dimanche, 26 septembre 2021

La une du 27 septembre 2021

Publié dans La Une


La localité d’Anteza qui est située dans le District d’Ambohimahasoa, sur la RN7, a été le théâtre d’un accident tragique de la circulation. Cela est survenu vers 20h samedi dernier où un taxi-brousse de la coopérative KOMPIMA et un camion semi-remorque Renault Premium se sont télescopés au Pk305+400. La violence de l’accrochage était telle que le taxi-brousse fut, par la suite, éjecté dans un ravin, d’une profondeur d’au moins 27 mètres plus bas. Le mastodonte qui a transporté une cargaison de ciment et de poutrelles métalliques a, lui aussi, terminé sa course au fond d’un précipice, cette fois-ci 10 mètres plus bas, sur l’autre côté de la chaussée. Bilan de cette collision, 12 morts dont une fillette d’un an et demi. Evacuée à Fianarantsoa, elle a succombé des suites de ses blessures dans la matinée d’hier. Un autre enfant de 11 ans a également perdu sa vie. Parmi les personnes décédées, le conducteur du taxi-brousse qui a succombé sur place. 15 autres personnes ont été blessées dont le conducteur du poids lourd ainsi que l’aide- chauffeur. Les blessés ont été de suite évacués à Fianarantsoa, au CSB2 du camp Robin et à Antananarivo.
D’après les éléments de l’information, l’étroitesse de la voie serait en grande partie responsable de l’accident. Cette dernière est à peine large de 4 mètres, donc vraiment trop étroite pour que les deux véhicules puissent passer en même temps sans que la situation ne pouvait que s’accompagner de frottement, sinon de heurt. “Alors que les deux véhicules allaient se croiser, le chauffeur de la semi-remorque a réalisé, au dernier moment, qu’il ne pourra jamais passer en même temps que le taxi-brousse, sans esquiver ce dernier. Dans cette ultime tentative et cette manœuvre périlleuse pour éviter le pire, le résultat ne se déroula pas pourtant comme le routier l’a prévu, et fut au contraire catastrophique, vu l’étroitesse de la chaussée : le poids lourd a dérapé, la queue de la semi-remorque a, par ricochet, durement heurté le minibus qui, sous l’impact, fut projeté dans ce ravin”, commente une source auprès de la Gendarmerie.
Le taxi-brousse provenait de Fianarantsoa et il faisait route vers la Capitale tandis que le poids lourd a mis le cap vers le Sud. Sitôt informée, la Gendarmerie s’est mobilisée. Du coup, ses éléments de la Brigade d’Ambohimpihaonantsoa (Camp Robin), d’Ambatofitorahana , enfin ceux de la Brigade routière spéciale (BRS) d’Ambalamanakana, ont été dépêchés sur les lieux. Peu après, ces derniers ont obtenu d’autres renforts provenant cette fois-ci de la Brigade de police routière et de la Compagnie de gendarmerie de Fianarantsoa dont ses éléments ont été encadrés par le commandant en personne du Groupement de gendarmerie de la Haute-Matsiatra. En attendant, la Gendarmerie rejette formellement l’allégation de certaines sources comme quoi le drame aurait été occasionné par les tentatives du conducteur du taxi-brousse afin de s’échapper à une embuscade des coupeurs de route. L’enquête se poursuit tandis que les autorités sont dans l’obligation d’attendre le rétablissement du chauffeur -routier avant qu’elles puissent envisager le déferrement de l’affaire devant la Justice.
Franck R.


Publié dans Société
dimanche, 26 septembre 2021

Quid d’Air Mad ?

Où en est-on ? Quel avenir le réseau national aérien malagasy nous réserve-t-il ? Le Directeur général ? Le Business Plan ? L’ouverture des frontières (aériennes) ?
Autant de questions, d’interrogations ou de questionnements, jusque-là irrésolus du moins sans réponse valable, minent les esprits des observateurs, de simples citoyens qui, en fin de compte, commencent à ne plus y croire. Quel triste sort !
Air Mad au même titre que la JIRAMA (ex-EEM), la SECREN (ex-DCAN), la CNAPS, la SOTEMA et bien d’autres furent les fleurons de l’industrie nationale. Figures de proue de l’économie malagasy, elles symbolisaient le décollage de la Grande île des années 60-70.  Vaches à lait des régimes successifs, les uns végètent, d’autres périclitent et tordent le cou des dirigeants en place. Ils polluent le climat des affaires du pays. C’est bien dommage d’en finir de cette manière ! Certes, certains de ces fleurons résistent et parviennent à survoler le temps à l’instar de la CNAPS qui, apparemment, prend de l’aile. Et réussit à contribuer à la rescousse d’un de ses « congénères », l’Air Mad.
A en croire certaines informations qui défraient les chroniques, la licence d’exploitation d’Air Mad arrive à son terme. Comme toute compagnie aérienne à vocation commerciale et économique, Air Mad et sa flotte domestique, afin de pouvoir fonctionner, ont formellement besoin de cette incontournable   licence d’exploitation. Et c’est justement là que le bât blesse. Ce « sésame » fait défaut ! Une source digne de foi révèle qu’Air Mad vient d’avoir une dérogation de trois mois. Mais … !
Quant à l’ouverture des frontières, où en est-on ? A quand le pays, les opérateurs économiques, les touristes et aussi, à ne pas omettre, les enfants du pays qui aimeraient bien circuler librement, pourraient-ils être fixés ? Le résultat des travaux du groupe Public-Privé (PP) sous les bons auspices du département des Affaires étrangères se fait attendre. Les impatiences brûlent les uns et les doutes affectent les autres. Le climat des affaires s’alourdit. On attend ! Et on attend ! Jusqu’à quand ? Le problème se corse. Les compagnies aériennes qui dissertent habituellement sur les liaisons avec le pays annulent leurs prestations. Ce qui rend inextricable davantage le sort de la compagnie.
Tous les ennuis semblent s’en prendre à notre ancien fleuron de l’économie nationale. La nomination du directeur général s’enlise dans une tergiversation sans limite. Jusqu’à l’heure, une direction générale intérimaire assure la gestion des affaires courantes, ce qui n’est pas sans risque. Et le « Business Plan », tant attendu depuis 2020, censé assurer le décollage se fait, lui aussi, prier éternellement.
Le peu de la flotte que la compagnie dispose reste clouée au sol. En effet, les deux Airbus A 340, les trois Twin-Otter et les quatre avions ATR, pour des raisons techniques diverses ne pourront pas décoller.
Avant la crise sanitaire, Air Mad accuse déjà un déficit de l’ordre de 70 millions de dollars. Et les pertes s’entassent, s’accumulent et atteignent des proportions très inquiétantes. Et à elle seule, Air Mad n’est pas en mesure de venir à bout de ces lourdes pertes financières.
L’intersyndicale de la compagnie interpelle l’Etat de bien vouloir voler au secours, notamment financier, de la compagnie.
Quid de l’avenir immédiat et à long terme de l’Air Mad !
Ndrianaivo

Publié dans Editorial



25 « angady », 44 arrosoirs, 11 pulvérisateurs, 5 sarcleuses, 2 tonnes d’engrais biologiques, 150 kg de semences de riz certifiés dont 50 kg de FOFIFA 160 pour le riz irrigué et 100 kg de B22 pour le riz pluvial « sur tanety ». A cela s’ajoutent des semences, utilisées dans 2,32 Ha de rizières et 5,5 Ha de parcelles pour les cultures maraîchères. Ce sont les éléments qui composent le lot d’intrants agricoles offerts par le groupe Filatex, vendredi dernier aux habitants de la Commune d’Ambohijanaka. En outre, des formations en riziculture « sur tanety » ont également été données pour faire face au problème d’accessibilité à l’eau rencontré par les agriculteurs. « Nous avons initié en septembre 2019 un programme baptisé ROSO. Il a été élaboré pour assurer la sécurité alimentaire  de ladite Commune et les revenus des familles bénéficiaires. Malgré la pandémie de Covid-19, le premier volet du programme a connu une franche réussite. Actuellement, la deuxième année d’intervention dudit programme en est à son 7ème mois d’activité avec 24 groupements de type VSLA (« Village Savings and Loan Association » ou Association Villageoise de Crédit Epargne), actifs et comprenant plus de 288 personnes », a souligné Tanteraka Rakotoarisoa, directeur RSE du Groupe Filatex.  Et de poursuivre que pour cette seconde année d’intervention, les activités sont principalement axées sur le perfectionnement des cultures d’élevage déjà menées par les paysans. « Le programme a entamé un recyclage des formations qui ont rencontré un plus grand taux de réussite, tout en sachant que parmi ces 288 personnes, 229 en sont déjà bénéficiaires depuis la première année », a-t-elle ajouté.
Rappelons qu’au cours des 6 premiers mois d’intervention, divers volets ont pu être abordés. Il s’agit de la pratique de la méthode SRI ou Système de Riziculture Intensive, les nouvelles techniques de culture maraîchère ainsi que les bonnes pratiques en élevage, notamment de volailles, bovin, porcin et éventuellement en pisciculture.
A titre d’information, pour cette nouvelle campagne rizicole 2021-2022, l’attente du rendement de production est de 12 T/Ha au minimum par la pratique du SRI. Le programme va intervenir dans l’amélioration du système d’élevage pour les bénéficiaires - notamment en suivant les normes requises - ainsi que dans la campagne de vaccination des animaux, dont la plus récente a visé 1 000 têtes de volailles.
Recueillis par K.R.

Publié dans Société


Rideau sur les championnats de Madagascar de volleyball senior hommes et dames.  La Gendarmerie nationale de volleyball Equipe 1 a remporté son 10eme titre consécutif chez les dames tandis que le Stef’Auto Toamasina a accroché sur son tableau de chasse le 13eme titre de l’histoire du club au gymnase d’Ankorondrano.
La discipline volleyball a retrouvé sa notoriété d’avant en tant que sport populaire. Car la discipline a retrouvé son public d’antan. Que ce soit sur le terrain de l’Ankany Sambatra Itaosy ou au gymnase couvert d’Ankorondrano, toutes les rencontres étaient entourées d’un public passionné.  Le rendez-vous était donc à son comble durant la semaine de phase finale à Ankorondrano. Les deux finales hommes et dames ont affiché guichets fermés.
La GNVB1 a donc mérité sa gloire en remportant la troisième finale consécutive face à la même équipe du COSFA. Cette fois, elle a dominé les militaires du Club omnisport des forces armées (COSFA) sur 3 sets à 0. Dès le premier set, la GNVB menait à 25-22. Andry, Milo et Miso, Bobo et Manou n’ont pas compliqué les choses. La solution la plus simple est souvent la plus efficace.
Le score était toujours serré jusqu’au 17e jeu avant que les bérets noirs adoptent une autre stratégie pour dompter les militaires. Ils ont commencé à prendre le large. La physionomie du match a pris une autre tournure. L’expérience à fait la différence entre une équipe de la GNVB bien en tandem face au COSFA nouvellement reconstitué. Les gendarmes ont remporté les deux sets restants sans broncher (25-16) et (25-17).
Chez les dames, aucune surprise, la hiérarchie a été bien respectée. La formation de Haja Rasamison, le maire d’Andranonahoatra et coach assistant de Bi’As, n’a pas su riposter à la domination de Noela, Jessy et ses camarades. Equipe plus jeune, la formation d’Andranonahoatra n’a fait que subir les attaques des Tamataviennes, déterminées à remporter leur 13e titre national. Dès le premier set, Noela , Fifi, surnommée Fusée et ses camarades étaient comme à l’entrainement. Elles ont réussi à maintenir les 10 points de différence pour chaque set : 25/6-25/13 et enfin 25/14. Emma, Avoko et Gabrielle ont tenté de stopper l’hémorragie mais rien à faire face à une équipe supérieure physiquement et plus expérimentée. L’équipe hôte de la compétition s’est inclinée sur 3 sets à 0.
Elias Fanomezantsoa









Publié dans Sport


Une affaire judiciaire qui retient les attentions ! Sauf changement, le procès impliquant l’ex-DG de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNAPS), non moins président de la Fédération malagasy de football (FMF), Arizaka Raoul Rabekoto s’ouvrira ce jour à la Cour criminelle ordinaire du PAC (Pôle anti – corruption). D’après le calendrier de cette 6ème session de la Cour criminelle ordinaire, le numéro un de la FMF est prévu « comparaître » avec 7 autres co – accusés qui sont notamment des entrepreneurs ayant obtenu des marchés sujets au détournement ainsi que des employés de la CNAPS.
Bien évidemment, le procès se déroulera sans l’ex – directeur général de la CNAPS qui est en cavale depuis près d’un an et demi. Sous le coup d’un avis de recherche émis par le Bureau indépendant anti – corruption (BIANCO), ainsi que d’un mandat d’arrêt international, Arizaka Raoul Rabekoto demeure « introuvable » et continue de filer entre les mains de la Justice tout en exerçant pleinement ses fonctions de président de la FMF… à distance.
Pas moins de 5 chefs d’inculpation
Faux et usage de faux en écriture privée, détournement de deniers publics, complicité de faux et usage de faux en écriture publique, complicité et bénéficiaire de détournement de deniers publics, tels sont les chefs d’inculpation qui pèsent sur ces suspects. Des faits de grande corruption commis au sein de la CNAPS dont les enjeux s’élèvent à plusieurs dizaines de milliards d’ariary. 5 parmi les 8 suspects dans cette affaire sont déjà sous mandat de dépôt à la suite de leur déferrement.
Pour rappel, Arizaka Rabekoto a fait l’objet d’une première convocation par les investigateurs du BIANCO le 20 février 2020, mais ne s’est pas présenté contrairement à ses co-auteurs qui ont déjà tous été interrogés. Idem pour une deuxième convocation à laquelle il n’a toujours pas répondu présent. Malgré la décision d’Interdiction de sortie de territoire à son encontre sous référence N°019/MID/SG/DGAT/DIE/SCM en date du 3 février 2020 émise à la demande des enquêteurs, le suspect a pu quitter le territoire malagasy en douce. Les dernières nouvelles lui prêtent un refuge douillet en Suisse où il aurait atterri à la suite de son escapade rocambolesque depuis la Grande île.
Sandra R.

Publié dans Politique


Trois, deux, finalement il n’y aura qu’une seule liste en lice aux élections de l’ordre des journalistes de Madagascar (OJM). Hier à midi, date limite du dépôt de candidature, la commission électorale n’a reçu qu’une liste, celle déposée par l’équipe de la journaliste Rasoloarison Harimbola Monica. Elle a pu réunir les 93 candidats issus des 23 Régions pour former le bureau de l’OJM et payer la caution exigée par la commission électorale.
 A ce rythme, la présidence de l’ordre des journalistes sera indéniablement assurée pour une durée de quatre ans par une femme. Une grande première dans l’histoire de l’OJM. Un défi sur soi –même est engagé par l’équipe de Rasoloarison Harimbola Monica afin de partager aux 1 500 journalistes inscrits sur la liste électorale sa nouvelle vision pour l’OJM. La première étape franchie, la seconde a trait à la proclamation officielle par la commission électorale de la validation ou non de la liste déposée hier. Elle aura jusqu’au 29 septembre pour éplucher les dossiers des 93 aspirants en plus de la présidente nationale. C’est seulement après cette proclamation que les candidats vont s’attaquer à la propagande proprement dite pour sensibiliser et convaincre les électeurs pendant une quinzaine de jours, du 30 septembre au 14 octobre avant qu’ils passent aux urnes le 16 octobre.
L’attente des uns et des autres prend ainsi fin quant à l’issue du renouvellement des membres du bureau de l’OJM. Dans un mois, les journalistes de Madagascar auront une nouvelle dirigeante qui, espérons-le, parviendrait à rassembler ses collègues pour le meilleur et pour le pire…
La rédaction

Publié dans Politique



Une mauvaise qualité de service. Un point que le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Andry Heriniaina Ramaroson, n’a pas manqué de soulever lors de sa rencontre avec la représentante du bureau permanent de la Banque mondiale à Madagascar, Marie Chantal Uwanyiligira, vendredi dernier, concernant la situation actuelle de la Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA). Après près d’un mois de prise de poste, Andry Ramaroson a déjà une idée fixe des principaux problèmes de la société nationale d’eau et d’électricité à l’heure actuelle. « Je suis loin d’être satisfait par les résultats de la JIRAMA. Tout comme les abonnés, j’ai pu observer que tous les voyants sont aujourd’hui au rouge, et non au vert, pour la compagnie. Les problèmes de factures sont particulièrement nombreux, entre la hausse du montant à payer, ou encore les fautes dans les factures. Les dettes ne cessent également de s’accumuler, sans oublier le retour des délestages. Des choses inacceptables », a-t-il soutenu. En effet, les plaintes sur le sujet fusent actuellement. Plusieurs abonnés de la JIRAMA en sont victimes. « En temps normal, notre facture d’électricité tourne toujours autour de 100 000 à 120 000 ariary tous les mois. Pourtant le mois dernier, elle a atteint les 250 000 ariary. La JIRAMA, dans ses campagnes de communication, encourage à faire des réclamations en agence en cas de problème. Mais en réalité, il n’y a rien de cela. Du moins dans l’agence où je suis allée, le responsable a répondu clairement qu’il ne pouvait rien changer, et que c’est notre facture du mois. Je n’avais vraiment pas compris donc je suis repartie dépitée », témoigne une mère de famille, habitant du côté de Tsimbazaza. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.
Face à cela, le ministre se pose des questions si c’est la stratégie mise en place qui n’est pas adaptée ou si c’est le plan d’action choisi qui a amené vers le mauvais chemin. Toutefois, le Program for Result a été mis en place pour améliorer la performance de la JIRAMA. « Nous allons veiller à l’application de ce programme parce que nous savons que chaque résultat aboutit sur une rentrée d’argent supplémentaire, et permettra de diminuer les aides budgétaires pour la JIRAMA », rajoute Andry Ramaroson. D’autre part, la continuité des projets Pagose et Lead a été approuvée par la Banque mondiale. Ces programmes seront adaptés au fur et à mesure pour correspondre aux besoins et à la politique de l’Etat, en vue du redressement de la JIRAMA.

La Rédaction

Publié dans Economie


Accessible à tous. C’est de cette manière qu’AccèsBanque Madagascar définit sa politique de digitalisation et de renforcement de ses services de proximité. Dans cette optique, l’institution financière a annoncé en fin de semaine dernière à Antsirabe la mise en place de quelques services conçus spécialement pour cette Région à fort potentiel agricole qu’est le Vakinankaratra. « Désormais, nous proposons à nos usagers une carte de crédit permettant la possibilité d’un emprunt immédiat d’un montant allant de 200 000 à un million d’ariary que le client pourra rembourser dans un délai de quatre ans à un taux réduit de moins de 60 % par rapport à ce qui se fait sur le marché actuellement. C’est réellement à la fois une carte de crédit et une simple carte de débit comme ce qui se fait couramment dans les services banquiers présentement », explique Norosoa Rafidison, directeur général adjoint d’AccèsBanque Madagascar, lors de la présentation de la banque à l’Arotel sis à Antsirabe, vendredi dernier. En plus de cette nouveauté en termes d’emprunt, l’institution financière compte aussi durcir la concurrence en matière de digitalisation de ses services, notamment en proposant à ses usagers l’accessibilité de ces derniers sur le réseau social Facebook, en plus de son site Internet qui propose déjà une banque en ligne à travers l’application « myABM ». Concrètement, via un ordinateur ou un simple téléphone portable, le client pourra déjà effectuer ou contrôler ses mouvements bancaires, sans forcément passer par une plateforme bancaire mais seulement à partir du système de messagerie instantanée ou Messenger sur Facebook.

Instantanée
« A notre connaissance, il est encore rare que les services d’une institution bancaire soit accessible via l’application de messagerie instantanée de Facebook. Grâce à cette innovation, les clients peuvent suivre leurs opérations bancaires à travers Messenger. Un processus qui tend à renforcer notre politique de service de proximité et toujours avec la notion de distanciation sociale », rajoute Lucia Masy, cheffe du département acquisition clientèle. Cette dernière qui a déjà proposé récemment le service de banque sans agence dans le Chef-lieu de la Région d’AlaotraMangoro où le client n’a plus à se déplacer, mais que ce sont les agents d’AccèsBanque Madagascar eux-mêmes qui se rapprochent du domicile du client pour réaliser les procédures de demande de prêt bancaire.
Pour rappel, AccèsBanque Madagascar (ABM) est une banque commerciale créée en octobre 2006 par AccessHolding. Cette dernière est une entreprise fondée en 2006 à Berlin (Allemagne), en partenariat avec un groupe d’investisseurs locaux et internationaux. Elle dirige un réseau de banques commerciales et d’institutions de microfinance dans des pays en développement en ciblant les micro-, petites et moyennes entreprises. Le groupe Holding est actuellement formé d’un réseau de 10 banques et institutions de microfinance dans 10 pays différents.
Hary Rakoto

Publié dans Economie

Fil infos

  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 
  • Association Tsiky Mahajanga - Les 10 ans de bénévolat et de dévouement de Gilles Tavernier reconnus
  • Déforestation - L’ «Ala atsinanana » en détresse !
  • Jeunes agressés dans un karaoké - Des éléments des Forces de l’ordre pointés du doigt

Recherche par date

« September 2021 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Pub droite 1

Editorial

  • Au ras des pâquerettes !
    La déviance mène partout, conduit nulle part sauf sur le droit chemin ! Une certaine partie de la classe politique du pays notamment celle qui revendique l'honneur d'appartenir à l'Opposition s'enlise dans la démence intellectuelle. On dévie à cœur joie les débats. On crée de faux problèmes et on monte au créneau pour des polémiques stériles. Les vrais débats s'effacent et on s'éloigne des vraies solutions !

A bout portant

AutoDiff