Nos archives web

« A Madagascar, bien que nous ne disposions pas encore de zones désertiques, 13 Régions sont néanmoins touchées par le phénomène de désertification ». Max Fontaine Andonirina, ministre de l’Environnement et du Développement durable, l’a informé hier. Il s’agit des Régions d’Androy, Atsimo-Andrefana, Melaky, Menabe, Ihorombe, Amoron’i Mania, Bongolava, Matsiatra ambony, Vakinankaratra, Boeny, Betsiboka, Anosy et Atsimo Atsinanana. Ce phénomène se manifeste par la perte du potentiel biologique et productif des sols. La désertification touche 52% des terres agricoles dans le monde. Madagascar n’en est pas épargné, alors que 80% de la population vivent de l’agriculture.

Mois des réjouissances

Publié le mercredi, 05 juin 2024

Si le mois de mai est perçu traditionnellement comme « joli mois », dans la culture sous d’autres cieux, française notamment, le mois de juin est celui des fêtes, entre autres la « fête de la musique », à l’international,  « fête de l’indépendance », à Madagasikara. Bref, le mois des réjouissances ! Mais aussi, soit dit en passant internationalement, c’est le « mois de l’eau » et le « mois de la langue maternelle ».

Une tradition reconnue et fêtée dans plusieurs pays dont la Grande île, le mois de juin est conçu comme le « mois de la musique ». L’Institut français de Madagasikara (IFM), anciennement Centre culturel Albert camus (CCAC) organise, entrées gratuites, chaque année, au mois de juin des manifestations culturelles, genre Jazz ou des variétés musicales, auxquelles des jeunes talents locaux avec des virtuoses venus d’ailleurs présentent des numéros émerveillant le public, en grande partie composé de jeunes.

Le Salon international des acteurs économiques (SIAE) a vu la vanille et le cacao devenir les produits phares suscitant le plus d’intérêt chez les visiteurs étrangers, selon Bako Nirina Rasoamalala, présidente du comité d'organisation du SIAE. Lors d'une conférence de presse, hier, elle a déclaré que suite aux deux premières éditions du salon, l'attention commence à se tourner également vers le manioc. Le Salon international des acteurs économiques, organisé par Riano Agency, réunit divers entrepreneurs, responsables gouvernementaux et acteurs économiques privés. « Il est temps d’échanger des informations pour démarrer ou renforcer une coopération existante », souligne-t-elle, mettant en avant l'importance de cet événement pour le développement économique. Contrairement à un simple salon professionnel, le SIAE vise à améliorer les partenariats.

Mesure d’urgence. Depuis le week-end dernier, Madagascar Airlines a pris des mesures inédites pour assurer la continuité de ses services. La compagnie aérienne nationale a signé un contrat ACMI (Aircraft, Crew, Maintenance and Insurance) avec la compagnie sud-africaine CemAir, louant un appareil Q400 complet avec équipage, maintenance et assurance inclus. Cette initiative vise à répondre aux inquiétudes des professionnels du tourisme et des collaborateurs de la compagnie, face à l'approche rapide de la haute saison touristique. Le ministre du Transport et de la Météorologie, Valéry Ramonjavelo, a justifié cette décision en soulignant la nécessité d’assurer les dessertes intérieures de manière continue, notamment en cas de panne d’un des deux avions actuellement en service.

L’annonce vient de tomber.  Vazimba Production, en collaboration avec Miritsoka Production, peaufine la 31e édition de l’incontournable « Manal’azy vita bacc » pour l’année 2024. Comme à l’accoutumée, les lycéens qui viennent de plancher pendant une semaine, après que leurs nerfs ont été mis à dure épreuve, un rendez-vous pour se défouler leur est  donné. Actuellement, le chanteur n’a pas encore communiqué ni la date, ni l’endroit précis où se déroulera le concert mais une grosse soirée est déjà en prévision. Rappelons que la 30e édition a connu un chamboulement suite à des perturbations dans l’organisation de l’examen et le concert a été reporté un samedi.

Le Sommet des dirigeants africains et coréens s’est conclu, pour la délégation malgache, par un partenariat stratégique entre Madagascar et la Corée du Sud, avec la signature d’un protocole d’accord axé sur le développement de l’agriculture, en particulier la production de riz. 

Lors de cet événement au Palace Hôtel de Séoul, Ratohiarijaona Suzelin, ministre de l’Agriculture malgache, et Song Mi Ryeong, son homologue sud-coréenne, ont signé un accord visant à transformer l’agriculture de subsistance de Madagascar en agriculture intensive grâce à des technologies modernes. Et ce, en présence du Président de la République Andry Rajoelina. 

ACTU-BREVES

Publié le mercredi, 05 juin 2024

L'aflatoxine, un composé naturel toxique, est un danger caché qui provoque le cancer du foie. En Afrique, elle est responsable d'au moins 30% de tous les cas de cancer du foie. Selon l'Organisation des Nations unies (ONU), environ 25% des cultures vivrières mondiales sont susceptibles d'être contaminées par les aflatoxines, soulignant ainsi l'ampleur du problème. Hier à Anosy, un atelier de lancement du projet "Développement d'Aflasafe pour lutter contre l'aflatoxine en vue de l'application des normes internationales" a eu lieu. Ce projet s'inscrit dans le cadre du projet Résilience des Systèmes Alimentaires (FSRP) du ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, en collaboration avec l'Institut international d'agriculture tropicale (IITA). Plus de 50 participants ont assisté à cet atelier, parmi lesquels des bailleurs de fonds, des partenaires stratégiques, des représentants ministériels et des experts de l’IITA. Le projet s'étalera sur une durée de deux ans. Des tests et des études seront menés pour mettre au point un produit Aflasafe spécifiquement adapté aux besoins de Madagascar. Ce produit, une fois appliqué pendant la croissance des cultures, permet de protéger les récoltes après la moisson, réduisant les aflatoxines de 94%, même en conditions humides. Le transfert de cette technologie en luttant contre l'aflatoxine offrira à Madagascar la possibilité d'augmenter les revenus des agriculteurs et d'améliorer la conformité aux normes sanitaires internationales, contribuant ainsi à renforcer la sécurité alimentaire du pays.

Perte de bagages, saisie injustifiée d’objets, plusieurs irrégularités font jaser les passagers à l'aéroport international d'Ivato. Des pratiques douteuses impliquant certaines brebis galeuses parmi les agents de la douane et qui ternissent l’image du pays aussi bien auprès des ressortissants malgaches que ceux étrangers. Le Président Andry Rajoelina a crevé l’abcès sur le sujet au cours de sa rencontre avec les membres de la diaspora en Corée du Sud, au début de cette semaine. « Un seul ver et c’est tout le fruit qui est pourri et rend à néant tous les efforts déjà effectués », a indiqué le chef de l’Etat qui est en déplacement à Séoul, dans la capitale sud-coréenne depuis samedi.
Face à cette situation délicate, le chef de l’Etat compte bien agir en conséquence. Il a aussi indiqué que dès son retour au pays, il effectuera une descente à Ivato. Une manière pour le Président de rassurer ces membres de la diaspora et d’afficher sa détermination à éradiquer le mal à la racine en s’attaquant au fléau de la corruption et autres mauvaises pratiques à la douane.
Sanctions
Nombreux sont les passagers nationaux ou étrangers qui ont eu l’occasion de passer par l’aéroport d’Ivato et qui ont fait la mauvaise expérience de se confronter à des agents à l’honnêteté douteuse. Touristes étrangers, travailleurs contractuels ou de Malgaches rendant visite à leur famille ne sont pas épargnés par les extorsions et les menaces de ces agents véreux. Le chef de l’Etat a évoqué deux exemples de témoignage qui lui sont parvenus, preuve que le locataire d’Iavoloha est à l’écoute du peuple.
En premier lieu, lors des derniers Jeux des îles, les ouvriers chinois qui ont contribué à la construction de la piste en tartan au stade Barea ont été bien accueillis, mais lors de leur retour en Chine ils auraient été victimes de rackets. « Cela est désolant et donne une image négative de notre pays », selon Andry Rajoelina. Il a aussi évoqué le cas d’une jeune étudiante malgache qui a dû se séparer de 3 flacons de parfum pourtant destinés comme cadeaux pour sa grand-mère et sa mère.
Par conséquent, le Président annonce l’application de sanctions sévères à l’encontre des coupables avérés. « Ivato est la vitrine de Madagascar sur le monde », indique le Président. Il est donc normal que les services y soient exemplaires.
Nikki Razaf

La une du 5 juin 2024

Publié le mardi, 04 juin 2024

Offensive de l’Orient

Publié le mardi, 04 juin 2024


Madagasikara attire! Située au cœur des intérêts géostratégiques, des mouvements intercontinentaux, la Grande île suscite la convoitise politique et économique des grandes puissances sinon des puissances émergentes de l’Orient. A la croisée des chemins des grands circuits, Madagasikara concentre les attentions des pays en pleine croissance de l’Asie. Depuis la nuit des temps, la Grande île se trouve sur le passage de la Route de la soie, du circuit des épices, du pétrole et malheureusement la plaque tournante  des trafics de la drogue, d’armes illicites dans l’océan Indien.
En effet, la Chine, l’Inde, le Japon et la Corée du Sud, des géants de l’Asie se bousculent au portail de la Grande île afin de renforcer des liens d’amitié mais surtout pour tisser des relations bilatérales win – win à caractère économique. La valse des délégations de haut niveau au Palais d’Etat d’Iavoloha, ces derniers temps, témoigne des intérêts que ces pays susmentionnés manifestent à l’égard de la Grande île. Des « accords » ou des « traités » de financement respectant le principe universellement reconnu  et mutuellement avantageux : « gagnant – gagnant ! » De mémoire d’homme, Madagasikara n’a jamais suscité autant d’intérêts notamment économiques venant des pays asiatiques en situation d’émergence incontestable. Le cas de Japon mérite la note spéciale. Le pays du Soleil levant avait noué une relation diplomatique avec Madagasikara depuis la Première République. Jusqu’à ce jour, la relation ne cesse de s’améliorer. Elle prend même une tournure beaucoup plus engagée. De même l’Inde, le lien d’amitié entre les deux peuples se renforce davantage. Ce géant asiatique, un milliard deux cent millions d’habitants, renouvelle au fil des années son engagement à soutenir Madagasikara. Même schéma avec la Chine, l’autre géant, on s’intéresse de plus en plus à Madagasikara. La Corée du Sud n’est pas en reste. Le récent voyage que le couple présidentiel vient d’y effectuer souligne la relation au beau fixe entre les deux pays.
Quoi qu’on dise, la vitalité des relations avec les pays émergents asiatiques qui met en évidence la visibilité de la politique économique que le régime Orange applique, éveille les intérêts des pays de l’Orient. Quand les investisseurs manifestent des intérêts en direction d’un pays donné, cela traduit la fiabilité de la politique et surtout le climat des affaires à l’intérieur de ce pays. Il s’agit là d’un atout non négligeable que tout le monde, tenants du pouvoir et concitoyens, ne doivent jamais minimiser. Il faut que chacun assume ses responsabilités pour maintenir le pays toujours accessible aux capitaux étrangers. L’instabilité politique est le danger numéro un à éviter. Nous avons tous intérêt à garder la Grande île dans le statut de pays fréquentable surtout aux yeux des  grands investisseurs.
Quelles que soient les appréciations que chacun concède sur notre pays, il faut reconnaitre que Madagasikara commence à attirer les pays potentiellement reconnus à l’instar de ceux venant de l’Orient. Boudée par certains pays de l’Ouest, la Grande île est en train de tirer l’épingle du jeu dans l’équilibre entre les grands de l’Occident et les « dragons » de l’Asie.
A nous de bien gérer l’opportunité qui se présente et de tirer profit au maximum à travers cette « ruée » vers Madagasikara. Des profits légitimes sans aucune mauvaise foi dans l’intérêt mutuel de tous.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Recherche par date

« June 2024 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff