Société

Aucun cas confirmé du nouveau coronavirus à Madagascar. Le ministère de la Santé publique insiste sur ce fait, face aux rumeurs sur l’existence de patients qui seraient mis en quarantaine dans le pays. « 9 chinois et 8 malagasy sont actuellement sous surveillance au centre hospitalier universitaire (CHU) d’Anosiala, Ambohidratrimo. Deux d’entre ces 17 patients présentent les symptômes de l’épidémie, mais le résultat du test de l’un s’avère négatif. Leur traitement et prise en charge se poursuivent.
Un braquage perpétré par deux individus armés s’est produit vers 16h dans le périmètre de la Cité à Itaosy. La cible des assaillants : un cash point du coin. D’après une source auprès de la brigade de gendarmerie locale, les agresseurs ont réussi à s’emparer d’une importante somme en usant de menaces et des tirs d’intimidation. « Les agresseurs sont parvenus à prendre la fuite malgré la présence de curieux, très nombreux à l’endroit », confie cette source auprès de la Gendarmerie.
Un nombre doublé. 109 cas d'infractions en ligne faites aux enfants (âgés de moins de 18 ans) ont été enregistrés l'année dernière, selon les chiffres rapportés par une responsable auprès de l'UNICEF Madagascar. Ces chiffres ont pourtant tourné autour de 50 en 2018, ce qui veut dire que les plaintes reçues par le service de cybercriminalité auprès de la Gendarmerie nationale et celui de la Police nationale ont nettement augmenté. « La majorité de ces cas concernent le harcèlement psychologique.
Vendredi dernier, K.R., l’ancien maire de la Commune rurale de Malaimbandy fut placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de Morondava pour une affaire d’abus de fonction et forcing dans un site minier privé. Son procès est prévu le 9 mars prochain. Mais il n’a pas été le seul à être trempé. Son présumé co-accusé lui a emboîté le pas mais dont l’identité n’a pas été déclinée. La victime : un opérateur économique d’origine étrangère basé dans la Région. Le plaignant a même saisi le bureau indépendant anti-corruption ou BIANCO dans le cadre de cette affaire.
Il n’y a pas de développement sans la paix. Afin de lutter contre l’insécurité, 200 caméras de surveillance seront installées dans la Capitale. En fin de semaine dernière, le maire de la Capitale, Naina Andriantsitohaina, a visité l’Office de transmission militaire d’Etat (OTME) à Andafiavaratra. Il lui a remis des caméras de surveillance. L’installation de ces matériels commencera à partir de ce jour. Outre les escaliers d’Ambondrona et d’Antaninarenina, les endroits qui sont classés « zones rouges » en terme d’insécurité sont prioritaires.
Après 48 heures de garde à vue, José William Raharison a été déféré au Parquet. Cependant, il a ensuite été libéré provisoirement en attendant son procès le 4 février dernier à Anosy. Après quelques heures d’audience au Tribunal d’Anosy, son verdict est attendu demain. Ce « Mpikabary » a été, rappelons-le, sollicité par une famille pour une prestation d’orateur lors d’un mariage à Alarobia Amboniloha, le 14 décembre 2019. Il fut arrêté par la Police, le jour-même, suite à une plainte pour diffamation déposée par un « magistrat » qui assistait à la cérémonie. Ce dernier se serait senti visé…
L’affaire s’est produite dans une Mairie d’arrondissement de la Capitale à propos d’une affaire de faux et usage de faux concernant les dossiers de transaction de voiture. A l’index : un suspect de 47 ans qui se retrouve par la suite en prison à Antanimora, après l’enquête diligentée par les limiers de la Police économique à Anosy et le Parquet d’Antananarivo. Par ailleurs, ses trois présumés co-accusés ont obtenu la liberté provisoire. Ces derniers sont composés d’un intermédiaire, de l’acheteur qui a soumis son dossier auprès de la Mairie d’arrondissement ainsi que le propriétaire du véhicule, ou le revendeur.

Fil infos

  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés
  • Fonds routier - Rencontre entre le Président et les entrepreneurs impayés 
  • Déchéance du Président de la République - La HCC renvoie l’Opposition à ses études
Pub droite 1

Editorial

  • Bilan mitigé !
    L’heure du bilan sonne. Le mandat de cinq ans des membres du Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) tire à sa fin. Présidé dans un premier temps par le feu Général Charles Rabotoarison, Maka Alphonse prend le relais. La mission essentielle consiste à mettre en œuvre le « processus de réconciliation nationale » de telle manière que les blessures laissées par les crises, notamment à partir de 2002, soient guéries et par la suite instaurer un climat d’apaisement pour asseoir enfin l’unité nationale. Une noble mission à laquelle tout dirigeant politique sérieux et tout concitoyen responsable doivent assumer.

A bout portant

AutoDiff