vendredi, 18 mars 2022

La une du 19 mars 2022

Publié dans La Une


Dans le cadre de l’appui au secteur de la pêche à Madagascar, la Banque mondiale finance depuis des années le Gouvernement malagasy à travers  le projet « Swiofish 2 ». Pour une consolidation du partenariat, le ministre de la Pêche et de l’Economie bleue (MPEB), Mahatante Paubert, a reçu jeudi dernier à son bureau sis à Ampandrianomby, Marie Chantal Uwanyiligira, Country manager de la Banque mondiale, accompagnée de ses collègues, premiers responsables du projet « Swiofish 2 » au sein de la Banque mondiale. La rencontre a été mise à profit par les deux parties pour échanger autour des différentes priorités du MPEB. Il s'agit notamment de l’amélioration au niveau de la gouvernance et de la gestion de la pêche ainsi que l’appui aux acteurs, notamment les communautés vulnérables, victimes des cyclones successifs ayant frappé le pays.
 « Nous exprimons notre satisfaction par rapport aux  efforts déployés par le MPEB depuis ces 6 derniers mois pour imprimer la transparence dans la gestion du secteur Pêche à Madagascar, ainsi que dans la protection des côtes et des ressources halieutiques nationales. (...) Madagascar montre un bon exemple à suivre pour les autres pays ayant bénéficié du même programme », a souligné Marie Chantal Uwanyiligira, Country manager de la Banque mondiale. Et de poursuivre que Madagascar pourrait servir de vitrine pour les autres pays et, pourquoi  pas, devenir le leader dans sa politique de mise en place d’une gestion durable et inclusive des pêcheries.
En matière de ressources, justement, il a été relevé au cours de cette rencontre que le programme « Swiofish 2 » dispose encore d’un budget disponible d’environ 60 millions de dollars mais encore à décaisser que la Grande île peut affecter à l’amélioration de l’aménagement des pêcheries prioritaires et à l’accès aux activités alternatives pour les pêcheurs cibles. Avec cette somme, la mission vise, à travers des séances de travail réalisées avec différents responsables ministériels et des acteurs du secteur, à trouver ensemble les voies et les moyens d’accélérer le décaissement de cette ressource financière par des activités inscrites dans le plan de travail annuel et qui touchent directement les pêcheurs.
Recueillis par K.R.

Publié dans Economie


Un grand tournoi Open intercommunal est en gestation dans le District d’Atsimondrano. Et ce, dans cadre de la réalisation du projet de développement Atsimondrano Fitaratra 2023, initié par le député Andry Ratsivahiny. Quatre disciplines seront en compétition à savoir basketball, rugby, pétanque et football. Cette dernière discipline ouvrira le bal et s’étalera sur quatre mois et ce jusqu’au mois de juillet. Hormis les divers lots promis par les organisateurs, deux millions d’ariary seront offerts à l’équipe championne et 500 000 ariary pour les vice-champions.
Les phases éliminatoires se dérouleront du 9 avril au 22 mai, les quarts de finales programmés pour le 29 avril alors que les demi-finales sont prévues pour le 5 juin.
 La finale va donc avoir lieu le 19 juin. Après quelques semaines de repos, les finalistes de chaque zone s’affronteront de nouveau dans un Poule des As et disputeront le titre de Super Champions d’Atsimondrano. Le comité d’organisation offrira la somme de 4 millions d’ariary au vainqueur et un million d’ariary pour le vice-champion.
« Ce tournoi permettra de favoriser une cohésion entre jeunes d’Atsimondrano et un échange d’expérience. La compétition servira aussi de détection et les meilleurs pourront bénéficier de stage avec l’équipe du CFFA que ce soit pour les joueurs ou les entraineurs. Comme Atsimondrano doit servir de « Fitaratra », ou vitrine, tous les Districts devront suivre l’exemple pour le bien de notre sport et l’avenir de la jeunesse de notre pays dans tout Madagascar », explique le député d’Atsimondrano, Andry Ratsivahiny instigateur de la compétition avec les 26 maires de sa circonscription.
Les 26 Communes, constituées de 39 équipes seront réparties en deux zones de 13 équipes. Toutes les Communes traversées par la Route nationale 1 dont Anosizato, Ampitatafika, Fenoarivo et celles d’Itaosy vont être regroupées dans une même zone et c’est pareil pour celles sur la RN7, Tanjombato, Soavina, Andoharanofotsy, Anjomakely, Ambalavao. Tandis que Bongatsara et Ambalavoa évolueront dans une autre zone.
Les 13 équipes seront réparties en 8 poules dont 7 poules de 5 équipes et une de quatre équipes durant les phases éliminatoires.
Trois équipes sont permises pour chacune. Les 26 Communes dans l’Atsimondrano seront autorisées à s’inscrire au tournoi jusqu’au 1er avril.
C’est la Mairie dans laquelle évolue le club qui s’organisera respectivement pour la désignation de son représentant. Effectivement, le tournoi est exclusivement réservé aux jeunes d’Atsimondrano. Chaque résident et présentant un certificat de résidence peut intégrer son équipe et participer à la compétition. Par contre, pour les joueurs licenciés en pro League, ils ne peuvent pas y participer. Chaque équipe peut faire jouer trois joueurs de la D1 et 4 joueurs de la D2 au maximum sur le terrain avec 4 amateurs. Notons que toutes les rencontres seront officiées par des arbitres nationaux et internationaux de la ligue Analamanga.
Elias Fanomezantsoa

Publié dans Sport


Cela fait deux ans, jour pour jour ! Le 20 mars 2020, le Président de la République Andry Rajoelina révèle que trois personnes présentant les symptômes du coronavirus, déjà responsable de la mort de plusieurs centaines de personnes sur les continents asiatiques, européens et américains, ont été détectées à Madagascar. Ce sont les premiers cas confirmés dans la Grande île. Il s’agissait des citoyennes malagasy respectivement revenant de voyages en France ainsi que d’une autre de 19 ans de retour, elle, d’un voyage sur l’île Maurice, selon les précisions du Président de la République Andry Rajoelina lors d’une déclaration officielle. Les trois femmes ont été placées à l’isolement et prises en charge au niveau de l’hôpital « manara-penitra » d’Andohatapenaka.
Dans le pays, la panique avait gagné les rangs. Ont-elles contaminé d’autres personnes sur leur passage ? Sur les réseaux sociaux, l’inquiétude monte. Des craintes apaisées par les décisions prises par l’État. L’ensemble des passagers ayant voyagé sur les mêmes vols que ces premières contaminées a été identifié et faisait l’objet d’un confinement. Les voyageurs récemment arrivés dans le pays ont été invités à respecter les mesures mises en place par les autorités telles que l’auto-confinement. Pendant ce temps-là, on dénombre déjà une dizaine de morts par jour dans nombre de pays du monde. Des mesures drastiques pour contenir la propagation du nouveau virus tueur, avec le confinement de plus de 40 millions de personnes, avaient notamment été prises en Chine. 
D’un pic à l’autre
La suite est connue. Tests de dépistage massif, Etat d’urgence sanitaire, confinements et déconfinements, restrictions sanitaires, masques, gel hydroalcoolique, gestes barrières, télétravail, hôpitaux sous pression, Centre de traitement Covid, fermeture des frontières, course contre la montre pour trouver des remèdes et des traitements, campagne de vaccination, passe sanitaire,… pour tenter de freiner la propagation de l’épidémie. Depuis maintenant deux ans, le monde vit au rythme de la pandémie de Covid-19 et de ses variants. Depuis la fin de l’année dernière, le monde fait face à une énième vague de la maladie, avec l’apparition en Afrique du Sud du variant Omicron, plus transmissible mais néanmoins moins agressif que d’autres tel que le Delta. Et, selon certains spécialistes, il existe « une possibilité » que cette vague soit, enfin, peut-être la dernière, en raison de la multiplication des contaminations et la couverture vaccinale de plus en plus étendue.
A Madagascar en tout cas, après un pic au mois de janvier dernier, la pandémie amorce un recul ces dernières semaines. En mars 2022, la Covid-19 a fait plus de 6 millions de morts dans le monde, dont plus de 1 377 à Madagascar, et contaminé plus de 466 millions de personnes sur la planète, dont 63 870 dans la Grande île.

Publié dans Politique
vendredi, 18 mars 2022

Sur orbite !

Enfin, il est lancé sur orbite ! Le nouveau Gouvernement portant le label Ntsay Christian, le quatrième du genre pour compter du 19 janvier 2019, décolle et évolue en orbite autour du régime Orange.
Sept mois « seulement » après la nomination des membres du troisième Gouvernement Ntsay du 15 août 2021 où 16 nouveaux ministres, 3 vice-ministres et 2 secrétaires d’Etat avaient été nommés, le Chef de l’Etat procède à la nomination d’un nouveau Gouvernement.
En effet, par décret 2022-400 du 16 mars 2022, le Président de la République nomme le Premier ministre Ntsay Christian chef du Gouvernement ainsi que les membres.
Composé de trente ministres dont 21 reconduits, 7 entrants et 2 permutations, le quatrième Gouvernement entre en fonction dès le premier moment de leur nomination en l’occurrence le mercredi 16 mars 2022. Ainsi, un premier Conseil des ministres se tient immédiatement à Iavoloha au cours duquel le maître des lieux, le Chef de l’Etat Rajoelina, a tenu à mettre les points sur les « i ».
Le Président Rajoelina insiste sur certains points fondamentaux sur lesquels il ne transige pas.
Tous les membres sont appelés à l’exemplarité de leur conduite, « soyez des modèles pour le peuple », renchérit-il. L’exemple vient d’en haut ! Il est inadmissible qu’un membre  du gouvernement se fasse éclaboussé par des velléités de détournements de deniers publics, par des implications à des affaires de corruption ou de concussion ou par des accusations, fondées ou non, sur la place publique à des écarts de conduite. 
Tout membre du Gouvernement doit faire preuve de conviction sur la pertinence et l’efficacité des Treize points du « Velirano », le « Boky Mena » du régime Orange. Un crédo unique que chaque ministre ne doit jurer que pour la réalisation sinon on quitte la baraque ! Rajoelina ne plaisante pas sur ce point. D’ailleurs, il donne le ton, 80 % au minimum du « Velirano » seront atteints en 2023 ! Il ne tolère plus qu’un membre du Gouvernement, un haut dirigeant du régime Orange, ne prête pas attention là-dessus. D’autant plus, il rejette non plus que le Gouvernement ne parle plus le même langage par rapport au « Velirano ».
Tous les membres de l’Exécutif se doivent de respecter impérativement voire jalousement les consignes de solidarité gouvernementale. L’union fait la force ! Un adage populaire qui n’a jamais trahi personne !
Des défis majeurs à surmonter et des enjeux délicats à dépasser attendent la nouvelle équipe.
Les défis de la relance économique post-Covid et de la reconstruction post-intempéries à répétition se trouvent en face de l’équipe de Ntsay. Tout est à refaire sinon à relancer ! Tout est à reconstruire sinon à réhabiliter ! Personne n’a pas droit à l’erreur. Des tâches herculéennes. Des œuvres pharaoniques. Le tout, à réaliser dans le temps imparti que le Chef l’indique dès le départ au Palais d’Iavoloha à savoir à la date de l’échéance de 2023. Une date butoir à bien retenir et à ne jamais négliger !
Des enjeux forts délicats à maîtriser. Le Gouvernement est tenu en permanence à déjouer les pièges tendus par les ennemis du redressement. Il ne faut jamais tomber dans leur traquenard.
Une fois lancé sur orbite, le Gouvernement de Ntsay ne doit plus hésiter à avancer et à foncer.
Ndrianaivo

Publié dans Editorial


Tous les « points noirs » où se produisent le plus grand nombre d'attaques sur les routes nationales sont répertoriés. Après les nombreuses plaintes des transporteurs et voyageurs concernant la dégradation avancée des routes nationales et l’insécurité, une délégation issue du ministère des Transports et de la Météorologie, du ministère des Travaux publics, de l'Agence des transports terrestres (ATT), des transporteurs membres des Coopératives de transport routier des voyageurs (CPCTRV) ainsi que la Gendarmerie nationale ont effectué une descente au niveau de la RN 4, jeudi dernier.
Outre la réfection temporaire des nids-de-poule au niveau du PK 70-71, PK 82 à Ankazobe, PK 109 à Ambolotarakely, PK 182 à la descente de Mahatsinjo, PK 220 à Tsarahonenana et PK 365 à Ikalamilotrakely, d’autres mesures ont également été mises à jour afin protéger les citoyens. « Des patrouilles seront mises en place dans les points noirs en matière d’isolement ou de dégradation des chaussées, ainsi que dans les autres zones à risque », indique le ministère du Transport dans un compte-rendu, suite à la descente sur terrain. Pour les véhicules, d’autres mesures ont été prises après quelques remarques dont le détachement des escaliers vers les porte-bagages avant le départ, le remplacement des vitres optiques à l’arrière des véhicules. Ainsi, tous les contacts de la Gendarmerie de la région doivent désormais être affichés dans les véhicules afin de faciliter l’intervention des Forces de l’ordre.
Par ailleurs, le nombre de véhicules prévus rouler en caravane devra être défini avant leur départ. En effet, ce sont les véhicules sortant de la caravane qui sont souvent les cibles des bandits. En ce qui concerne le mauvais état des routes et la prévention des accidents, le ministère des Travaux publics s’est engagé dans la réfection de la RN4 dans le plus bref délai. Ce n'était que le début, mais d’autres descentes seront effectuées dans différentes routes nationales afin d’améliorer ce secteur d’activité.
A part la RN4, la RN7 est la plus réputée en termes de braquage sur les routes nationales. En espace de quelques jours seulement, deux attaques ont eu lieu sur cet axe. Le dernier fait s’est produit dans la nuit du jeudi à vendredi. Un véhicule reliant Ivato et Ambositra a reçu plusieurs tirs. Heureusement, le chauffeur a pu les esquiver et épargner les voyageurs. Aucun blessé ni décès n’a été enregistré.
Anatra R.


Publié dans Société


Un nouveau Gouvernement sous la conduite de Ntsay Christian
Composé de trente membres, le quatrième ou cinquième c’est selon, Gouvernement Ntsay a été mis en place le mercredi 16 mars au Palais d’Etat d’Iavoloha. Soit une semaine, jour pour jour, après le moment où le Président Rajoelina annonça sa décision de procéder à un remaniement du Gouvernement et cela après avoir effectué l’évaluation de chaque membre. Rajoelina a bien voulu tracé les grandes lignes d’action du nouveau Gouvernement. A chacun de s’y conformer impérativement !
Cindy Mc Cain au Palais d’Etat d’Iavoloha
L’ambassadrice des Etats-Unis auprès des trois agences des Nations unies pour l’alimentation (FAO, PAM, FIDA), Cindy Mc Cain, a été reçue par le Président Rajoelina au Palais d’Iavoloha et ce pour pouvoir étudier ensemble comment pourra-t-on assister les autorités du pays à relever les défis chroniques des insuffisances alimentaires sous toutes ses formes. Etant victime des intempéries climatiques successives, la Grande île aura fort à faire pour redresser efficacement la situation alimentaire.
Madagasikara inscrit dans la liste de la « zone verte »
Le ministère français des Solidarités et de la Santé, par l’arrêté du 12 mars 2022, communique que Madagasikara figure sur la liste de la « zone verte » identifiant les pays caractérisés par une faible circulation du coronavirus. Les passagers désirant rejoindre la France pourront le faire. Vice-versa, les visiteurs ou touristes choisissant la Grande île ont la possibilité de le faire. Une bonne nouvelle qui embaume le cœur des opérateurs touristiques du pays !
Le parti MMM quitte le Gouvernement
Dans l’attente de la nomination des nouveaux ministres du Gouvernement de Ntsay Christian, le parti MMM de Hajo Andrianainarivelo a brisé le silence en annonçant sa décision de ne pas l’intégrer. Un des grands partis politiques ayant soutenu le Président Andry Rajoelina avant, pendant et après les dernières élections présidentielles, le MMM a précisé tout de même qu’il reste dans le camp présidentiel et n’a pas l’intention de renforcer l’Opposition.
Ndrianaivo

Publié dans Politique


Cela fait presque 60 ans que l’Ordre des experts-comptables et financiers de Madagascar (OECFM) officie sur tout le territoire national. Pourtant, malgré cette longévité, le métier d’expert-comptable est hélas très peu connu à Madagascar malgré le fait que ces experts soient indispensables dans chaque facette de la société, que ce soit sur le plan juridique, financier, social ou même organisationnel. Un constat exposé par Andriamisa Ravelomanana, président de l’OECFM, à l’occasion de la cérémonie de prestation de serment de 16 nouveaux diplômés en expertise-comptable et financière de Madagascar, hier au Tribunal d’Anosy. « Nous comptons un peu moins de 200 experts en exercice à travers tout le pays. Cependant, comme la grande majorité des activités économiques de la Grande île se concentre dans la Capitale, le plus grand nombre d’experts exercent ainsi à Antananarivo et ses environs. Il existe bien évidemment des experts-comptables dans les autres grandes villes du pays, mais la répartition est plus qu’inégale en termes de couverture », explique le président de l’Ordre des experts-comptables.
Les 16 nouveaux experts-comptables et financiers viennent ainsi renforcer la visibilité d’un Ordre regroupant désormais 163 professionnels incontournables pour l’économie et la société. Ces accompagnateurs sont indispensables pour une gestion plus professionnelle, tant pour les lanceurs de projet d’entreprise que les investisseurs. « A l’instar des médecins, les experts- comptables et financiers sont les garants de la santé financière des entreprises et des entités en matière de qualité de l’information financière à travers des missions qui leur sont exclusives comme l’audit légal, la certification des comptes, l’externalisation comptable, mais également des missions de conseil dans les domaines juridique, fiscal, social, de la gestion et du système d’information », rappelle le président aux nouveaux experts.
Par ailleurs, un expert-comptable est en mesure de prodiguer des conseils à chaque étape de la vie d’une entreprise, tant au niveau de l’entreprise elle-même qu’à son dirigeant. On parle d’ailleurs de devoir de conseil. Il saura optimiser chacune des situations dans de nombreux domaines fiscal, social et juridique notamment. Lors de la création d’entreprise, par exemple, l’expert-comptable pourra accompagner son client dans le choix de la structure la plus appropriée à sa situation. D’ailleurs, le recours à cet expert libère tout chef d’entreprise d’une partie des soucis liés à la gestion administrative et comptable. Il exonère également le dirigeant d’une partie de sa responsabilité en cas de faute, d’anomalie ou d’erreur. Dans ce dernier cas, l’entreprise sera couverte par l’assurance responsabilité civile professionnelle de l’expert-comptable, lorsque la faute lui est imputable. Afin de devenir expert-comptable à Madagascar, il faut passer par un chemin bien défini. L’Ordre des experts-comptables et financiers de Madagascar, depuis ses cinquante-sept années d’existence, se fixe comme objectif de combler le manque d’effectif des experts-comptables à Madagascar et gère la procédure d’adhésion.
Hary Rakoto

Publié dans Economie


La circulation et port d’armes illégal sont bien d’actualité. Les faits survenus dans deux endroits au cœur de la Capitale, la seule nuit de jeudi dernier, et où des suspects ont été arrêtés par la Police, le confirment. A commencer par le cas de cet inconnu qui est tombé dans le filet des hommes de la Compagnie urbaine d’intervention (CUI 3), du commissariat de Tsaralalàna, à Analakely. Vers minuit donc, l’arrestation du suspect portant, sans autorisation, un revolver sur lui découlait d’une ronde nocturne effectuée par des agents de ladite Compagnie de police, patrouille dont la mission était de vérifier la fermeture, sinon contraindre des bars d’Analakely et ses environs à fermer.
C’était dans ces circonstances que cette patrouille a repéré l’homme dont le geste et comportement ont éveillé immédiatement les soupçons des policiers. Car en voyant ces derniers rappliquer, ledit suspect est allé se réfugier, sinon se cacher rapidement derrière les Arcades à Analakely. Ce qui n’a pas empêché les Forces de sécurité de l’interpeller, et surtout le soumettre à un contrôle d’identité. Effectivement, la fouille sur le concerné s’avérait fructueuse : l’homme avait alors ce revolver ainsi que 8 munitions sur lui. Toutefois, il n’a aucun permis pour le faire. “Lorsque nous l’avions interrogé sur ce point, le suspect a déclaré que l’arme en question appartiendrait plutôt à son frère qui se trouve actuellement à l’étranger”, commente une source policière. Actuellement encore, il serait toujours placé en garde à vue au commissariat central de Tsaralalàna.
Triple montée
Autre temps, autre mœurs ! Parallèlement à ce qui venait de se passer à Analakely, des fins limiers du commissariat du 3e Arrondissement ont également procédé au même type de coup de filet, dans le cadre de leur opération “coup de poing”, devenue en quelque sorte une tradition chez eux. Cette fois-ci, la scène s’est déroulée au rond-point d’Antanimena à 3h du matin. A cet endroit, les policiers en faction à ce check-point y ont alors immobilisé une moto. Sur celle-ci, trois personnes. Outre le pilote, il y avait deux femmes.
Pour la Police, cette pratique constituait déjà une infraction au code de la route, et ces personnes concernées méritaient alors d’être sanctionnées. Or, en procédant à un contrôle plus poussé, lequel fut associé à une fouille sur la moto, les agents de Police y découvrent une arme à feu ainsi que quatre cartouches, sans parler enfin d’un couteau. Puisque le motocycliste n’avait aucune autorisation à les porter sur lui, la Police l’a immédiatement arrêté, en même temps que les deux inconnues, histoire de les soumettre à une enquête.
Durant son audition, le motocycliste aurait expliqué que ces armes lui appartenaient. Et qu’il aurait rencontré les deux femmes dans un bar, et les a ensuite emmenées en moto pour les ramener chez elles. L’enquête sur ces affaires se poursuit.
Franck R.

Publié dans Société


Pas de temps pour se reposer. Après avoir disputé la Coupe d’Afrique de slam poésie qui s’est déroulée à Addis-Abeba (Ethiopie) du 16 au 19 février dernier, la slameuse Louis’Z Fasa, de son vrai nom Fasa Louise Aurélie s’échauffe déjà en vue d’un autre grand concours. En effet, la slameuse malagasy se prépare déjà à la deuxième Coupe du monde de slam poésie. Cette nouvelle compétition se tiendra à Bruxelles (Belgique) en septembre prochain.
A noter que notre challenger a brillé lors de la Coupe d’Afrique de Slam poésie 2021 qui s’est tenue en Ethiopie. A l’issue d’une longue et dure bataille de jeu de mots, et grâce à son talent et sa brillance, notre représentante est sortie troisième de cette compétition. Le Guinéen Elhadji Oumar Baldé a été le vainqueur de cette deuxième édition de la Coupe d’Afrique. La deuxième place a été attribuée à l’île Maurice. Un résultat que les Malagasy ont jugé excellent après avoir constaté le niveau des concurrents durant les épreuves. Un peuple qui est resté fier de sa candidate qui a su démontrer à toute la Nation son talent, même au niveau international.
Notre championne Aurélie a vu le jour à Toamasina en 1998. Elle est atteinte du virus du slam à l’âge de 15 ans. Après sa participation au Festival de slam national, elle est devenue lauréate de Madagascar en 2020. Sans oublier qu’elle a déjà été la championne lors du Festival de slam national en 2021, et cela après trois participations. Des parcours étonnants à la suite desquels elle a été sélectionnée pour participer à ce concours international. Ainsi, Louis’Z Fasa ne cesse d’impressionner et de prouver à tous les adeptes du slam que chacun, fille ou garçon, pourrait réussir dans ce domaine, et que tout le monde se trouve sur la même ligne de départ. Bref, cette candidate est la preuve que le slam est toujours vivant. Le grand rendez-vous des poètes du monde entier sera donc à Bruxelles. Bon nombre de slameurs vont oraliser  leur poésie devant un public venu de différents pays.
Sitraka Rakotobe

Publié dans Culture

Fil infos

  • Vol d’or au ministère des Mines - Les responsables successifs s’en lavent les mains
  • Drame à Nosy Varika - Une mère de famille et ses fillettes meurent calcinées
  • Accident routier au fasan’ny Karàna - Un motocycliste broyé par un poids lourd
  • Autoroute Antananarivo - Toamasina Contrat signé incessamment
  • Assassinat d’une jeune fille à Moramanga - L’ex-petit ami à Tsiafahy
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Un millier de caméras pour surveiller les rues de Tana
  • Tribunal de Nîmes - Un Malagasy condamné à 7ans d’emprisonnement pour agression sexuelle
  • Paiement des bourses universitaires - Trente milliards d’ariary d’économies grâce à la digitalisation
  • Moramanga - Le sosie de Jerry Marcoss décapité
  • Fête de l’indépendance - Circulation perturbée à Anosy et Mahamasina

La Une

Recherche par date

« March 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Pub droite 1

Editorial

  • Identité nationale
    Que la fête commence ! Que les choses sérieuses débutent ! Bref, que le plat de résistance soit servi ! Le clou des cérémonies de la célébration de la Fête nationale arrive ce jour de 25 juin, la veille de la date du Soixante-deuxième anniversaire du retour à la souveraineté nationale. En effet, après avoir été colonisée pendant 64 ans, la Grande île accède le 26 juin 1960 à l’autodétermination.

A bout portant

AutoDiff