Nos archives web

C'est la première fois que Madagascar bénéficiera, d'un seul coup, d'une aide budgétaire de 100 millions de dollars de la part de la Banque mondiale. Auparavant, l'institution financière n'avait octroyé que 40 millions de dollars à la Grande île.  Du jamais vu. La Banque mondiale va augmenter à plus de 100 millions de dollars américains son appui budgétaire à Madagascar. L'annonce a été faite, hier dans le milieu de l'après-midi, par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, au Palais d'Etat d'Iavoloha. Ceci en marge d'une journée de travail avec le nouveau président du  Groupe de la Banque mondiale David Malpass, actuellement dans la Grande île pour son premier voyage à l'étranger en tant que chef de cette institution internationale de développement.
Il s'agit d'une première, historique, dans les relations entre Madagascar et le Groupe de la Banque mondiale. Auparavant, Madagascar n'avait en effet obtenu que 40 millions de dollars d'aide budgétaire. Un point qu'avait rappelé le Chef d'Etat malagasy Andry Rajoelina, dimanche, lors de la présentation du bilan de ses 100 jours. Destinée à oxygéner le budget de Madagascar, cette enveloppe de 100 millions de dollars est notamment le fruit des récents échanges entre le Président malagasy et le vice-président de la Banque mondiale Afhez Ghanem, en marge du Sommet de l'Union africaine au mois de février dernier. Le numéro Un malagasy avait sollicité la Banque mondiale à accroître l'aide budgétaire allouée à Madagascar. Le vice-président de la Banque mondiale avait alors exprimé sa volonté de faire tout son possible pour aider Madagascar, notamment en ce qui concerne le déblocage des fonds.

Carte sur table

Publié le lundi, 29 avril 2019

Le Chef de l'Etat joue carte sur table. Il dévoile au grand public les micmacs « derrière la coulisse ». Une grande première dans la gestion des affaires nationales. Il passa outre la notion sacro-sainte de « Secret d'Etat ». Il mit à témoins les concitoyens des enjeux qui se trament « derrière le rideau ». Certes, l'Amiral Ratsiraka l'avait fait autant quand chassait de son lieu à Imerintsiatosika l'antenne de la NASA en 1977. Une des plus importantes antennes de la NASA dans le monde car elle couvre à elle seule toute l'hémisphère Sud. Il balançait sur la place publique toutes les informations ayant motivé la décision. Un geste que l'opinion appréciait beaucoup ! Le dernier grand show politique réussi du dimanche à Mahamasina au Palais des Sports nous retient toujours l'attention. On ne peut pas ne pas revoir certains grands sujets décryptés et développés. Au moins cinq grands thèmes ont été évoqués par le Chef de l'Etat : l'épineux problème du carburant et tout ce qui l'entoure ; l'éternelle question relative à la JIRAMA ; le salaire du secteur privé ; le financement des micro-projets à l'intention des jeunes ; la question sécuritaire. Le Président priorisait l'option de la transparence dans son exposé. Des informations, parfois délicates, ont été annoncées. Mais Rajoelina en avait voulu ainsi pour que les concitoyens prennent conscience de la délicatesse sinon la gravité de la situation et les invite à s'armer de patience s'il le faut. Le Président Rajoelina a étalé sans complaisance ni cache-cache le véritable enjeu autour de la transaction des produits pétroliers à Madagascar. Il dénonçait la mauvaise foi des compagnies pétrolières. Ils n'ont aucun scrupule à faire payer aux pauvres consommateurs locaux des prix exorbitants et injustifiés. Selon le Président, on peut très bien envisager la révision à la baisse du prix du carburant à la pompe. D'ailleurs, il va incessamment discuter avec les pétroliers sur la faisabilité de la chose.

La UNE du 29 AVRIL 2019

Publié le dimanche, 28 avril 2019

Les spectacles ont tenu leur promesse durant la troisième journée du championnat national D1 de la Ligue des champions. La surprise était aussi au rendez-vous. Aucune équipe n’est à l’abri de la défaite dans cette course et chaque rencontre compte. Le 3FB Toliara vient de le prouver. La CNaPS Sport Itasy s’est inclinée devant le 3FB Toliara au Stade Maitre Kira, hier, sur le plut petit écart de un but à zéro. Première victoire pour les Tuléaroises après les déboires durant les deux  premières journées.

Malgré les emprisonnements et les amendes, des trafiquants ont tenté encore d'exporter clandestinement des tortues endémiques du pays. C'était le cas samedi dernier  lorsque la Douane, dans son bureau de Mamory Ivato,  a saisi cinq  reptiles  de « Astrochelys radiata » lors du traitement d'un vol à destination de Bangkok. Les douaniers dont le leitmotiv est le maximum de vigilance, ont détecté une anomalie au passage au scanner.   En effet, pour l'exportation, le traitement se fait obligatoirement en circuit rouge, donc 100% passage au scan. D'autant plus que l'Asie est considérée comme étant une destination à risque. Cette fois donc, les douaniers ont  réussi à déceler la présence suspecte dans un paquet envoyé en groupage. Effectivement, il contenait des tortues. Les pauvres animaux ont été soigneusement dissimulés dans une maquette de bateau en bois.

Une journée d’entraide non payée ni indemnisée. La plupart des associations, organismes, institutions, ministères et simples citoyens se sont donné rendez-vous samedi dernier pour la deuxième édition de « Tagnamaro : andron’ny olom-pirenena ». Une occasion pour tout un chacun d’apporter sa contribution dans des actions concrètes, pouvant apporter un changement au niveau de la société. Cette fois-ci, l’on a constaté plus de motivation de la part de toutes les entités participantes. A cela s’ajoute l’abondance des dotations, notamment des équipements et matériels, pour la réalisation des actions communautaires. D’ailleurs, le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) reconnait l’appropriation des citoyens de cette mobilisation. Celle-ci se fait volontairement quoi que la transformation dudit programme ministériel en une législation ne soit pas écartée.

Une rencontre déterminante. Vendredi dernier, les membres du Gouvernement se sont rendus à Tuléar afin de rétablir l’ordre, la sécurité et la stabilité. Faisant suite au soulèvement populaire contestant le projet d’exploitation de sables minéralisés de la société Base Toliara, lequel s’est transformé en un incendie, vol et vandalisme, ils ont tenu à réagir. Une forte délégation composée du ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidinarivo Ravokatra, celui de l’Intérieur, Tianarivelo Razafimahefa, et de la Justice en la personne de Jacques Randrianasolo, se sont entretenus avec les représentants des services publics locaux, ceux des opposants et des partisans du projet Base Toliara ainsi que les responsables du projet.

Perspectives motivantes

Publié le dimanche, 28 avril 2019

Au terme des cent jours de l’exercice de ses fonctions au sommet de l’Etat, Rajoelina a convié le peuple au Palais des sports Mahamasina pour marquer ensemble l’évènement, le dimanche 28 avril 2019. Au-delà d’une simple volonté de se rencontrer et le plaisir de se congratuler pour avoir franchi le cap des cent jours, les deux parties, Rajoelina Andry et le peuple acquis à la cause de l’IEM, ont mis à profit le meeting d’hier pour voir ensemble les efforts consentis dans le cadre des Velirano et retracer le chemin à parcourir.

Associer les activités génératrices de revenu et la protection de l'environnement. La cérémonie de clôture officielle des campagnes de reboisement du Programme de Lutte Antiérosive III (PLAE III) s'est faite vendredi dernier, dans la Commune d'Ambondromamy, District d'Ambato-Boeny. Ce fut une occasion pour dresser le bilan du programme sur tous les territoires concernés. Des résultats convaincants, plus particulièrement dans le domaine de l'agriculture, ont été relevés. En effet, durant les cinq campagnes de reboisement, de 2014 à 2019, dans les cinquante Communes rurales d'intervention, une surface de plus de 8 965 ha a été reboisée grâce la participation des villageois.

Les ménages malagasy devraient être contents. Ces derniers qui réclament depuis toujours des solutions pour alléger leurs charges, ont trouvé une oreille attentive auprès du Président Andry Rajoelina qui est dans les dispositions de satisfaire à leur demande. Durant les trois heures de la présentation du bilan des cent premiers jours de son quinquennat et des perspectives du mandat, au Palais des sports de Mahamasina hier dans l’après-midi, le Président malagasy Andry Rajoelina a fait quelques déclarations de taille. Il  annonce notamment mener une bataille auprès des compagnies pétrolières pour exiger la baisse des prix des carburants dans la Grande-île et auprès des fournisseurs de la JIRAMA pour les exhorter à réduire les coûts de location de leurs groupes électrogènes et donc du prix de l’électricité.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Recherche par date

« May 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff