lundi, 15 juin 2020

Discipline de fer maintenue

L’Etat desserre l’étau. Selon le discours du Président de la République Rajoelina Andry Nirina, les dispositions sévères relatives à la prévention de la pandémie du nouveau coronavirus lâchent du lest. Durant son intervention sur les antennes de la TVM et la RNM du dimanche 14 juin au soir, Rajoelina Andry annonçait que les mesures de confinement vont connaître un certain allègement sur l’étendue du territoire national. En effet, à l’exception de cinq Districts, la vie reprend son cours normal. Pour Analamanga, le déconfinement se prolonge jusqu’à 17 h et le couvre-feu de 22 h à 4h du matin. Tandis que pour l’Atsinanana, Toamasina  I et II, les activités pourront se poursuivre jusqu’à 15h. Deux facteurs essentiels motivent la décision présidentielle.
Ces derniers temps, on a pu relever une certaine amélioration des bilans du Covid-19.  Les chiffres des cas contaminés confirmés dégringolent de la quarantaine à la vingtaine. Ces derniers jours, il n’y avait pas eu de nouveaux cas de décès. Jusqu’à hier, le nombre se stabilise à dix. Un chiffre « dérisoire » par rapport aux états des décès en temps normal. Inversement, le nombre des guéris de façon définitive augmente sensiblement et cela grâce au traitement uniquement à base de Covid-Organics. En somme, la pandémie du Sars-Cov-2 est sous contrôle, du moins dans la majeure partie des Régions du pays. Cette embellie évidente de la crise sanitaire offre aux autorités publiques la possibilité de desserrer l’étau. Une bouffée d’air que la population attend impatiemment et savoure à sa juste valeur. 
La nette amélioration du bilan de la pandémie permet aux responsables étatiques de statuer sur le sort à réserver dans d’autres domaines notamment l’économie. En fait, la crise du nouveau coronavirus dérape dangereusement vers le terrain glissant de l’économie ceci étant valable dans tous les pays infestés de ce « sale » virus. Les mesures incontournables dont le confinement n’ont laissé aucune chance au tissu économique du pays de survivre. Toutes les branches d’activités formelles ou informelles confondues passent à la trappe. Les grands secteurs de production du pays, des secteurs-clé, tel le textile, l’agro-alimentaire, les zones franches et surtout le tourisme agonisent. Les opérateurs économiques de tous les gabarits lancent un cri de détresse à l’endroit du pouvoir public. Le Chef de l’Etat Rajoelina montre à travers son discours qu’il est profondément sensible à la tourmente des acteurs économiques. Raison pour laquelle il a pris une sage et courageuse décision  à lâcher du lest relatif aux mesures de prévention. Lui-même étant un opérateur évoluant dans certaines branches, il s’engage solennellement à enclencher tous les efforts nécessaires afin que l’économie nationale ressuscite sinon se redresse pour de bon. Etant un homme de parole, de concert avec les acteurs économiques (entrepreneurs et industriels) nationaux, le Président Rajoelina définira les stratégies idoines. D’ailleurs,  lors de son intervention de dimanche, il a déjà donné le ton de ce débat vital qui aura lieu demain mercredi en annonçant une enveloppe consistante, une coquette somme de 1.043 milliards d’ariary , pour relancer l’économie. Qui dira mieux ?
Cependant, il va falloir beaucoup faire attention que l’allègement des mesures ne signifie nullement relâchement. Au contraire, dans le cadre de ce déconfinement presque à 100%, il faut se plier à une discipline de fer.

Publié dans Editorial


Madagascar ouvrira son match de qualification 2021 Fiba AfroBasket Group A le 27 novembre contre la Tunisie et  le 28 novembre avec un match contre le Centrafrique, ensuite la Grande île affrontera la RD Congo le 29 novembre 2020. Selon la Fédération internationale de basket-ball (FIBA), le lieu du tournoi à quatre équipes, qui se jouera en deux phases, n’a pas encore été décidé.
La prochaine phase du tournoi se déroulera à partir du 19 février et Madagascar fera face au Centrafrique. Il affrontera ensuite la Tunisie le 19 février avant de retrouver la République Centrafricaine lors du dernier match le 20 février 2021, informe The-Star.
Vingt équipes réparties en cinq groupes s’affronteront au deuxième tour des qualifications, les trois premiers de chaque groupe se qualifiant pour la finale prévue à Kigali, au Rwanda.
Pour le moment, aucune information n’a fui sur la préparation de l’équipe nationale malagasy ni sur la relation des joueurs et le staff technique. Les joueurs assurent respectivement leur entretien physique de leur coté en attendant la décision du pouvoir sur la reprise des activités sportives. En tout cas, beaucoup des joueurs internationaux ont déjà manifesté leur intention de rejoindre l’équipe nationale.
Aucun match amical n’est encore prévu pour l’équipe de la Grande île.
Madagascar a figuré pour la première et la dernière fois dans le plus grand festival continental en 2011, lors d’une édition tenue à domicile, terminant huitième. A l’issue de son parcours à la première phase, l’équipe semble bien atteindre sa maturité.
Rappelons que la Grande île s’est qualifiée après avoir remporté un tournoi de pré-qualification à trois équipes disputé en janvier à Bulawayo, Zimbabwe. L’équipe était invaincue après avoir affronté la Zambie et le Zimbabwe, l’hôte du tournoi.
Elias Fanomezantsoa

Publié dans Sport


Deux avis de recherche sont actuellement lancés à l’endroit de deux personnalités des droits des travailleurs et des domestiques à Madagascar. L’un d’eux porte sur la célèbre Ramboarivelo Norotiana connue sous le nom de « Jeannoda », la dame de fer qui n’a jamais cessé de lutter contre la traite des personnes. Grande fut la surprise de la population, à l’affût de l’actualité de voir son nom faire l’objet d’un avis de recherche signé par la section des recherches criminelles auprès de la Gendarmerie nationale d’Antananarivo datant du 3 juin dernier. En même temps que cette présidente-fondatrice du Syndicat des professionnels diplômés en travail social (SPDTS), une de ses collaboratrices dans le monde du service social « Phan Van Hien  Noelivao Olga »  est également traquée par ladite section de recherches criminelles. Elles sont poursuivies pour escroquerie.
Au cours de ces dernières années, Jeannoda s’est assurée de défendre les droits des travailleurs  et des domestiques en particulier les Malagasy victimes d'exploitation au Koweït, Liban et d’autres pays du Golfe. Pour ses actions sociales, sa plateforme syndicaliste «SPDTS »  a été même félicitée  par le Département d’Etat des Etats-Unis, en juillet 2015, représenté par le secrétaire d’Etat américain, John Kerry. Quant à Phan Van Hien  Noelivao Olga, elle a été connue en tant que directrice d’une école supérieure privée sise dans la Capitale.
D’après les informations reçues, les victimes de leur manigance se réunissent actuellement  pour en témoigner. Ainsi, une déclaration commune des victimes va se faire dans les prochains jours, nous informe l’une d’elles. Une autre source a évoqué  que les deux femmes recherchées auraient déjà extorqué un fonds auprès d’un établissement supérieur privé de renom à Antananarivo. Affaire à suivre.
KR.


Publié dans Société


« Il n’y aura pas d’année blanche ». Le Président de la République Andry Rajoelina l’a confirmé dimanche  dernier, lors de l’habituel rendez-vous télévisé avec la population. « Les parents peuvent se rassurer puisque tous les examens officiels auront lieu », a-t-il déclaré. Jusqu’à hier, les nouvelles dates des examens du CEPE, du BEPC et du baccalauréat ne sont pas encore définies. « Lors de son intervention au Sénat la semaine dernière, le ministre intérimaire a avancé que des propositions de date sont disponibles. L’on attend la validation du Gouvernement », relate le directeur des technologies de l’information et de la communication (DTIC) auprès du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel. D’après toujours notre source, la sortie d’un arrêté officialisera les dates. En attendant, les préparatifs des examens vont bon train. Après celle du CEPE, la conception des sujets pour le BEPC s’achèvera cette semaine. Des représentants des enseignants issus des 4 coins de l’île y ont participé, tandis que des éléments des Forces de l’Ordre se sont chargés de la sécurisation.
Soulagement et crainte pour les parents
« Je suis soulagée que mes enfants puissent passer les examens, après des mois d’inquiétude sur une éventuelle annulation de la session. L’aîné passera son baccalauréat tandis que la cadette fera son examen du BEPC. Depuis la reprise du cours au mois de mai, ils sont retournés à l’école, en respectant les gestes barrières et les règles d’hygiène nécessaire. On leur a également payé un professeur pour des cours particuliers à domicile, afin qu’ils puissent mieux se préparer aux examens », nous confie Mendrika R., mère de famille résidant à Ankadilalana. Certains parents d’élèves partagent ce soulagement tandis que d’autres restent craintifs quant au sort de leurs enfants. « Je préfère que mon fils redouble au lieu de l’exposer aux risques liés au Covid-19. Je ne supporterai pas qu’il lui arrive quelque chose », s’exprime Tefy R., père d’un candidat à l’examen du CEPE. Notons que les établissements, publics et privés, ont adopté toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire de leurs élèves, mais des parents restent toujours dans le doute…
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Publié dans Société


« Les prestataires seront désormais sélectionnés selon leur savoir-faire, et non parce qu’ils connaissent un ministre ou un haut fonctionnaire », a annoncé le Président de la République, Andry Rajoelina, dimanche dernier, lors de son intervention sur les chaînes locales. Effectivement, pour la réalisation des différents travaux publics, « il n’est plus question de corruption ou de favoritisme. Je m’assurerai personnellement que les appels d’offres se fassent dans la régularité et que tous les opérateurs puissent avoir la même probablité d’exécuter ces travaux », a promis le Chef de l’Etat. Même en cette période de crise, les travaux de construction et de réhabilitation continueront. Selon le « Plan Marshall » élaboré par le Gouvernement, 1 043 milliards d’ariary du budget de l’Etat seront ainsi alloués à ces travaux. La semaine prochaine, le Président de la République rencontrera les acteurs de la filière BTP (Bâtiments et Travaux publics) pour élaborer ensemble une stratégie de construction et de réhabilitation des infrastructures présentes dans tout le pays. Cette stratégie sera notamment intégrée au « Plan Marshall », le plan de relance économique de Madagascar.
Longue liste
En tout cas, la liste des infrastructures comprises dans ce budget est déjà établie. « Avec ce budget colossal, nous ferons en sorte que tous les Districts dans tout le pays puissent en bénéficier, et jouir ainsi d’un développement sur tous les plans. Pour ce faire, les appels d’offres seront affichés dans chaque District. Les opérateurs locaux seront ainsi privilégiés. Comme cela, ils se chargeront de la réalisation des constructions dans leur District respectifs. Cela génèrera ainsi des emplois et des sources de revenus pour toute la population », précise l’occupant d’Iavoloha. Avec ce budget, le Président de la République envisage notamment la construction d’une trentaine de centres hospitaliers mais aussi des logements pour le personnel médical, 874 logements et centres sociaux, 44 immeubles d’habitation et des bureaux ministériels, ainsi que 1 100 salles de classe et 1 250 km de routes.
Pour les infrastructures routières par exemple, chaque Région aura pour objectif de construire annuellement 10 à 20 km de routes en pavées. « Des budgets y afférents ont déjà été inscrits dans la LFR (Loi de Finances rectificative) 2020. Chaque Région sera également dotée d’engins de construction pour les aider dans les travaux », a rajouté le Président Andry Rajoelina. Ainsi, les opérateurs attendent avec impatience cette rencontre avec le Chef de l’Etat afin de débuter au plus vite les travaux. 
La Rédaction

Publié dans Economie


Ça s’en va et ça revient. A l’heure actuelle, aucun pays au monde  n’est épargné par la Covid 19, cette couronne de virus qui a déjà contaminé des millions de personnes et fait des milliers de morts. Alors que certaines Nations continuent à lutter contre sa propagation, d’autres affirment avoir maîtrisé la situation et s’apprêtent à vivre comme auparavant. Depuis sa découverte en décembre 2019 en Chine, aucun pays ne peut se vanter d’avoir vaincu cette pandémie qui semble jouer au chat et à la souris avec les chercheurs du monde entier.
La Chine qui un temps a cru sortir vainqueur de la bataille contre la Covid-19 fait de nouveau face à elle, si on se réfère aux dernières nouvelles du bulletin de santé mondial. La mise en quarantaine des quartiers dans une ville chinoise la semaine dernière constitue une preuve que la Covid-19 est loin de s’avouer vaincu. Même cas également aux Etats-Unis où le nombre des morts, après une baisse conséquente il y a quelques jours, augmente dangereusement ces derniers temps. L’Europe joue elle aussi la prudence, bien que les autorités locales parlent d’une même voix pour la réouverture de leurs frontières respectives d’ici peu. 
A voir cette inquiétude mondiale et face à l’inexistence d’un médicament efficace, force est d’admettre que tout le monde est conscient que désormais il faudra vivre avec la Covid-19. Elle fait ainsi partie des maladies qui sévissent dans chaque partie du globe à l’instar de la grippe, de la peste, du choléra ou autres. A chaque pays ses mesures et à chaque individu sa protection. Gestes barrières et port de masque entreront ainsi dans les us de tous pour éviter propagation et contamination. Le renforcement du système immunitaire devient ainsi… systématique et sur ce point Madagascar, avec son remède traditionnel amélioré (RTA) qu’est le Covid-Organics (CVO), est mieux loti.
Cette pandémie incite les dirigeants à se pencher sérieusement au système sanitaire d’un pays. Se doter des infrastructures, des équipements médicaux divers ainsi que des protections s’avèrant ainsi nécessaire pour ne plus être pris au dépourvu comme l’ont été les pays du monde entier, pauvres, riches, développés ou sous-développés.
La Rédaction

Publié dans Politique


Appui à la trésorerie des entreprises. Le Président de la République a annoncé, dimanche dernier, une ligne de crédit en faveur des Petites et Moyennes Entreprises (PME) ainsi que les Petites et Moyennes Industries (PMI) face aux conséquences de la crise sanitaire. Pour ce faire, la Banque centrale de Madagascar lance une opération d’injection de liquidités allant jusqu’à 300 milliards d’ariary pour approvisionner les banques primaires. Raison pour laquelle la masse monétaire augmente dans le Projet de loi de Finances rectificatives (PLFR). Celle-ci passe de 18 à 22,9 %. Outre cette alimentation en liquidité, le Gouvernement mettra 40 millions de dollars à la disposition des entrepreneurs. Vu le besoin en fonds de roulement (BFR) des entreprises pour relancer leurs activités, le taux d’intérêt sera exceptionnellement bas ou bonifié. Le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato a déjà indiqué lors de son passage au Sénat que le Gouvernement travaillera avec SOLIDIS concernant cet octroi de crédit. Le taux d’intérêt de l’emprunt s’élèvera 4,97 %.
Parallèlement à cela, les autorités ont déjà lancé le mécanisme de financement « Miarina » au début de ce mois en faveur des Très Petites et Moyennes Entreprises (TPME). Dans le cadre de ce type de financement, chaque entreprise peut demander l’équivalent de trois mois de besoin en fonds de roulement, sans dépasser un montant de 300 millions d’ariary. Et ce, à un taux bonifié de 9 % par an. La durée de remboursement maximum est de 24 mois. En contrepartie, l’entreprise s’engage à maintenir l’ensemble des emplois au sein de son établissement. Il faut savoir que le prêt « Miarina » est garanti par le fonds « Fihariana », à hauteur de 100 %. La banque BOA Madagascar traite les demandes en suivant ses règles d’analyse d’octroi de crédit. L’institution financière se réserve le droit de ne pas donner de suite favorable en fonction de sa propre analyse de risque. A noter que les secteurs d’activité comme le tourisme, l’évenementiel, le bâtiment et travaux publics, le tourisme, l’hôtellerie et la restauration sont exclues de ce type de financement.
Solange Heriniaina


Publié dans Economie


« Aucune région ne sera laissée-pour-compte en matière de projets pour le développement » ! Ces propos viennent du Président, Andry Rajoelina qui, lors de son intervention sur la chaîne nationale avant – hier, a tenu à réitérer sa volonté de garantir un développement équitable à toutes les régions de Madagascar. Depuis plusieurs années, certaines Régions ou ex – chefs-lieux de province se sont plaints d’être moins avancés que d’autres. Un retard qui s’observe aussi bien dans le domaine social (santé, éducation, etc.) que dans le domaine économique et industriel. Cette période est donc révolue car désormais toutes les Régions et Districts doivent être sur le même pied d’égalité.  Il n’est plus à rappeler que dans ses fameux « Velirano », le Chef de l’Etat a déjà promis un développement auquel profiteront tous les Malagasy. Des promesses que l’homme fort du pays tient à honorer et appliquer à la lettre durant son quinquennat à la magistrature suprême du pays.
Malgré le contexte de crise sanitaire auquel le pays fait face en ce moment, le numéro « un » de l’Exécutif ne perd pas de temps pour la concrétisation desdits « Velirano ». Dans cette démarche, les gouverneurs régionaux jouent un rôle crucial car sont les premiers responsables de tous les projets entrepris dans leurs régions respectives et seront jugés en fonction de leur échec ou réussite.
Démarrage des grands chantiers
Le Président de la République avait annoncé l’inscription d’un montant de 1 043 milliards d’ariary dans la loi de finances rectificative en vue de réaliser de grandes infrastructures (routières, scolaires et immobilières, entre autres). « Au total, 1250 km de routes seront à réhabiliter et 1100 nouvelles salles de classe à construire pour cette année », a déclaré l’homme fort du pays. Chaque Région doit au moins avoir 10 à 20 km de nouvelles routes construites par an. La réhabilitation des axes routiers s’inscrit dans le programme de désenclavement de toutes les zones qui demeurent encore difficiles d’accès. Des difficultés qui pourraient être un frein au développement.
D’après toujours ses explications, les appels d’offres s’effectueront par District au profit des entreprises locales. Les expériences et le savoir-faire de chaque entreprise seront les principales critères dans la sélection qui sera effectuée de manière rigoureuse afin d’écarter toute tentative de corruption. Plusieurs grands travaux sont déjà en cours comme la construction des hôpitaux « manara – penitra», ainsi que des Centres de santé de base (CSB II). Au moment de l’inauguration de ces ouvrages d’ici quelques mois, les premiers changements tant attendus pourront déjà être perceptibles par l’ensemble la population.
La Rédaction

Publié dans Politique
lundi, 15 juin 2020

la une du 16 juin 2020

Publié dans La Une

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Recherche par date

« June 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff