Nos archives web

Week-end pascal - Les déplacements à limiter !

Publié le vendredi, 02 avril 2021



Stopper la chaîne de transmission de la Covid-19. Les transports en commun représentent un vrai risque de propagation du coronavirus. C’est pourquoi, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie appelle aujourd’hui à la limitation des déplacements en Provinces, surtout durant ce week-end pascal. « Si possible, il est prié aux passagers de limiter les voyages pour les prochains jours, sauf si c’est vraiment inévitable. Dans ce cas, chaque passager devra se soumettre aux mesures sanitaires en vigueur », encourage le ministère sur sa page officielle. En effet, en réduisant les déplacements, chacun pourra se protéger et protéger les autres. Dans ce sens, des organisateurs d’événements pascaux, entre autres la Star Tour, au lieu d’organiser des spectacles en plein air comme à leurs habitudes, se lancent même dans des événements en ligne.

Malgré la situation sanitaire actuelle, la fréquentation des gares routières dans la Capitale  ne cesse d’augmenter. En un mois, les passagers enregistrés dans les neuf gares routières d’Antananarivo ont atteint les 365 180, soit près de 1 000 personnes par jour pour chaque gare routière. La campagne de dissuasion afin de réduire les déplacements va encore prendre du temps. Mais c’est un mal nécessaire, sachant que les cas de Covid-19 montent quotidiennement dans la Capitale. L’augmentation des déplacements entre Antananarivo et les différentes Régions du pays mène indubitablement à des risques de contamination dans ces localités.

Report des voyages

Cette mesure aura sans aucun doute des impacts sur les opérateurs touristiques. Alors que la promotion du tourisme national commence à porter ses fruits, cette deuxième vague vient tout dérégler. Toutefois, les opérateurs mettent à la disposition des voyageurs différentes options afin d’éviter qu’ils annulent pour de bon leurs programmes. « Dès l’annonce de la deuxième vague, nous avons pris nos dispositions. Nous offrons ainsi à notre clientèle la possibilité de reporter leur voyage à des dates plus appropriées. L’idée est de garder le lien avec les clients mais de toujours garantir des voyages de qualité et en sécurité. De plus, nous nous chargeons déjà de tous les détails de report », explique un responsable auprès d’une agence de voyages.

En tout cas, jusque-là, le report de voyage n’est pas encore une option pour tous lors de ce week-end de Pâques.

Rova Randria

La une du 03 avril 2021

Publié le vendredi, 02 avril 2021

Avant même la déclaration du président de l'Eglise de Jésus-Christ à Madagascar (FJKM), quelques temples ont déjà décidé de fermer leurs portes. Et ce, pour une durée de 15 à 20 jours. Jusqu'à hier, au moins 3 églises FJKM ont pris cette décision, dont le temple de Tranovato Faravohitra, celui de Rasalama Maritiora Ambohipotsy et l'église FJKM Amparibe Famonjena.

 

La route digue au niveau d’Ambodihady- Ambohimanarina a été coupée momentanément à la circulation hier dans l’après-midi. L’accès à la route n’a été de nouveau possible que plusieurs minutes plus tard. En effet, vers 16h45, des échanges de coups de feu entre la Brigade criminelle de la Police nationale en coopération avec le Service antigang et des malfaiteurs ont retenti au niveau de cette portion de route. Selon le communiqué diffusé par la Police nationale, deux individus armés ont péri dans la fusillade. Un autre a été interpellé vivant.

Face à l'urgence sanitaire liée à la Covid-19, toutes les méthodes modernes ou traditionnelles sont les bienvenues. Cependant, des médicaments non soumis aux prescriptions médicales ou encore inconnus du monde pharmaceutique et circulant sans autorisation sur le marché sont consommés. Selon le docteur Mahavany Nicole, directeur de la Pharmacie des laboratoires et de la médecine traditionnelle auprès du ministère de la Santé publique, les autorités sanitaires à Madagascar n'interdisent en aucun cas l'utilisation des remèdes traditionnels.

Quinze jours pour mieux se préparer au 3è trimestre de l’année scolaire 2020-2021. Le ministère de l’Education nationale (MEN), à travers le Directeur général en charge des établissements scolaires (DGES) en la personne d’Eric Ralainirina Razokiny, apporte des détails quant à la décision prise en Conseil des ministres le 31 mars dernier. Celle-ci informe du prolongement des vacances de Pâques jusqu’au 18 avril prochain, soit une semaine supplémentaire par rapport au calendrier scolaire de départ.

Majorité responsable

Publié le jeudi, 01 avril 2021

Quand Tsimbazaza éternue, Ambohitsorohitra a une température ! Quand le Parlement tousse, l'Etat sent la fièvre ! L'Assemblée nationale, le Sénat avec, est le cœur de la démocratie. Et quand le cœur palpite, le corps est en état de fébrilité ! Une majorité parlementaire solide garantit la stabilité. Une majorité frivole met en danger le pouvoir en place et l'Etat en mauvaise posture.

 

La dématérialisation se succède au sein de l’Administration fiscale. En marge du lancement officiel de la télétransmission des états financiers, il y a une semaine au Novotel sis à Alarobia, Germain, directeur général des impôts, a annoncé la digitalisation de la demande de remboursement des crédits de taxe sur la valeur ajoutée (TVA). La plateforme portera le nom de « e-crédit TVA ».  

 

Une exploitation durable et rentable de la filière. Le décret concernant l’amélioration de la gestion de la filière crevette a donc été reçu, avant-hier, par le Conseil des ministres. Ce décret définit les nouvelles réglementations en vigueur pour une exploitation plus responsable de la filière, plus particulièrement en zone marine. Dans les grandes lignes, ce nouveau décret définit les nouvelles délimitations des zones de pêche industrielle dans le pays.

Curieuse, déplorable, suspecte … ! Les qualificatifs ne manquent pas pour désigner la manœuvre actuelle de l’opposition qui mène un véritable travail de « Lobbying » en faveur des intérêts internationaux. En effet, depuis le début de l’épidémie à Madagascar, il est clair que les Marc Ravalomanana et consorts n’ont jamais agi en faveur de l’intérêt du peuple malagasy comme ils aiment à le faire croire. Faut – il rappeler les réflexions plus que déplacées de ce camp de l’ex-président quelques jours après l’annonce des premiers cas de contaminations dans la Grande île l’année dernière. Une des ténors du TIM avait même osé affirmer que les chiffres officiels publiés par l’Etat concernant les décès liés au Coronavirus n’étaient pas véridiques et qu’il n’y avait donc plus de morts.

 

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Recherche par date

« April 2021 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff