Economie

Avancée technologique. Le câble METISS est enfin opérationnel, et ce depuis le 05 mars dernier. La Grande île bénéficie d’une troisième sortie internationale au niveau de Taolagnaro, à l’extrême sud-est du pays. Cette nouvelle infrastructure contribuera grandement à l’amélioration des services de télécommunications disponibles dans la région mais plus particulièrement dans la Grande île. Il offrira en effet des débits 24 fois plus supérieurs en comparaison avec ceux des câbles déjà existants dans la zone indianocéanique. Madagascar, par le biais de TELMA, est ainsi le plus gros investisseur du projet METISS, porté et financé par un consortium de six acteurs…
Une grande première. Le Président de la République, Andry Rajoelina a mis à nu les malversations des exportateurs d’or durant son intervention sur la chaîne de télévision nationale. Sur vingt-deux opérateurs ayant reçu l’autorisation, onze ont exporté de l’or au titre de l’année 2020. La majorité d’entre eux n’ont pas rapatrié leurs devises. Une des raisons pour lesquelles le Gouvernement a suspendu l’exportation en octobre dernier.

Célébration - Journée internationale de Norouz

Publié le vendredi, 19 mars 2021
On célèbre aujourd’hui la Journée internationale de Norouz. Cette année, cette fête d’origine iranienne a un caractère spécial puisque le calendrier quitte le 14ème siècle de l’Hégire solaire et rentre au quinzième siècle.
Un effort soutenu pour la bancarisation des Malagasy. Au cours des dernières années, la BNI Madagascar participe activement aux mutations socio-économiques de toutes les Régions du pays afin de favoriser l’inclusion financière pour tous.
L’attente se fait longue ! La réception des dossiers de candidature au poste de directeur général de la compagnie aérienne nationale s’est clôturée le 28 janvier dernier.
Un grand pas en avant dans l’amélioration des conditions commerciales dans la Grande île. Le Comité national de facilitation des échanges (CNFE) de Madagascar et l’Alliance mondiale pour la facilitation des échanges ont signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre de deux projets à savoir les certificats phytosanitaires «ePhyto» et le dispositif douanier de «décisions anticipées». Ces projets serviront surtout à rationaliser et numériser les processus commerciaux à Madagascar. «Le projet «ePhyto» numérisera les certificats phytosanitaires requis pour le commerce international des végétaux et des produits végétaux. Ces certificats établissent d’où proviennent les expéditions et comment elles répondent…
Le taux d’inclusion financière de Madagascar est l’un des plus faibles au monde. En 2017, seulement deux personnes sur dix de la population adulte malagasy détiennent un compte auprès d’une institution financière ou d’un service mobile money, soit moins de 20% de la population. Aujourd’hui, cette tendance commence à s’inverser. Entre les investissements réalisés par les établissements de monnaie électronique et la mise en place d’une réglementation progressive, le mobile money s’est rapidement développé dans la Grande île, au cours des dix dernières années. Actuellement, les personnes possédant un compte mobile money sont largement plus nombreuses que celles détenant un…

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff