lundi, 10 janvier 2022

La une du 11 janvier 2022

Publié dans La Une



Enfin, une bonne nouvelle pour les usagers de la route ! En effet, la réfection du tronçon de route d’une longueur de 170 mètres, reliant Antohomadinika 3G Hangar et 67 Ha commencera d’ici peu, selon une information émanant de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Les travaux y afférents résultent d’un partenariat entre la CUA et l’entreprise BATIMAX. Cependant, avant de pouvoir entamer ces travaux, la CUA et la Société municipale d’Assainissement (SMA) se concentrent d’abord sur le nettoyage et le curage des canaux d’évacuation d’eaux usées et des dalles. « Il faut savoir que l’obstruction des dalles et des canaux d’évacuation d’eaux usées est la principale cause de la destruction progressive  des infrastructures routières dans la ville des mille. Ainsi, dès que la pluie tombe à flots, ces canaux et dalles ne fonctionnent plus normalement. Par conséquent, l’eau stagne au beau milieu de la rue, ce qui engendre des nids-de-poules et des trous béants un peu partout », soutient le directeur des bâtiments et travaux publics au sein de la CUA, Bodosoa Razafimandimby. Les travaux se poursuivront ensuite sur le curage des canaux longeant le secteur C3.
Ce responsable de rappeler ainsi qu’une part de responsabilité revient aux citoyens afin de ne pas jeter les déchets ménagers partout, en particulier dans ces canaux d’évacuation des eaux usées. A l’entendre dire, les usagers devront s’attendre à des éventuelles réorganisations temporaires au niveau de la circulation des véhicules, comme la déviation et le déplacement de quelques arrêts-bus.
Par contre, quelques axes qui sont concernés par le projet de réfection des routes, assuré par le Fonds d’entretien routier II (FER), ne sont pas encore concernés par ces travaux pour le moment. Il s’agit entre autres d’Ambolokandrina, Farafaty, route de Badgad, Isotry, Anosipatrana. Outre l’amélioration de l’image de la ville, tous ces projets de réhabilitation des infrastructures routières ont comme objectif de lutter contre les embouteillages monstres qui minent la Capitale.
En rappel, du côté de 67Ha et Antohomadinika, il faut consacrer un tour d’horloge pour effectuer un trajet de seulement quelques centaines de mètres. A cause de la dégradation des chaussées, devenues dans la plupart des cas à sens unique, les automobilistes sont contraints de rouler au pas, ne dépassant pas 15 km/h, ce qui engendre des bouchons interminables. Et ce, sans parler des odeurs nauséabondes venant des eaux stagnantes. Frustrés, les usagers se sont déjà plaints de la destruction avancée de ce tronçon de route, et ce, à plusieurs reprises.
Anatra R.





Publié dans Société


Course contre la montre ! Les problèmes de coupure d’électricité qui font jaser la plupart des ménages ne laissent pas les dirigeants indifférents. Hier, le Président Andry Rajoelina a fait le déplacement à la centrale hydroélectrique d’Andekaleka pour constater de visu les dommages laissés par l’incendie du transformateur survenu le 2 janvier dernier. Malgré la difficulté d’accès au site qui abrite la centrale, le Chef de l’Etat a fait le parcours en train pendant près de trois heures. Une fois sur les lieux, le Chef de l’Etat a pu s’entretenir avec les techniciens. Ainsi, suite à l’incident du 2 janvier dernier, le premier groupe qui alimente la centrale n’est plus fonctionnel. Tous les câbles  de puissance ont été ravagés par le feu et cela a invalidé le 2ème et le 3ème groupe. D’ici un mois, le 2ème sera de nouveau opérationnel tout comme le 3ème groupe, un mois et demi après.
Pour ce faire, la JIRAMA travaillera 24 heures sur 24 selon les consignes du Président. Dans 6 à 8 mois, un 4ème (nouveau) groupe qui va renforcer ceux déjà fonctionnels avec un nouveau transformateur à l’appui. Au final, la centrale pourra fournir 128 MW ; le besoin total pour Antananarivo étant de 200 MW. C’est donc le même délai nécessaire pour remettre la centrale d’Andekaleka sur pied et diminuer le délestage progressivement dans les régions touchées. L’Etat s’accorde donc un délai de 6 à 8 mois pour résoudre, du moins en partie, le problème de délestage auquel sont confrontés le réseau interconnecté d’Antananarivo, mais également Antsirabe et Moramanga qui dépendent tous d’Andekaleka. Le Chef de l’Etat demande ainsi un peu de patience de la part des usagers.
Beaucoup de transparence et aucun répit
« Nous allons travailler jour et nuit, déployer tous les efforts nécessaires pour dénouer la situation mais on ne peut pas faire de miracle », a déclaré le Président Andry Rajoelina. Le principal objectif est de rendre Andekaleka fonctionnel en tant que source de fierté nationale. Pour le moment, il s’agit de la seule centrale de production d’électricité nationale avec le plus faible coût soit 5 ariary le kilowattheure. Un coût qui se multiplie par 100 pour les autres sociétés à qui l’Etat loue des groupes.
« C’est l’unique fierté de Madagascar. Si l’on arrive à construire une autre centrale nous pourrons diminuer considérablement, jusqu’à 100 fois moins, le coût de l’électricité pour la population. C’est pour cette raison que nous faisons tous les efforts afin de mettre en place la centrale de Sahofika qui sera achevée d’ici 5 ans », explique le numéro un de l’Exécutif. Sur cette lancée, il a invité les responsables à faire preuve de transparence vis-à-vis de la population c’est-à-dire ne pas se murer dans le silence malgré la série de coupures de l’électricité et expliquer avec précision les délais de tous les travaux de réhabilitation en cours.  En tout cas, les réparations actuelles devront alléger les coupures jusqu’à les réduire largement dans les prochains mois. La population n’attend que ça !
Sandra R.

Publié dans Politique
lundi, 10 janvier 2022

Sévère mise en garde !

Sollicité, lors du petit-déjeuner contact tout récemment à Iavoloha, à s’exprimer sur le sort réservé aux hauts responsables (ministres ou gouverneurs) défaillants, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a été clair et net. Une retouche ou un remaniement n’est pas encore dans l’ordre du jour. En effet, nommer un nouveau membre du Gouvernement nécessite un minimum de protocole en particulier de temps. L’opérationnalité d’un nouveau ministre demande au moins deux à trois mois. Le temps qu’il puisse monter son équipe technique. Ainsi, on risque d’arriver en fin de mandat alors que l’équipe gouvernementale n’est pas encore pleinement opérationnelle. Mais le Président n’écarte pas l’option d’un changement au sein de l’Exécutif dans le cas où la situation l’exige. On ne peut pas maintenir un élément improductif !
En ce qui concerne les gouverneurs, l’intervention du Président Rajoelina a été également sans équivoque. Les gouverneurs qui ne remplissent pas les conditions exigées pour le développement rapide du pays n’ont pas leur place dans le régime. Ils ont été nommés sous contrat clair et bien défini au départ. Le numéro un du pays va procéder incessamment à des évaluations et donc ceux ou celles qui n’atteignent pas les moyennes requises seront certainement remplacées.
En fait, il existe au sein du Gouvernement quelques membres qui n’arrivent pas à suivre le rythme.  Leurs performances laissent à désirer. D’autres manifestent une indifférence face aux critiques acerbes des détracteurs à l’encontre du régime notamment concernant les grands projets. RMDM et Bel-Air ne se limitent pas à la méchanceté dans le choix des termes utilisés pour remettre en cause la pertinence  du transport par câble dans la Capitale. Le Chef de l’Etat Rajoelina dénonce leur silence que l’on pourrait traduire en complicité ! Un flagrant délit inadmissible sur tous les plans ! Rajoelina déplore ainsi l’absence de la solidarité gouvernementale. Il a mis en garde sévèrement les déviants.
Même topo pour les gouverneurs. Le Chef de l’Etat leur a confié d’urgence la réhabilitation des infrastructures de base. Routes, centres hospitaliers, écoles et stades, etc. en piteux état se trouvent normalement au centre des préoccupations des autorités régionales. Des fonds spéciaux ont été alloués à leur disposition. Le Chef de l’Etat constate que certains parmi eux ne répondent pas aux attentes. Ils se trouvent en dessous des sollicitudes du pays. Le locataire d’Iavoloha adresse à leur endroit donc une sévère mise en garde.
Le régime Orange se trouvant à la croisée des chemins  n’a plus droit à l’erreur. L’année 2022 ne lui offre qu’une alternative « réussir ou mourir ». En effet, l’échec du régime durant cette année nouvelle signifie une déroute certaine pour l’année prochaine. Il n’y a pas de miracle !
L’attitude intraitable du Chef se comprend à travers la réalité non négociable. Le camp d’en face guette les moindres erreurs des tenants du régime. La bande à Ravalomanana Marc et les ténors du RMDM se congratuleront des défaillances si minimes soit elles commises par des hommes et des femmes ayant la manette du pouvoir en main.
La sévère mise en garde du Premier magistrat suprême du pays tombe à pic. Le temps n’est plus à la plaisanterie ni à la tergiversation. Que les non concluants s’effacent et laissent la place aux plus productifs.

Publié dans Editorial


Si le 19 novembre 2021, date du retour des statistiques sur l’évolution de la Covid-19 à Madagascar, la Région d’Analamanga n'a enregistré qu'un seul cas positif en 24h, un mois après, jour pour jour, 179 personnes sont testées positives au coronavirus. Et aujourd’hui  encore, il existe encore des centaines de patients infectés par ce virus, recensés quotidiennement par les autorités sanitaires malagasy. A titre d’illustration, du 18 au 24 décembre 2021, 2 284 parmi les 2 984 nouvelles contaminations répartis dans toute île y ont été localisées. Même entre le 25 et le 31 décembre dernier, la Région d’Analamanga  a toujours enregistré un nombre record  de cas positifs avec 1 620 nouveaux  individus ayant contracté le virus. Et la semaine dernière, elle se place encore en tête de liste avec un bilan lourd. Le ministère de la Santé  publique a annoncé y avoir découvert 1 106 nouveaux porteurs du virus en espace de 7 jours. Au niveau  national, le taux de positivité a été estimé aux alentours de 30 %, à Analamanga. Sans avoir des données exactes en leur possession, les médecins affirment que ce taux n'est pas du tout le moindre.

Et si l'on évoque le nombre de décès dus à la Covid-19, aucun chiffre détaillé n'a certainement été communiqué ces derniers temps. Toutefois, le nombre de morts recensés dans les morgues de ces hôpitaux témoignent de la gravité de la situation. Rien que durant la demi-journée du jour de Noël 2021, trois décès ont été  répertoriés  dans la morgue du Centre hospitalier universitaire sis à Anosiala, tous victimes de cette maladie virale. Malheureusement, dans les autres CHU et autre structures de santé, la situation demeure pareille.
Hôpitaux débordés, deux CTC-19 réouverts
 
Les centaines de places auprès des grands hôpitaux à Analamanga ainsi que les établissements privés accueillant les patients Covid-19 sont presque occupées  qu'il a fallu trouver une solution, notamment en ouvrant des Centres de traitement Covid-19 (CTC-19) situés au village Voara Andohatapenaka, à l’Ecole primaire publique (EPP) de Soamandrakizay, ainsi qu’au Lycée technique professionnel (LTP) à Alarobia. Il s’agit donc de nouveaux lieux de prise en charge des patients atteints de la Covid-19, et présentant des formes symptomatiques modérées. Si 148 places sont disponibles au CTC-19 Soamandrakizay, Alarobia  peut accueillir jusqu’à 250 patients. Comme presque dans tout hôpital, chaque lit est  équipé de bouteille d'oxygène et de concentrateur d'oxygène, sans oublier le groupe électrogène de secours rempli de carburant nécessaire à son fonctionnement. Selon le Professeur Zely Randriamanantany, numéro 1 de la santé publique, il s'agit d'une anticipation d'une éventuelle hausse de nouvelles contaminations au coronavirus. Sitôt  ouverts, ces CTC-19  ont déjà accueilli d'importants patients.
Les pharmacies prises d'assaut
La situation lors des première et deuxième vagues du coronavirus se répète encore à Analamanga. Les officines sont de nouveau prises d’assaut, un signe que la Covid-19 est de nouveau en recrudescence. D’importantes files d'attente sont aperçues au niveau des pharmacies situées dans la Capitale. Et ces personnes sont à la recherche de médicaments contre la Covid-19. L'on se rappelle du docteur Graziella Razafitalanina, responsable de l’espace-vente auprès de la pharmacie Métropole, localisée à Antaninarenina, ayant confirmé que d'innombrables gens y sont accueillis par rapport aux mois précédents. Et ces derniers viennent surtout pour acheter des fortifiants, à savoir de la Vitamine C, du Magnésium afin de renforcer leurs défenses immunitaires. Et au lieu de fermer leurs portes à des heures précises, des pharmacies de la Capitale continuent quand même de recevoir des clients à des heures très tardives. Une situation qui a amené l'Ordre des pharmaciens à multiplier les établissements de garde.

Gestes de barrières sanitaires ignorés

Universellement, le respect des gestes barrières sanitaires, à savoir le port du masque, la distanciation sociale d'un mètre et le lavage systématique des mains constituent les moyens les plus efficaces pour rompre les chaînes de contamination. A Antananarivo, la Préfecture de la vile a déjà  ordonné l’application de ces mesures sanitaires. Mais toujours est-il qu'aux dernières nouvelles, personne n'a été sanctionnée pour non respect des gestes barrières. Pourtant, il suffit de rester cinq minutes au bord de la route pour voir que de nombreux piétons ne portent pas de masque, les « taxis-be » qui utilisent encore les strapontins, ou encore des badauds et des gens oisifs qui s'attroupent à chaque coin de rue, sans se soucier de ce virus mortel qui circule, et qui continue de faire des ravages. En plus, l’on remarque ces derniers temps ces ambulances dont la sonnerie ne cesse de retentir dans la ville des mille, ce qui démontre que l'heure est grave. L’état d’urgence  sanitaire devrait être ainsi décrété afin de maîtriser cette propagation grandissante de la Covid-19.
K.R.

Publié dans Société


Négligeable. La production de sucre à Madagascar reste encore faible. Effectivement, notre pays ne produit que 90 000 tonnes de sucre contre 200 000 tonnes de besoins annuels. Actuellement, notre production se chiffre à 97 000 tonnes. Les Malagasy ont pourtant besoin de consommer 211 000 tonnes, sachant que la demande est croissante. Il y a donc un gap de 114 000 tonnes de sucre à combler pour satisfaire les consommateurs. C’est pourquoi Madagascar importe en moyenne 100 000 tonnes de sucre par an venant du Brésil, de Thaïlande et d’Afrique du Sud. A l’heure actuelle, 64 % de ce produit vendu sur le marché sont importés.
De plus, les Malagasy préfèrent consommer du sucre blanc importé à cause de son pouvoir sucrant, même si ce produit coûte plus cher par rapport à notre sucre roux. Il est indéniable qu’en termes de marketing, il serait préférable de satisfaire les consommateurs même si cela nuit à notre balance commerciale. Raison pour laquelle la nouvelle Stratégie nationale d’adaptation du secteur sucrier ou SNASS vient d’être adoptée récemment en Conseil du Gouvernement. La finalité de cette stratégie est de « développer une filière "sucre" à la fois durable, résiliente face au changement climatique et créatrice d’emplois, ce qui permettra à Madagascar, à l’horizon 2031, de satisfaire son marché national et d’exporter du sucre de qualité, tout en respectant l’environnement ». Pour ce faire, cette stratégie est axée sur quelques axes prioritaires dans un délai d’exécution étalé sur une décennie.
En ce qui concerne les quatre objectifs stratégiques, le premier objectif consiste à renforcer les acteurs de la filière pour qu’ils mettent en place un environnement favorable au développement du secteur « sucre ». Quant au deuxième, il s’agit d’assurer l’autosuffisance en sucre. La nouvelle SNASS prévoit également de développer l’exportation dans son troisième objectif stratégique. Les objectifs opérationnels de ce volet tournent autour de deux axes principaux, à savoir la réorientation de la filière vers l’exportation de sucre labelisé et la nouvelle politique de communication sur le rhum malagasy afin d’augmenter le volume des exportations. D’ailleurs, l’industrie sucrière est en train de renaître dans la Grande île, pour ne mentionner que l’industrie sucrière à Brickaville. Fermée depuis plusieurs années, cette usine a été réhabilitée, ce qui va permettre de réduire nos importations de sucre. Avec son potentiel agricole, Madagascar pourrait devenir un pays exportateur de sucre, au même titre que l’île de La Réunion si l’idéologie dominante en matière de commerce reste le libre-échange, et donc la mise en concurrence des travailleurs.
Hary Rakoto

Publié dans Economie


Vendredi dernier, Zara Tobie, un petit garçon de 5 ans d’une famille aisée, a été assassiné de façon atroce, voire inhumaine à Antsirabe. La victime est le 3e membre de la fratrie composée de 4 enfants.  Il fut lardé de couteau avant d’être égorgé, puis son corps finalement jeté dans la rivière de Sahanivotry. Le plus horrible dans cette affaire, c’est que R.T,  le présumé meurtrier dans l’affaire, n’est autre que le propre père du gosse. D’ailleurs, le chef de famille a fait l’aveu devant les enquêteurs, après son arrestation le lendemain même des faits. Bien qu’une source auprès de la Gendarmerie, à Antsirabe, préfère parler encore d’un mystère pour tenter de percer le mobile de ce crime abject, elle ne cache pas pourtant que le geste du suspect a trait à un pacte satanique. Ce pacte se traduirait alors par un meurtre sacrificiel du gamin en vue d’un enrichissement du premier. « Bien entendu, tout cela reste encore une hypothèse.  Mais le suspect a expliqué avoir reçu de la part de certains inconnus un appel téléphonique pour lui faire pression, sinon lui demander simplement de tuer son propre fils s’il veut être davantage riche », concède notre interlocuteur.
En attendant confirmation, l’enquête menée conjointement par la Police et la Gendarmerie suit son cours. Et à la lumière des gestes et faits du chef de famille en cause, il ne pouvait qu’avoir des complices dans l’affaire, ne serait-ce que ces personnes qui lui ont parlé au téléphone. « Evidemment, des arrestations sont encore en vue », ajoute cette source. Mais complices ou pas, le père de famille suspect devra être déféré au Parquet ce jour, ou au plus tard mercredi prochain.
Rappel des faits. Tout a démarré par une information fournie par des indicateurs anonymes en début de soirée, vendredi dernier,  comme quoi ce père de famille et son petit garçon auraient été kidnappés par des individus circulant à bord d’une Hyundai Terracan.   
Et que les ravisseurs, au nombre de deux, seraient équipés d’armes à feu, du moins selon les dires de R.T devant la Gendarmerie. Puis, ces preneurs d’otage se seraient emparés de l’enfant par la force. « Avant qu’ils ne prennent la direction du Sud, les bandits auraient affirmé au père du petit garçon qu’ils devront se rencontrer ensuite à Ambositra », explique cette source de la Gendarmerie. Entre- temps, cette dernière, sitôt informée, a démarré une enquête et placé des barrages de contrôle tout au long de cet axe du Sud.
En se rendant toutefois au domicile de la famille de R.T à Antsirabe,  les gendarmes ont constaté des traces de sang dans la cuisine de l’appartement, et surtout dans le garage. Vers 23h30 le même soir, le 4x4 conduit par le chef de famille suspect fut intercepté par une autre équipe de gendarmes à Vinaninkarena. C’est là que R.T devait raconter à ces derniers que les ravisseurs ont enlevé son enfant du côté de la gare. « Mais en vérifiant le véhicule  de plus près, les gendarmes ont découvert aussi des traces de sang dans la malle arrière. Du coup, l’attitude et le comportement de R.T. ont éveillé le soupçon des Forces de défense», confie encore notre source. Le flair des enquêteurs de la Gendarmerie encadrés par le commandant d’une unité à Andranomadio, en l’occurrence le GPHC Olivier Raniriarisoa, leur a permis de douter sur l’authenticité du kidnapping du petit Tobie, que les premiers l’ont du coup arrêté.

Terrible aveu
Le lendemain de son arrestation, le suspect était passé à l’aveu en expliquant qu’il aurait dû choisir son quatrième enfant. Mais puisque ce dernier est encore trop petit, il a dû alors se rabattre sur Zara Tobie. L’homme a donc tué  ce dernier  dans sa cuisine en le lardant de coups de couteau, et en l’égorgeant avant qu’il n’aille jeter son cadavre dans le Sahanivotry. En faisant un constat sur les lieux, avec R.T à leur côté, les Forces de l’ordre découvrent effectivement le corps sans vie du petit enveloppé dans un tapis. Dire que le suspect qui a eu quatre enfants d’avec son épouse puisse en arriver là et tomber de la sorte si bas, alors qu’il ne manque apparemment de rien : maison, voiture, enfin une profession qui lui permet de vivre plutôt correctement, lui et les siens. Affaire à suivre !
Franck R.

Publié dans Société


Un autre exploit effectué par l’équipe du ministère de la Culture et de la Communication (MCC). La ministre Lalatiana Andriatongarivo et ses collaborateurs préparent actuellement l’inscription de l’église catholique d’Ambodifotatra, île de Sainte-Marie au patrimoine mondial de l'humanité de l’UNESCO. Avec les années, cette église a été gravement endommagée pour ne pas dire dans un piteux état, et cela en raison d’un manque d'entretien.  Toutefois, étant donné que cette église catholique est considérée comme un patrimoine national, le ministère de la Culture est principalement responsable de sa protection. C’est pourquoi, toute l’équipe du MCC a effectué des travaux de rénovation, lesquels ont débuté en février 2021, et qui devront se terminer d’ici le début du mois prochain. A noter que ce chantier est financé par le projet PIC (Pôle intégré de croissance). En effet, lors d'une visite qui s’est tenue samedi dernier, la ministre, accompagnée de ses collègues, et assistée par le député de Sainte-Marie, le maire de cette ville ainsi que des responsables au niveau de l'administration locale, ont constaté que la qualité des travaux n'était pas encore entièrement satisfaisante. En conséquence, des instructions strictes ont été données à l’entreprise chargée de l’exécution des travaux afin de respecter à la lettre le contenu du cahier des charges.
Airs
L'église catholique  d'Ambodifotatra - Sainte-Marie est la première église chrétienne érigée à Madagascar en 1837, il y a 185 ans. Elle attire de nombreux touristes en raison de son histoire et fait partie du parcours ou « circuit » proposé aux touristes, celui dit « L’île aux pirates ». Concernant son inclusion, les démarches ont été suivies et ce patrimoine sera bientôt inscrit sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. En mars prochain, des experts issus de l'ICOMOS (« International COuncil of MOnuments and Sites ») inspecteront cette église et mèneront des études préliminaires pour voir si elle possède la soi-disant « Valeur universelle exceptionnelle ». Il faut savoir que de nombreuses études et procédures à long terme doivent encore être établies par le Comité du patrimoine mondial et les décisions sur l’inscription de cette église catholique malagasy seront prises d’ici 2024.
Sitraka Rakotobe

Publié dans Culture


L’arrestation de deux malagasy et un comorien le 28 décembre dernier à l’aéroport international de Moroni a sérieusement ébranlé le fonctionnement du réseau. L’enquête effectuée par la Gendarmerie nationale des Comores et dévoilée par le procureur général local a permis en effet de savoir le mode opératoire des trafiquants sur qui les autorités comoriennes ont saisi 49kg de lingots d’or en provenance de Madagascar. La découverte de ce trafic illicite de 49 kg n’est pourtant que la face de l’iceberg dans la mesure où durant les quatre mois précédents, soit depuis le mois septembre 2021, ces individus, par le même mode opératoire, ont réussi 11 fois leur manège. Une facilité déconcertante qui a bénéficié, selon toujours l’enquête de la Gendarmerie locale, de la complicité des hautes personnalités de l’aéroport international de Moroni. Raison pour laquelle, le placement en détention préventive du directeur général de l’aéroport des Comores avec neuf autres personnes. Un ancien receveur des douanes fait partie des individus actuellement emprisonnés. Et dire que celui-ci était un grand homme de la lutte contre le trafic d’or sur cet axe Madagascar –Comores –Dubaï quand il était encore en activité.
Outre les moyens humains à leur disposition, les trafiquants ont utilisé durant leurs opérations des matériels dignes de leur… statut. Des vedettes rapides pour récupérer les marchandises au large ou en haute mer et tout dernièrement un jet privé pour rallier Dubaï. Toute la panoplie de Pablo Escobar réunie en plus de l’argent liquide pour soudoyer les responsables des « passages obligés ».
Le beau coup de filet de la Gendarmerie nationale des Comores obligera les trafiquants à reconstituer un nouveau réseau. Un pari difficile si effectivement la partie malagasy joue également sa partition.
C’est étonnant en effet de savoir que les deux malagasy arrêtés aux Comores sont des individus recherchés depuis un an à Madagascar. Liés de près ou de loin à l’affaire des 73 kg de lingots d’or saisis en Afrique du Sud au mois de décembre 2020, Azaly Pacheco et Pierre Stenny, puisqu’il s’agit d’eux, ont été frappés d’un avis de recherche. Néanmoins, ils ont pu quitter tout de même la Grande île, si on se réfère à l’enquête comorienne qui a mentionné que l’un des deux malagasy était arrivé de Dubaï  la veille de leur arrestation à bord d’un jet privé… A moins qu’il s’y trouvait depuis belle lurette et y officie en tant que « réceptionniste » des marchandises.
C’est cette passivité des autorités malagasy qui risque de faciliter la reconstitution du réseau. Il n’y a qu’un pas à franchir effectivement pour affirmer que les trafiquants bloqués en Afrique du Sud et ceux détenus aux Comores sont tous membres du même réseau. Les informations collectées mentionnent également qu’une des personnes recherchées dans le trafic des 73 kg, en l’occurrence Salimo Ben Hassan aurait également utilisé dans un passé lointain cet axe Madagascar-Comores pour rejoindre Dubaï. Il avait  pris le vol d’Air Madagascar  mais son voyage avec comme bagage 15 kg de lingots d’or s’était arrêté également à l’aéroport de Moroni.
Reste à savoir si c’est un des réseaux  ou le principal réseau. L’audition d’Azaly Pacheco et Pierre Stenny, une fois que les Comoriens accèdent à la demande d’extradition des Malagasy. A ces derniers d’utilisé à bon escient les renseignements obtenus pour porter le coup fatal au réseau par l’arrestation des commanditaires et les propriétaires de ces lingots d’or.
La rédaction

Publié dans Politique

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur
  • Trafic de bois précieux - 3 individus interpellés avec un chargement de palissandre
  • Grâce présidentielle - Remises de peine pour 11 316 détenus
  • Une jeune femme de 22 ans remporte un « trano mora » - « Je suis abasourdie »
  • Exportation de vanille - Des licences refusées pour non-rapatriement de devises
  • Vol d’or au ministère des Mines - Les responsables successifs s’en lavent les mains

La Une

Recherche par date

« January 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Pub droite 1

Editorial

  • Sur la braise !
    La vie reprend son cours. Une reprise difficile pour certains. Sur le chaudron voire sur la poudrière pour d’autres. En tout cas, c’est la galère dans l’ensemble !Dès le lendemain, sans faute, de la date de la célébration de la Fête nationale, les vicissitudes des délestages reviennent au galop. Les coupures d’eau, du matin jusqu’au beau milieu de l’après-midi gâche les travaux de la vie quotidienne des ménages. Les coupures d’électricité qui prennent toujours au dépourvu chacun dans ses activités à la maison, à l’atelier, à la coiffure, à l’épicerie, etc., continuent de faire des ravages. Et le ras-le-bol remonte en surface.Mais, l’évènement phare de ce retour à la vie … anormale revient à la séance de « face-à-face » entre les membres de l’Exécutif et les élus du Parlement de la Chambre basse. Incontestablement, c’est le point d’orgue de la semaine qui concentre les attentions de l’opinion publique. Les…

A bout portant

AutoDiff