Nos archives web


Devant les risques d'abus et d’exploitation sexuels liés à l'utilisation de l’Internet par les enfants à Madagascar, des actions  viennent d’être lancées afin d’éradiquer ce phénomène. A travers Internet Watch Foundation (IWF), le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et l’UNICEF entrent en collaboration  pour  ouvrir un nouvel portail où les images et vidéos  à l’encontre des enfants malagasy apparus sur l’Internet peuvent être dénoncées de façon sécurisée et anonyme.
« Les contenus signalés seront analysés par des experts de l’IWF avec des technologies modernes et efficaces en vue de les supprimer et d’empêcher que ceux-ci apparaissent sur Internet, sans pour autant empêcher les poursuites pénales des auteurs, vu que ces images sont signalées aux autorités locales et mises à leurs dispositions pour engager les procédures judiciaires », explique l’UNICEF Madagascar.  Selon Nicolette Moodie, chef de la section protection de l’enfant au sein de cet organisme onusien, les abus et l’exploitation sexuels des enfants sont intolérables, que cela se fasse en ligne ou dans le monde réel. C’est la raison qui explique la mise en place de ce portail de signalement afin que les enfants, les enfants malagasy en particulier, victimes de ces atrocités puissent bénéficier de meilleure protection et au niveau international. « Le plus important est que ce support offre la possibilité de rayer définitivement du Net des images d’abus sexuels sur les enfants et de protéger ainsi ces derniers de la re-victimisation », intervient-elle. 
Pour Naharimamy Lucien Irmah, ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, la collaboration avec l’Internet Watch Foundation à travers la mise en place du portail de signalement à Madagascar constitue une grande étape vers la réalisation de notre défi. Un propos soutenu par  Susie Hargreaves, directrice exécutive de l’IWF qui avance que  le Gouvernement de Madagascar démontre son engagement à faire un pays hostile pour les images et vidéos d’abus sexuels sur enfants en ligne.
Il est à noter qu’à Madagascar, 63% des adolescents et enfants utilisent l’Internet pour chercher des partenaires. 75,3% de ces jeunes et enfants ont rencontré physiquement les personnes contactées. 87,7% d’entre eux ont  également envoyé leurs photos à leurs correspondants, dont 29,2% en sous-vêtement. Avec l’expansion de l’accès à l’Internet ces dernières années, ces chiffres auront tendance à augmenter. Ces statistiques résultent de l’étude effectuée par ECPAT France en 2015 à Antananarivo et Nosy Be sur la prostitution des mineurs en lien avec les nouvelles technologies.
 A travers ce portail, Madagascar bénéficie d’un avantage technologique et d’un partenariat mondial qui vient renforcer les efforts consentis pour protéger les enfants des abus et exploitation sexuels des enfants en ligne. Actuellement, Madagascar est le 41ème pays  dans le monde  et 18ème en Afrique à avoir mis en place cette plateforme soutenue financièrement par End Violence Fund.
Recueillis par K.R.  
 


Depuis quelques jours, les signes s’accumulent montrant une baisse du taux de contamination au coronavirus, et une hausse des cas de guérison. La Sars-Cov-2 semble perdre du terrain. Pour ces raisons et d’autres, un allègement des mesures de confinement a été annoncé par les autorités, notamment à Antananarivo. Un moment qui a été attendu par bon nombre de Malagasy après plusieurs semaines de reconfinement. Une période qui n'a pas été facile pour la population locale. Depuis le début de la semaine, les Malagasy ont pu retourner vaquer à leurs occupations quotidiennes. Cette sortie de confinement ne doit toutefois pas être synonyme de relâchement, qui serait susceptible d’amener à une aggravation de l’épidémie de coronavirus. Les gestes barrières et les règles de distanciation physique doivent encore être appliquées, en tout lieu et en toute circonstance. Et ce, afin d’éviter que les autorités ne soient obligées de sévir à nouveau. Ces dernières seraient en effet obligées de prononcer des mesures plus strictes de limitation de contact, et éventuellement de reconfinement. C’est notamment ce qui s’est passé dans de nombreux pays où les autorités ont dû prendre ou se préparent à prendre des mesures telles que le reconfinement local pour stopper la propagation du virus.
Faut-il d’ailleurs rappeler que l’Etat malagasy avait dû procéder à un reconfinement local de la Capitale, il y a de cela quelques semaines, après la première phase de confinement, suite à une hausse remarquable des cas de coronavirus. Un reconfinement qui a eu des impacts non négligeables au niveau économique et social. Tout cela pour dire que la mesure de sortie de confinement à Madagascar et dans la ville des Mille en particulier ne doit en aucun cas être assimilée à un retour à la normale, et ce d’autant plus que le virus continue à sévir. Depuis le 19 mars, 13 522 cas ont été comptabilisés à Madagascar. Selon la dernière mise à jour des statistiques par le Centre de commandement opérationnel – Covid-19, 125 porteurs nouveaux du coronavirus ont été identifiés dont la majeure partie est issue de la seule Région d’Analamanga. 6 décès ont été enregistrés hier, portant le total à 162 jusqu’ici. Aujourd’hui donc, la vigilance reste plus que jamais de mise. La guerre contre le coronavirus est loin d’être gagnée.
La rédaction

Cette maudite maladie !

Publié le jeudi, 13 août 2020

En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la  vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions  de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle.
De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a qu’un pas à faire pour un détail près. Etant de forme grippale aigue et d’origine virale, ils ont tous les deux à peu près la même manifestation et se transmettent de la même manière : par simple contact, par voie respiratoire. Et il en faut les mêmes précautions : geste barrière, port de masque, etc. Seulement, il faut souligner que la Covid-19 se distingue particulièrement par le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ce qui lui a valu le constat d’un caractère dangereux. 
Le monde entier fait face à cette maudite maladie. Certes, il n’y a pas de maladie … bénie ni généreuse, elle crée toujours, quelle que soit sa forme, des malaises ou des gênes voire de la douleur chez la victime. Seulement, avec cette pandémie du XXIème siècle, les hommes subissent âprement des épreuves physiques et morales souvent insupportables. Des préjudices provoquant des dégâts collatéraux dans tous les domaines de la vie nationale. D’après les derniers bilans (source OMS), on estime à 20 624 316 cas confirmés, 12 831 800 guéris et 749 421 décès dans le monde. Apparemment, ces données statistiques n’ont rien à voir à l’hécatombe de la grippe espagnole mais les chiffres évoluent vers la hausse donc il faut se méfier sérieusement.
Parti de la Chine, dans la province de Wuhan en novembre-décembre 2019, le nouveau coronavirus se répand comme un éclair telle la grippe espagnole dans le reste du monde et fait des ravages énormes en vie humaine. Madagasikara ne peut pas, malgré les critiques insensées des détracteurs, échapper le mal. Apparue pour la première fois le 20 mars 2020 avec trois cas « importés », la Covid-19 continue sa course infernale à travers le pays pour franchir le cap des 13 397 dans le courant de juillet. Selon les analyses des experts, le pic de la pandémie aurait été déjà atteint le mois de juillet. La preuve, les bilans rapportés par le Professeur Hanta Marie Danielle de ces dernières 72 heures indiquent une courbe descendante sinon stable, en particulier concernant les nouveaux cas et ceux des décès à Analamanga. En effet, les données statistiques des cas testés positifs pour Analamanga baissent à moins de 50 et les formes graves et décès avoisinent autour de 5 cas.
Le pays avance progressivement vers la maitrise de la pandémie. N’empêche que la malédiction de la Covid-19 pèse sur les épaules de la Nation. L’économie, entre autres, endure de graves préjudices.
Ndrianaivo


Les dates des examens officiels sont maintenues en référence aux déclarations du Président Andry Rajoelina. Le Chef de l’Etat l’a confirmé dimanche dernier lors de l’émission bihebdomadaire dont il est le principal intervenant depuis le début de l’état d’urgence sanitaire en mars. Les épreuves se dérouleront aux dates indiquées sauf cas de force majeure. Elles auront lieu à partir de septembre pour les écoliers et collégiens, enseignement général et enseignement technique confondus.
Les détracteurs des dirigeants s’activent pour semer le doute à l’approche de ces échéances. Comme à l’accoutumée, ils se livrent à des campagnes de dénigrement au vitriol à l’endroit des hauts responsables gouvernementaux et des personnalités proches du pouvoir. C’est autour de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), Pr Elia Assoumacou Béatrice, et ministre par intérim de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENETP) d’essuyer des attaques virulentes en ligne cette semaine.
Hier, une publication visiblement commanditée, a carrément demandé sa démission de sa double fonction ministérielle. L’auteur du post l’a même accusée de « gourmandise ». Elle se serait contentée de cueillir de ses avantages personnels tirés des deux fauteuils. Pire, la source semble vouloir monter le membre du Gouvernement contre un autre. Le publicateur a dit à Elia Assoumacou Béatrice de remettre le tablier à une de ses collègues la direction du MENETP.

Remise à niveau

La critique a en effet énuméré un certain nombre de points d’actualité touchant à la fois les trois niveaux d’enseignement à savoir le primaire, le secondaire et le supérieur. De façon pêle-mêle, le cas des classes intermédiaires, le problème d’arriérés du CNAPMAD, la question de 8 milliards d’ariary, la situation des étudiants à l’université, celle des futurs bacheliers, les programmes d’enseignement à l’université et la rentrée universitaire ont été cités.
Contactée, une source bien informée, requérant l’anonymat, a rassuré que la ministre travaille dur et que les différents responsables sous son autorité directe font en sorte de mettre en œuvre des solutions pragmatiques face à la situation. « N’oublions, dit la source, que la ministre est le coach de la Région de Boeny où le nombre de contaminés à la Covid-19 a subitement augmenté. Elle y effectue de temps en temps des missions et non pour se balader comme insinuent les autres ».
Quant aux classes intermédiaires, les mesures prises sont de les envoyer en vacances. Les élèves seront soumis à un régime de cours de remise à niveau à la rentrée. Ceci se fait partout et beaucoup d’établissements privés le mettent en pratique au début d’année scolaire. A l’université aussi, certains responsables de mention, notamment aux facultés des lettres, soumettent les étudiants à quelques semaines de remise à niveau avant d’entamer effectivement l’année universitaire.

Raisonnable

Au sujet des étudiants justement, les responsables ont déjà annoncé les calendriers des activités pédagogiques établis en tenant compte de l’évolution du contexte sanitaire au pays. Depuis le début du confinement, le ministère a quatre fois distribué des vivres aux occupants des cités universitaires. En tout, 40 tonnes de riz, 7 000 litres d’huile de table, 15 tonnes de sucre et 5 tonnes de graminacées leur sont dispatchés en une seule fois. Ils ont aussi reçu en dons des doses de Covid - Organics et des cache-bouches.
Poursuivant son explication, la source contactée dit que 35 % des étudiants provenant des zones rurales sont rentrés chez leurs parents. Ils ne peuvent rejoindre leurs universités de rattachement qu’après la réouverture des routes et l’effectivité de la rentrée. Si tel sera le cas, ils auront besoin d’un délai de deux semaines à un mois, le temps jugé raisonnable pour qu’ils puissent préparer leurs provisions avant de quitter leurs villages.
En outre, 80 % des enseignants-chercheurs sont âgés de 50 ans révolus et 35 % d’entre eux sont en situation de maintien, étant âgés de 60 ans et plus. Ce sont des personnes classées vulnérables de fait à la contamination au coronavirus. Le ministère n’a pas donc le droit de les exposer à des risques autant qu’il ne s’aventure pas à mettre en péril la population estudiantine en autorisant l’organisation des activités pédagogiques sur les campus. Par ailleurs, tout rassemblement de plus de 50 personnes reste interdit jusqu’à nouvel ordre.

Episodes complexes

L’enseignement à distance/en ligne est envisagé comme une solution idoine. Mais les universités sont inégalement équipées en infrastructures des télécommunications. Seule l’université de Fianarantsoa est la mieux nantie dans ce domaine. Celle d’Antananarivo en dispose aussi mais l’offre est loin de correspondre à la demande. Selon les estimations, les besoins sont énormes pour les quatre autres universités.
Pour les nouveaux bacheliers, ils peuvent s’inscrire à l’université de leur choix, publique ou privée. Ils ont aussi la possibilité de s’inscrire aux programmes proposés par le CNTEMAD. Abordant le problème du CNAPMAD, l’informateur souligne qu’il s’agit d’un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). En tant que tel, il a son autonomie financière. Le ministère est bien au courant du trou dans sa trésorerie et est en train de chercher les moyens de résoudre le problème. En réalité, des arriérés s’accumulant depuis 2017 sont imputés au ministère.
Pour clore la réponse, l’informateur tient à remarquer que la ministre Elia Assoumacou Béatrice n’a jamais perçu le double salaire de MESUPRES et de MENETP. « Pour son travail à Anosy, elle s’oblige elle-même à y amener ses outils de travail de Fiadanana », souligne-t-il. « Tant d’épisodes complexes les uns les autres se sont produits depuis 2017 au sein du ministère dont elle assure l’intérim. Ce n’est pas en deux mois qu’elle puisse tout remettre à l’ordre même si elle fait de la magie », termine-t-il.
M.R.


Une trajectoire montante. Le ministère de l’Economie et des Finances prépare en ce moment le projet de loi de Finances initiale 2021 (LFI). Le ministre de tutelle, Richard Randriamandrato a partagé, mercredi dernier, les perspectives économiques pour l’année prochaine durant le Conseil des ministres. Bien que le taux de croissance économique soit tablé à 0,8% cette année s’il était initialement prévu à 5%, le Gouvernement ambitionne une croissance encourageante de 4,1% l’année prochaine. Cette prévision est soutenue par le plan de relance anticipé par l’Etat, outre les mesures de riposte contre la pandémie. Le célèbre « Plan Marshall » apportera une bouffée d’oxygène et un effet d’entrainement sur les autres secteurs. Grâce aux projets d’infrastructure, la reprise se fait sentir avec une hausse de 6,5% soit de l’ordre de 22,6% du taux d’investissement public. La publication de ces objectifs encourage la population mais également les opérateurs économiques. « Notre activité dépend de la conjoncture économique dans le pays. Nous avons rencontré beaucoup de difficultés cette année. Le chiffre d’affaires est réduit à 50%. J’avais peur que l’économie de Madagascar ait du mal à redémarrer mais ces prévisions m’encouragent à investir davantage dans mon entreprise. Je commence d’ailleurs à réorganiser toutes mes activités étant donné qu’on se dirige vers la reprise. Je reprends contact avec mes clients et recherche des opportunités d’affaires », se réjouit un entrepreneur.

Reprise dans tous les secteurs

Tous les secteurs de l’économie notamment primaire, secondaire ou tertiaire contribueront à cette croissance. Le domaine de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche étant légèrement touché par les conséquences de la pandémie, les perspectives sont optimistes mais restent moindres. Le taux passera de 3,5% à 4%. Quant au secteur secondaire, représenté par les industries, qui était parmi le plus affaibli par les conséquences de la pandémie, la croissance estimée s’élève à 4,1% en 2021 si elle s’élevait à 1,3% cette année. Il faut dire que les industriels ont rencontré une grande perturbation des échanges internationaux que ce soit en matière d’exportation ou d’approvisionnement en matière première principalement en Chine. Toutefois, les pays importateurs procèdent petit à petit au déconfinement en ce moment. Les entreprises franches, par exemple, reçoivent de nouveau des commandes. Le Gouvernement aidera aussi le secteur à remonter la pente pour les années à venir à travers la promotion de la production locale. Enfin, le secteur tertiaire comme les branches  hôtel et restaurant, transport, commerce, Bâtiment et travaux publics (BTP) connaissent une reprise à hauteur de 3,9% si elle était révisée à -0,8%. La réouverture du tourisme à Nosy Be au mois d’octobre apporte déjà une lueur d’espoir aux opérateurs touristiques.
Solange Heriniaina




Une quarantaine de quartiers concernés. Tel est le nombre de quartiers dans la Capitale, encore touchés quotidiennement par les délestages. « La capacité de production d’électricité des transformateurs de la JIRAMA n’a pas suivi avec l’augmentation des besoins des abonnés. Au fil des années, aucun investissement n’a été fait dans l’augmentation des puissances des transformateurs. De ce fait, le soir, quand tout le monde allume leurs lumières et leurs appareils électriques, le transformateur n’arrive pas à suivre. Quand il a atteint sa limite, il saute causant ainsi ces délestages, causant un réel désagrément auprès des usagers de la JIRAMA » explique Vonjy Andriamanga, directeur général du fournisseur d’énergie, lors d’une de ses interventions. Pour pallier cette situation, l’entreprise a décidé d’investir dans de nouvelles infrastructures avec son programme « Une semaine, un quartier ». Ce programme consiste ainsi à injecter 100 millions d’ariary dans un quartier à problèmes. « Les autorités ont reconnu ces efforts déployés par la JIRAMA. Elles ont donc décidé de nous appuyer dans nos actions. L’objectif étant de réduire dans les plus brefs délais ces problèmes d’approvisionnement en électricité. Désormais, nous arrivons à prendre en charge entre trois à quatre quartiers en une semaine » se réjouit le DG de la JIRAMA. La somme a en effet triplé, offrant plus de possibilités. De ce fait, chaque semaine, la JIRAMA investit près de 300 millions d’ariary.
Dans les détails, les actions de la JIRAMA avec ce programme se concentrent sur l’installation d’un nouveau transformateur ou le renforcement des transformateurs déjà en place. « Au passage, nos collaborateurs profitent également de cette occasion pour améliorer tout le réseau de distribution. En effet, cela ne sert à rien de remplacer un transformateur si les fils électriques sont dysfonctionnels. Nous remettons alors toutes nos infrastructures aux normes, afin d’offrir un service de qualité à nos clients », précise Vonjy Andriamanga. Les quartiers ayant bénéficié de ce programme sont déjà nombreux à savoir Ambohitrarahaba, Mahitsy Ambohimanambola, Anosibe Fima, Antikintanitsara Anosizato mais aussi Ambaniala Itaosy et bien d’autres En tout cas, la direction de la JIRAMA soutient qu’une fois que ces travaux terminés, l’approvisionnement en électricité se fera sans difficulté dans les prochaines années. Ce programme, pour rappel, entre dans le plan de redressement de cette société. 
Rova Randria

La résiliation du bail emphytéotique conclu entre la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et la société Malagasy broadcasting system (MBS) a fait un remue-ménage. Or, en résiliant ce contrat abusif, le maire agit au profit de l’intérêt de la collectivité.

Par une décision en date du 30 juillet 2020, le maire de la CUA Naina Andriantsitohaina a procédé à la résiliation du contrat de bail emphytéotique conclu entre la CUA et la MBS en 2000. Il s’agit d’une décision audacieuse prise par le maire. En effet, ce n’est que 20 ans après la conclusion du contrat qu’un maire résilie ce contrat conclu de manière abusive et présentant un réel conflit d’intérêt. Le maire de l’époque, Marc Ravalomanana, a signé le contrat au profit de l’une de ses sociétés, la MBS.

Depuis la conclusion du contrat en l’an 2000, la MBS est mauvais payeur. Elle n’a jamais payé son loyer alors même que ce loyer a été fixé à une somme modique, à raison de 2 millions d’ariary par an. Le maire de la CUA a d’ailleurs révélé que ce n’est qu’au mois de novembre de l’année dernière que la MBS a daigné payer juste 8 millions d’ariary, alors qu’elle devait payer en totalité 40 millions d’ariary.
Or, le contrat de bail lui-même, en son article 5 stipule que : « en cas de défaut de paiement d’un seul terme de la redevance à son échéance, d’inobservation de l’une quelconque des clauses du présent bail (…), le présent bail sera résilié, si bon semble au bailleur sans qu’il ne soit nécessaire de servir un congé ou de recourir à une décision de justice ». La MBS n’a pas respecté cette clause du contrat de bail.

S’ajoute à cela le non- respect de l’article 4 sur la redevance. Cet article 4 stipule que : « le présent bail est consenti et accepté moyennant une redevance annuelle de 4 000 Fmg le mètre carré payable au début de chaque année à échoir ». Or, ce n’est qu’au mois de novembre de l’année dernière, soit 19 ans après la conclusion du contrat, que la MBS a procédé à un paiement partiel du loyer. Deux clauses du contrat n’ont pas été respectées par l’emphytéote.

L’ancienne maire de la CUA, Lalao Ravalomanana aurait dû résilier le contrat si elle avait pensé, un tant soit peu, aux intérêts de la Commune et de sa population. Mais vu qu’il y a un conflit d’intérêt, elle a choisi de protéger sa société plutôt que de protéger les intérêts de la majorité. C’est pour cette raison que la notion de « conflit d’intérêt » a été introduite dans la législation. Actuellement, le maire Naina Andriantsitohaina pense à l’intérêt de la Commune et à la population de la Capitale en procédant à la résiliation du contrat, non seulement avec la MBS mais également la société ALMA. Il s’agit d’une réelle volonté d’aller de l’avant, en assainissant le patrimoine de la Commune. Pour rappel, le maire représente la Commune, il signe les contrats au nom de la Commune et il gère le patrimoine de la Commune. Le maire agit donc en toute légalité et conformément à la mission qui lui a été assignée. 



Les subventions remboursables de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) s’officialisent. Après l’annonce du Président de la République Andry Rajoelina, dimanche dernier à la chaîne nationale, le décret relatif à la prestation spéciale de la Caisse destinée pour venir en aide aux employés du secteur privé, face aux impacts de la crise de la Covid-19, vient d’être adopté en Conseil des ministres, en date du 12 août dernier. «Les sociétés et leurs employés intéressés par ce prêt spécial sans intérêt doivent faire des demandes auprès de la CNaPS. Toutefois, les travailleurs œuvrant dans les secteurs les plus touchés par la crise seront prioritaires. C’est le cas pour ceux dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, y compris les guides touristiques, les chauffeurs et ceux des agences de voyage. Les enseignants des écoles privées et les employés des zones franches seront également privilégiés dans cet emprunt spécial », confirme Gisèle Ranampy, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales (MTEFPLS), hier lors de son intervention durant le rendez-vous de 13h à la TVM. Comme annoncé auparavant, seuls les cotisants de la Caisse nationale pourront bénéficier de cette prestation spéciale. Les emprunteurs devraient être des employés issus de sociétés formelles.

Des critères pour l’éligibilité

Le site web de la CNaPS comme portail. Le directeur général de la Caisse en la personne de Mamy Rakotondraibe l’a souligné hier, lors de son intervention après celle du MTEFPLS. « Les sociétés et leurs employés peuvent à partir de lundi prochain consulter le site web pour avoir des informations, s’inscrire et déposer leurs demandes pour l’obtention de la prestation spéciale », informe ce responsable. Comme critère, seules les sociétés en règle vis-à-vis de la Caisse seront éligibles. « Ces entreprises doivent être inscrites à la CNaPS depuis au moins janvier 2019. Elles auraient dû régler les 4 trimestres de cotisation, sans arriérés. Dans tous les cas, elles peuvent consulter leurs comptes dans le site web avant de lancer les demandes », explique le DG. Ces critères et processus sont également valables pour les travailleurs cotisants. La prestation exceptionnelle sera valable à partir de lundi prochain jusqu’au 30 septembre, en tenant compte les 7 à 10 jours de son déblocage à la banque. Quant à son remboursement, il se fera par mensualité à partir du premier trimestre de 2021. « Les emprunteurs toucheront 90% de leurs salaires tandis que les 10% restants seront retenus à la source et reversés à la banque. En tant que crédit responsable, il n’y aura aucun intérêt à tirer », avance le premier responsable.

Pour information, le budget destiné pour l’opérationnalisation de cette prestation spéciale de la CNaPS destinée aux travailleurs en détresse est tiré de la réserve de la Caisse. Celle-ci assure le paiement des pensions pour les retraités. Normalement, leurs années de cotisation n’arrivent à couvrir que 3 ans de pension au maximum. Pourtant, ils en perçoivent jusqu’à leur mort, d’où l’importance du remboursement des subventions spéciales.
Recueillis par Patricia Ramavonirina


2 000 foyers bénéficiaires pour Ankorondrano Andranomahery. Ce Fokontany du 3è Arrondissement d’Antananarivo a été priorisé dans la reprise de la distribution de l’aide « Vatsy Tsinjo II ». Toutefois, la remise des vivres se fera désormais par Fokontany pour éviter le désordre, selon les informations recueillies. « Le recensement et la saisie de la liste des ménages ont pu se faire à 100% pour le Fokontany d’Ankorondrano Andranomahery, lequel enregistre le plus d’habitants pour notre Arrondissement, avec 3 000 foyers. Il a ainsi été le premier servi pour la relance de la distribution des vivres, après les 4 à 5 jours de suspension avec la nouvelle organisation mise en place. Les responsables ont distribué les tickets y afférents depuis mercredi, avant de passer à la remise des vivres aujourd’hui », a informé hier la députée Anyah, lors de la distribution au gymnase couvert d’Ankorondrano. « La liste des bénéficiaires du Vatsy Tsinjo a été cette fois-ci jumelée avec celle du « Tosika Fameno » afin d’identifier ceux qui n’ont jamais touché d’aides sociales de l’Etat. Ces derniers en sont désormais les prioritaires », ajoute l’élue dudit Arrondissement.
Présent lors de la reprise de la distribution au gymnase couvert d’Ankorondrano, le gouverneur de la Région d’Analamanga en la personne de Hery Rasoamaromaka a insisté sur le fait que « toutes les familles vulnérables bénéficieront des aides sociales de l’Etat, comme annoncé par le Président de la République Andry Rajoelina ». « Nous continuons à recevoir les plaintes et réclamations des familles qui se sentent exclues, même si la distribution est déjà achevée pour un Fokontany. Aujourd’hui, des personnes sont venues ici pour le faire », a-t-il souligné. Outre la consultation des listes, les responsables font les contrôles à partir des tampons dans les carnets de résidents. « Certains déchirent la feuille déjà tamponnée pour le « Tosika Fameno ». Pourtant, la liste y afférente dévoile leurs noms et leurs tricheries puisque tout est informatisé», se désole le gouverneur. Ce dernier n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance aux employés des ministères mobilisés pour le recensement et la saisie des listes ainsi que les députés, maires et chefs de District pour leur soutien dans la distribution et les contrôles.
Recueillis par Patricia R.

La une du 14 août 2020

Publié le jeudi, 13 août 2020

Page 1 sur 405

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Recherche par date

« August 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff