mercredi, 06 octobre 2021

La une du 7 octobre 2021

Publié dans La Une


 Protéger les citoyens et leurs biens, c’est la devise de la Police nationale. Les Forces de l’ordre jouent un rôle important dans la protection de la population, face à l’insécurité qui mine la Capitale. Après une opération lancée par le ministère de la Défense nationale à travers son département en charge de la Défense et de la Sécurité publique de renforcer les patrouilles nocturnes à Antananarivo et ses environs, la Police nationale passe en action. La nuit tombée, les agents font le tour des arrêts de bus, notamment ceux considérés comme des points noirs en termes de sécurité dont Soarano. Outre la sécurisation des passagers face au vol à la tire, les agents de police assistent les conducteurs et leur aide dans le respect des files. Sans parler, bien évidemment, du respect des gestes barrières à l’intérieur des véhicules. En effet, c’est durant ces bousculades au sein des arrêts bus que les pickpockets passent à l’acte. Des actes que la majorité d’entre les citoyens ont salués. « Ce sont les gestes que nous attendions des Forces de l’ordre. D’ailleurs, certains des citoyens ont peur d’eux. Ils pensent que les agents de police sont toujours agressifs et ne font que terroriser la population. Ces gestes sont louables et ils ne devront pas s’arrêter là », avance Mirana. Outre les patrouilles dans les ruelles sombres, les policiers peuvent ainsi accompagner les personnes jusqu’à leur domicile à leur demande. Et cela concerne les zones dangereuses. Durant les épreuves du CEPE, ces derniers ont déjà aidé plusieurs candidats dont l’accompagnement jusque dans leurs salles d’examen, l’achat du repas, etc.
Les taxis- be se font rare en début de soirée
Les employés des zones franches, des restaurants et même les étudiants font face à des problèmes de transport, depuis la reprise de l’activité des taxis- be dans la Capitale, après le confinement. En effet, les véhicules de transport en commun disparaissent en début de soirée. A 19 heures, seuls quelques taxis-be sont encore en activité et le pire c’est qu’ils ne veulent plus transporter les passagers jusqu’au terminus. Selon l’explication des transporteurs, l’insécurité règne et ils ont peur d’être attaqués par les malfaiteurs. Et ce sont les passagers qui en paient le prix fort.
 Afin de faire face à cette situation, des solutions ont été proposées par les usagers. Il s’agit de la procuration des agents de sécurité pour escorter les véhicules, dans la soirée.
« Cela ne nous gêne pas de payer les indemnités des agents de sécurité. S’ils assurent notre transport jusqu’à destination, nous pourrions nous acquitter de la somme de 600 ariary », conclut la jeune femme.
 Anatra R.






Publié dans Société


En vain! Après toute une année d’attente, le plan de redressement de la compagnie aérienne nationale malagasy n’a toujours pas été dévoilé. Les annonces de présentation se succèdent mais rien ne se concrétise. En effet, dès l’officialisation du divorce entre Air Madagascar et Air Austral, les responsables ont annoncé la présentation d’un nouveau business plan pour relancer les activités de la compagnie aérienne pour le mois de septembre 2020. Ce délai a ensuite été rallongé d’un mois puis de deux mois. Mi-novembre 2020, le président du Conseil d’administration de la compagnie, Mamy Rakotondrainibe, a annoncé qu’ « un calendrier a déjà été établi et que le plan sera finalisé à la fin du mois de novembre, au plus tard au début du mois de décembre ». Cependant, arrivé au mois de février 2021, toujours aucune trace de cette présentation. Joël Randriamandranto, l’ancien ministre des Transports d’antan, a évoqué à quel point l’élaboration d’un plan de redressement n’est pas une tâche facile, d’où tout l’importance de prendre son temps. Mais quand même, un an plus tard, ils ont déjà eu largement de temps de peaufiner ce document. Il ne faut pas oublier qu’Air Madagascar a fait appel à des experts en aviation internationale, des spécialistes en relance de compagnie aérienne en détresse, dans la conception de ce nouveau business plan. De plus, le mois dernier, le ministre des Transports et de la Météorologie, Tinoka Roberto ainsi que le PCA d’Air Madagascar ont annoncé sa présentation prochaine au Conseil des ministres mais aussi au Conseil du Gouvernement. Cependant, aucune présentation du plan de redressement n’a été rapporté au cours des quatre Conseils de ministres et de Gouvernement pour le mois de septembre.
Jusqu’à maintenant, seules les grandes lignes sont connues. Pourtant bon nombre de personnes, mais plus particulièrement les employés de la compagnie aérienne, attendent depuis longtemps pour connaître une fois pour toutes le sort d’Air Madagascar, sachant surtout que la Grande île prévoit bientôt de rouvrir ses frontières aériennes.
La Rédaction

Publié dans Politique


Le Président de la République Andry Rajoelina a signé, hier au Palais d’Etat d’Iavoloha, l’engagement de l’Etat malagasy au programme national de cantines scolaires. Ce programme vise à augmenter le nombre de bénéficiaires de ces cantines scolaires. Il rentre également dans le cadre d’une réforme et d’une amélioration du secteur de l’éducation à Madagascar. Ce programme doit ainsi permettre de lutter contre le décrochage scolaire. 17 Régions
et 43 Districts de la Grande île bénéficieront, grâce à ce
programme, de cantines scolaires.
Cette initiative participe ainsi à l’atteinte du « Velirano » numéro 4 du Président Andry Rajoelina qui priorise l’éducation de qualité pour tous. Un engagement qui concorde, par ailleurs, avec les objectifs du développement durable des Nations unies. Le Chef de l’Etat malagasy estime que les enfants scolarisés, particulièrement ceux dans les établissements publics, doivent tous recevoir de la nourriture pour les inciter à étudier, accroître le taux de scolarisation et surtout augmenter le taux de réussite au niveau des écoles.
Pour mettre les élèves sur un même pied d’égalité, un effort sera mis en œuvre par l’Etat malagasy avec les partenaires techniques et financiers. Un budget de 18 milliards d’ariary sera désormais accordé à ces cantines scolaires à partir de cette année scolaire. 525 524 élèves devront ainsi bénéficier de cette cantine scolaire contre les 103 442 comptabilisés auparavant. Soit cinq fois plus de bénéficiaires. Les élèves du Grand sud de la Grande île seront privilégiés, notamment ceux des Régions d’Androy et d’Anosy qui rencontrent et vivent dans l’insécurité alimentaire et le kere, les Ecoles primaires publiques, les Collèges d’enseignement général et les Lycées de ces deux Régions en bénéficieront donc tous.
Nouveau mécanisme
La méthodologie de travail entière a été modifiée afin d’atteindre les objectifs, note la ministre de l’Education nationale, Marie Michelle Sahondrarimalala.680 ariary étaient auparavant consacrés à l’achat de denrées pour un élève. Ce budget est passé de 214 à 574 ariary. Pourtant, le nombre de bénéficiaires augmentera ostensiblement. En effet, auparavant, le ministère au niveau central se chargeait de l’achat des denrées et de l’acheminement de ceux-ci sur l’ensemble du territoire. Un mécanisme qui présentait des risques notamment par rapport au stockage, l’acheminement, de détournement ou encore de marchés fictifs.
Dans le cadre de la nouvelle approche, le ministère de l’Education nationale ne va plus acheter les denrées. Il va transférer les fonds pour l’achat des denrées alimentaires aux associations Farimbon’Ezaka ho fahombiazan’ny fanabeazana eny ifotony (FEFFI) dans les écoles, pour les inclure dans une gestion financière convenable des caisses-écoles. Les denrées seront ainsi achetées localement ce qui, outre la question des coûts, permettra aux élèves de bénéficier de repas sains. Ce programme de financement répond aux exigences d’orthodoxie financière et respecte les règles l’exécution budgétaire. Un mécanisme de contrôle et d’audit et de suivi sera mise en place.
Outre la distribution gratuite de livres scolaires pour les élèves des classes de T5, T9 et T12, à partir de cette année, le Chef de l’Etat a annoncé que toutes les classes de la maternelle jusqu'en terminale bénéficieront également de livres scolaires gratuits de la part de l'Etat, afin que ces élèves puissent d'abord, maîtriser leur langue maternelle, avant d'apprendre d'autres langues étrangères.
La Rédaction

Publié dans Politique
mercredi, 06 octobre 2021

L’anti-jeu

Si les uns jouent la construction, d’autres la destruction. Si les uns s’activent en bâtisseurs, d’autres en ravageurs. Si les uns se rendent utiles, d’autres les nuisibles. Bref, si les uns jouent le jeu, d’autres l’anti-jeu ! Et ainsi de suite.
Le Chef de l’Etat et son épouse Rajoelina Mialy parcourent monts et vallées à travers l’île pour réparer sinon construire et venir en aide aux concitoyens en détresse. La pandémie de Covid-19 provoquant le confinement d’au moins deux ans a paralysé voire détruit le pays. Bien avant le fléau, le pays était déjà mal en point.
Le régime Bleu laissait en héritage en 2018 au régime Orange un pays éreinté, exsangue. Madagasikara, dégradé au rang des cinq pays les plus pauvres du monde, traîne les pieds derrière les Comores, l’Afghanistan, etc. Une bonne partie de la population vit au-dessous du seuil de la pauvreté. Les conditions de vie dérisoires du petit peuple sont visibles à l’œil nu. Les populations rurales fuient la campagne et viennent s’entasser dans les villes. Le nombre des mendiants augmente. Les sans-abri pullulent.
L’insécurité étrangle aussi bien en milieu rural qu’urbain. La recrudescence du vol à main armée, de la violence de tout genre et les actes de banditisme dépasse l’entendement. Le phénomène dahalo sévit sans commune mesure à travers tout le pays. La population en proie à une psychose ne sait plus sur quel pied danser ou plutôt où mettre les pieds.
Arrivé au pouvoir en janvier 2019, le jeune Rajoelina Andry constate de visu de l’urgence partout. « Tout est urgent ! » Il fallait redresser, remettre de l’ordre, reconstruire. Ici, on ne mange plus à sa faim ! Là, on meurt de soif et de faim ! Partout, la désolation ! Il fallait agir vite. Une course contre la montre à laquelle les dirigeants n’ont pas droit à l’erreur. Et ce fut dans ce contexte désolent que la SRAS-Cov 2 débarqua en 2019.
A peine sorti de ce long tunnel de confinement, la bataille de la relance fait rage. Le Président de la République Rajoelina Andry ne transige point. Il ne plaisante pas. Tout est urgent ! Rajoelina exige à tous les membres du Gouvernement, à tous les gouverneurs la célérité d’action sans se précipiter. Les réparations des routes nationales, la construction de nouveaux hôpitaux et de nouveaux bâtiments scolaires, de nouveaux stades urgent. La galère dans laquelle le pays s’englue ne nous mérite pas. Le couple présidentiel s’implique à fond dans ce marathon où il est question de vie ou de mort.
A côté, les apprentis sorciers de l’opposition jouent l’anti-jeu. Ils tentent par tous les moyens de saper, démolir et détruire. En jouant le rôle de détracteurs, les supposés membres de l’opposition font les nuisibles. Tels les rats et les cafards, ils sèment la désolation. Ils ne voient que du noir ! Les sociétaires du RMDM, le club des « négationnistes », arpentent monts et vallées pour apporter le message de la destruction. Gonflés à bloc pour l’anti-jeu, Ravalomanana et ses ouailles prêchent l’antipode du développement. Au lieu de sauver, ils font couler le bateau. En tant qu’ennemis de la Nation, ils jouent les traîtres ! S’ils veulent réellement remonter le pays, ils doivent cesser immédiatement leur anti-jeu !
Ndrianaivo

Publié dans Editorial


L'Assemblée générale extraordinaire (AGE), organe suprême de la Fédération malagasy de football, a eu lieu ce mercredi 6 octobre au stade Barea Mahamasina. Ladite assemblée a abouti sur une résolution qui s’avérait sans surprise. Il s'agit de l’exclusion définitive de l’un de ses membres, Raoul Arizaka Rabekoto en sa qualité de membre du Comité exécutif (C.E) et de son poste de président de l’associetion. Une décision encadrée expressément par le statut de la Fédération.
Cette A.G.E a vu la présence de 21 présidents des ligues régionales du football et 4 membres du Comité exécutif de la FMF, sur les six qui ont convoqué la réunion. Deux autres sont en mission avec les Barea de Madagascar en RD du Congo.  Seule la ligue de Bongolava n’a pas répondu à l’appel tandis que la ligue d’Itasy, Haute Matsiatra, Menabe et de Vatovavy étaient représentées par des mandataires. Et l’Assemblée a été assistée par le représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports, Finaritra Privat, chef service de contrôle et légalité auprès du ministère, en sa qualité d’observateur.
« Suite à la non tenue de l’Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire de la FMF depuis 2019, malgré les requêtes des présidents des ligues le 11 mars 2020 et le 30 juin 2021. Selon l’article 31 alinéa 1 stipulant que le CE de la FMF peut évoquer une Assemblée générale ordinaire s’il juge nécessaire ou à la requête d’un tiers des membres  décidant ce qui suivent :
L’exclusion définitive de Raoul Arizaka Rabekoto (ndlr : Cet homme qui n’a plus foulé le bureau de la FMF depuis 2ans), en sa qualité de membre de CE et président de la FMF conforment à l’article 28- alinéa : 3 - 4 et  le statut de la FMF et conforme à l’article 43 :  la fonction et l’attribution du président de la Fédération seront assurées collégialement par les trois vice-présidents du Comité exécutif pour une transparence », annonçait Jacques Ramaroson, porte-parole de l’Assemblée et  président de la ligue régionale du football Analanjirofo.
De son côté, Raoul Arizaka Rabekoto a écrit une lettre récemment. Il y affirme que la dernière réunion du CE a bel et bien décidé de l'organisation d'une assemblée. Cependant, cette réunion doit se tenir un autre jour et qu'il faut attendre l'aval de la FIFA. En d'autres termes, il remet en cause la légitimité de l'AGE de ce mercredi.
L’Assemblée va déposer le procès-verbal de cette AGE à toutes les instances à commencer par la Fédération, la CAF et la FIFA. Normalement, selon les règlements, en cas de destitution, la commission devrait tenir une élection dans les 60 jours à venir.

Elias Fanomezantsoa

Publié dans Sport


Gangrenées. Comme presque tous les secteurs, celui des ressources naturelles est gangrené par la corruption à Madagascar. Trafics en tous genres et corruption sont en tête de liste en ce qui concerne l’exploitation des ressources naturelles de la Grande île dans quelques domaines que ce soit. Depuis les ressources minières jusqu’aux ressources halieutiques en passant par les forêts et les aires protégées. « Le fait est que l’impunité des personnes impliquées dans ces trafics illicites est plus qu’aberrante. Et si par miracle ces personnes impliquées sont sanctionnées judiciairement, il s’agit presque toujours des sanctions pénales d’ordre minime », déplore Ndranto Razakarimanana, président du Conseil d’administration de l’Alliance Voary Gasy (AVG), hier à Ambohibao à l’occasion du renouvellement de la convention entre l’AVG et le Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO). Le bureau ambitionne ainsi de renforcer la coalition contre la corruption dans l’objectif de mobiliser et de responsabiliser les citoyens dans la lutte contre la corruption, d’une part, et pour engager davantage les acteurs et les secteurs concernés contre la corruption d’autre part, en vue de promouvoir la culture d’intégrité et d’honnêteté. « La mise à jour et la promotion de l’engagement effectif et solennel des ministères concernés par les actions coordonnées et efficaces, l’investigation sur des faits de corruption, rapportés par les informateurs de l’AVG et la mise en œuvre des actions de plaidoyer et la promotion de dispositifs visant à impliquer des autorités administratives et politiques dans la lutte contre la corruption et les trafics illicites des ressources naturelles se feront à travers un plan d’action élaboré en annexe de la convention dont la formation sur l’anti-corruption dispensée par le BIANCO aux membres de l’AVG et de ses informateurs locaux », rajoute Andrianirina Laza Eric Donat, directeur général du BIANCO. Par ailleurs, l’Etat, à travers les déclarations des dirigeants et les directives de politiques publiques, a fait du renforcement de la lutte contre la corruption une priorité majeure. A ce titre, une nouvelle Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC 2015-2025) a été adoptée il y a quelques années. Cette Stratégie a comme vision à l’horizon 2025 « Madagascar, un Etat de droit où le développement économique, social et environnemental est libéré de la corruption ». Cette stratégie fait de la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles l’une de ses priorités. Elle préconise le renforcement de la coopération inter-organes au niveau national et la coopération internationale, la réduction des risques et opportunités de corruption.
Hary Rakoto

Publié dans Economie


La grossesse précoce concerne une fille sur trois, âgée de 18 ans, à Madagascar. Cette situation nuit non seulement à leur épanouissement mais aussi à leur éducation, puisqu’elles doivent arrêter leurs études. Pour y faire face, le programme « Let us learn » soutenu par l’UNICEF avec ses partenaires vise entre autres la réinsertion scolaire des collégiennes-mères, parmi les cibles du « cours de remise à niveau ». D’autres activités y afférentes sont également mises en œuvre dans les Collèges d’enseignement général (CEG).

« Sept collégiennes en classe de 5è, 4è et 3è sont tombées enceintes durant le confinement de 2020 », informe Andriatiana Rabarihery, directeur du CEG d’Andranofasika, dans la Circonscription scolaire (CISCO) d’Ambato Boeny. Ces jeunes filles mineures ont dû arrêter leurs études à cause de leur grossesse. Elles n’ont pas encore repris les cours jusqu’à maintenant, selon les informations recueillies. « Les élèves n’étaient pas habitués à rester chez eux pendant un long moment à cause de la suspension des cours. Ceci en pleine période de moisson, entre le mois d’avril et le mois de juin, pendant laquelle l’argent circule. Cela pourrait expliquer ces cas de grossesse précoce », expose ce responsable d’établissement. Ces cas ne sont pas isolés dans la Direction régionale de l’éducation (DREN) de Boeny. D’autres CEG enregistrent également des cas de grossesse précoce, engendrant l’abandon scolaire des élèves. Mais après une année de déscolarisation, ces collégiennes-mères figurent parmi les cibles du « Cours de remise à niveau » (CRAN), mis en œuvre dans le cadre du programme « Let us learn » (LUL).
Les cours de remise à niveau comme issue
Le programme intégré pour les adolescents est une stratégie de rétention et de prévention soutenu par l’UNICEF à Madagascar. Le CRAN fait partie de ses volets pour ce faire. Il se focalise sur la réinsertion scolaire des élèves qui ont dû abandonner la classe pour diverses raisons dont la pauvreté des parents ou encore la grossesse précoce. La collaboration avec la Commune, les Fokontany ou encore les notables des villages permet d’identifier ces enfants déscolarisés. Après les sensibilisations des parents, les élèves sont ensuite inscrits dans les CEG pratiquant le CRAN. Pour le CEG d’Antanimalandy, dans la CISCO de Mahajanga I, 22 élèves dont une collégienne-mère sont concernés. « Si la rentrée scolaire a été fixée le 1er septembre dernier, les élèves du CRAN ont repris le chemin du collège depuis le 9 août. Ils suivent les cours à partir des livres d’auto-apprentissage et d’autocorrection. Ils retournent en classe tous les mercredis après-midi pour plus d’explications, de questions-réponses et tests, afin qu’ils suivent le rythme en classe. Après une récente évaluation, ces collégiens sont maintenus dans leurs classes respectives », explique Jaoriziky, directeur dudit établissement. En général, les regroupements des bénéficiaires, composés d’élèves vulnérables, se fait toutes les semaines.
« Au début, certains parents d’élèves ont été réticents à l’idée de réinsérer les enfants déscolarisés dans le Collège. Mais ils ont finalement accepté le fait et sont même fiers des résultats obtenus. Parmi les bénéficiaires du CRAN, il y a quelques années, une collégienne-mère a pu décrocher deux diplômes du baccalauréat, ceux de la série A2 et D. Son enfant est maintenant grand », se réjouit le directeur du CEG Andranofasika. Notons que les bénéficiaires de ces cours de remise à niveau sont suivis de près par les responsables afin d’assurer leur rétention scolaire.

Réalisé par Patricia Ramavonirina
Photos: Hervé Leziany

Publié dans Société

Fil infos

  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation
  • Evènement « Youthconnekt » - Promesse de soutien aux jeunes entrepreneurs
  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure

Recherche par date

« October 2021 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Pub droite 1

Editorial

  • Une question de sacerdoce !
    « En ce jour, je suis de tout cœur avec toutes les femmes qui sont encore victimes de violence surtout celles qui les endurent pour la protection de leurs enfants. Je réitère mon engagement à vous soutenir et à porter votre voix ». Serment et vœu d'engagement d'une femme militante, convaincue et motivée !

A bout portant

AutoDiff