Nos archives web

Un fait. La situation au sein du Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza (PBZT) se détériore d’année en année, si l’on tient compte de la dégradation des infrastructures et du piteux état de certains animaux. Bon nombre de visiteurs confirment ce fait, tandis que les responsables du parc se disculpent. Pour sa part, le Professeur Jonah Ratsimbazafy, éminent chercheur et primatologue, dénonce les magouilles et les injustices dans le traitement des animaux au sein du PBZT.

Noël approche. A un peu plus d'un mois avant la célébration de la naissance de Jésus, les objets de décoration et les jouets envahissent les magasins et centres commerciaux d'Antananarivo. Certains produits ont disparu des étalages pour céder la place aux accessoires de Noël. Déjà, depuis le début de ce mois de novembre, beaucoup de gens se ruent dans les magasins pour l'achat de ces articles.

En cours de création. Après la promulgation de la loi n° 2021-024 du 29 septembre dernier concernant la création du Fonds souverain malagasy (FSM), la prochaine étape sera la création de l’entreprise qui gérera le fonds. D’après une décision prise, avant-hier lors du Conseil des ministres, « une société anonyme assurera donc la gestion du Fonds souverain malagasy.

 Stimuler l’activité économique par l’investissement. C’est sur ce principe que se base le concept même de l’instauration du régime des zones et entreprises franches à Madagascar. Avec sa situation géographique stratégique, Madagascar dispose d’un potentiel économique considérable lui permettant de s’ouvrir au commerce international. Ainsi, pour inciter les investisseurs et rattraper son retard économique, la mise en place d’un régime franc est devenue une priorité pour Madagascar. Des mesures fiscales, favorisant l’investissement qui sont susceptibles de subir quelques modifications radicales lors de l’adoption du projet de loi de Finances pour l’année prochaine, ont été changées. Modification de mesure fiscale qui pourrait faire gagner un peu plus de vingt milliards d’ariary d’impôt, l’année prochaine. En effet, dans le projet de loi n° 018-2021 portant loi de Finances 2022, les détails des mesures fiscales pour la PLFI2022 indiquent, entre autres modifications de mesure, la suppression des avantages fiscaux des Zones et entreprises franches (ZEF). La zone franche est une zone géographique où sont regroupées des entreprises franches. Par définition, une entreprise franche est une entreprise à vocation d’exportation et composée de 4 catégories : entreprise de production intensive de base, entreprise de promotion exploitation, entreprise de service et entreprise industrielle de transformation. Les produits sont dédiés à l’exportation à raison de 95% de leur production. Les secteurs d’activité éligibles pour la zone franche sont ainsi très divers, allant du textile en passant par l’informatique et les services, mais également la transformation minière, la chimie, l’agroalimentaire, l’artisanat ou encore la mécanique. Sur l’ensemble des entreprises franches à Madagascar, 56,4% d’entre elles représentent le secteur textile et la confection tandis que l’agroalimentaire et le secteur des TIC représentent respectivement 10,5% et 8,3% des entreprises franches. Les incitations fiscales sont nombreuses pour attirer les investisseurs étrangers sur le régime ZEF. A ne citer le fait que les entreprises bénéficient d'un certain nombre d'avantages fiscaux, douaniers, en termes commerciaux et de mouvement de capitaux. Pour les impôts sur les bénéfices (lBS), elles bénéficient d’une exonération totale pendant une période de grâce allant de deux à quinze ans selon le type d'entreprises, et un taux fixe de 10 % les années suivantes. Cependant, elles peuvent bénéficier d'une réduction d'impôts sur les bénéfices égale à l'impôt correspondant à 75 % du montant des nouveaux investissements. Par ailleurs, ces ZEF jouissent aussi d’une exemption de tous droits et taxes à l'exportation et à l'importation, à l'exception de la TVA qui est remboursée par la suite. De même, pour l’exemption des droits d'accise. D’autre part, les entreprises sont assujetties à l'impôt sur les dividendes distribués, au taux fixe de 10 %, contre 25 % en droit commun. Ainsi, ces mêmes entreprises sont soumises au paiement de la TVA au taux de 20 % sur les achats locaux et importés, une taxe qui est remboursée par la suite dans un délai de 40 jours. Elles bénéficient des régimes commerciaux préférentiels accordés à Madagascar. Elles ont un libre accès aux devises et une totale liberté de transfert des capitaux. Elles ne sont pas obligées de s'installer dans des zones spécifiques. Autant d’avantages que les zones et entreprises intégrées dans le régime fiscal franc seraient susceptibles de perdre avec les nouvelles dispositions fiscales. 

La rédaction 

L’heure est grave. Malgré l’appel de détresse pour le Sud de Madagascar lancé depuis l’année dernière, les besoins dans ce sens ne diminuent pas. Cette Région de l’île qui fait face à une vague de sècheresse liée à la crise climatique depuis l’année 2020. Hier, le Gouvernement malagasy et les Nations unies à Madagascar ont un nouveau « flash appeal » avec un besoin financier révisé par les deux parties.

Les liaisons aériennes commerciales entre Madagascar et Maurice avaient repris le 23 octobre dernier. Moins d’un mois plus tard, ces liaisons pourraient être suspendues. Le compte rendu du dernier Conseil des ministres indique en effet que l’Exécutif malagasy envisage de suspendre les liaisons aériennes commerciales entre les deux pays. Et ce, en raison notamment de la recrudescence de la pandémie de Covid-19 dans l’île sœur où de nombreux cas ont été enregistrés dernièrement.

Onjanirina Rakotomalala, reconnue coupable d'avoir assassiné son mari, Francesco D'Allessandro, écope de 13 ans de réclusion criminelle. C'est la décision de la Cour d'assises du Hainaut  prononcée avant-hier à l'issue du procès de cette trentenaire malagasy, accusée d'avoir porté plusieurs coups de couteau à son mari et ayant causé la mort le 12 octobre 2018 à la Louvière. 


Nouveauté. Le rideau de la 16ème édition du festival Rencontres du Film court (RFC) s’ouvrira à partir de demain et ce jusqu’au 27 novembre prochains. Un festival d’envergure connu pour sa redynamisation de la création cinématographique malagasy et à favoriser sa découverte par un large public. Tout en permettant aux jeunes réalisateurs de voir leurs films programmés dans des festivals de renommée internationale en Europe, en Afrique et même en Amérique du Nord. Mais sert également de tremplin pour ces jeunes réalisateurs malagasy. Cette fois-ci, le festival RFC, toujours en collaboration avec la Commune urbaine d’Antananarivo, a choisi comme thématique le retour aux sources. Pour ce faire, un projet « Zaridaina Cinemalagasy » ou jardin des cinéastes sera inauguré sur l’avenue de l’Indépendance Analakely durant le festival.  Une installation permanente pour rendre hommage aux grandes figures du cinéma malagasy et accueillera au fur et à mesure des sculptures de figures incontournables. « Pour cette première inauguration du « Zaridaina Cinemalagasy » avec la CUA, nous allons commencer avec une sculpture en taille réelle du premier réalisateur malagasy Solo Ignace Randrasana », a déclaré Laza, directeur du festival.
Grande première
Pour plus de précision et d’information, Solo Ignace Randrasana était le premier Malagasy à réaliser un long métrage avec son film « Very remby » en 1973. Il était également plus connu avec son film « Ilo tsy very » qui relate l’insurrection malgache de 1947, son œuvre majeure, dont il a tourné une seconde version en 2010. Selon toujours les organisateurs, une cérémonie se tiendra durant le festival à la fois pour dévoiler la sculpture commémorative mais également pour discerner un Zébu d’or à titre posthume pour ce premier réalisateur malagasy disparu le 26 août 2011. Si auparavant, ce sont les statues et sculpture de politiciens qui ont été souvent érigées et vues à différents endroits. Pour la première fois dans l’histoire du cinéma, c’est une sculpture d'un cinéaste qui sera mise en avant.
Sitraka Rakotobe

Sahofika, du concret !

Publié le mercredi, 17 novembre 2021

Enfin, un projet titanesque voit le jour. En difficile et laborieuse gestation pendant six ans, la grande Centrale hydroélectrique Sahofika de l’Onive, près d’Antsirabe, prend forme, se concrétise. 
Lancée en 2015 par le biais d’un appel d’offres émis par le régime Bleu de Rajaonarimampianina, Sahofika n’a pu démarrer que par la diligence des tenants du pouvoir du régime Orange sous la haute direction de Rajoelina Andry. Un retard de six ans mais mieux tard que se précipiter dans un cadre douteux au détriment des intérêts majeurs des 25 millions de malagasy.
La Centrale hydroélectrique Sahofika produira 192 mégawatts d’électricité extensible à 300 mégawatts. Le coût total du projet s’élève à 900 millions d’euros y compris les frais financiers. Prévue pour être opérationnelle dans cinq ans, la plus grande Centrale du pays donnera un essor non négligeable à la fourniture d’électricité du Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) mais aussi celui d’Antsirabe, de Fianarantsoa et de Toamasina. Il va sans dire qu’elle boostera l’économie en général du pays et satisfera les besoins vitaux de la population en particulier.
Le contrat initial prévu et concocté par l’équipe dirigeante précédente avec le Consortium NEHO, lire Nouvelle énergie hydroélectrique de l’Onive, stipule une durée d’exploitation de 35 ans et l’hypothèse de tarif de démarrage a prévu 8 centimes d’euros par kilowattheure.
Seulement, après de durs labeurs de négociation, de 2019 jusqu’à ce jour, entamés par les nouveaux dirigeants du pays sous la houlette du Chef de l’Etat Rajoelina avec les représentants mandatés de NEHO, on a réussi à « améliorer » le contrat. Ainsi, au lieu de 35 ans d’exploitation, on descend à 25 ans. Cette différence de dix ans est perçue par les nouveaux interlocuteurs, à savoir les représentants de l’Etat, comme viable sinon acceptable. Le tarif de démarrage baisse de deux centimes soit six centimes. Tandis que pour le coût, une fois la Centrale pleinement opérationnelle, passe de 5,85 centimes d’euros à 4,96 centimes d’euros.
Force est de reconnaitre que Rajoelina Andry et son équipe ont dû batailler très dur pour parvenir à un tel accord face à ces grands investisseurs trop enclins à faire fi des intérêts vitaux des pays pauvres au sein desquels ils veulent investir. Ce n’est pas du tout évident de pouvoir réussir à faire plier les grands investisseurs. La ténacité et la pertinence des nouveaux maîtres du pays ont porté leurs fruits. La signature du contrat a pris du retard mais mieux vaut que jamais ! Les opérateurs économiques qui s’inquiètent de ce retard pris pour le démarrage de Sahofika comprendront, de ce fait, le mobile du décalage.  
Le Président Rajoelina, fidèle à ses engagements, concrétise le « Velirano ». En effet, le point II des promesses présidentielles prévoit la modernisation et l’augmentation de la production énergétique du pays, gage du développement social et économique, en misant sur les énergies renouvelables. La mise en route officielle de Sahofika entre de plain-pied dans ce cadre du point II du « Velirano ».
D’autres projets comme celui de la Centrale hydroélectrique de Volobe suivront le pas de Sahofika. Encore en plein stade d’étude et de négociation, Volobe sortira de terre incessamment. « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! » En de bonnes mains, le pays avancera.
Ndrianaivo                                                                                                                                                      

La une du 18 novembre 2021

Publié le mercredi, 17 novembre 2021

Fil infos

  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation
  • Evènement « Youthconnekt » - Promesse de soutien aux jeunes entrepreneurs
  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure

Recherche par date

« November 2021 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Pub droite 1

Editorial

  • Une question de sacerdoce !
    « En ce jour, je suis de tout cœur avec toutes les femmes qui sont encore victimes de violence surtout celles qui les endurent pour la protection de leurs enfants. Je réitère mon engagement à vous soutenir et à porter votre voix ». Serment et vœu d'engagement d'une femme militante, convaincue et motivée !

A bout portant

AutoDiff