie liée au coronavirus, leurs conseils et leurs produits ont sauvé des vies et ont considérablement contribué aux effets de riposte de la Covid-19. Chargée d'assurer la promotion et le développement de la médecine traditionnelle, l'Association nationale des tradipraticiens de Madagascar (ANTM) s'investit et s'engage dans les campagnes de vaccination au côté du ministère de la Santé publique.

Accès des enfants à la justice. Tel est le principal droit de l’enfant évoqué dans le 3è protocole facultatif de la CIDE (Convention internationale des droits de l’enfant). Il s’agit de donner la parole aux enfants ou le groupement des victimes de non-droit, ainsi qu’à leurs familles et proches ou encore aux organismes et institutions. « Ce protocole permet le recours international en cas de violation des droits de l’enfant. Ceci à travers la saisine du Comité international des droits de l’enfant.

Défi vital !

Publié le jeudi, 16 juin 2022

La seconde vague de concertation nationale axée sur l'agriculture, en vue de l'autosuffisance alimentaire, a ouvert ses portes dans la journée d'hier mercredi 15 juin au CCI Ivato. Elle durera deux jours au cours de laquelle, les représentants et les délégués débattront les voies et les moyens afin d'atteindre l'objet fixé. L'initiative de la conférence revient au principal responsable du pays, Rajoelina Andry.

Insistant. Les opérateurs touristiques, représentés par le président du conseil d’administration de l’Office national du tourisme de Madagascar, Jonah Ramampionona, reviennent à la charge. Hier à Andohalo, en marge de la signature de convention de partenariat avec l’association des « Mpikabary » et de l’ONTM pour promouvoir le Kabary en tant que produit touristique, le PCA de l’ONTM de réitérer les requêtes des opérateurs touristiques quant à la possibilité d’alléger encore plus, ou carrément de supprimer les mesures sanitaires à l’arrivée des voyageurs internationaux.

Comme annoncé par le Président de la République, une conférence sur l'autosuffisance alimentaire s'est ouverte hier au Centre de conférence international d'Ivato pour réfléchir et améliorer la situation dans le pays sur ce sujet. Un colloque qui verra la participation de plusieurs centaines de participants. Lors de son discours d'ouverture, le Président de la République Andry Rajoelina a avancé quelques pistes de réflexion pour atteindre l'objectif d'autosuffisance alimentaire. Une autosuffisance qui passe notamment par l'augmentation de la production de riz de un million de tonnes.

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur
  • Trafic de bois précieux - 3 individus interpellés avec un chargement de palissandre
  • Grâce présidentielle - Remises de peine pour 11 316 détenus
  • Une jeune femme de 22 ans remporte un « trano mora » - « Je suis abasourdie »
  • Exportation de vanille - Des licences refusées pour non-rapatriement de devises
  • Vol d’or au ministère des Mines - Les responsables successifs s’en lavent les mains

La Une

Recherche par date

« June 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Pub droite 1

Editorial

  • Sur la braise !
    La vie reprend son cours. Une reprise difficile pour certains. Sur le chaudron voire sur la poudrière pour d’autres. En tout cas, c’est la galère dans l’ensemble !Dès le lendemain, sans faute, de la date de la célébration de la Fête nationale, les vicissitudes des délestages reviennent au galop. Les coupures d’eau, du matin jusqu’au beau milieu de l’après-midi gâche les travaux de la vie quotidienne des ménages. Les coupures d’électricité qui prennent toujours au dépourvu chacun dans ses activités à la maison, à l’atelier, à la coiffure, à l’épicerie, etc., continuent de faire des ravages. Et le ras-le-bol remonte en surface.Mais, l’évènement phare de ce retour à la vie … anormale revient à la séance de « face-à-face » entre les membres de l’Exécutif et les élus du Parlement de la Chambre basse. Incontestablement, c’est le point d’orgue de la semaine qui concentre les attentions de l’opinion publique. Les…

A bout portant

AutoDiff