« Makua Tour » s’annonce déjà comme l’un des événements référents de la scène urbaine de la Grande île. Le concert qui devra marquer les esprits des mélomanes est prévu pour le 30 octobre prochain au Palais des Sports, Mahamasina à partir de 15h 15 tapantes avec Shyn et son label Makua. L’artiste, soutenu par Telma Madagascar, a tenu une conférence de presse hier à Andraharo en prélude au concert « Makua Tour », au cours de laquelle il a fait des révélations de ce qu’il réserve à ce rendez-vous. L’artiste se dit prêt et garantit un spectacle inoubliable aux mélomanes qui effectueront le déplacement. « Pour nous, l’aventure a commencé en 2003. Avec Denise, nous avons toujours rêvé d’investir le Palais des Sports. C’est un événement qu’on souhaiterait partager avec tous nos fans. Nous avons attendu cet instant depuis longtemps, et nous avons beaucoup travaillé pour offrir un show spectaculaire. Aujourd’hui, grâce à ces efforts et au public, nous avons l’occasion d’accomplir ce rêve. Nous sommes prêts à vous offrir le meilleur », s’enthousiasme Shyn lors de la conférence.
Lui et tout le collectif du label Makua exhorte les gens à se déplacer massivement. « Ne vous faites pas raconter ce moment unique. Venez célébrer "Makua Tour" avec nous ! », a-t-il confié. Nombreux sont les artistes du label qui seront là pour chauffer l’ambiance, à savoir Joyce Mena, Boy Black, Shadow Bangz et Lion Hill. Il faut souligner qu’en plus des tubes de chaque artiste, les fans auront en exclusivité des extraits de l’album « Tsarajoro » de Denise à l’occasion. La star a également indiqué que plus de 70 artistes émerveilleront le show. Pour ce fait il y aura des symphonieset du classique avec Quatuor Squad,un peu de gospel avec le groupe Tana Gospel Choir, de la danse avec des lumières, de sons et effets spéciaux originale durant les cinq tours d’horloges du show. A rappeler que cette date sera la première rencontreofficielle organisé par le couple d’artistes 
A l’international
A travers tout cela, le label Makua projette de créer un événement d’une envergure internationale. De ce fait, après la grande festivité qui se tiendra au Palais des Sports, Shyn et son équipe s’envoleront dans l’Hexagone et aux Etats-Unis pour satisfaire les fans de la diaspora malagasy se trouvant dans ces deux pays, mais également pour représenter la culture locale sur la scène internationale. Par contre, l’équipe sera de retour au pays l’année prochaine pour entamer le « Makua Tour » -  une organisation 100 % malagasy - dans les autres grandes villes de Madagascar. A l’initiative propre du couple de chanteurs Shyn et Denise, l’événement promet d’être digne du public local et à l’image du label Makua. En tant que fidèle partenaire de la culture et des talents malagasy, Telma se positionne naturellement comme l’unique co-organisateur officiel de ce concert. « Shyn et Denis sont des ambassadeurs de Telma, et ils figurent également parmi les visages les plus connus du paysage musical malagasy. C’est une immense fierté et un réel privilège pour Telma de les accompagner dans cette grande aventure. Ce spectacle sera l’évènement numéro 1 de Makua Tour, en collaboration avec Telma Madagascar. Nous vous attendons nombreux pour vivre ensemble cette expérience unique », a ajouté Rado Ramaroson, responsable Partenariat chez Telma Madagascar.
Au sujet des tickets d’entrée, les responsables ont annoncé que les billets s’écoulent à une vitesse grand « V » et sollicitent ceux qui sont encore dans l’expectative à vivre et assister à ce grand moment de communion et de réjouissance. Pour ce faire, il suffit tout simplement tout simplement de se rendre sur la plateforme « Ticketplace.io » ou dans les magasins Mass’in situés dans la Capitale. Les billets sont disponibles en 4 catégories, à savoir Fan Zone, Silver, Gold et Platinum.
Amuse-bouches
Certes, le programme de l’artiste ainsi que celui du Label Makua s’annoncent chargé dans la préparation de ce concert d’envergure. Cependant, Shyn aurait consacré un peu de son temps pour donner un petit aperçu de son répertoire éclectique et de ce qui pourra se tenir le 30 octobre prochain. Ainsi, quelques internautes - puisque la conférence a été diffusée en direct sur Facebook - ont eu le privilège de voir un avant-goût du concert qu’ils concoctent où 4 chansons du spectacle musical « Makua Tour » ont été chantées par l’artiste. Ce fut déjà une ovation ! Une sorte d’amuse-bouches qui donnent déjà envie de venir assister au concert.
Sitraka Rakotobe

Publié dans Culture
lundi, 22 août 2022

La une du 23 août 2022

Publié dans La Une
lundi, 22 août 2022

Tout juste, deux questions !

Aux dernières nouvelles, on apprend que Maharante Jean de Dieu aurait été convoqué par le BIANCO. Evidemment, en pareille circonstance, le conditionnel est de rigueur jusqu’au moment où l’on a des précisions l’infirmant ou le confirmant.
Rappel des faits. L’ancien gouverneur  de Tuléar datant de l’ancien régime de feu Didier Ratsiraka et ensuite ministre de la Fonction publique et plus récemment membre du Gouvernement en charge des Postes et des Télécommunications du temps de Rajaonarimampianina, pendant quelques mois jusqu’en 2018, a eu de lourd passé dans l’exercice de ses fonctions. Des dossiers troublants relatifs à des malversations financières pèsent sur cet ancien homme fort des régimes successifs. En fait, il est accusé de détournements de deniers publics d’un montant de 5 milliards d’ariary dans une affaire de tripotage de dossier au sein de l’Autorité de régulation des technologies de la communication (ARTEC). Une autre affaire douteuse a été commise également au sein de ce même Département, celle d’un détournement financier à hauteur de 700 millions d’ariary et qui a été révélée par l’Inspection générale de l’Etat (IGE) à l’issue d’un contrôle. Des scandales financiers auxquels la Haute Cour de justice (HCJ), lahaute juridiction seule habilitée à les juger du fait du rang du supposé auteur des méfaits au moment des actes, ne peut rien faire en raison du blocage des dossiers au sein de l’Assemblée nationale. On le savait qu’ayant été écarté du Gouvernement suite au changement au sommet de l’Etat en 2019, le « monsieur » disparait dans la nature. Il est parvenu à quitter le territoire et vit en exil à l’extérieur. Et du coup, grâce à  la  magie des nébuleuses relations dans les hautes sphères qui échappe au commun des mortels, Maharante Jean de Dieu revient au pays et reçu en héros à Ivato. Il a joui le privilège d’accueil réservé à des « Very Important Person » (VIP).
Au cas où la fameuse « convocation » relayée par la presse locale et dont fait l’objet Maharante Jean de Dieu dans les locaux du BIANCO serait avérée, deux questions essentielles autour desquelles s’articulent des questions subsidiaires se posent.
Les gros bonnets impliqués dans des affaires de malversation jouissent-ils de la protection quelque part en haut lieu ? Si la réponse se hasarde dans le négatif, pourquoi un ancien dirigeant ayant des antécédents compromettants au vu de la Justice pourrait-il être reçu avec les honneurs ? Il peut rentrer librement tout comme sortir sans souci. La notion d’égalité de tous devant la loi a-t-elle encore un sens ?
La deuxième question qui suit de fil en aiguille la première « jusqu’à quand allons-nous entretenir la culture de l’impunité ? » La Haute Cour de justice reste inopérationnelle, du moins jusqu’à présent, à cause d’une nébuleuse volonté de bloquer ou d’étouffer, c’est selon, la procédure d’accusation savamment orchestrée au sein de l’Assemblée nationale. En dépit de la sonnette d’alarme tirée par la présidente de cette Institution, elle-même, l’affaire s’enlise toujours. Et il semble que ce n’est pas demain la veille afin que les choses bougent.
L’opinion attend impatiemment la suite à donner à cette « convocation », s’il en est vraiment le cas. Déjà, le BIANCO a mis un peu ou trop de temps pour réagir. On attend !
Ndrianaivo

Publié dans Editorial


Il y a une semaine, le talon de bagages du Président de la République, Andry Rajoelina, en déplacement en Autriche, a été pris en photo et partagé sur les réseaux sociaux. L’enquête menée par les autorités a permis d’identifier le photographe indélicat et son audition. L’appareil utilisé ainsi qu’une marque banale ont mené les enquêteurs sur l’incriminé.  Celui-ci n’est autre qu’un chauffeur au sein d’une des représentations de Madagascar en France et était parmi les personnes ayant accueilli la délégation présidentielle durant le transit à Paris. Lors de son enquête, la question du talon de bagages n’est qu’une infime des informations que celui-ci a partagé avec son entourage. En effet, il a également dévoilé des renseignements sensibles qui pourraient nuire à la sécurité du Président de la République et de sa famille, entre autres, le déplacement de ce dernier et ses proches et son lieu d’hébergement.
Depuis, le chauffeur incriminé a été rapatrié au pays. Gardé à vue dans un bureau de la Gendarmerie nationale à qui est confiée l’enquête, il a donné les noms des individus bénéficiaires de ces informations sensibles. Il s’agit d’un groupe composé par des proches et d’autres individus en contact en permanence avec lui.
Des membres de ce groupe sont actuellement en garde à vue au Toby Ratsimandrava, selon une source proche de l’enquête. Ils sont une dizaine à subir l’enquête des fins limiers de la Gendarmerie nationale et leur sort connu à la fin de cette semaine au plus tard, d’après les informations recueillies. C’est seulement lors du déferrement de leurs dossiers au Parquet qu’on saura un peu plus sur la qualification de leur inculpation. Mais pour les observateurs, il est fort probable que l’atteinte à la sûreté de  l’Etat figure en haut lieu des actes retenus contre ces personnes. Du moins, pour le chauffeur qui a violé le secret professionnel et de surcroît concernant le Président de la République.
La Rédaction



Publié dans Politique


Sandiren Ramasamy, ce Mauricien de 45 ans était dans nos murs depuis le 4 août dernier. Son objectif aurait été de convoler en juste noce avec une Malgache dont il a fait la connaissance sur les réseaux sociaux. Mais depuis le 15 août dernier, ses proches restés à Maurice ont commencé à s’inquiéter vivement. En cause, ce bodybuilder doublé d’un propriétaire d’une salle de sport à Curepipe à Maurice, n’a plus donné aucun signe de lui. Plus grave, l’on approche de la date du 3 septembre où le quadragénaire est censé rentrer à Maurice, alors que le concerné reste obstinément introuvable. Face à cela, l’inquiétude de la sœur ainsi qu’un neveu de Sandiren est telle qu’ils multiplient actuellement les démarches afin de le retrouver dans la Grande île. «Nous espérons de tout cœur qu’on le retrouve. Nous demandons à quiconque le croise à Madagascar de bien vouloir contacter l’Ambassade de Maurice», a fait savoir un proche de Sandiren R. dans les colonnes d’un quotidien de l’île sœur.
Et raison de plus pour s’inquiéter, l’homme a perdu toutes ses affaires dans la Grande île. Et que la perte de ses objets personnels constituent davantage un obstacle pour son voyage du retour, c’est-à-dire le ramener dans son pays. Pire, son état de santé n’est pas du tout bon. Ces proches du porté disparu affirment que la nouvelle concernant l’état de Sandiren serait alarmante. Certaines personnes résidant dans la Grande île auraient rapporté à la famille du porté disparu que ce dernier se serait déplacé d’un endroit à l’autre sur l’île, et qu’il souffrirait diablement. 
Mais la liste des mésaventures que le Mauricien serait en train de subir actuellement n’est pas exhaustive. Le Mauricien s’était confié à l’homme,  qui a posté la photo et son triste sort sur Facebook, qu’il a été arnaqué et qu’on lui a pris toutes ses affaires, selon toujours un membre de la famille du concerné dans ce journal mauricien. Pour couronner le tout, Sandiren n’a pas du tout accepté ce que l’internaute, voulant l’aider, lui a proposé de se présenter au poste de police.
Recueillis par F.R

Publié dans Société


De toutes les couleurs, les réactions épidermiques sur la toile en font voir. Les polémiques enflent autour du jaune et du blanc, les couleurs emblématiques de l’Eglise catholique romaine (ECAR), et de l’orange, la couleur symbolique du parti majoritaire à Madagascar.
Au centre des discussions à n’en plus finir les kits gracieusement offerts par le couple présidentiel en guise de sa contribution à l’organisation de la dixième édition des Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) qui se déroulera à Antsirabe du 30 août au 4 septembre.
La couleur orange est dominante sur ces dons. Du coup, les interprétations fusent de partout. Les farouches défenseurs de la laïcité de l’Etat sont parmi les fervents dénigreurs de l’initiative. Leurs critiques ont leur raison d’être.
Les retrouvailles catholiques se tiendront en cette année précédant la période électorale de 2023. Environ 30 000 fidèles seront attendus dans la capitale du Vakinankaratra pour ce rendez-vous d’envergure. L’on lit à travers ces dons du couple présidentiel une arrière-pensée politique. « On ne peut pas faire abstraction de la politique. La politique est omniprésente », a bien explicité le philosophe français Jean-Paul Sartre.
Dans un pays où près de la moitié de la population a moins de 18 ans, les yeux sont rivés sur cette frange importante de la structure démographique d’autant plus que l’ECAR compte plus de croyants que d’autres confessions religieuses.
L’ECAR à Madagascar serait sur le point d’imploser à cause de la divergence de vues sur ces dons orangés, selon les mauvaises langues. Elles font croire que l’imposition de ces kits créerait des dissensions chez les catholiques.
Une telle supputation ne fait pas sourciller les cultivés qui savent le fonctionnement de l’ECAR dont la stabilité séculaire repose sur le pouvoir papal à l’origine même des JMJ. Hier même, les représentants des autorités catholiques à Madagascar ont dû apporter des précisions nécessaires quant à la position de l’Eglise vis-à-vis des dons présidentiels.
Sur le principe, aucune disposition légale n’interdit le couple présidentiel de faire don à une organisation religieuse. De plus, le même couple présidentiel est habitué à faire ce genre de don si l’on ne cite que l’association humanitaire Akamasoa, une autre entité d’obédience catholique. Seulement la loi en vigueur s’oppose au mélange de la gestion des affaires publiques à celle des choses religieuses.
Comme le dit l’adage populaire, tout bon chrétien ne refuse jamais les dons. Un grand nom du christianisme à Madagascar a dit un jour que les offrandes des fidèles se prenaient sans hésitation, quelle que soit la provenance de l’argent. Dieu seul juge de la droiture ou non du donateur.
Selon les représentants de l’ECAR, l’Eglise n’a pas de problème avec les lots reçus qui seront distribués le moment venu. En effet, tout changement de posture serait fantaisiste. En outre, tout revirement va l’encontre de l’enseignement de l’Evangile qui préconise de dire oui ou non et de s’en tenir jusqu’au bout car la versatilité émane du Mal.
Initiées par le pape Jean-Paul II en 1985, les JMJ constituent un événement à destination des jeunes dont l’éducation est l’une des préoccupations majeures de l’Eglise. Les couleurs des kits à distribuer lors de cet événement font seulement bouger la toile et ne doivent en rien ébranler la foi en Christ, la pierre angulaire de l’Eglise.
M.R.

Publié dans Politique


Le temps typiquement hivernal est de retour. Depuis hier, un vent de Sud-est s'est installé progressivement sur la côte Est de Madagascar. Des pluies faibles locales ont déjà touché les littoraux centre Est, Nord-est et Sud-est du pays et se sont étendues sous forme de crachins locaux sur le versant Est des hautes terres. En effet, les vents alizéens dirigent le temps sur la Grande île jusqu’à jeudi, mais ils deviendront faibles vers la fin de la semaine. D’après les informations partagées par la Direction générale de la météorologie (DGM) sise à Ampandrianomby, des pluies faibles et intermittentes gagneront les côtes Nord-est, Centre Est et Sud-est du pays jusqu’à vendredi. Celles-ci s’étendront sous forme de crachins locaux sur le versant Est des hautes terres. Le ciel sera donc en général nuageux à couvert avec des crachins locaux matinaux sur les hautes terres centrales. Le retour d’un temps généralement ensoleillé sera attendu vers samedi sur la majeure partie de l’île. Quant aux températures, les valeurs maximales connaîtront une baisse progressive mais devenant significatives vers le jeudi sur le versant Est des hautes terres et près de la côte Est. Les températures minimales varieront de 9 à 21° Celsius, tandis que les valeurs maximales oscilleront de 20° à 34° Celsius.
Par ailleurs, des houles australes de 3 à 3,5 mètres se manifesteront encore le long de la côte Sud (entre Morombe et Taolagnaro) jusqu’à demain. Effectivement, le phénomène des houles restera d’actualité près de la côte Sud-est d’ici jeudi prochain avec l’arrivée des houles orientales. Les usagers en mer sont ainsi priés de se conformer aux prescriptions émises par les autorités locales. La sortie en mer est déconseillée.
Trois jours dans le froid
Selon le prévisionniste au sein de Météo Malagasy à Ampandrianomby, Nomenjanahary Mamy Andriamirado, les températures connaîtront en général une baisse progressive sur les hautes terres et les littoraux Est du pays à partir de cet après-midi. Dans les autres Régions, elles resteront quasi stationnaires. Particulièrement en cette matinée, un vent du Sud-est s'installera progressivement sur la côte Est de Madagascar. Par conséquent, des pluies faibles et intermittentes toucheront Antalaha et Analanjirofo. Quelques averses locales sont encore attendues à Taolagnaro et la côte d'Atsimo-Atsinanana. Le temps sera généralement nuageux sur les hautes terres. Le soleil brillera largement ailleurs. Et cet après-midi, des pluies faibles et intermittentes sont encore prévues sur Antalaha et Analanjirofo. Elles s’étendront ensuite  sur la Région d’Atsinanana. Des averses locales tomberont toujours sur Taolagnaro et les littoraux sud de la Région d’Atsimo-Atsinanana. Ailleurs, le soleil prédominera largement. Demain, des pluies faibles et intermittentes seront toujours attendues sur les côtes Nord-est, Centre-est et Sud-est de l'île. Un temps nuageux avec des crachins locaux marquera la journée sur le versant Est des hautes terres. Le reste sera généralement ensoleillé dans les autres parties du pays. Jeudi prochain, un temps typiquement hivernal sera de retour. Des pluies faibles et intermittentes se manifesteront de nouveau sur les littoraux Est. Celles-ci s'étendront sur la partie Est des hautes terres sous forme de crachins locaux.
Recueillis par K.R.

Publié dans Société


L'équipe nationale de football à savoir les Barea locaux quitteront le pays demain mercredi 24 août, s'il n'y a pas de changement, pour rejoindre Gaborone, la capitale botswanaise. Madagascar défiera son hôte pour le deuxième tour et décisif pour la qualification au Championnat d'Afrique des Nations (CHAN) d'Algérie comptant pour le match aller.
D'après Romuald  Rakotondrabe, dit "Rôrô ", coach des Barea B, «ils prendront le vol de mercredi à 3h matin ». Contrairement au déplacement de l'équipe lors de la Cosafa Cup en Afrique du Sud, toute la délégation prendra le même avion.
Le sélectionneur des joueurs locaux n'a pas changé d'équipe malgré la réduction de son effectif après le forfait de quelques joueurs blessés et engagés avec les U23 en vue de la qualification de la CAN.
 Le match face au Botswana est prévu le samedi 27 août au stade Obed Chilume, à Francistown, ville située à plus de 400 km au Nord de Gaborone, la capitale botswanaise. Le match retour, pour sa part, devrait avoir lieu au stade Barea de Mahamasina le vendredi 2 septembre.
Rappelons que le Botswana a décroché sa qualification dans cette étape face à l'Estwani pour la manche retour du 2e tour des qualifications au CHAN 2023. Les Botswanais ont arraché le nul 2-2. Ils se qualifient ainsi pour le prochain tour. Au match aller, les deux équipes ont fait match nul 0-0 au Botswana.
E.F.

Publié dans Sport


Optimisme. C’est à travers cet état d’esprit que les professionnels du tourisme ont reçu les dernières études sur l’évaluation de leur secteur, effectuée par le ministère en charge. En effet, les observations au sein du ministère du Tourisme avancent que près de 49 % des arrivées internationales sur le dernier trimestre sont constituées de voyageurs à vocation touristique. De plus, s’ils n’étaient que 6.741 voyageurs arrivés d’ailleurs au début de l’année, au mois de mai dernier, les autorités ont compté un peu plus de 18.000. Et un mois plus tard, les voyageurs internationaux ont augmenté pour en arriver à 22.028. A ce jour, l’ensemble des dessertes vers Madagascar est rétabli, à l’exception de l’Afrique du Sud et de la Turquie, a-t-on indiqué. Au vu de ces données, le ministère du Tourisme souligne que les activités touristiques sont dans une phase de redémarrage et un accroissement des arrivées, alors que nous sommes déjà en mi-période de la haute saison. Certes, des chiffres peu élogieux en comparaison aux statistiques établies aux îles et pays voisins. Mais cela affiche déjà un certain élan d’optimisme sur la croissance constante des chiffres enregistrés. Et quand on sait que presque la moitié de ces voyageurs viennent à Madagascar pour faire du tourisme, cela présage déjà des performances plus ou moins notables pour la haute saison touristique en cours. D’ailleurs, la majorité de ces nouveaux arrivants déclarent rester plus de quatre semaines dans la Grande île. Ce qui représente une rentrée de devises supplémentaires dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration.
Sauver les meubles
Pour les opérateurs de ce secteur, il s’agit surtout de sauver les meubles pour cette saison en cours car on ne pourra réellement parler de relance que l’année prochaine. Là où toutes les contraintes et barrières seront écartées. Inutile de mentionner que c’est le secteur économique le plus sinistré par la persistance de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus. A cet effet, le tourisme essaie de vivre sous assistance respiratoire. A ne mentionner que les emplois en péril tout le long de la chaîne de valeur, 44.000 emplois directs et plus de 300.000 emplois indirects sont affectés. D’ailleurs, à ce propos, la Confédération du tourisme indiquait plus de 1.900 milliards d’ariary de perte pour les opérateurs touristiques, rien que durant la première année de crise. Un trou qui sera difficile à combler sans une relance réellement effective car les métiers gravitant autour du tourisme contribuaient jusqu’à 15 % du Produit intérieur brut (PIB) avant l’apparition de la Covid-19. Et la relance n’est pas encore au rendez-vous. Cependant, en vue de la diversification des offres touristiques, diverses manifestations sportives et culturelles seront organisées. Pour cette année, l’organisation d’un festival de kitesurf avec plusieurs proriders, ainsi que qu’une compétition internationale de trail sont entre autres prévues. A noter que le ministère de tutelle se concerte régulièrement avec les groupements professionnels du tourisme et les compagnies aériennes. C’est ainsi que diverses actions sont déployées pour renforcer les actions de promotion de la destination Madagascar.
Hary Rakoto



Publié dans Economie

Fil infos

  • Affaire Ketakandriana Rafitoson/GEL - Immixtion étrangère au parfum de litchi 
  • Série d’inaugurations - Le Président de la République gâte Manakara
  • Anisha - Séjour compromis en France 
  • Antoko Hiaraka Isika - Les citoyens sensibilisés à s’inscrire sur la liste électorale à Manjakandriana 
  • Les actus en bref
  • Partenariat public-privé - Pharmalagasy intéresse les Egyptiens
  • Dénonciation calomnieuse et dénigrement - Plainte contre la responsable de Transparency Madagascar
  • Pêche et aquaculture artisanales - Importance reconnue
  • JIRAMA - Les ingérences du ministère dénoncées par l’intersyndicale
  • Lancement de la campagne de litchi - Première soirée sur les chapeaux de roues

La Une

Recherche par date

« August 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Pub droite 1

Editorial

  • Brillante étoile !
    Anisha a remporté la manche. Ce samedi 26 novembre lors de la finale de la Xème saison de la « Star Academy 22 », la Malagasy Anisha a dominé et survolé la partie. D’une voix exceptionnelle, d’une prouesse extraordinaire, elle a envoûté le public. Artistes de renom d’ici ou d’ailleurs reconnaissent d’une seule voix qu’Anisha dispose en elle un immense talent. L’ensemble de la diaspora malagasy établie en France se donne le cœur et la main pour la soutenir jusqu’à la fin. Louis, Enola et Léa, les autres finalistes ce samedi soir, n’ont pu rien faire.

A bout portant

AutoDiff