24 décembre 2019, une date à oublier pour les chrétiens malagasy vivant aux Comores. Et pour cause, les autorités comoriennes leur ont interdit de fêter le réveillon de Noël. Ceux-ci sont tous les chrétiens, dont certains comoriens, qui ont été ciblés par la note ministérielle sortie, à quelques jours de la Nativité. Une décision qui n’a pas été du tout au goût de la communauté chrétienne malagasy qui s’est apprêtée à manifester dans la soirée du 24 décembre pour montrer son désaccord avec la décision prise par le ministère des affaires islamiques à travers son directeur. « le ministère des affaires islamiques en collaboration avec le ministère de l’intérieur et le Muftorat condamnent et interdisent toute fête, cérémonie ou activités liées au  fête de Noël dans les lieux publics, des hôtels , des clubs et des maisons et toute apparence indiquant l’implication des chrétiens dans leurs joies aux Comores », a notifié le directeur des affaires islamiques qui ajoute « avoir informé toutes les agences de sécurité, de la police (…) pour prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter et empêcher toute tentative de rassemblement des activités chrétiennes ». Cette interdiction qui ne respecte pas du tout la liberté de religion va du 24 au 31 décembre. Un membre du barreau de Moroni a déclaré sur une chaîne de Tv internationale que cette « note scandaleuse viole la constitution qui incorpore la Déclaration universelle des droits de l’homme ».

Ce haut responsable du ministère  de la religion de l’union des Comores avance comme argument que « toutes ces activités (ndlr : la célébration de la fête de Noël) portent de la corruption, la décadence morale qui sont incompatibles avec les principes de l’Islam ».

Mais coup de tonnerre dans la journée d’hier, soit le 25 décembre, le ministre de l’intérieur en personne s’est présenté devant la presse pour désavouer le communiqué du directeur général des affaires islamiques « C’est une déclaration qui n’engage que l’auteur et non pas le ministère des affaires islamiques, de celui de l’intérieur et le Muftorat », a annoncé le ministre.

Une déclaration tardive tout même dans la mesure où des restaurateurs ou autres organisateurs de fêtes se sont pliés à cette décision unilatérale du directeur général des affaires islamiques lancée à la veille de Noël. Ce dernier risquerait, de cette bévue, d’être poursuivi devant la justice locale. Dans la matinée d’hier également, le porte-parole du gouvernement comorien dans un tweet a souhaité « Joyeux Noël à tous les chrétiens du monde, à commencer par ceux qui sont aux Comores », confortant une fois de plus le désaccord du gouvernement comorien avec cette déclaration des affaires islamiques. Quoi qu’il en soit le mal est fait.

Cet extrémisme du haut responsable comorien laisse sans voix les Malagasy qui prônent toujours la tolérance et le respect de la foi des uns et des autres. A preuve, les régimes qui se sont succédé à la tête de Madagascar ont toujours décrété jours fériés toutes les fêtes musulmanes et laissent aux pratiquants de la religion le soin de les célébrer.
D’après les informations, la communauté chrétienne en Union des Comores est composée essentiellement de malagasy….
La Rédaction

 

Publié dans Société

La restitution des îles Eparses figurait à l’agenda du régime pour l’année 2019. Des réunions de la commission, jusqu’à la tenue d’une concertation nationale, cette restitution est un passage obligé et non négociable. Désormais, elles passent d’îles Eparses à Nosy malagasy dont la date fixée est la fête de l’indépendance 2020.

Après l’ancien Président Didier Ratsiraka, seul le Président Andry Rajoelina a eu le courage de revendiquer les îles Eparses, les îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India. Des îles appartenant à Madagascar mais qui lui ont été soustraites arbitrairement peu de temps avant l’accession à l’indépendance. La raison, ces îles regorgent de ressources incommensurables outre l’extension de la zone maritime. Cette restitution de ces petits îlots figurait parmi les promesses présidentielles durant la campagne électorale.

Depuis, le Président Andry Rajoelina a fait du chemin pour réaliser cette promesse. De Paris, à Maurice et surtout à Madagascar, le numéro un de la Grande île milite pour que ces îles redeviennent la propriété de Madagascar et de son peuple. Une rencontre avec le Président français Emmanuel Macron a eu lieu le 29 mai 2019 à Paris, qui a ouvert une dynamique pour le règlement de cette question. Un communiqué conjoint a été adopté le 18 novembre 2019. Un communiqué dans lequel les deux parties se sont engagées à poursuivre le dialogue dans un esprit positif et se fixent le 26 juin 2020 pour connaître le sort de ces îles Eparses. La commission mixte Malagasy –Français s’est réunie à Andafiavaratra le 18 novembre dernier pour un premier round d’observation. La délégation malagasy est dirigée par le Premier ministre Ntsay Christian.
Une concertation nationale a eu lieu au CCI Ivato les 09, 10 et 11 décembre 2019. Suite à cette concertation, la partie malagasy a affirmé que désormais, les quatre îles s’appellent : Nosy Sambatra, Nosy Kely, Nosy Bedimaky et Nosy Ampela. Elles appartiennent à Madagascar. La restitution de ces îles de l’océan Indien à Madagascar fera partie d’un long processus que le Président mènera à son terme.

Publié dans Politique

Comme tous les ans à cette période de l’année finissant, la rubrique faits divers a été riche en faits lesquels n’ont pas toujours été réjouissants. Mais un constat général s’impose : à part l’habituelle saignée due aux crimes ou aux accidents divers,  2019 s’est terminée positivement étant donné que la Justice a tranché sur les dossiers brûlants auxquels l’opinion était toujours sur sa soif.

Les grands  procès de 2019 ont tranché sur les dossiers sales, se rapportant sur les détournements de deniers publics mais aussi le kidnapping, au Pôle anti-corruption (PAC) des 67ha, au cours de ces deux derniers mois. Claudine Razaimamonjy, l’ex-conseillère de l’ancien Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina, a été condamnée à 10 ans de travaux forcés dans le cadre de l’affaire Ambohimahamasina. Le préjudice s’élève à 396 millions d'ariary. Notons qu’il s’agit d’une deuxième condamnation car dès août 2019, Claudine Razaimamonjy est reconnue coupable de complicité, de détournement  de derniers publics et recel de deniers  publics. A l’époque mais plus récemment aussi, la femme d’affaires s’est enlisée dans plusieurs dossiers de détournement de deniers publics, de corruption, de blanchiment de capitaux, favoritisme dans l’attribution de marché public et de faux et usage de faux.

Entraîné dans la même tourmente que ladite Claudine, Tsabo Pierre, l'ancien maire de la Commune rurale d'Ambohimahamasina, est condamné à 6 ans de travaux forcés par la Cour criminelle ordinaire du PAC, vers début décembre dernier.

Le cas de Hasina Ranirison, l’ex- maire d’Andoharanofotsy, et non moins candidat maire malheureux du parti « Tiako i Madagasikara » lors des récentes municipalités, est probant aussi à cet égard. Cherchant à supprimer la poursuite dont il fait l’objet, il a profité de sa mise en liberté provisoire pour se porter encore candidat des récentes municipalités. Incriminé pour détournement de deniers publics et de faux entre novembre 2015 et avril 2017. Vers début décembre dernier, il a dû de nouveau comparaître devant la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption aux 67ha pour un second procès. Le verdict était tombé : l’ex-maire d’Andoharanofotsy a été condamné à 5 ans de prison ferme. Il doit également s’acquitter d’une amende de 2 millions d’ariary ainsi que 99 millions d’ariary de dommages à la Direction de la législation des contentieux (DLC) qui s’est constituée en partie civile. C’est l’équivalent de la somme détournée. Car ces débats au PAC ont révélé que l’ex - maire a touché de façon obscure 1 million d’ariary par semaine à l’époque.

Pour la parenthèse, cette décision de la Justice étonne plus d’un dans la mesure où c’est la dame Claudine qui a payé le plus lourd tribut alors qu’elle n’aurait joué que le rôle du facilitateur, et que les fonds n’auraient pas atterri entre ses mains. La surprise était à son comble quand c’est le maire d’Ambohimahamasina, principal incriminé car étant le signataire des formalités (fausses) en vue du déblocage des subventions exceptionnelles, n’a écopé qu’une peine, disons atténuée que celle de son co-accusée. Et que le témoignage d'un inspecteur général de l'Etat sur les agissements de tous les accusés a été sans appel. Pour lui, le maire d'Ambohimahamasina est retenu du simple fait qu'en tout état de conscience des acquis lors d'une formation des maires sur la gestion financière, il aurait dû suivre toutes les procédures conformes à la loi en vigueur. Mais le concerné a délibérément omis de le faire avec l'affaire des subventions exceptionnelles pour les Communes rurales à l'époque.

Enfin, Hajaniaina Aurélien Vorisoa, cet ancien chef de la Région Bongolava a été condamné à six années de travaux forcés. Il a été reconnu coupable de détournement de deniers publics. En 2017, le Bureau Indépendant anti-corruption(BIANCO) a démarré une enquête pour mettre au grand jour les cas de malversations dans la trésorerie de la Région Bongolava.
Lors de sa récente comparution, il a été révélé que durant l’exercice de son mandat 2011-2013, l’ex-chef de région aurait volé 195 842 754 ariary entre 2011 et 2012. Et qu’il aurait blanchi une somme atteignant plus de 77 millions ariary.

Lex et consorts , incorrigibles ravisseurs derrière les barreaux

Le 11 décembre dernier a vu  la comparution d’Onjaniaina, alias Dadafara Kely, l’agent de renseignement du gang, Navalona Vonimboahangy, alias Lex, dans le rôle de chauffeur, Ndranto Michel Eric dit Ra Fy, complice, tous ayant été impliqués dans plusieurs enlèvements  répétés d’Indopakistanais de la Capitale, dans une période comprise entre 2002 et 2018.  La Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption (PAC) des 67ha les a condamnés chacun à 15 ans de réclusion criminelle. De plus, chacun d’eux doit s’acquitter d’une amende d’1 milliard ariary. Quant à la dénommée, Zoly, l’unique femme du gang, elle a écopé de 7ans d’emprisonnement et une amende de 150 millions ariary pour complicité d’enlèvements, utilisation de biens mal acquis mais aussi de blanchiment d’argent. Celle-ci est la compagne de Lama, un autre ravisseur rendu tristement célèbre, mais qui a échappé aux Forces de l’ordre du pays. La particularité de ce gang, les membres sont tous des proches, cousins et cousine. Ils ont plusieurs dizaines d’enlèvements d’Indopakistanais à leur actif, et ce,  pendant une période allant de 2002 à 2018. Ces kidnappings à répétition et ayant notamment défrayé la chronique se sont déroulés dans plusieurs endroits de la Capitale tels qu’Ankorahotra, Alarobia, Andakana, Tanjombato, Analamahitsy,Ankadikely, etc mais aussi dans des villes de région comme Sambava, Toamasina, etc…Le nombre de leurs victimes est difficile à énumérer tant considérable, en ne citant que les rapts du Dg de l’Akoor Digue, d’Yanish Ismaël ou de Sabera Vasram.




 

Publié dans Société

La Commission Electorale nationale indépendante avait annoncé provisoirement la victoire d’Andry Rajoelina le 27 décembre 2018 avec 55,66 % des suffrages lors du second tour disputé le 19 décembre, contre 44,34 % à Marc Ravalomanana. Une victoire validée par la Haute Cour constitutionnelle le 8 janvier 2019 qui rejeta toutes les requêtes de son rival Marc Ravalomanana. Le 19 janvier 2019, Andry Rajoelina a prêté serment dans le Stade de Mahamasina, devant une foule de 40 000 personnes, une trentaine de représentants diplomatiques, cinq chefs d’Etat africains et l’ancien Président français Nicolas Sarkozy.

C’est la première fois dans l’histoire du pays que l’investiture du Président a lieu en présence de ses rivaux et de ses prédécesseurs, Hery Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana et Didier Ratsiraka. Thérèse Zafy, épouse de feu Albert Zafy était également présente.  C’était également la première fois qu’une passation de pouvoir est effectuée entre deux Présidents élus, Hery Rajaonarimampianina et Andry Rajoelina.

Andry Rajoelina est officiellement le second Président de la cinquième République. Le faste de la cérémonie a retenu l’attention de tous. Le stade municipal, comble, aux couleurs du drapeau national marque les esprits. Lors de son discours d’investiture, Andry Rajoelina a réaffirmé ses engagements pour le développement rapide du pays: "Je vous conduirai à bon port, le port du développement, le port de la croissance, le port de l'émergence et le port de la réussite", affirme le Président fraîchement élu.
Un développement qui requiert le soutien de la population : « Seul je marche vite, mais ensemble nous irons plus loin », disait-il. Le plus jeune Président élu du Continent africain s’est engagé à doubler la production de l’électricité à Madagascar, de doubler les terres cultivables, de nommer des gouverneurs, de doter les Forces de l’ordre de matériels. Des promesses auxquelles beaucoup veulent croire.

Publié dans Politique
mercredi, 25 décembre 2019

La une du 26 décembre 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité

Recherche par date

« December 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff