Drame pour leurs proches mais aussi pour les paroissiens de l’église dite « Fiangonana Fifohazana sy Fanavaozana eto Madagasikara » (FFFM) située au 67 Ha. Trois jeunes hommes membres de ladite église s’étaient tragiquement noyés dans les cascades de la chute de la Lily, au niveau du Fokontany d’Amparihy, dans la Commune rurale d’Analavory, dimanche dernier vers midi. Hajaina Ezra Ambinintsoa (15 ans), collégien, demeurant à Androndrakely, Fifaliana Razafinirina (17 ans), étudiant, qui fut domicilié à Amboanjobe, et enfin Tsiafohy Zania Andriantoavina (18 ans) ont trouvé la mort dans des circonstances effroyables sur les torrents de ce site touristique particulièrement prisé des visiteurs de la Région d’Itasy.

Certes, les secours ont fait le maximum pour tenter de sauver encore les malheureux. Mais l'atteinte pulmonaire liée à leur noyade et se traduisant par un œdème était irréversible, du moins selon le médecin chef du centre de santé de base (CSB II) de ladite localité. Peu après la triple noyade, le maire de la Commune rurale d'Analavory a informé la Brigade de gendarmerie de ladite localité, laquelle a dépêché ses éléments sur place pour procéder à un constat d’usage.

Les victimes ont effectué un voyage organisé sur ce site touristique, aux côtés d’autres jeunes co-paroissiens. Mais le destin en a donc décidé autrement. Quant aux circonstances du drame, elles seraient liées aux efforts chez l'une des victimes pour récupérer des sandales qui étaient tombées par mégarde dans l'eau. Bravant le risque et surtout la mort, ce jeune homme a essayé de récupérer la paire de sandales, en n’ayant pas hésité à plonger dans l'eau. Mais au bout de quelques moments à peine après ses tentatives hautement risquées et dangereuses, le pire s'était produit : le malheureux n'était plus réapparu. Du coup, ses deux amis ont tenté de le sauver. Mais à leur tour aussi, ils ont tous été submergés. Après des recherches qui s'étaient déroulées dans des conditions souvent périlleuses, les sauveteurs composés essentiellement de membres du « fokonolona » ont finalement réussi à repérer puis récupérer les trois corps dont l'état rendait déjà moins optimistes les médecins urgentistes. En effet, les tentatives des médecins pour ranimer les victimes étaient vaines. Leurs corps ont été remis aux membres de familles après expertises médicales. L'enquête assumée la Brigade de gendarmerie d'Analavory suit son cours.

Franck R.

Publié dans Société


Du jamais-vu ! Le conflit entre les fidèles au niveau de l’église Jesosy Mamonjy à Ankorondrano est loin d’être terminé. Dimanche matin, ils en sont venus aux mains, quelques instants après le commencement du culte. Les vitres ont été cassées, les chaises et quelques matériels sont abimés. Plusieurs personnes sont blessées et ont été évacuées d’urgence à l’hôpital à cause des coups de bâton. Une situation qui n’a jamais existé depuis la fondation  de cette église, soutient un membre : « A l’extérieur du temple, les Forces de l’ordre ont effectué des fouilles. Tandis qu’à l’intérieur, le pupitre s’est déjà transformé en un champ de bataille ». Des témoins ont même avancé l’existence de « gros bras ». Ainsi, la situation ne cesse de s’empirer.
Malgré des heurts successifs entre fidèles, ce temple ne sera pas fermé. Seulement, les cultes journaliers seront suspendus. Les fidèles ne pourront plus entrer dans l'enceinte de l'église sauf le dimanche, soutient le préfet de police d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo. Par contre, la sécurité sera renforcée afin d'éviter un nouvel affrontement, entre autres en effectuant des fouilles systématiques à l’entrée. Ceci, afin de détecter le port d’objets tranchants, tandis que les Forces de l’ordre effectueront le tour de l’église durant les cultes de dimanche. Désormais, il est aussi interdit de s’attrouper en dehors du temple.
A noter que les fouilles sont déjà appliquées depuis quelques réunions des fidèles, mais cette mesure n’a pas pu empêcher les accrochages. En effet, ces gens n’utilisent pas d’objets tranchants pour blesser les autres, mais plutôt des bois ronds en détruisant les chaises. Depuis le décès survenu l’année dernière de l’ancien président du Conseil d’administration, le pasteur Léon Ratafy, cette église a déjà été fermée au moins quatre fois.
Anatra R.

Publié dans Société
lundi, 15 août 2022

La une du 16 août 2022

Publié dans La Une


L'Egypte remporte un nouveau titre continental en dominant la rencontre et s'imposer aisément (81-54) face à Madagascar. 
Pour le coach Aimé Marcel Randria dit Mémé, le match ne s'est pas déroulé comme prévu. «Fantastique soutien de notre public. En plus, nous avons décroché notre qualification pour la prochaine Coupe du Monde U19 FIBA pour la toute première fois de notre histoire. Il ne faut pas minimiser ce que les garçons ont accompli », a-t-il affirmé.
Mathias M'Madi, Jerry Pepin Rabibisoa et Andyerson Andriatsarafara sont tombés sur un adversaire plus fort qu’eux malgré le soutien indéfectible du public. Les trois joueurs ont tout de même atteint la barre des 10 points en inscrivant à eux trois 39 des points pour l’Ankoay. Dès l'entame du match, Madagascar a subi les coups de son adversaire.
« Nous nous sommes battus tout au long du tournoi. Nous avons affronté des adversaires redoutables, mais à la fin, nous sommes tombés sur ceux plus forts que nous. En tout cas, merci à notre public. Nous étions fiers de représenter le pays », dit l'ailier de 1m98, Mathias M’Madi. Et d’ajouter, « Le public a vraiment été fantastique, très fair-play et respectueux. Ils ont compris que c'est juste un jeu.»
M’Madi et sa bande ont bien essayé d’imposer leur rythme face aux Pharaons, mais ils n'ont tenu qu'un seul quart-temps, le premier, perdu 20-13.
L'Egypte a rapidement pris le large pour atteindre la mi-temps avec une avance confortable (41-21). A la fin du 3e quart-temps, la sélection égyptienne apparaît hors d'atteinte grâce à une avance au score de 61-42.
Madagascar a tenté un dernier retour au milieu du 4e quart-temps, mais il était déjà trop tard pour espérer renverser la situation.
Dans le match de classement, disputé plus tôt dans la journée, le Mali a battu l'Angola (79-54) pour s'adjuger la 3e place de ce championnat d'Afrique U18 FIBA 2022.
L’organisation pointée du doigt
Si toutes les délégations étrangères ont salué l’hospitalité et l’hébergement du pays durant l’évènement, le public malagasy ne voit pas tout à fait les choses du bon côté. Depuis les demi-finales, des centaines des fans n’ont pas pu entrer au Palais des Sports alors qu’ils ont leurs billets et invitations en main. Pis pour la finale, ils étaient des milliers. Parmi eux, il y avait des personnes qui se sont rendues très tôt sur place mais privées d’entrer. Beaucoup dénoncent le népotisme et la camaraderie sans parler de la vente de billets sur le marché noir, visible sur le parking du Palais des Sports et ce en vendant les billets à 25000 ariary à 50000 ariary.
Elias Fanomezantsoa



Publié dans Sport


Les habitants d’Alaotra sont toujours aux abois. Quatre personnes kidnappées dans les Districts d’Ambatondrazaka et d’Amparafaravola ont pu regagner leur famille respective plus d’une semaine passée. L’une d’entre elles, une collégienne de 16 ans, est rentrée chez elle à Antsangasanga, saine et sauve, samedi 6 août après-midi. Quatre autres à Bejofo ont aussi eu cette chance la veille.
Toutes les quatre retournent à leur vie normale comme si de rien n’était. Elles fréquentent qui elles veulent en toute liberté. Le traumatisme consécutif à la dure épreuve existentielle reste quand même vif pour les leurs. Selon les indiscrétions, le versement des rançons exigées par les ravisseurs a conditionné la libération de ces otages.
Un haut responsable régional a confirmé cette information sans savoir les montants exacts. Tout le monde parle seulement de plusieurs dizaines de millions d’ariary pour chacun des libérés. Tout justement après chaque enlèvement, les criminels ont appelé les membres de la famille pour marchander les prix à payer.
Lieu de pèlerinage
Ils sont à tout moment au courant des moindres mouvements des proches parentaux qui, face à la situation, sont momentanément déstabilisés au plus haut point. Les ravisseurs savent à qui les proches des otages parlent, les moments et les lieux où ils tiennent des réunions de crise, les quantités de produits agricoles vendus, etc. Ceci semble indiquer que des voisins ou résidents du village seraient complices.
Durant leur détention forcée, les habitants enlevés sont amenés à des endroits loin de chez eux. Les libérés ont dit avoir été transportés jusqu’à Betsiboka, la Région voisine d’Alaotra-Mangoro, en traversant le District d’Anjozorobe à proximité du lieu de pèlerinage d’Anosivolakely.
La caravane a fait six jours de marche pour se rendre à cette destination en bravant pluies, vents fraîcheur d’hiver, épines… cours de route. Le jour, le groupe se cache dans des ravins, champs, forêts… Il y a des moments où les otages ont vu passer les suiveurs tout près d’eux. Mais ils ne pouvaient pas appeler au secours.
Proximité géographique
Les victimes ont aussi dit n’avoir subi aucune maltraitance. Mais il y a des jours où elles n’ont mangé à leur faim qu’une seule fois du matin au soir. Les filles ont été épargnées du viol. Tout acte sexuel avec les otages aurait désacralisé le talisman détenu par les kidnappeurs qui sont tous en permanence cagoulés.
A la place du viol, ils forcent les otages à exécuter des danses en envoyant des musiques sur des Speakers ou téléphones. C’est pour leur plaisir en attendant l’évolution des discussions avec les familles. Les ravisseurs se communiquent selon le code qu’ils s’inventent eux-mêmes pour éviter que leur identité soit dévoilée. Ils se gardent ainsi de s’appeler par leurs vrais noms. C’est encore un autre indicateur confirmant la proximité géographique des kidnappeurs avec leurs proies.
Un officier de la Gendarmerie a révélé que le rapt dans l’une des Communes rurales sous sa juridiction n’est réussi qu’à la cinquième tentative. « Nous le savons durant l’enquête des suspects arrêtés », a affirmé le responsable de la sécurité publique. Il a alors recommandé le renforcement de la vigilance villageoise pour bien surveiller les mouvements de tout suspect.
Nous ou les autres
Aucune précision n’est fournie sur les circonstances du paiement des rançons. Les criminels eux-mêmes ont guidé à distance les déplacements des transporteurs des fonds. L’exactitude des montants reçus est d’abord vérifiée avant de révéler les cachots où se trouvent les otages. Mais ils s’en disputent le partage en présence même des verseurs en leur présentant des excuses pour leur avoir causé des peines.
Une fois chacun ayant sa part en main, les kidnappeurs règlent leur compte entre eux. « Je te rends maintenant la somme que je te dois ». Ceci laisse entendre que les ravisseurs auraient préparé de nouveaux coups qui leur permettraient de s’acquitter d’autres dettes. On ne savait pas donc qui seraient les prochaines cibles.
« Personne n’est plus en sécurité dans le coin. Ce serait peut-être nous ou les autres demain ou après-demain. Rien n’indique que ces bandits ne viendraient jusque chez nous pour y cueillir qui ils veulent », s’inquiète une mère de famille à Andilanatoby, dans le sud-ouest du District d’Ambatondrazaka.
M.R.

Publié dans Politique


Une semaine minée. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à lundi prochain, les yeux et l’attention de tous les opérateurs du secteur minier seront rivés au Mining Business Center, Ivato où se déroulera une énième consultation publique portant sur la refonte du Code minier. Une opération qui a toujours autant de mal voir le jour depuis l’annonce de l’initiative, il y a quelques années. En tout cas, la semaine sera l’occasion pour tous les acteurs de la chaîne de valeur de porter haut leurs voix et requête. En effet, craintes et doutes demeurent par rapport aux grandes lignes sur la proposition de révision du Code minier, notamment sur l’augmentation des redevances minières ou encore le blocage ressentis par ces opérateurs concernant les frais d’administration et les permis d’exportation. « La révision à la hausse de ces redevances ainsi que les autres propositions, comme la participation minière imposée aux détenteurs de permis d’exploitation et de permis de recherche, représentent une charge financière encore plus importante pour les acteurs du secteur extractif qui sont, pour la plupart, des exploitants à petit échelle », déplore un petit exploitant qui a son activité dans la zone sud du pays. Ce dernier d’ajouter que « les frais d’administration minière constituent déjà une part importante dans notre budget annuel. Si des participations minières s’y ajoutent, la rentabilité de nos activités n’en sera que plus affaiblie alors qu’on ne parle même pas du gel du renouvellement des permis d’exploitation et d’exportation qui "mine" littéralement le secteur ». Une façon pour ces petits exploitants de proposer des études de dossier au cas par cas sur ces modifications proposées sur le code en lui-même afin qu’ils puissent se rassurer.
Corruption
Ainsi, durant toute la semaine, certains de ces opérateurs comptent bien exposer la situation d’empêtrement dans laquelle ils sont enlisés depuis des lustres. « Tandis que certains se sont vu refuser leur demande de renouvellement de permis d’exploitation pour cause d’arriéré non payé alors qu’ils étaient, comme tout autre opérateur économique, en péril à cause de la crise sanitaire mondiale, d’autres qui ont eu le précieux sésame de renouveler leur permis se retrouvent à leur tour bloqués aux frontières dans la mesure où aucun permis d’exportation n’est accordé pour le moment », déplore un membre de la chambre des mines. Pourtant, pendant que la situation de blocage stagne pour les opérateurs réguliers, les opérateurs informels pullulent et arrivent malgré tout à perpétuer leurs business. Ce qui représente un risque non négligeable quant à la croissance des recours à la corruption. Un marché informel représente un véritable fléau pour l’économie malagasy, dans la mesure où cela ne rapporte rien en matière de fiscalité pour le pays. « Imaginez que pendant qu’on reste bloqué sur des sujets de gel de permis d’exploitation et d’exportation et que nos pierres ont du mal à trouver acheteur à cause de cela, d’autres sans foi ni loi arrivent malgré à tout à sortir des kilo et des tonnes de pierres hors du territoire, sans autorisation officielle, à condition qu’il suffit juste de mettre un peu sous la table et l’affaire est dans le sac », s’attriste notre petit exploitant.
Hary Rakoto

Publié dans Economie
lundi, 15 août 2022

Le graal !

Les Pharaons battent les Ankoay (garçons) sur le score indiscutable de 81 à 54. Un Egypte conforté par une tradition d’existence séculaire voire millénaire, expérimenté aux grandes compétitions continentales et mondiales et consolidé par des victoires à l’issue de difficiles matches, n’a laissé aucune chance à Madagasikara, un pays dont tout est à faire et à refaire. On s’est incliné face à une équipe aguerrie !
Mais la porte reste ouverte ! La chance est encore permise. Et le graal demeure, en dépit de tout, à portée de la main ! En effet, étant finalistes de l’Afrobasket U18, des compétitions continentales officielles adoubées par la FIBA, les Ankoay garçons U18 sont inscrits, de fait, au tableau du Mondial des U19 en Espagne (Barcelone) de 2023 au même titre que les Pharaons d’Egypte. Par conséquent, l’espoir est toujours de rigueur. En fait, en arrachant la victoire par 84 à 81 au détriment des courageux Maliens, double tenant du titre, les jeunes Ankoay ont obtenu le ticket. Et l’Egypte a écarté, pour sa part, l’Angola, un autre géant du ballon orange africain, sur un score net de 67 à 57. L’espoir est donc permis !
Mais attention ! Ici, le terme « espoir » est synonyme de volonté politique, efforts continus, de préparations sérieuses, etc. Autrement, il ne fait que vivre les … imbéciles ! A un an des compétions mondiales d’Espagne, Madagasikara dispose encore largement du temps nécessaire pour peaufiner le tout.
La victoire ou la réussite, surtout à ce niveau de compétition, ne s’acquiert pas sans réelle volonté des dirigeants politiques d’abord et des responsables directs censés gérer la discipline concernée après  et surtout de la volonté profonde et la ténacité des jeunes à réussir. Comme dans toute discipline sportive, le basket-ball respecte les exigences de certains fondamentaux du sport à savoir « Plus fort, Plus haut et Plus loin ! »
Les tenants du pouvoir politique ont la lourde tâche d’épauler effectivement le sport malagasy dans tous ses états. Une responsabilité de poids à laquelle les dirigeants du haut au sommet de l’Etat jusqu’aux départements respectifs ne peuvent ni ne doivent pas se soustraire. Evidemment, le défi s’annonce compliqué même impossible à certains égards vu la vulnérable situation économique du pays mais à cœur vaillant et avec un peu de volonté et de ténacité, on y parviendra. Le basket-ball dont il est question ici fait partie de ces disciplines quelque peu oubliées. Eclipsé par le sport-roi, le football, le basket végète dans son petit coin.
La FMB avec l’appui  des autorités publiques, en vue des préparatifs du mondial en 2023, se doit de doter le basketball des infrastructures dignes de nos jeunes qui ont réalisé un exploit louable. Le Palais des Sports Mahamasina a fait son temps. Avec une capacité d’accueil de 5.000 places, le « grand » Palais ne suffit plus.
Le pays espère et attend que les dirigeants de l’équipe nationale de basket, garçons pour le cas ici, sous la houlette de l’expert Randria Aimé alias Mémé fassent preuve d’ingéniosité de compétence afin que le basket malagasy retrouve sa lettre de noblesse.
Le graal n’est pas une rêverie de bagnard. On peut réellement le toucher à une seule condition qu’on en ait vraiment la volonté.

Publié dans Editorial


Constater de visu la vie de la population et le développement de la région.Telle est la raison de la venue du Premier ministre, Christian Ntsay dans la Région Atsimo-Atsinanana en fin de semaine dernière. « Les dirigeants actuels ont la volonté de se rapprocher de la population », a-t-il souligné lors d’une prise de parole dans la Commune de Nosifeno, District de Midongy Atsimo. « Aucun District ne sera oublié dans le développement », rappelle-t-il également. Priorité est donnée aux Districts difficilement accessibles et éloignées du développement.
 Durant sa descente, le chef du Gouvernement a apporté des solutions et donné des consignes aux ministres pour la mise en œuvre des activités de redressement sur place. Est concerné notamment le District de Befotaka. Les problèmes d’infrastructure et d’équipement en matière de santé publique, la reconstruction des infrastructures scolaires, l’amélioration de l’offre en fourniture d’électricité de la compagnie JIRAMA, l’élargissement de la couverture par les réseaux de télécommunication, encore au 2G dans de nombreuses localités, la dotation en équipement des fonctionnaires au niveau des Districts, ainsi que le renforcement de la lutte contre l’insécurité, tels ont été le contenu des échanges. Des échanges suivis de visites d’infrastructures et d’un atelier à Midongy Atsimo.
Le Premier ministre a rappelé la nécessité pour chaque responsable au niveau des régions de mettre en œuvre les missions qui leur ont été confiées. La population qui a rencontré le locataire de Mahazoarivo n’a pas manqué d’émettre des reconnaissances à son endroit durant cette descente. Il s’est ensuivi dans la soirée un atelier à Farafangana au cours duquel les problèmes locaux ont été discutés. Il y a notamment le problème des infrastructures routières, la RNT18 ou encore les routes intercommunales, la reconstruction des infrastructures scolaires détruites par les cyclones Batsirai et Emnati, les infrastructures hospitalières, l’insécurité, l’agriculture, et l’équipement des démembrements de l’Etat dans la Région Atsimo-Atsinanana. L’objectif est de faire rouler l’administration publique.

L.A.

Publié dans Politique


Le rendez-vous des passionnées de la mode est de retour. Cinq jours aux couleurs de la mode s’annoncent dans la Capitale. En effet, après des éditions, notamment celles de  2018 et 2019 qui ont rencontré un franc succès et ayant été temporisées suite à la crise sanitaire, les organisateurs - à savoir l’Alliance française d’Antananarivo (AFT),  l’Agence Totem et Telma Madagascar renouvellent l’expérience cette année. Ainsi, après deux années de disette, « Modus Mode », l’événement consacré à l’esthétique et la mode, se tiendra de nouveau du 22 au 26 août prochain dans l’enceinte de l’AFT pour laisser la possibilité à tout un large public de découvrir les services proposés. Un rendez-vous qui s’ouvre à tous les concernés résidant dans la ville des milles mais également ceux venant des autres Provinces.
Ce salon est dédié aux professionnels et amateurs de la mode et favorise les échanges, en créant des opportunités de rencontre entre les différents acteurs de la mode à travers des rencontres et des échanges entre professionnels, étudiants et amateurs de mode, des expositions de photographies de mode et des ateliers autour des métiers de la mode, entre autres le stylisme et le mannequinat. L’évènement regroupe une foire de créateurs, artisans, photographes, des passionnés de la mode et de l’esthétique répartis en différents stands.
Puisque « Modus Mode » revient en beauté cette année, plusieurs artistes de renom sont attendus. En effet, le moteur de cet événement est avant tout la promotion des savoir-faire locaux et leur mise en lumière au plus grand nombre. Pour les créateurs, ce sera une opportunité unique de montrer leurs réalisations de manière différente. Et afin qu’un salon dédié à la mode se doit d’être chaleureux, une série d’animations viennent en ponctuer le déroulement, à l’instar d’une soirée de gala, des prestations musicales, un défilé de mode, des prises de photos et une projection de vidéo. Le tout pour favoriser la découverte et la détente. Comme tout événement culturel ayant une grande notoriété dans la capitale, « Modus Mode » est également conçu pour promouvoir l’entrepreneuriat dans ce domaine et encourager les artistes-créateurs de mode à mettre en valeur la couture de qualité à Madagascar. Tout cela permettra de mettre en lumière le patrimoine artistique et la créativité locale. Bref, les assoiffés du monde de la mode auront cinq jours non-stop pour se baigner totalement dans cet événement d’envergure.
Sitraka Rakotobe

Publié dans Culture

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden
  • Pénurie d’eau - Le pire est à craindre
  • Affaire 73,5 kilos d’or - Le procès remis aux calendes grecques 
  • Rapport de la mission de suivi électoral  - L’UE insiste sur la mise en œuvre des recommandations 
  • JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur
  • Commerce - L’Algérie lorgne sur la vanille malagasy
  • Rajoelina à la tribune des Nations Unies - Interpellation sur le prix du baril de pétrole
  • Disparition du plus petit primate au monde - La honte pour Madagascar !
  • Discours à la tribune des Nations unies - Rajoelina dans le même panel que Biden et Kagamé

La Une

Recherche par date

« August 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Pub droite 1

Editorial

  • Fia…ble !
    On ne peut pas passer inaperçu l’évènement majeur de la semaine dernière, la FIA. En fait de jeudi à dimanche, la Foire internationale de l’agriculture (FIA) s’est tenue au Parc des expositions à Tanjombato. Quand on parle d’Agriculture, ce grand ensemble qui englobe toutes les activités du monde rural dans tous ses états. Sont inclus à l’intérieur de ces activités dites agricoles la culture, la pêche et l’élevage qui se souscrit au sein de l’économie « verte » et « bleue ». Avec l’évolution des activités exigées par la demande sans cesse croissante des besoins de l’homme, l’agribusiness apparait et commence à occuper du terrain. De toute façon, l’agriculture représente un domaine de priorité surtout pour un pays comme Madagasikara. L’initiative entrant dans le cadre pour l’épanouir est toujours très appréciée et fiable. Les actions de l’Agence Première Ligne font partie des stratégies à encourager. En principe, l’agriculture est un…

A bout portant

AutoDiff