vendredi, 26 août 2022

La une du 27 août 2022

Publié dans La Une


L’avocat de Philippe François, ce Saint-Cyrien français condamné à 10 ans de travaux forcés pour tentative de putsch dans le cadre de l’affaire Apollo 21, a saisi la Cour de cassation d’Antananarivo afin de casser justement la décision de celle-ci concernant le sort de son client. Après quelques mois d’attente, la Cour en question a dû finalement prononcer sa décision, hier. Et là, ce fut la consternation pour les conseils de l’accusé, si l’on puisse s’exprimer ainsi, car la Cour a rejeté simplement le pourvoi. Ce qui veut dire que le Français restera encore à Tsiafahy où il est incarcéré actuellement. « Oui qu’il en soit, c’est une décision de justice qui est difficile de commenter malgré ce qui se passe. Mais on verra comment va-t-on réagir, nous autres avocats, et ce, dans l’intérêt de la loi », dixit Me Chan Fa, l’avocat de Philippe François. Du coup, pour la prochaine démarche, la défense envisage l’extradition en France de Philippe François. « On va faire jouer l’accord de coopération de 1973 qui prévoit justement l’extradition de citoyen français et surtout pour faire valoir le statut de nationalité française de mon client », continue-t-il. 
Pour Me Arlette Rafanomadio, l’avocat de Paul Rafanoharana, on ne peut prédire la suite car on veut voir le motif de ce rejet par la Cour. Cependant, elle affirme que le pourvoi n’empêche pas l’extradition. A une question de savoir si son client Franco-malagasy pourra être extradé en France, tout comme son co-accusé Philippe François, Me Arlette répondit : “Bien sûr, il existe une possibilité si mon client fait prévaloir sa nationalité française”.
Philippe François s’est expatrié à Madagascar en 2020. Il fut entraîné dans le projet de tentative de coup d’Etat contre le Président Andry Rajoelina. Pour sa défense, cet ex-officier de l’armée française a expliqué devant la Justice qu’il s’est reconverti dans le privé à Madagascar. Traduit devant le tribunal d’Anosy à côté de ses co-accusés dont le Franco-malagasy Paul Rafanoharana et l’épouse de celle-ci, le Saint-cyrien a été condamné,  en décembre  2021,  à dix ans de travaux forcés à Tsiafahy. La presse hexagonale n’a pas donc hésité à affirmer que le Quai d’Orsay semble l’avoir oublié. En attendant l’issue d’une autre et éventuelle démarche de son avocat au niveau de la Justice malagasy et celle française, la balle est dans le camp des avocats, cette fois-ci français du vétéran de la marine française.
F.R

Publié dans Société


La période des vacances arrive bientôt à son terme. Afin de profiter encore de ces quelques jours avant la rentrée, la Bibliothèque nationale de Madagascar (BNM), située à Anosy, propose des activités en continu. Pour ce faire, en dehors des programmes qu’elle réserve aux lecteurs, un événement baptisé « Teatra poetika » a animé la salle Dox de la BNM durant l’après-midi du mercredi dernier. En maître de cérémonie, l’auteur Tolopanahy qui est venu présenter son œuvre intitulée « Anjara » aux auditeurs. Tolopanahy a également bénéficié du moment pour sortir officiellement son livre intitulé « Fiainana izany » qui parle de la vie où l’auteur confirme que peu importe les adversités que l’on rencontre, on doit toujours se battre et garder espoir. L’occasion était également pour lui de sortir son DVD contenant du théâtre poétique dénommé « Fofom-pitia ». Des œuvres de plus à ajouter dans les étagères des dévoreurs de livres.
Parallèlement à cela, l'équipe de la Bibliothèque nationale a également accueilli les enfants élevés par l’association « Gazela » pour une visite. Ces derniers ont eu le privilège de découvrir les trésors de la BNM. Le temps d’un après-midi, les enfants issus de cette association avaient lu un large choix de livres malagasy, notamment des romans, BD, documentaires, revues et littérature jeunesse, sans oublier les œuvres musicales et les documents numériques. Les dispositifs d’une bibliothèque virtuelle intègrent des milliers d’ouvrages et de supports électroniques sur l’Histoire de Madagascar et d’autres sujets aussi intéressants.
Incité
Le ministère de la Communication et de la Culture - à travers la Bibliothèque nationale de Madagascar et ses antennes situées dans les bâtiments de la communication et de la culture, éparpillés dans toute l'île, le Centre de lecture et d’animation culturelle (CLAC) ainsi que les différents lieux destinés à la culture - continue d'ouvrir des portes d'échange entre les  poètes et auteurs pour le développement et la promotion des livres, mais également pour favoriser la lecture. Le ministère, par le biais de la Bibliothèque nationale, propose également de la vitrine aux jeunes auteurs malagasy moins connus du grand public afin de leur offrir une opportunité de faire connaître leurs œuvres. L’autre objectif est également de motiver le public mais surtout les jeunes à aimer la lecture, mais aussi à transmettre le goût de la lecture et de la littérature. Bref, à quelques semaines de la rentrée scolaire, les responsables au sein de la Bibliothèque nationale réservent une panoplie d’activités alléchantes pouvant aider les enfants et étudiants à s’éloigner des vices auxquels ils peuvent être des sujets en cette période de vacances.
Sitraka Rakotobe

Publié dans Culture
vendredi, 26 août 2022

Il n’est jamais tard …

« Il n’est jamais tard pour bien faire ! » Un dicton populaire que le temps n’effacera à jamais sa lettre de noblesse. En effet, tout acte de bienveillance arrive toujours à point nommé ! Un geste de générosité d’où qu’il vienne arrange toujours les choses ! Et les actes de bonne volonté seront toujours les bienvenus !
L’Etat par le truchement du locataire d’Iavoloha offre des bourses et alloue une assistance conséquente à nos meilleurs, les Ankoay garçons, pour la préparation au mondial U19. L’équipe masculine malagasy ayant réussi à franchir toutes les étapes et atteindre le sommet, finaliste de l’Afrobasket U18 au Palais des Sports Mahamasina, participera de fait au mondial U19 à Debrecen (Hongrie) en 2023. Reçus par les honneurs au Palais d’Etat d’Iavoloha par le Président de la République Rajoelina Andry Nirina, les Ankoay garçons et filles ont été félicités grâce à leur performance qui fait honneur et la fierté des malagasy. Rajoelina tenait à témoigner la reconnaissance du pays envers ses dignes filles et fils. Il s’engageait au nom du peuple malagasy à soutenir nos jeunes et vaillants garçons dans les préparatifs pour ce mondial. Filles et garçons Ankoay ont reçu, en outre, des mains du Président de la République des primes spéciales. Le numéro un du pays accède à leur souhait de pouvoir aller en vacances à Nosy Be ou à Sainte-Marie. Un repos mérité après le dur labeur exigé par les compétions de ce niveau ! Notons que le Chef de l’Etat n’est pas à son premier geste louable vis-à-vis de la discipline Basket. En 2009 et en 2011, à l’époque de la Transition, Rajoelina se trouvait aux côtés de nos jeunes filles et garçons au moment des grandes compétitions internationales respectivement au Championnat d’Afrique des Nations Dames (Afrobasket Women 2009) et à la 26ème édition de l’Afrobasket Men en 2011. Revenu aux affaires de l’Etat en 2019, le locataire d’Iavoloha « récidive ».
D’une pierre deux coups, le Chef de l’Etat Rajoelina émet deux messages précis. Un, l’Etat vient en aide à toutes les disciplines dans leur préparation à des phases décisives aux compétitions continentales ou mondiales. Certains dirigeants sportifs profèrent des critiques comme quoi l’Etat oublie voire snobe les autres au profit d’une discipline uniquement en l’occurrence les Barea. Il appartient à chaque discipline de faire valoir de quel bois elle brûle et l’Etat donnera le coup de pouce nécessaire à celui ou celle qui le mérite. Il n’est pas question à l’Etat d’accompagner matériellement (financièrement s’entend) tous les clubs ou équipes dans leurs matches ou leurs compétions. A chacun d’abord de fournir des efforts pour réussir et après l’Etat fera le sien. Deux, les dirigeants Orange montrent à travers ce geste de bonne volonté qu’ils tiennent leurs engagements. En effet, dans le Velirano Point XIII, il est mentionné que « le Sport, une fierté nationale ». Le secteur sport portera haut le flambeau national et incarne la fierté de tout le pays. Il va sans dire que le sport bénéficiera du soutien du régime Orange. Des infrastructures répondant aux normes requises (Manara-penitra) ont été déjà érigées. D’autres vont venir !
Clubs et athlètes qui ont fait leur preuve auront certainement leur part de soutien, en temps voulu.

Publié dans Editorial



Dans le cadre de la préparation de l'équipe nationale malagasy en vue de la qualification pour la Coupe d'Afrique des Nations CAN 2023, qui se déroulera en Côte d’Ivoire en 2024, les hommes de Nicolas Dupuis seront en stage au Maroc durant la fenêtre FIFA du 19 au 27 septembre.
La Fédération malagasy de football vient d'officialiser la participation de Madagascar dans le tournoi international " Maroc capitale du football africain ", qui réunira 12 pays africains. Le royaume de Maroc accueillera trois sites de compétition qui seront composés chacun de quatre pays.
Les Diables rouges du Congo-Brazzaville et les Écureuils du Bénin seront au programme des Barea durant le tournoi au Maroc.
Un choix largement réalisable par rapport aux autres propositions avancées sur la table. Par ailleurs, le Bénin et le Congo-Brazzaville sont deux adversaires connus des Barea.  Si les Écureuils ont déjà effectué une double confrontation contre Madagascar durant les éliminatoires du mondial de Qatar, le Congo-Brazzaville n’est pas un adversaire à prendre à la légère. En effet, ce pays figure dans le top 100 du classement mondial. Autrement dit, ces deux pays sont des adversaires de taille pour l’affûtage des Barea avant leur confrontation contre les Fauves centrafricains. Un match qui a été repoussé par la Confédération africaine de football.
Initialement prévues en septembre 2022, les 3ème et 4ème journées des éliminatoires de la CAN en Côte d'Ivoire seront repoussées en mars 2023. Et ce, pour permettre aux Nations qualifiées au Mondial  de Qatar de bien se préparer.
Elias Fanomezantsoa

Publié dans Sport
vendredi, 26 août 2022

La « Vérité » de la semaine

PECHEXPORT réduite en cendres
Dans la nuit de vendredi, l’usine de PECHEXPORT à Mahajanga a été ravagée par le feu. Une perte colossale pour le propriétaire qui a vu son infrastructure détruite à 100% entraînant le ralentissement ou pire l’arrêt des activités. 460 emplois sont menacés par cette incendie dont on ne connait pas jusqu’à ce jour l’origine. L’enquête d’usage suit toujours son cours. La décision de la Commune, sortie quelques jours après l’incendie, qui exige la démolition du reste de l’usine témoigne l’ampleur des dégâts. Une voix autorisée de PECHEXPORT avance que les dirigeants de la société ne pensent pas, du moins pour l’instant, à jeter les gants mais envisagent de tout reconstruire afin de redémarrer les activités. Des habitants de Mahajanga, de leur côté, réclament à ce que l’Etat apporte sa contribution, infime soit –elle, à la réhabilitation de cette société qui fait vivre un millier de personnes et demeure un des fleurons de la ville des fleurs.

Qu’importe la couleur
Les organisateurs des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) et  l’Union des Evêques ont fait face à la presse, en début de semaine, pour évoquer l’avancement des préparatifs de cet événement des jeunes catholiques ou non. Une occasion également pour eux de donner leurs avis relatifs aux couleurs des kits offerts aux 28.000 participants par le couple présidentiel. Les conférenciers ont affirmé qu’ils n’ont pas de problème concernant la couleur des kits tout en martelant que les bons chrétiens ne refusent jamais les dons. Une précision utile face aux propos des détracteurs du couple donateur. A  part ces kits octroyés par la famille Andry Rajoelina, l’Etat a également offert une voiture 4x4 au « Vovonam-pirenenana katolikan’ny tanora (VPKT), principale organisatrice de cette 10e édition des JMJ qui se dérouleront à Antsirabe du 30 août prochain au 4 septembre.

Un exilé volontaire dans la place
Maharante Jean de Dieu, exilé volontaire en France, de retour au pays. Un retour qui fait jaser ceux qui épousent le slogan de zéro impunité. En effet, depuis son retour, cet ancien ministre du Gouvernement de Mahafaly Olivier n’est nullement inquiété. Or, il est épinglé dans deux dossiers différents qui ont trait à des détournements de deniers publics dans deux ministères qu’il a dirigés auparavant. L’un au sein du ministère de la Fonction publique et l’autre au département ministériel des Postes et des Télécommunications. Un de ces dossiers transmis au Pôle anticorruption (PAC) n’attend plus que la décision des parlementaires pour une poursuite en bonne et due forme auprès de la Haute Cour de la justice (HCJ) tandis que l’autre est en instruction au BIANCO. Pour l’instant, Maharante Jean de Dieu n’est nullement inquiété et peut circuler librement dans tout Madagascar. Une note du ministère de la Justice, émise avant-hier, l’interdit tout de même d’y sortir.

Les Ankoay récompensés
La sélection féminine et celle masculine engagées aux championnats d’Afrique des moins de 18 ans ont  été reçues au Palais d’Iavoloha par le Président Andry Rajoelina. Celui-ci leur a adressé ses félicitations au parcours réalisé durant ces tournois abrités par Madagascar. Dans la foulée, le Président de la République a remis aux joueurs et membres des staffs techniques, la prime de reconnaissance et d’excellence comme il est d’usage pour les sportifs méritants. A l’endroit de la sélection masculine qualifiée pour la Coupe du monde des U19 en 2023 en Hongrie, le locataire d’Iavoloha lui a promis le soutien de l’Etat dans sa préparation en vue de ce sommet mondial, une grande première pour le basket-ball masculin malagasy. A l’instar des rugbymen des Makis, ils percevront, comme l’a annoncé le Président de la République, une indemnité mensuelle durant la préparation et ce jusqu’à la fin de la Coupe du monde 2023. Une initiative saluée par les joueurs qui ainsi pourront se concentrer totalement  à leur préparation.


Publié dans Politique



Accès limité aux programmes de sécurité sociale. Les personnes en situation de handicap (PSH) font partie des bénéficiaires des filets sociaux de sécurité (FSS) assurés par le Gouvernement malagasy, notamment durant la pandémie de Covid-19. Pourtant, elles étaient moins nombreuses. Face à cette situation, l’Organisme à but non lucratif Autisme Madagascar, en partenariat avec l’Initiative de l’Open Society pour l’Afrique australe (OSISA), met en œuvre le projet « Equal » (« Mitovy isika miatrika ny Covid-19 »), lequel vise à encourager les programmes de protection sociale subventionnés par l’Etat, soucieux des PSH. Augmenter le nombre de PSH physiques et neurologiques ayant accès à ces programmes fait aussi partie des objectifs. Pour y arriver, ledit projet mène diverses activités pour promouvoir le droit des handicapés. L’utilisation des réseaux sociaux par les organisations œuvrant pour les PSH en constitue une. Le but étant de renforcer leur capacité pour mieux défendre leur cause et attirer l’attention sur leur préoccupation concernant le programme de sécurité financé par l’Etat.
« Des représentants de 12 associations ont été formés en deux vagues, notamment du 11 au 12 août et du 24 au 25 août, sur diverses thématiques. Les techniques de plaidoyer en ligne et d’obtention de plus d’abonnés, la présentation du programme de protection sociale et de filets sociaux de sécurité, en font partie », informe la coordinatrice dudit projet. Après les séances, ces organisations vont participer à des manifestations numériques afin de réclamer des FSS plus sensibles et accessibles à toutes les PSH, dont les autistes.
« La formation m’a inspirée et m’a apporté beaucoup d’idées sur l’utilisation des réseaux sociaux. Désormais, je dispose des techniques pour renforcer la recherche de partenariats en ligne et la collaboration avec les autorités compétentes », s’exprime Noronavalona Rakotondramanana, présidente de l’association des éducateurs spécialisés. Celle-ci dispose d’un centre de prise en charge des personnes ayant des handicaps mentaux, dont l’autisme, la trisomie 21, l’épilepsie ou encore l’insuffisance motrice cérébrale. Sur les 20 pensionnaires du centre, 8 y sont en internat. « Notre page Facebook est déjà opérationnelle mais la formation m’a permis de connaître les techniques pour plus de visibilité et d’élargir nos connaissances en matière de digital », ajoute Faraniaina Raharisolo, présidente de l’association des personnes handicapées de Sabotsy-Namehana. Ladite association figure pami les 15 membres de la Collectivité d’organisations des personnes handicapées dans la Région d’Analamanga, œuvrant pour la protection et leur insertion professionnelle.
Patricia R.




Publié dans Société


La tentative chez certains individus à l’intention malveillante pour exporter 17, 390 kg d’or a échoué, jeudi dernier, à l’aéroport d’Ivato. Les lingots saisis étaient cachés dans quatre colis. Les faits se sont déroulés vers 18h30 à l’aéroport international. Tout a commencé lorsqu’un véhicule Hyundai appartenant à la société Sofitrans a pénétré au poste d’accès routier avec inspection et filtrage (Parif), voie strictement réservée à des véhicules autorisés, et fut soumis à une fouille. Et ce sont les agents de sûreté aéroportuaire qui assurent cette fouille.
C’était dans ces circonstances que lesdits agents ont décelé un paquet suspect dans le bac de rangement de la portière avant droit du véhicule. Le fait que l’objet soit tout emballé, bien scotché et semblait surtout par trop pesant, a suscité la curiosité et la méfiance de l’agent de sûreté aéroportuaire. Du coup, ce dernier a interrogé le chauffeur, le seul à bord de la voiture, sur la nature du colis trouvé,. “Pris sur le fait, le conducteur a alors avoué qu’il s’agit de l’or. Et que celui-ci aurait alors demandé à l’agent si on peut faire un arrangement”, rapporte une source.

N’ayant pas cédé à la proposition de cet employé de Sofitrans, les agents de sûreté ont décidé d’emmener et passer le paquet au scanner rayons X. Effectivement, le colis renfermait bel et bien un lingot d’or. Aussi, les contrôleurs étaient retournés au véhicule pour une ultime vérification. Ils ont alors découvert trois autres paquets identiques au premier, tous contenant également des lingots.
Sitôt après la découverte de cet or dans le véhicule de Sofitrans, les agents de sûreté aéroportuaire ont informé la Gendarmerie, qui s’est chargée des arrestations et de la saisie. Là, le chauffeur en cause mais aussi un autre employé de Sofitrans furent arrêtés sur le champ. Par ailleurs, deux autres sont encore activement recherchés dont un certain Yhajanirina Rasamoelison, également employé de la même société, et Mohammad Naime Ibrahim.
Le directeur général de la douane explique que le réseau a présenté des faux documents dont un Pv de scellage et d’autres pièces, naturellement fausses. “Ces gens ont tenté d’exporter cet or à un moment où toute exportation est encore proscrite. Ils ont présenté une fausse déclaration de douanes n°184 alors que l’actuelle est déjà au 2358”, déclare le Dg de la Douane.
Plus d’un observateur estime que le réseau aurait essayé de classer l’or quelque part, et attendre les prochains vols, soit en partance vers Kenya, soit sur Maurice, la destination finale serait Dubaï.
Actuellement, l’or saisi a été placé à la Banque centrale. Affaire à suivre.
Franck R.

Publié dans Politique


Un couple de « tourdumondiste » confirmé. Carla Mota et Rui Pinto, responsables du blog « Viajar entre Viagens » viennent de mettre la Grande île au centre de toutes les attentions des voyageurs internationaux. En effet, en choisissant Madagascar comme étant la première destination de leur projet de tour du monde, les deux blogueurs mettent ainsi en avant tous les atouts touristiques de notre pays. Les deux « tourdumondistes » ont déjà entamé leur prochain grand projet de voyage. Il s’agit d’un voyage d'un an autour du monde, au cours duquel ils exploreront plus en profondeur la culture et les paysages d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des îles du Pacifique.
Le voyage a commencé fin juillet depuis Madagascar et durera jusqu’à fin août 2023. Pour rappel, les blogs de voyage sont habituellement définis comme des journaux en ligne contenant des récits de voyage. Ces récits comprennent souvent une présentation des voyageurs eux-mêmes et les fonctionnalités des plateformes en ligne permettant aux blogueurs d’endosser différents rôles. Ces derniers utilisent des textes, des images et des vidéos pour partager leurs expériences de voyage avec des communautés à la fois connues et inconnues. Les références réciproques construisent ce qu’on appelle la blogosphère. Et au vu des récentes évolutions dans celle-ci et dans les blogs de voyage en particulier, il est nécessaire de considérer les blogs de voyage comme des médias complexes. La raison étant que de nos jours, de plus en plus de touristes recherchent sur Internet des informations en matière de voyage. La lecture de blogs de voyage est une importante source d’inspiration et présente divers avantages aux yeux des touristes.
Authenticité
De plus, le Net est directement accessible. Le contenu est spécifique et régulièrement tenu à jour. Les articles renvoient souvent aux expériences vécues par d’autres voyageurs. Ainsi, pour le cas de Madagascar, les deux voyageurs partagent les incroyables paysages, la culture et les traditions de notre pays avec le monde depuis des semaines. Ils racontent au monde la beauté de ce pays et ils sont complètement amoureux des Malagasy et de leur convivialité. Le couple a soigneusement choisi ses destinations pour aider à la reprise du tourisme mondial. Ce tour du monde comprendra un séjour à La Réunion, Maurice, Ethiopie, Sri Lanka, Maldives, Myanmar, Australie, Nouvelle-Zélande et plusieurs archipels de l'océan Pacifique, dont le Vanuatu, les Fidji et la Polynésie française, y compris certains pays les plus touchés par le changement climatique et l'élévation du niveau de la mer, tels que Tuvalu et Kiribati.
Face aux processus de numérisation, les blogs de voyage constituent un important sujet d’études pour la recherche scientifique. En particulier dans le champ des études touristiques, ceux-ci sont considérés comme des présentations multimédias d’expériences touristiques « authentiques ». D’ailleurs, Carla, docteur en géographie physique et spécialiste de la géomorphologie des glaciers et du changement climatique, et Rui, diplômé en physique, combinent leurs intérêts professionnels et personnels avec une passion pour l’exploration et la diffusion de la diversité culturelle et l'environnement naturel de notre planète. Ainsi, ils voyagent ensemble depuis plus de 15 ans en créant des contenus écrits, photographiques et vidéo sur le blog « Viajar entre Viagens ».
Hary Rakoto




Publié dans Economie

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Recherche par date

« August 2022 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff