vendredi, 17 juin 2022

La une du 18 juin 2022

Publié dans La Une



En trois années d'existence, les impacts tangibles du programme national de l’entrepreneuriat « Fihariana » sur la vie des Malagasy le confortent dans ses activités allant vers une économie résiliente et une autosuffisance alimentaire. A l’occasion de la participation des représentants de ce programme à la conférence nationale portant sur ce thème, Valérie Zafindravaka, secrétaire exécutive du programme, a expliqué que « L’essence même de "Fihariana" est d'accompagner les agripreneurs malagasy. Grâce aux efforts soutenus des bénéficiaires et des partenaires techniques, une production supplémentaire annuelle de 38.265 tonnes de riz a pu être enregistrée. Des projets sont également en cours de réalisation pour les filières "sucre" et "arachide", respectivement à Vatomandry, Morondava et dans la Région d’Androy. La filière "manioc" présente également un potentiel indéniable en tant qu'alternative à la farine de blé. Ces filières sont prioritaires pour combler le gap entre la consommation nationale et la production locale ». Cette approche « chaîne de valeur » nécessite une consolidation à travers un maillage dense des petites ou moyennes structures productives et la coordination des activités des parties prenantes pour un résultat optimal. Le cas de la filière « lait » témoigne de l'importance de la cohésion entre « Fihariana » et ses partenaires. En effet, le programme intègre dans son appui technique la recherche de débouchés. La collaboration avec l'entreprise Socolait a nettement contribué à l'atteinte des objectifs du produit « Fanoro by Fihariana ».
Filière piscicole
En plus de présenter les réalisations en termes de contribution à l'autosuffisance alimentaire de Madagascar, « Fihariana » a profité de la conférence pour dévoiler son nouveau produit « Fia by Fihariana ». Fia a été conçu pour répondre aux besoins de la population malagasy en matière de consommation de viande. A travers ce produit, « Fihariana » finance l'élevage de tilapias et de carpes dans les Régions d’Itasy, Ihorombe, Sofia, Atsimo-Andrefana, Anosy, Amoron'i Mania, Menabe, Matsiatra-Ambony, Analamanga et Vatovavy. « Fia by Fihariana » se présente donc comme une alternative rentable au bénéfice des éleveurs et des consommateurs de viande. En réalité, Madagascar dispose d’une forte potentialité pour le développement de la pisciculture. Pourtant, à ce jour, ce secteur est sous-exploité dans le pays, faute de structuration et en raison de l’absence de formation et d’équipements de production. Pratiquée en étang ou en rizi-pisciculture, cette activité génère d’importants revenus pour les paysans et est une source d’entrée de devises grâce aux exportations. Quoi qu’il en soit, le programme « Fihariana » est convaincu que l'approche entrepreneuriale est un véritable atout pour matérialiser les richesses du pays.
Hary Rakoto

Publié dans Economie


Ils étaient si fiers et surtout trop arrogants ! Ils, ce sont ces six jeunes hommes ayant posté une vidéo les montrant dans un geste turbulent et en train de proférer des menaces de mort, le tout arrosé d’une guirlande de gros mots à l’endroit d’un gang ennemi, selon des sources. Hier, les concernés dont le chef est surnommé Badoda ont été déférés au Parquet d’Anosy. Le verdict tombe : quatre d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora pour justement menace de mort et insulte en public. Seuls deux autres ont alors obtenu une liberté provisoire. En cause : ces derniers sont encore mineurs, selon une source policière.
Cette vidéo a été largement partagée sur Facebook au cours de la semaine dernière, et même avant. L’affaire n’a pas échappé au service de la cybercriminalité de la Police à Anosy. Il s’est ensuivi alors un appel à témoins, relayé par le public mais surtout aussi les internautes, histoire de retrouver les traces des concernés. Mercredi dernier, les hommes du Service de l’information, de contact et des relations avec les institutions (SICRI) d’Anosy ont finalement réussi à remonter la filière du côté d’Itaosy.
Ainsi, les membres de cette bande ont été alors arrêtés les uns après les autres et ce, jusque dans leurs foyers respectifs à travers la vaste localité d’Itaosy, alors que les concernés auraient crû n’être nullement inquiétés. Si leur sort a été donc fixé, celui de Marc Tatandraza, le prédicateur supposé, et qui venait de faire le même objet de poursuite est encore incertain. Frappé d’un mandat d’arrêt également pour menace de mort, comme le public a pu le voir récemment sur la page Facebook de la Gendarmerie nationale, Marc Tatandraza court toujours.
Récemment, il s’est publiquement exprimé sur Facebook sur ce point. Et comme dans une sorte de clin d’œil aux Forces de l’ordre, comme quoi il est innocent et qu’il rejoindra aussitôt le ciel, si jamais celles-ci vont parvenir à l’épingler. L’homme, dans ses excuses, se défendait comme quoi cette vidéo est déjà vieille de 4 ans, donc n’est plus d’actualité. Mais on ignore justement comment cette même vidéo a été de nouveau relancée pour être postée sur les réseaux sociaux, il y a à peine trois jours de cela et dans laquelle on peut voir M. Tatandraza, un grand sabre à la main, s’adresser avec véhémence et d’un ton menaçant à une personnalité de la place.
F.R

Publié dans Société
vendredi, 17 juin 2022

Délicat et risqué !

Le pire serait-il à venir ? Telle l’épée tranchante de Damoclès, l’éventuelle révision des prix à la pompe plombe sur la tête du peuple malagasy.
La rumeur sur la probabilité de l’augmentation des prix du carburant s’intensifie au fil du jour. La pression des Institutions de Bretton Woods pour « réajuster » sinon pour appliquer la « vérité des prix » ne laisserait, semble-t-il, aucune autre marge de manœuvre aux dirigeants d’Etat que de revoir à la hausse les prix du carburant. Des bruits fous sur les futurs prix inondent la toile et les Facebookers de mauvaise foi s’adonnent pour attiser le stress et le « téléphone arabe » va bon train. On parle du prix du Super à 9000 Ar ! La Banque mondiale aurait imposé une hausse de 50% ?  Et la panique envahit les esprits ! La crainte d’une inflation intenable hante les esprits et du côté du pouvoir et auprès de l’opinion. Une angoisse légitime et compréhensible !
Il ne faut pas croire et faire admettre que les citoyens malagasy se laissent faire sinon encaissent sans réagir à toutes les conditions qui prévalent. C’est faux ! Peut-être qu’ils sont lents à réagir mais quand le phénomène atteint le ras-le-bol ou franchit son point de non-retour, c’est l’explosion … sociale ! Toute l’Histoire politique et sociale du pays illustre ce comportement tant redouté.
Depuis des temps reculés, de l’époque des rois jusqu’à nos jours, on se méfie sérieusement des mouvements de réaction des malagasy face à des situations qu’ils jugent inadmissibles et inacceptables. Le célèbre adage populaire « Aleo halan’Andriana toy zay alam-bahoaka » (Il vaut mieux être banni par le roi que d’être rejeté par le peuple) en témoigne suffisamment. Les souverains successifs prenaient toujours garde de ce sursaut populaire. La période coloniale en savait particulièrement quelque chose. Pour ne rien citer que les « rébellions de 1947 ». Et les six décennies du retour à l’indépendance de Madagasikara, jalonnées par des crises cycliques montrent à quel point le citoyen lambda rejette toute situation invivable, injuste et oppressante. Ainsi, tous les tenants des régimes précédents, sauf exception du celui du HVM, ont été chassés en cours de route du pouvoir. Ils ont terminé tous en catastrophe leur mandat. Des Chefs d’Etat déchus, le pays en a connu assez ! Une légende particulière que Madagasikara en possède le secret ! Le drame dans tout cela, les dirigeants en place, presque dans sa totalité, n’ont pas su tirer les leçons du passé.
Ecartelés par le calvaire de l’inflation et l’enfer des délestages, les concitoyens se trouvent au bord de l’explosion. Il y a de l’électricité dans l’air ! Et le drame encore, la situation ira de mal en pis ! En effet, c’est dans ce contexte électrique que plane la menace de la hausse des prix du carburant. Les Compagnies pétrolières n’en peuvent plus. Les négociations avec les autorités publiques ont très peu de chance d’aboutir. Et le pire ne se trouve plus donc au stade d’une simple menace. Du côté de la JIRAMA, les abonnés n’accordent plus de crédit aux promesses !
Et c’est dans ce contexte délicat et risqué que les détenteurs du pouvoir sont appelés à prendre les dispositions qui conviennent.

Publié dans Editorial




Un agenda chargé pour la semaine prochaine. Dans le cadre de la célébration du 62e anniversaire du retour de l’Indépendance de Madagascar, plusieurs animations seront organisées dans la Capitale, du 19 au 25 juin prochains. Et la traditionnelle parade militaire va clôturer ces animations le 26 juin. Afin d’assurer le bon déroulement des fêtes, des routes seront coupées aux alentours de Mahamasina et Anosy, tout au long de l’évènement.

Dans la journée de demain, de 9h jusqu'à la fin du « concert pour la paix », les rues devant le Stade Barea Mahamasina jusqu’au CEG Antanimbarinandriana, et celle face au Commissariat du 5e Arrondissement seront fermées à la circulation des véhicules comme celle des piétons. A partir du lundi 20 jusqu’au samedi 25 juin où se tiendront un grand podium à Anosy et Mahamasina, la voie sera fermée sur la rue Ranaivo Jules devant l'Hôtel Carlton jusqu'au rond-point Sénat, de 15h jusqu'à la fin de la manifestation. Tous les véhicules sans exception sont concernés par cette organisation, mais pas seulement ceux du transport en commun.
 
 Le vendredi 24 juin, les rues Mahtma Gandhi, devant le Palais des sports, menant vers Ramanankirahina (Sainte Famille), Pascal (CEG Antanimbarinandriana), Rakotobe (Commissariat du 5e Arrondissement), Andriba Mahamasina (Gerbor) jusqu’à la rue Mohamed V (Saint-Michel), seront fermées à tous véhicules et piétons entre 6 et 12 heures.  En effet, les  militaires  effectueront une répétition générale dans le cadre du traditionnel défilé.
Enfin, dans la journée du 26 juin, la circulation aux alentours du Stade Barea Mahamasina jusqu'à Anosy et Antsahamanitra sera totalement fermée jusqu'à la fin de la cérémonie. De même pour la rue Ramboatiana entre Ankaditapaka et Andafiavaratra, et la rue Venance Manifatra reliant le Jardin, Cathédrale Andohalo et Imarivolanitra.

 Outre ces évènements à Mahamasina et Anosy, une grande festivité culturelle sera organisée à Betongolo. Intitulée «  Kermès des Forces de défense et de la sécurité », elle rassemble, pour la première fois, l’Armée, la Police et la Gendarmerie nationale.


Anatra R.



Publié dans Politique



« Les menaces à notre égard s’enchaînent, même après la mort de notre père ». Harry Rakotoarisoa, le fils aîné du défenseur des ressources naturelles qui a été retrouvé assassiné à Andriatsihazo Andramasina, nous l’a confié. « Ma femme qui est enseignante subit presque quotidiennement des intimidations. En fait, nous sommes considérés comme des complices de notre défunt père dans le fait qu’il voulait assainir la gestion et l’exploitation de la zone forestière à Ankazondandy Beparasy, District de Moramanga », ajoute notre source. « Nous vivons dans la peur et ce en permanence. Si les auteurs du meurtre de notre père seraient relaxés par la Justice, la situation risquera de s’empirer. Ils devront être punis, non seulement pour l’assassinat mais aussi pour les exploitations illicites qu’ils ont commises depuis plusieurs années. Notre père a dénoncé à maintes reprise ces actes, au point d’être emprisonné en septembre 2021 puis assassiné, quelques mois après », révèle Andry Rakotoarison, le fils benjamin du défunt. Selon les témoignages de ses fils, Henri Rakotoarisoa a toujours eu des différends avec les trafiquants de bois de la zone forestière d’Ankazondandy à cause des dénonciations. « Mon mari était un homme intègre. Il ne s’est jamais laissé corrompre malgré les tentatives des exploitants. Maintenant qu’il est mort, ces derniers ainsi que les familles des personnes inculpées dans cette affaire nous font subir des pressions », nous confie Esther Rasoarinoro, la veuve du défunt, qui était à la tête du « Vondron’olona ifotony » (VOI) ou communauté de base « MIALO ».
Poursuite des actions
« Nous allons poursuivre les actions entreprises par notre père, malgré les intimidations à notre égard. Il a fait des dénonciations face aux exploitations illicites pour préserver les ressources naturelles, un héritage des générations futures d’après ses dires », avance le fils aîné du défunt. D’après la veuve, des bois précieux de cette zone forestière disparaissent, une fois saisis par les autorités locales, d’où les sonnettes d’alarmes lancées par le militant écologiste âgé de 70 ans. A cela s’ajoutent la coupe abusive d’arbres, entre autres pour la fabrication de charbon ou encore pour l’aménagement de surfaces cultivables. « La situation laisse croire que des trafiquants sont protégés par des autorités, vu que les exploitations illicites s’intensifient. Mais nous n'allons pas rester les bras croisés (…) », confirme l’épouse du défunt.
Après le déferrement des 35 personnes qui se sont rendues aux autorités suite au meurtre du président de la communauté de base « MIALO », le 7 juin dernier à Ambatolampy, 7 d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt, tandis que les 28 autres ont bénéficié d’une liberté provisoire. Pendant que les investigations sont en cours, le procès de ce crime se fera au Tribunal d’Ambatolampy, le 20 juin prochain. Une affaire suivie de près, non seulement dans le pays mais aussi au niveau international. Diverses institutions et organisations, à l’exemple du Système des Nations unies et l’Union européenne, ont déjà manifesté leur condamnation de ce meurtre, en demandant justice…
Patricia Ramavonirina




Publié dans Société


Une nouvelle page d’histoire est désormais ouverte. L’enclavement fera désormais partie du passé pour les régions du Sud. Le coup d’envoi des travaux de réhabilitation de la fameuse RN13 a été donné hier. Une étape qui ouvre la voie vers le développement pour cette zone souvent oubliée. Le Président Andry Rajoelina, en personne, a fait le déplacement à Ambovombe, lieu de démarrage des travaux, avant de rallier Taolagnaro pour cette occasion. « Cela fait longtemps que j’attends ce moment et je pense qu’il en est de même de votre côté », a déclaré, d’emblée, le Président. Au cours d’un meeting avec la population d’Ambovombe, le Chef de l’Etat a rappelé que la réhabilitation de cette route, dont le mauvais état constitue un vrai calvaire pour les usagers, s’inscrit parmi les principaux « Velirano » présidentiels à l’endroit de la population du Sud.
« Avant même d’être élu Président de la République, j’ai fait le déplacement dans le Sud et au lendemain de mon élection, le Sud a été la première région que j’ai visité », a déclaré Andry Rajoelina. Par ses propos, il fait part de son grand attachement à la population du Sud. Le numéro un de l’Exécutif a rappelé ses propos, il y a deux ans de cela à Taolagnaro, et dans lesquels il avait explicitement déclaré que « j’arrêterais la politique si jamais les travaux de réfection de cette route ne débutent ». Un rappel comme pour montrer qu’il honore ses engagements. Le Président a annoncé que cet axe sera baptisé route « Firaisan – kina » car permettra de rétablir les liens entre les Districts.
Changement historique
La société française Colas est en charge de l’exécution des travaux dont une partie est financée par la Banque européenne d’investissement (BEI) tandis que l’autre partie  sera aux frais de l’Etat. Durant la série de discours, les autorités locales n’ont pas caché avoir eu un doute à l’annonce de la réhabilitation effective de cet axe à l’instar du député Milavonjy Philobert. Pour cause, la multitude de promesses faites par les prédécesseurs du Président actuel sont restées des paroles en l’air. Aujourd’hui, ce parlementaire affirme « tirer son chapeau » au Président de la République qui est sur le point de réaliser un véritable exploit. « Nombreux sont les dirigeants qui avaient annoncé leur intention de réhabiliter cet axe, mais c’est vous qui a été élu pour le concrétiser », a déclaré le ministre des Travaux Publics, Jerry Hatrefindrazana à l’attention du Chef de l’Etat.
Le grand Sud qui est souvent associé à divers fléaux comme la famine, la sècheresse ou encore la pauvreté assiste donc à un changement historique. Ces travaux ne profiteront pas uniquement aux habitants d’Ambovombe mais également les autres natifs du grand Sud. D’ailleurs, les membres d’association originaires de cette région ont, d’ores et déjà, témoigné leur reconnaissance en envoyant des messages de remerciement au Président de la République. Les multitudes d’heures voire de jours passés sur la route seront bientôt réduits en une heure et quelques minutes. Outre le lancement des ouvrages sur la RN13, le Président a inauguré plusieurs infrastructures à Ambovombe. Il poursuivra son déplacement à Taolagnaro ce jour.
S. R.

Publié dans Politique

Fil infos

  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
  • Recrutement de fonctionnaires - L’Education nationale favorisée
  • Représentations diplomatiques - 5 ambassadeurs nommés en quatre ans
  • Complicité de kidnapping à Anjozorobe - Un militaire refuse de se présenter aux enquêteurs
  • Rencontre avec le Président de la République - Les employés d'Air Madagascar attendent et espèrent toujours
  • Electrification rurale - Un coup de pouce coréen de 55 millions de dollars
  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden

La Une

Recherche par date

« June 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Pub droite 1

Editorial

  • Le ciel bleu !
    Qui dit que les relations de Madagasikara avec les pays amis traversent une « passe » difficile ! Et cela, à cause, avance-t-on, de la position controversée de la Grande île pour les uns mais légitime pour d'autres, vis-à-vis de la guerre en Ukraine.

A bout portant

AutoDiff