Economie

Pour un secteur aérien plus performant. La société ADEMA (Aéroports de Madagascar) gère en tout 46 aérodromes dans la Grande île. Mais pour une meilleure gestion des ces infrastructures, l’entreprise a décidé de déléguer la prise en main des aérodromes. « Sur le plan de la sécurité aérienne, chaque aérodrome doit toujours rester opérationnel. Par conséquent, un gestionnaire doit toujours être présent sur les lieux car nous avons du mal à assurer cette fonction. C’est pourquoi, nous remettons la gestion des aérodromes entre les mains de différents partenaires », explique Jean Germain Andrianiaina, directeur général de l’ADEMA, hier, dans ses…
La première concertation nationale sur les systèmes alimentaires à Madagascar s’est déroulée hier à travers un dialogue inclusif en ligne. Cette concertation vise notamment à recueillir les solutions et les propositions issues des différentes parties prenantes tant au niveau du secteur public et des opérateurs, sans oublier les consommateurs.
Les PME et les micro-entreprises souhaitant bénéficier des tarifs spécifiques élaborés par la « Jiro sy Rano Malagasy » (JIRAMA) doivent obligatoirement s’inscrire auprès de leur agence respective. La JIRAMA compte appliquer le nouveau tarif dédié aux « petits » entrepreneurs à partir de ce second semestre de l’année.
La Commission de l’océan Indien, le COMESA ou le marché commun de l'Afrique orientale et australe mais aussi la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Les opportunités sur le marché africain sont nombreuses pour Madagascar. « Sauf que nous sommes encore loin de connaître le marché africain actuellement.
Consensus difficile. La campagne qui a débuté avant-hier dans la Région de SAVA s’est traduite, comme à son habitude chaque année, en une confrontation entre les producteurs de cette Région et les collecteurs venus acheter de la vanille verte. Ces derniers proposent un prix d’achat au kilo oscillant les 40 000ariary tandis que les producteurs de la SAVA comptent s’en tenir aux prix dicter par les autorités qui est de 75 000ariary le kilo de la vanille verte. « Les collecteurs nous proposent des prix dérisoires qui sont beaucoup trop loin de ce qui a été annoncé par les autorités,…
Renouer contact. C’est dans cette optique que le groupe TELMA organise des rencontres avec ses différents partenaires et collaborateurs dans les quatre coins de la Grande île. Après l’organisation de la première édition du Telma Business Customer’s meeting à Toamasina, en début d’année, une seconde édition a été organisée la semaine dernière à Mahajanga. Depuis l’année dernière, la pandémie de coronavirus a modifié le quotidien de tout un chacun, mais principalement celui des entreprises. « Avec ces rencontres, nous partons du principe qu’il est nécessaire de se retrouver après ces quelques mois de confinement éprouvant», a expliqué Patrick Pisal Hamida,…
L’usage du sachet en plastique reste une habitude ancrée dans le quotidien des consommateurs malagasy. C’est difficile pour eux de ne pas le demander lors de leurs achats, que ce soit pour emballer des fruits et légumes ou encore des vêtements et des chaussures. « Je fais souvent des achats imprévus.

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff