Société

La date de péremption du premier lot de 250 000 doses du vaccin Covidshield, arrivé sur le territoire malagasy vers le début du mois de mai dernier, sera le 17 juin. La population n'a plus que cette semaine pour se faire administrer la première dose entrant dans le cadre de la première phase de vaccination anti-Covid-19.
Ruée vers les nouveautés. Bon nombre de parents ont commencé à acheter des jouets et accessoires pour leurs enfants depuis le début juin, dédié mois de l’enfance mais aussi période de célébration de la fête de l’Indépendance. Les jouets explosifs et les feux d’artifice ainsi que les produits lumineux, à commencer par les lasers jusqu’aux bracelets et tennis Led sont les plus prisés depuis ces 2 dernières semaines, à en croire les marchands.
Madagascar fait partie des pays pionniers de l'Alliance 8.7 dans la lutte contre le travail des enfants. Une des raisons pour laquelle Mialy Rajoelina, Première dame malagasy et non moins parmi les acteurs de premier plan dans cette cause, est intervenue hier lors de l'évènement organisé par le Gouvernement français et l'Organisation internationale du Travail (OIT). Ce webinaire s'est tenu dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants.
La semaine dernière, la disparition puis finalement la réapparition d’une jeune fille de 12 ans prénommée Stéphanie a mis en ébullition la localité d’Ambohitrimanjaka. En cause, un « mpimasy », littéralement devin. D’après le maire Ihajason Randriamanalintsoa, alias Zàzà, qui rejette l’allégation de kidnapping de la fille, ce devin, qui était le présumé responsable de l’émeute du 6 juin dernier, est toujours en cavale et recherché actuellement. Car pour tenter de retrouver les traces de leur fille, les parents auraient sollicité la prestation, sinon le service de ce devin, démarche qu’ils ont prise en parallèle avec les investigations de la…
En exécution de la déclaration du Président de la République, Andry Rajoelina, du 30 mai 2021, et des mesures prises en Conseil des ministres, concernant le traitement des cadavres en cette période d'urgence sanitaire, la Police nationale a effectué une déclaration hier. Selon le contrôleur général de police, Dany Marius Rakotozanany, les mesures concernant le transport des dépouilles en dehors de la Région ne s'appliquent pas aux cas de décès survenus avant le 30 mai dernier.
La grosse frayeur liée à un séisme survenu mardi dernier du côté de Tsiroanomandidy n’a heureusement pas laissé beaucoup de traces. Joint au téléphone hier, le député élu de cette ville, Hajanirina Ramaherijaona a avancé qu’aucun dégât matériel important n’est à déplorer pour le moment.
Les corps des personnes non décédées de la Covid-19 sont, dorénavant, autorisés à sortir de la Région. Depuis le 30 mai dernier, où le Président de la République, Andry Rajoelina, a déclaré l’ouverture des Régions, des familles ont espéré pouvoir enterrer leurs proches dans leur caveau familial. Elles ont alors gardé les dépouilles mortelles dans la chambre froide de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), en attendant la décision du Gouvernement. Et le Conseil des ministres, qui s’est tenu mercredi, a donné son aval. Il autorise l’enterrement en dehors de la Région d’Analamanga.Par contre, quelques documents sont exigés et devront être…

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff