Economie

Soutenir la jeune génération des entreprises malagasy. Orange Madagascar a officiellement lancé son programme « Orange Lab », le premier accélérateur business ciblant les start-up malagasy. Dans cet esprit, ce programme ambitionne donc de faire émerger les jeunes entreprises porteuses de progrès pour le pays. « Orange est convaincue que dans la Grande île, le digital est une source de progrès et permet de faciliter le quotidien des populations. Le pays regorge par ailleurs de talents et d’un entreprenariat dynamique.
Le secteur privé est le levier de développement de l’économie. Toutefois, à Madagascar, il rencontre certaines difficultés, l’empêchant de s’épanouir correctement. Entre l’insécurité et le manque d’infrastructures, le travail qui attend le nouveau Président de la République, Andry Rajoelina, est assez périlleux. Face à cette situation, les opérateurs s’attendent surtout à l’amélioration de leurs conditions de « vie » pour pouvoir contribuer au développement économique du pays.Le 3 décembre dernier, le secteur privé, par le biais du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM) a organisé un face-à-face avec les deux candidats finalistes au deuxième tour des élections présidentielles. Les différents…
Qui dit nouvel an, dit vœu. A cette occasion, nombreux sont ceux qui renouvellent leur intérieur ou qui pensent offrir des présents à leurs proches. Une opportunité d’échange et de partage pour souhaiter le meilleur tout le long de la nouvelle année. Dans cette optique justement, les remises sur diverses télés led continuent chez « Baolai » jusqu' au 31 Janvier 2019. « Pour satisfaire le public, un nouvel arrivage d’articles en électroménager de première qualité est disponible, idéal pour les idées cadeaux comme les panneaux solaires mono et polychristalline, les synthétiseurs, les smart Tv et télés led avec une…
Une histoire partagée. Depuis des années, le Maroc et Madagascar ont développé leur amitié. Toutefois, au niveau économique, cette coopération reste encore timide. Pourtant, les opérateurs des deux parties peuvent collaborer sur beaucoup de secteurs, pour ne citer que le commerce, la technologie ou encore la finance. Entre le partage de savoir-faire, d'expériences et les relations d'affaires, les deux parties ont tout à y gagner, sauf que les opportunités restent encore méconnues. Ce dossier présente ainsi les différentes opportunités exploitables au Maroc mais également les systèmes à imiter, tout à fait applicables dans la Grande île.
Réduire les risques pour les consommateurs. Actuellement, la collecte des lampes écologiques est très encouragée, plus particulièrement au niveau des « Fokontany ». Une campagne de sensibilisation est menée pour inciter la population à ne pas jeter n’importe où ses lampes économiques usées, afin de préserver le bien-être de tous. Les chiffres n’ont pas été vraiment satisfaisants, comme l’affirment les propos de Thierry Randriamanalina, responsable du projet de triage d’ordures à Andralanitra, au mois de novembre dernier.
Le secteur aérien est au plus bas, plus particulièrement pour la compagnie aérienne nationale. C'est pour cette raison qu'en 2017, Air Madagascar a trouvé un partenaire stratégique, en l'occurrence Air Austral, afin de l'aider dans son redressement. L'année 2018 a ainsi été la première année de la mise en application d'« Alefa 2027 », le plan de redressement de la compagnie aérienne. Entre la création de Tsaradia, la filiale domestique et la suppression des vols de Corsair, sans oublier le nouvel accord avec Kenya Airways, toutes les actions des deux partenaires se sont focalisées sur le redressement du transport aérien…
La Grande île se doit de mener sa lutte contre le changement climatique par ses propres moyens. Récemment, Madagascar a participé à la COP 24, la 24e conférence mondiale sur le climat qui s’est déroulée du 2 au 15 décembre dernier à Katowice, en Pologne. A l’issue de cette grande réunion, il a été constaté que la résilience de notre pays face aux changements climatiques demeure encore faible jusqu’à ce jour. Effectivement, les actions y afférentes sont exclusivement, ou presque, conditionnées par les appuis venant des pays développés. De ce fait, leurs répercussions restent encore limitées dans diverses Régions de…

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff